Spécimens ou individus ?

Je publie dans le numéro de la revue L’Homme qui paraît ces jours-ci un article consacré aux usages incertains du portrait photographique par les anthropologues tout d’abord, puis par les photographes documentaires, enfin par les spécialistes actuels de la communication.

Comme il arrive souvent, cet article paraît sans illustrations, alors même qu’il ne parle que d’images. Les délais et l’absence de moyens expliquent largement cette anomalie. Je me propose d’y remédier en partie en proposant ici une bonne partie de l’iconographie qui aurait avantageusement complété mon texte. Je me contenterai de résumer le propos de celui-ci car la revue L’Homme met son contenu en ligne sur un site payant, que je ne peux donc pas concurrencer par une publication gratuite.

Dans cet article, je suis remonté dans le temps jusqu’à l’utilisation de la photographie par les anthropologues du XIXe siècle, intéressés très tôt à fixer en images les différents « types » physiques humains à travers le monde. Entre leurs mains, le portrait photographique généra une contradiction entre leur intention catégorisante, généralisante, et l’inévitable personnalisation des clichés récoltés. Souvent, la légende était utilisée pour tenter de réduire ce « bruit » visuel, sans toutefois y parvenir complètement.

Roland Bonaparte, Portrait d'un Lapon, 1884

Gravures illustrant un article de Roland Bonaparte sur les Lapons, La Nature, juillet 1885. Au passage, Anders Larsen Tommar est devenu un "type lapon".

La mise au point d’un protocole strict de prise de vue tenta d’imposer la dimension scientifique de ces clichés qui n’en demeuraient pas moins des portraits individuels. Alphonse Bertillon, par exemple, l’initiateur de la photographie policière, conçut un studio destiné à l’anthropométrie1, ce qui n’enlève rien cependant aux flottements perceptibles dans les images produites.

Portrait normalisé d'un "indigène" nommé

Nudité anthropométrique (du même individu ?)

Pose folklorisante (le même que sur la précédente)

Portrait composite "dans le style" de Francis Galton

Face à l’irréductible personnalisation des portraits anthropologiques, certains comme Francis Galton (le cousin de Darwin) ou Arthur Batut en France cherchèrent à superposer plusieurs portraits pour élaborer une effigie « composite » qui, à la manière des statistiques, aurait éliminé l’anecdote individuelle pour faire ressortir les traits communs.

Finalement, la tentation photographique des anthropologues s’épuisa assez vite et la photographie se réduisit bientôt à un outil parmi d’autres dans leur panoplie de voyageurs.

Son usage signalétique fut repris à partir des années 1930 par certains photographes documentaires qui s’efforcèrent à leur tour d’utiliser le portrait pour composer des fresques sociales, grâce à des partis-pris formels apparemment impeccables (fond neutre, pose frontale, intitulé générique, mise en série), mais au prix d’ambigüités omniprésentes. Citons l’antécédent des Hommes du XXe siècle,

Irving Penn photographiant en Nouvelle Guinée (capture d'écran du site http://www.artknowledgenews.com)

imposante série sur la population allemande par August Sander2. Plus tard, les séries d’indigènes réalisées en Afrique par Irving Penn (Worlds in a Small Room, 1974), d’autres fresques fameuses comme In the American West par Richard Avedon (1985), ou encore plus récemment en France les Portraits de Français réalisés par Despatins et Gobeli pour la Mission photographique de la DATAR (1984) ou les séries d’uniformes de Charles Fréger.

Un leitmotiv revient dans la plupart de ces séries à vocation documentaire : l’usage de légendes qui catégorisent les personnes photographiées, comme l’ont fait longtemps les anthropologues :

Dorothea Lange, The Migrant Mother, 1936

Je détaille dans l’article les nombreuses ambigüités, ambivalences et contradictions qui apparaissent dans beaucoup de ces séries de portraits à visée documentaire.

Et je termine en pointant que, aujourd’hui, la presse et la communication ont largement repris cette veine signalétique du portrait pour donner corps cette fois à des représentations théoriques, fictionnelles, illustratives, de groupes sociaux ou professionnels, ou pour personnaliser des situations multiples. Voici quelques exemples de ces « portraits sans individus » :

2008

2011

2009

2007

2008

2010

  1. Cf. Alphonse Bertillon, Dr. A. Chervin, Anthropologie métrique. Conseils pratiques aux missionnaires scientifiques sur la manière de décrire des sujets vivants et des pièces anatomiques – Anthropométrie, photographie métrique, portrait descriptif, craniométrie, Paris, Imprimerie Nationale, 1909. []
  2. Cf. l’étude que je lui ai consacrée dans mon livre La photographie, un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1996, chapitre 1. []

Fastes et servitude de l'uniforme

Freger-couverture EmpireA propos du livre de Charles Fréger, Empire,
Paris, Thames & Hudson, 2010.

Entre mars 2004 et septembre 2006, Charles Fréger a parcouru l’Europe pour photographier les plus prestigieux régiments protocolaires, que l’on voit déployés dans les cérémonies officielles ou postés à l’entrée des palais et des hauts lieux nationaux. Ce qui a commencé par une série de portraits des fameux Guards anglais est devenu en quelques mois une entreprise de grande ampleur visant à photographier les unités d’élite européennes. Il en est ressorti une fresque multiforme compte tenu de leur diversité, des conditions de prise de vue, des lieux, des saisons. Plusieurs aperçus partiels en ont déjà été donnés par Charles Fréger dans des expositions, mais c’est la première fois que la totalité de son travail est réunie dans sa forme définitive. Ce volumineux ouvrage s’ouvre sous le titre Empire, que comprennent toutes les langues et qui renvoie à une histoire militaire déjà longue remontant aux temps où la guerre était le mode d’affrontement privilégié d’empires concurrents.

Continuer la lecture