Académies

Images du congrès 2012 de la Fédération photographique de France. Capture d'écran du site de la FPF

Les propos d’un responsable de clubs photo rencontré récemment entrent étonnamment en résonance avec ceux que tiennent nombre d’enseignants d’écoles de photographie, particulièrement ceux qui défendent une approche créative.

Selon lui, la principale révolution provoquée par le numérique dans les clubs photo serait l’arrivée d’un nouveau public tout à fait différent : « Avant, arrivaient au club photo des gens qui venaient pour travailler leurs clichés, avec une vision personnelle. Pas d’auteur, encore, mais avec une vision personnelle », et surtout la « certitude qu’ils n’y connaissaient rien. Il fallait qu’ils apprennent tout. Souvent, toutefois, un minimum de culture photographique. » Depuis 4-5 ans, « arrivent dans les clubs des gens qui ont cassé un peu la tirelire pour acheter un appareil photo. Amateurs déjà, ils font des photos, voient des photos sur tout un tas de sites internet, trouvent leurs images absolument intéressantes et ont envie d’entrer dans un club photo pour, pourquoi pas, réussir de belles images, exposer, en faire quelque chose professionnellement, voire en vendre. Ils arrivent dans les clubs persuadés que ce qu’ils font est intéressant. Et là, c’est très difficile parce qu’on est avec des gens qui ont fait ça comme ils auraient fait ping-pong, football ou autre chose. Aucune culture photographique, aucune gestion de rien, même de la profondeur de champ, de flou, de luminosité… Toutes ces questions-là leur sont inconnues. Et ils peuvent se retrouver dans la première année d’un club un peu dépassés par les exigences qui sont celles de la production d’images. Ils confrontent là leurs images avec celles de copains qui eux bossent depuis un peu plus longtemps, et donc il y a pas mal d’abandons. Des démissions, on connaissait, il y a toujours eu des fluctuations dans les groupes, mais pas à ce rythme-là. »

Du côté des écoles de photographie, la déception, voire le découragement sont également pointés chez les étudiants qui se fieraient trop facilement aux performances techniques de leurs appareils censés garantir la qualité de leurs images. Leurs enseignants en viennent à regretter ce luxe technologique qui rend plus difficilement recevable leur pédagogie du temps long et besogneux de la finition. « Avec le numérique, on a un partenaire technologique auquel on fait trop confiance à mon avis », insiste l’un de ces enseignants, avant d’ajouter : « Eux, moi pas. Moi, je ne fais pas confiance, je vérifie. »

Le parti-pris des écoles comme Arles, les Arts déco, Louis Lumière ou encore les Gobelins de conserver un enseignement des techniques argentiques vise en particulier à lutter contre le risque de « se faire dépasser par l’outil » numérique qui permet d’opérer des transformations radicales en un laps de temps très court. « Le laboratoire analogique permet d’avoir du temps entre le moment où on décide d’un geste technique et le moment où on a le résultat correspondant à ce geste, et d’appréhender s’il a été pertinent ou pas. On peut lutter ainsi contre la vitesse intrinsèque de l’étudiant de base, qui est également celle de l’outil numérique. »

L’autre point de convergence entre les clubs photo et les écoles spécialisées, c’est la préservation des techniques propres à la photographie noir et blanc argentique. Il n’y a plus guère, en effet, que dans les uns et les autres que l’on puisse accéder à des laboratoires équipés et bénéficier de formateurs compétents. D’ailleurs – autre point commun significatif -, les clubs et les écoles renouent avec les procédés anciens ou alternatifs, en combinant le traitement numérique avec des techniques et supports traditionnels. Le fait que les clubs photo aient été orientés à 95 % vers le noir et blanc avant l’irruption du numérique en fait des sortes de conservatoires techniques, au même titre que les écoles.  Ils constituent souvent un premier lieu d’apprentissage pour des jeunes qui intègrent ensuite une formation spécialisée.

Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les responsables des clubs et les enseignants partagent souvent une même culture exigeante de la production photographique, cultivent chacun à leur manière une certaine forme d’élitisme, alimentée par une défiance vis-à-vis de l’emprise des écrans. Certains des nouveaux-venus dans les clubs ont déjà mis en ligne quelques-unes de leurs photos, souvent sur des sites dédiés à certaines marques de matériel où ils ont recueilli des avis bienveillants. Alors que, selon ce même responsable, « ça ne passerait jamais dans un club. Ce n’est pas parce que la petite fille a un joli sourire que ça va faire une image. »

Les écoles forment de futurs professionnels, tandis que les clubs photo s’adressent aux amateurs, mais des amateurs qui se veulent « éclairés », « cultivés », pas simplement des techniciens. En privilégiant ceux qui se posent des questions « de création », ils se situent à leur manière dans la même logique que les écoles patentées. Dans ces deux sphères, que tout oppose par ailleurs, règne le même mélange d’attirance et de répulsion pour le numérique, en même temps qu’un attachement fort, organisé, à la culture argentique de la photographie.