L’historien en cinéaste

Dans une récente interview, l’historien Patrick Boucheron évoque comment il aborde l’écriture de l’histoire :

« Écrire l’histoire, ce n’est pas faire des phrases. Mieux vaut user de la métaphore cinématographique, et parler de l’écriture de l’histoire comme de l’écriture filmique, Lire la suite

Avatars

Lorsque Olivier Beuvelet a mis en ligne son billet à propos du film Intouchables, j’étais en train d’essayer d’en écrire un sur le lien affiché, dans ce film, avec une histoire vraie – de même que le film Polisse déclare s’inspirer de faits réels. J’ai préféré commenter le billet d’Olivier plutôt que de poursuivre dans cette voie, sur laquelle d’ailleurs les commentaires de Raphaëlle Berto et Pierre-Alexis fournissent des indications intéressantes.

Ce qui me frappe davantage dans le cas d’Intouchables, c’est la réalisation d’un film de fiction qui est non seulement tiré d’une histoire vraie, mais qui s’élabore avec la contribution des personnes à qui cette histoire est réellement arrivée. En fait, c’est la photo montrée par Olivier qui suscite ma réflexion.

Elle fait écho à une autre photo qui avait attiré mon attention il y a longtemps. C’était à propos de la sortie du premier film de Jane Campion, An angel at my table (1990), qui relatait la vie particulièrement difficile de l’écrivain australienne Janet Frame. Sur cette photo, on voyait Janet Frame, alors âgée de 66 ans, posant en présence des trois actrices qui, dans le film, incarnaient son personnage à divers âges de son enfance et de sa jeunesse.

Le personnage réel se voyait ici doublé, et même décuplé, par autant d’avatars qui s’employaient, dans le film, à représenter les différentes étapes de sa vie. On va ici plus loin que dans une biographie dite « autorisée », car l’original avalise non seulement la version qui est donnée de lui dans le film, mais encore l’image, les images physiques qui lui sont substituées. Ce curieux dédoublement se retrouve dans la manière dont Philippe Pozzo di Borgo et Abdel Sellou posent devant l’affiche du film qui relate leur histoire. Qui joue qui dans cette mise en scène visuelle ?

Au delà de ces deux exemples, qui donnent lieu à des images à double fond, je me demande si nous n’assistons pas à la multiplication de ces films qui mettent en scène des personnages réels vivants. De tout temps ont été réalisées des évocations de figures historiques, mais elles étaient mises en œuvre après leur mort, une fois scellé leur destin exceptionnel. Aujourd’hui, le cinéma s’empare au plus vite des individus au destin spectaculaire pour en faire à chaud des fictions appelés au succès. La reine d’Angleterre, le créateur de Facebook, Nicolas Sarkozy, bientôt Madoff, etc., la liste est longue de ces fictions qui traitent quasiment en temps réel des faits et gestes de personnages vivants, doublant leur action personnelle d’une geste cinématographique, et leur individualité physique d’une imitation souvent saisissante par un acteur professionnel.

Du temps des empereurs  et seigneurs de guerre japonais, des sosies prenaient leur place en tant que de besoin, en particulier à leur mort le temps de préparer leur succession. Kurosawa en a fait le sujet de son film Kagemusha (1980). Aujourd’hui, les sosies s’invitent sans que leurs modèles les aient réclamés ; parfois, ils se composent avec leur contribution directe. Que signifie cette façon de redoubler la réalité par de la fiction ? Quels en sont les effets, les répercussions ? Le spectacle est-il devenu à ce point le corollaire de toute notoriété qu’il fasse pour ainsi dire naturellement des personnalités publiques des personnages de cinéma ?

Dans le même temps où se multiplient les « docu-fictions », que faut-il attendre de ce brouillage spectaculaire entre la réalité et la fiction dans le temps même des événements en cours ? Le cinéma (ou encore les séries télévisées) serait-il en passe de devenir notre mode d’appréhension des faits réels ?

PS : Vendredi, à l’université, une étudiante regarde l’un de ses copains sortir sur une coursive pour aller fumer une cigarette. La porte se referme sur lui. Elle dit aussitôt : « Enfermé dehors. C’est un film ça1. J’adore. »

  1. Enfermés dehors, comédie d’Albert Dupontel, 2006. []

Les mêmes images

Capture d'écran du site de L'Alsace.fr

Ce sont des propos entendus hier soir sur France Inter : un commerçant, victime une nouvelle fois des inondations dans le Var, disait : « Ce sont les même images » que la fois précédente. Je m’attendais à ce qu’il déplore les mêmes dévastations, la même situation, qu’il exprime le même sentiment d’accablement ou de désespoir. Bref, qu’il invoque la réalité de ce qu’il vivait ou sa manière d’y réagir. Non, c’était une question d’images. On aurait cru un journaliste, comme celui de ce matin qui entamait son reportage en évoquant, lui aussi, la récurrence des mêmes images déjà tant vues dans cette région à pareille époque.

Je suis frappé par l’incrustation de cette référence aux images dans les récits des individus qui témoignent des épisodes les plus traumatiques de leur vie. Comme si l’exceptionnel du vécu touchait forcément au registre des médias (qui sollicitent ces témoins), voire du cinéma.

Il est vrai que, sur ce type de catastrophe, les médias produisent toujours les mêmes images, et cela depuis que la photographie a permis à la presse de visualiser l’actualité.

Travail et création artistique en régime numérique

Nouvelle annonce pour un colloque qui se tiendra à Avignon du 24 au 27 mai prochain, avec la participation de plusieurs membres actifs de Culture visuelle.

L’objectif de ces journées est d’explorer les incidences multiples du passage au numérique dans les domaines de la photographie, du cinéma, de l’audiovisuel et de la musique.

J’y présenterai, avec Dominique Sagot-Duvauroux, les premiers éléments de notre enquête en cours sur la profession photographique.

Blog du colloque, avec en particulier le programme complet.

Rencontre avec Pierre Carles

Dans le cadre d’une rétrospective des films de Pierre Carles, qui aura lieu au cinéma Bonne Garde de Nantes, du 13 au 17 avril prochains, une rencontre est proposée avec ce réalisateur jeudi 14 avril de 17 h à 19 h au Pôle étudiant de l’Université de Nantes (campus du Tertre).

Ciné-village

Je présente cette fois un extrait du mémoire que Florian Guinaudeau, étudiant de sociologie de l’Université de Nantes, vient de consacrer à une salle de cinéma située à La Ferrière, une petite ville de Vendée distante de 10 km de La Roche-sur-Yon. Sous le titre Lumière sur une salle obscure vendéenne, il s’attache à reconstituer la genèse de ce cinéma, sa gestion associative, son insertion dans la vie locale, sa programmation et son public, à partir d’observations très fines sur le terrain ainsi que de chiffres détaillés récoltés sur les 10 dernières années d’exploitation – au cours desquelles s’est ouvert un multiplexe à La Roche-sur-Yon. On y découvre un cinéma qui marche bien, labellisé « Art et essais », fréquenté aussi bien pour sa programmation que pour sa proximité et son ambiance familière.

Lire la suite

Le cinéma

 

Les images dans la société – chapitre 16

Les premières années du cinéma coïncidèrent avec le tournant du XXe siècle. Elles sont intéressantes à examiner parce qu’elles font apparaître que cette nouvelle catégorie d’images n’eut pas d’emblée sa place dans la société. Elle dut se la chercher et, plus précisément, se la faire.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Comme au cinéma

Voici trois aperçus tirés de l’actualité récente qui ont pour point commun la récente tempête et l’une des régions les plus touchées, la Charente :

  • Tout d’abord, au lendemain de la catastrophe, les propos de cette femme, victime des intempéries, qui,  pour exprimer son effroi devant le déchaînement des éléments, utilisa cette formule : « On se serait cru dans un film. » Un film-catastrophe, je suppose.

  • Ensuite, ce fait divers révélé il y a quelques jours : Philippe Berre a été interpellé dans une commune dévastée par la tempête où il s’était fait passer pour un fonctionnaire en mission. L’histoire de cet homme, auteur par le passé d’escroqueries beaucoup plus spectaculaires, venait d’être portée à l’écran dans le film A l’origine (2009). Or, dans le reportage télévisé consacré par France 3 à cette nouvelle affaire, c’est au metteur en scène du film, Xavier Giannoli, que l’on demandait des éclaircissements sur la personnalité de cet individu étonnant. C’est-à-dire à celui qui avait transformé les informations disponibles en un film de fiction.

  • Enfin, on peut voir ces jours-ci une campagne de publicité, probablement programmée de longue date, mais qui vient à point nommé pour redorer l’image de cette région : « La Charente présente : Mon grand week-end collector », avec en sous-titre : « Un film réalisé par vous-même toute l’année »1.

Ainsi, le cinéma permettrait de ressentir, de comprendre ou de nous rendre maîtres de notre vie.
La « vraie vie » serait-elle devenue du  cinéma ?

  1. Périodiquement des banques proposent elles aussi de fausses affiches de films pour vanter un nouveau produit ou service dont le client-bénéficiaire serait l’acteur principal. []