Cherchez nous

Voici quelques lettres qui se dégagent en creux  d’une accumulation du même mot « moi ». La densité de ces « moi » déclinés dans plusieurs formats et polices de caractères crée une sorte de fond plus clair, surtout si on la regarde de loin. C’est d’ailleurs ainsi que nous sommes conviés à découvrir ce graphisme puisqu’il est imprimé sur une affiche. Appréhendés à plusieurs mètres de distance, les « moi » se confondent et deviennent illisibles ; seul ressort ce « nous » au bleu plus soutenu. Que signifie cette image intimement faite de textes, contrastant des « moi » innombrables qui saturent l’espace au point de s’effacer et ce « nous » qui surnage par défaut ?

Continuer la lecture

Les mots-images (suite 1)

Chiffres et graphiques-72dpi

Une réunion technique au sein de l’Université de Nantes. On nous expose la politique de documentation de la Bibliothèque Universitaire. Il est question du coût sans cesse croissant des ressources électroniques. A l’appui, nous avons sous les yeux quelques tableaux de chiffres, retraduits ensuite sous la forme de courbes qui permettent de repérer plus facilement les évolutions les plus marquantes. L’intervenante tient à nous prévenir qu’il ne s’agit que d’ « une sorte de photographie de l’existant »,  pour signifier en particulier qu’il serait hasardeux d’en tirer des conclusions trop catégoriques sur ce que l’avenir nous réserve. Elle insiste de la sorte sur la fragilité de sa présentation et sur son caractère tout sauf divinatoire. Une courbe ne demande qu’à être prolongée, tandis qu’une photographie délivre un instantané qui n’annonce rien. Il en va de même pour les sondages qui, eux aussi, ne seraient que des « instantanés de l’état de l’opinion ». Ainsi, on se montrerait spontanément plus prudent devant une image, qui plus est instantanée, que devant des chiffres, qui en imposent, et des courbes, qui pourtant ne sont jamais que des images. La photographie est brandie ici comme le symbole du provisoire, donc de l’incertain.