La qualité a un visage (Personnalisation – 4)

« Les clients veulent mettre des visages sur les produits, c’est rassurant pour eux. » Ainsi s’exprime  dans un article du Monde Style le responsable de la communication d’une marque d’épicerie pour justifier que des pommes de terre, des fraises ou ailleurs des chaises soient proposées à la vente avec la photo de leur producteur ou de leur concepteur.

Dans la foulée de cette lecture, je me suis rendu compte que le décor familier de l’hypermarché où je vais faire les courses chaque samedi était lui aussi émaillé de portraits photographiques, particulièrement dans les rayons de produits frais.

Dans le cas présent, Carrefour joue la carte de la proximité : nos produits viennent de la région, ils sont le fruit du travail de producteurs choisis avec qui nous sommes en lien commercial depuis longtemps. C’est ainsi que nous garantissons la qualité de ce que nous vous vendons.

Comment cet argumentaire débouche-t-il sur la mise en valeur du portrait desdits producteurs ? Au terme d’une équation symbolique que l’on pourrait résumer ainsi :

qualité = proximité ; proximité = voisinage ; voisinage = inter-connaissance ; inter-connaissance = visage connu ; donc qualité = visage.

Ici comme dans les exemples précédents, la personnalisation joue dans le cadre d’une campagne de communication, ce qui est somme toute paradoxal : car comment essayer de nous faire croire que nos carottes sont produites par un voisin dont nous connaissons le visage alors que, sauf exception, nous ne l’avons jamais rencontré et que nous sommes des milliers à défiler, sans y prêter attention, à ces portraits souriant dans le vide ? Nos carottes nous en paraissent-elles meilleures ?

Un nouveau lieu commun visuel-4

4 – Des photos pour l’Histoire (DIA1)

Le motif de la photographie personnelle est utilisé de plus en plus fréquemment par les historiens du temps présent, les archivistes et même les simples mémorialistes. Le mouvement est plus vivace et ancien aux États Unis où il a démarré dans les années 1970. Quantité de musées historiques américains ou de bibliothèques publiques lancent des campagnes de collecte de photographies privées pour documenter des expositions et des publications sur tel ou tel aspect de l’histoire récente.

DIA2 : Common Bonds Birmingham Snapshots 1900 1950, Birmingham Public Library, 2002.

DIA3 : Shades of California. The Hidden Beauty of Ordinary Life. California s Family Album, Berkeley, Heyday, 2001 (catalogue).

En France, la connaissance de périodes comme celles de l’Occupation ou de la guerre d’Algérie a été enrichie ces dernières années par l’accès à des photographies d’amateurs. Ou encore certaines phénomènes sociaux plus diffus, comme par exemple l’immigration :

DIA4 : Exposition Douce France. Mémoire retrouvée, mémoire partagée, Saint Denis, 2004 / Gens du Salto, L’histoire oubliée d’un exode brutal, double DVD (présentant six documentaires dont La photo déchirée), 2005.

Aujourd’hui, le recours aux archives personnelles, en particulier photographiques, procure une matière première de plus en plus valorisée par les documentaristes de toute nature qui entendent présenter au grand public l’histoire contemporaine d’une façon à la fois vivante et personnalisée. On n’y suit plus uniquement les évènements du passé récent à travers des archives inédites (bobines d’actualité, documents officiels sortis du secret…), mais également la manière dont ces évènements majeurs ont été vécus par des individus ordinaires, présentés grâce à des photos et des anecdotes privées. On découvre ainsi des héros inconnus ou de simples comparses, emportés comme tant d’autres dans la tourmente de l’Histoire.

DIA5 : Le « Museu da pessoa » de Sào Paulo, musée virtuel crée en 2003 : « O Museu da Pessoa é um museu virtual de histórias de vida aberto à participação gratuita de toda pessoa que queira compartilhar sua história a fim de democratizar e ampliar a participação dos indivíduos na construção da memória social. »1 / Dominique Loiseau, Marre d’être sages !, Nantes, Centre d’histoire du travail, 2008 : sur l’histoire des femmes et du mouvement ouvrier / Patrick Accolla, Yannick Geffroy, Claude de Vos, L’empreinte des jours. Histoires et photos de famille de deux villages du haut pays niçois : Utelle et Lantosque, Serre Éditeur, 2008.

DIA6 : Appels de Ouest France sur la guerre de 14 18 (« Si vous possédez le carnet d’un grand père, d’un grand oncle, le journal d’une personne demeurée à cette époque là à l’arrière, si vous avez la photo d’un régiment de l’Ouest, faites le nous savoir. » – appel illustré d’une photo et d’un carnet de dessins / et de Libération à propos de Mai 68 – où, cette fois, les photos sont demandées en premier.

C’est également la photographie de famille en elle même qui se trouve valorisée aujourd’hui par des expositions à vocation documentaire, souvent à l’initiative d’écomusées :

DIA7 : Photos de famille, toute une histoire ; Musée de la ville de Saint Quentin en Yvelines, 2008 / Histoires de photographies, de l’argentique au numérique, Écomusée de Saint Nazaire, 2007 + rappel de l’exposition Mariage, images, de la Mission écomusée du Conseil général du Val d’Oise, 1996.

Au delà, il devient courant de voir une commune ou un quartier initier un travail de mémoire auprès de ses habitants qui, désormais, passe immanquablement (mais pas uniquement) par la collecte de photographies privées.

DIA8 : Quartiers à vos Mémoires, Mairie et Archives de Nantes, 21 23 janvier 2005 (détail du programme, avec notamment :
L’album photos des quartiers: « Un décor conçu comme un album photos urbain rues, placettes, bancs publics, réverbères, terrasses de bistrot, plaques de rue… évoquent la ville tandis que des photographies accrochées ici et là rappellent le souvenir de ceux qui y ont vécu. »

Collecte de photos/Atelier numérique : « Vous possédez peut être dans vos tiroirs ou albums de famille des photographies anciennes de votre quartier. Sans crainte de vous voir dépossédé(e) de vos documents personnels, vous pouvez les apporter et les faire numériser pour enrichir le fonds d’histoire des quartiers. » /

« Nous collectons la mémoire des gens d’ici », mission ethnologique du Pays Grandlieu, Machecoul, Lognes (Ouest-France, 12 octobre 2007)

La photographie remplit ici une double fonction : pénétrer dans l’intimité de l’expérience personnelle vécue par les gens et impliquer les individus dans ces projets de restitution de la mémoire collective. De même que la vieille dame raconte à ses petits enfants l’histoire de sa vie en effleurant du doigt les photos de son album, de même cette histoire communicative se raconte publiquement en exposant une sorte de grand album photographique, dans lequel certains se reconnaissent et auquel tous sont appelés à s’identifier.

DIA9 : « Ils sont devenus historiens de leur quartier », Nantes Passion, janvier 2006 / « Claudine raconte l’histoire de son quartier », Nantes Passion, mai 2003 : chacun montre des photos.

La photographie de famille fait donc désormais le lien entre la petite et la grande histoire. Elle sert la mémoire individuelle autant que la mémoire collective.

Fin (pour l’instant…).

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

  1. « Le Musée de la personne est un musée virtuel d’histoires de vie ouvert à la participation gratuite de toute personne désireuse de partager son histoire dans le but de démocratiser et de développer la participation des individus à la construction de la mémoire sociale » – je traduis. []

Un nouveau lieu commun visuel-3

3 – Mémoire individuelle et photographie de famille (DIA1)

On a vu précédemment que très souvent l’idée, au demeurant extensive, de famille, était figurée par des photos de famille. De la même façon, la mémoire individuelle se voit évoquée par tel ou tel cliché extrait des archives photographiques de la famille. La presse regorge ainsi d’articles qui associent le témoignage d’une personne et la photo d’elle ou de parents fixée à l’époque dont elle restitue le souvenir, selon la même combinaison organique de paroles et d’images que fait immanquablement surgir la consultation de tout album de famille : on regarde des images et on se met à raconter des histoires.

DIA2 : Souvenirs de 1936, Ouest France, 3 juillet 2006.

Double intérêt de cette mise en page :

1. On y voit l’aïeule dans l’acte même du récit d’après ou à partir de son album (ou ici de ses carnets, illustrés de photographies) ;

2. Cette femme affirme avoir tout noté pour conserver le souvenir de ces premières vacances extraordinaires, conformément à une culture de l’écrit absolument dominante à l’époque où, de surcroît, les appareils photos étaient très rares dans les classes populaires. Mais le journal préfère donner aujourd’hui la plus grande place aux photographies, conformément à une culture de l’image de plus en plus envahissante, même dans les colonnes de la presse écrite.

(A noter en passant : intérêt de la presse régionale – presse qui joue sur la proximité et l’inter connaissance de ses lecteurs – pour constater l’ampleur de ce recours à la photographie de famille comme support premier de la mémoire individuelle.)

Sous des formes variables, la presse d’information réitère ce cliché sur lequel on voit une personne évoquer une période de sa vie, un lieu du passé ou un parent en exhibant une photographie qui atteste de sa réalité en même temps qu’il en propose une image :

DIA3 : « Toute sa famille a survécu aux camps de la mort », Ouest-France, 21 octobre 2009 / « Madame Jean », portrait de l’épouse d’un ancien directeur des Galeries Lafayette de Nantes, Ouest-France, 6 février 2004.

Lorsque ce raccourci visuel est utilisé pour remonter plus avant dans le temps, il fait appel à des photos plus officielles ou réalisées le plus souvent par des photographes professionnels à une époque où la photographie n’était pas encore communément une pratique d’amateur.

DIA4 : « Jacques et Madeleine Goldstein, le couple miraculé d’Auschwitz », Télérama, 13 avril 2005 (on voit à l’éclat qu’il s’agit d’un portrait sur plaque de verre) / Philippe Guionie, « Ousmane Kassé, Tirailleur sénégalais en Indochine (1954 1956) » – ce photographe « revendique une photographie sociale et documentaire autour des thèmes de la mémoire et des constructions identitaires ».

Ces photos devenues des archives familiales, en même temps que des traces visibles de l’histoire personnelle des individus qu’elles représentent, font l’objet aujourd’hui d’une attention soutenue et d’un désir de conservation que tentent d’exploiter divers opérateurs commerciaux :

DIA5 : Généalographiste, Ouest-France, 6 décembre 2007 / « Je voulais conjuguer le passé au présent » : Publicité pour OneNote, de Microsoft Office 2010, pour réaliser des livres de mémoires (2011).

DIA6 : Logiciel Photos de famille / Playbac Biographie : exemplaire de démonstration, 2007 : « Des livres pour découvrir et partager la vie de sa famille ».

Ainsi se trouve élargie et redéfinie la notion de patrimoine : là où les photographies (de famille) servaient, on l’a vu, à figurer l’idée de patrimoine familial, les voilà à présent élevées au statut de composante principale dudit patrimoine, parées d’une valeur inestimable puisque absolument affective. Les préserver de la perte serait donc devenu pour chacun d’entre nous une urgence et une impérieuse nécessité.

Les souvenirs personnels ont acquis une incontournable façade photographique. Si bien que les photos personnelles, de famille, sont devenues le synonyme visuel de l’idée de témoignage personnel sur le passé, d’histoire de vie et, au delà, de généalogie.

DIA7 : Couvertures de Sciences Humaines : « Les récits de vie », n° 102, février 2000 (reprise de la même photo que pour le catalogue de vacances Renouveau 1999) ; « Souvenir et mémoire », n° 107, juillet 2000.

Réciproquement, photographier les gens introduit souvent une démarche de collecte de témoignages sur leur vie :

DIA8 : « Le Havre raconte les habitants de ses HLM », Ouest-France, 10 avril 2009.

A suivre…

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

Un nouveau lieu commun visuel-2

2 – Visuels pour la publicité ou la communication (DIA1)

Les dernières images présentées dans le billet précédent appartiennent au registre, en forte expansion actuellement, des clichés composés de toute pièce pour illustrer les thématiques d’actualité de la presse écrite. Ceux-ci ne diffèrent en rien des images publicitaires sinon par leur destination : la presse d’information plutôt que le marketing.

Ils vont me servir de transition pour aborder cette production, devenue abondante, des clichés publicitaires qui puisent directement leur inspiration dans la photo de famille. Ils permettent de donner aux messages une tonalité plus directe, plus simple, plus quotidienne, plus ordinaire, et donc de faciliter l’identification aux modèles de consommation proposés. C’est du moins ce qu’espèrent leurs auteurs.

Principaux thèmes des visuels utilisés :

LA PROTECTION SOCIALE, LA POLITIQUE FAMILIALE (DIA2)

Famille conjugale :

DIA3 : Pose traditionnelle (CAF de Seine et Marne) ou plus « jeune » (MSA du Finistère) ;

Famille élargie :

DIA4 : Permanence retraite de la Caisse régionale d’assurance maladie de Bron. / « Bien vivre après 75 ans », Nantes Passion, n° 213, avril 2011.

La même iconographie multi générationnelle se retrouve dans de nombreux visuels utilisés par des compagnies d’assurance, des organismes d’assurance maladie, des structures ou activités destinées aux retraités, des messages de santé, etc.

Le pêle mêle – dispositif d’exposition des photos de famille qui permet d’en afficher beaucoup en même temps et d’en renouveler aisément la présentation – apparaît dans beaucoup de ces publicités, probablement parce qu’il permet d’évoquer visuellement la famille tout en donnant à cette référence une tonalité extensive1 et d’y rassembler pour les besoins de la cause des personnes qu’en fait peu de liens rapprochent : habitants d’une même ville ou clients d’une même entreprise, tous placés sous le signe de la convivialité.

DIA5 : CAF de Loire Atlantique, 2001.

DIA6 : Vœux EDF 2006. / Carte senior SNCF, 2006. / Vœux Nantes 2006.

Autre transfert de l’idée de la conjonction des générations, cette fois sur le terrain professionnel, avec ses connotations d’ancienneté et de savoir faire reconnu :

DIA7 : Breton traiteur (« 4 générations de savoir faire ») ; Ambulances Clariond (« 3 générations

L’UNIVERS DOMESTIQUE (DIA8)

Le confort :

DIA9 : Album de famille, Tout pour la maison.

DIA10 : Reprise d’un visuel déjà vu, cette fois pour la communication de l’entreprise de chauffage Savelys (Nantes, 2008) + autre visuel de famille pour une offre de prêt.

DIA11 : Catalogue IKEA Family 2008 : photo de famille dans le lit des parents, synonyme par excellence de l’intimité familiale et d’une photo de famille décomplexée.

DIA12 : Visuels d’une brochure de Gaz de France Dolce Vita, avril 2008 : photos « spontanées » de la vie de famille, intimité, quotidien. / Même ambiance sur la couverture du catalogue But 2010-2011 : « On s’y retrouve tous » – « tous » signifiant : toutes les générations.

Extensions de l’idée de maison :

DIA13 : Publicité Skoda : pour transporter toute la famille, animaux compris, 2011 ; Publicité Seat Alhambra, pour 7 personnes, 2010.

La sécurité :

DIA14 : « La famille Bongeste », Boulanger, 2009. / Castorama, Solutions sécurité habitation, 2011.

Les économies d’énergie :

DIA15 : EDF, « Pour la famille Hériot, changer l’énergie, c’est naturel », date ?

Mais aussi :

DIA16 : Outils de jardin (Honda, 1999) – solidité du matériel, capable de durer des années, voire des générations (retour à une pose plus traditionaliste). / Nouvelle version 2008.

et par extension :

LE PATRIMOINE (DIA17)

DIA18 : Publicité pour les notaires, 1998.

DIA19 : Annonce d’un projet immobilier, Nantes, 2009.

DIA20 : Bienvenue chez Gestion et Patrimoine : « Qui est concerné par la gestion du patrimoine ? », www.maison facile.com : visuels décontractés cherchant à suggérer que toutes les familles sont concernées, même les plus simples.

DIA21 : Banque populaire, 2007 : photo de famille « dynastique » – sur la pelouse, devant la maison, un fauteuil au centre, le gros chien, l’encadrement…

Intérêt de l’iconographie multiforme de la photographie de famille : elle permet d’élargir à l’envi la cible de ce type de messages publicitaires, d’un côté en démocratisant l’idée de patrimoine (réduit à des cartons pour les plus modestes), de l’autre, en le chargeant de connotations symboliques riches (pour la Banque dite « populaire »).

Par extension, au delà du patrimoine : l’assurance, la banque, les services financiers :

DIA22 : Assurance Vivaccio + 2 visuels pour Ag2R (Retraite, prévoyance, épargne, santé – « Vous

LES VACANCES, LES LOISIRS (DIA23)

DIA24 : Vacances à l’île d’Yeu, www.juratlantique.com / Publicité pour Vacances Bleues, 2006 / Catalogue Cap France 2008 (villages de vacances).

Et, par extension :

DIA25 : La saison des vacances (l’été) : Orange, « Un été à la carte » ; ou le lieu des vacances (les bords de mer) : Musée du bord de mer de Bénodet, 2003-2004.

DIA26 : Carte sénior de la SNCF : le visuel combine des cartes postales et des photos de famille. / Brochure des chemins de fer suisses : voyager (en famille), faire du vélo (en famille). / Décathlon, catalogue vélo, 2011.

DIA27 : Couverture du catalogue de vacances Renouveau, 1999 / Publicité pour les WF, 2005 : être en vacances signifie prendre des photos.

LES MATÉRIELS ET SERVICES PHOTOGRAPHIQUES

Registre prolifique étant donné l’importance économique du marché de la photographie amateur, relancé depuis quelques années par l’essor de la photographie numérique. Ces publicités mettent un accent appuyé sur la famille objet central de l’attention des photographes amateurs.

Accent plus marqué encore sur les enfants, qui sont devenus les personnages centraux des photos de famille :

DIA28 : Publicités pour le téléphone portable Nokia 7610, 2004 ; Photo Service, 2004 ; les imprimantes photos HP, 2005.

En même temps que les moins faciles à photographier dans la nouvelle veine, plus spontanée, voire débridée, qui s’affirme aujourd’hui. Les fabricants rivalisent d’innovations technologiques

DIA29 : Publicité pour l’appareil Coolpix 2100 de Nikon, 2003 ;
deux variantes d’une publicité pour l’appareil FinePix 10 de Fujifilm, 2005 (« Le premier appareil qui ne perd jamais quelqu’un de vue »).

Conventions obligées : les visages, le sourire.

DIA30 : « Smile ! », publicité pour l’appareil Canon Ixus, 2007 ; couverture du magazine de la FNAC, Contact, sur le thème : « Photographiez, Retouchez, Imprimez », juin 2005.

Ainsi, il apparaît que la technologie numérique vise en priorité la photographie de famille réalisée par les amateurs en levant un à un tous les risques de ratage encourus par ces photographes occasionnels, peu versés dans la technique photographique : cadrages aléatoires, images floues, manque de lumière, contrejours, yeux rouges, et sourire obligé.

De fait, si l’industrie photographique cible massivement ses produits et sa publicité sur les pratiques familiales de la photographie, on peut se demander si, en retour, ces dernières ne subissent pas de plus en plus l’emprise de la publicité et des modèles de communication. Cette hypothèse de la contamination de la photographie de famille par l’imagerie publicitaire, surtout depuis l’essor du numérique, mériterait d’être explorée pour en évaluer la réalité concrète et l’ampleur.

A suivre…

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

  1. Dans les usages ordinaires, le pêle-mêle permet la reconstitution matérielle de la totalité familiale, d’ordinaire couverte par des clichés parcellaires. Recomposition de l’unité familiale, réelle ou fictive, d’origine ou recomposée (car le pêle-mêle propose également un état éphémère, transitoire, de la famille, qui n’est pas forcément destiné à durer). []

Un nouveau lieu commun visuel-1

Je relance aujourd’hui mon blog en mettant en ligne le texte de la communication que je viens de faire à Montréal, dans le cadre du 9ème congrès de l’Association internationale pour l’étude des rapports entre texte et image (AIERTI). J’y étais invité par Vincent Lavoie, initiateur et animateur de l’atelier « Photographie amateur et pratiques populaires : Les nouvelles fictions collectives de l’image ».

°°°

Un nouveau lieu commun visuel
Photographie de famille et communication

Le fait que l’immense majorité des familles possèdent au moins un appareil photo et qu’elles s’en servent pour fixer en images les principaux rituels de leur vie privée a contribué à produire depuis des décennies une masse énorme de photos accumulées ou mises en valeur par leurs auteurs eux mêmes. II s’agit là d’une économie proliférante, mais circonscrite à ces unités de production privées que sont les familles. Aujourd’hui, cependant, on voit de plus en plus de ces images présentées, valorisées, reproduites, imitées sur la place publique. Si bien que la photographie de famille ne relève plus aujourd’hui exclusivement de la sphère privée.

Les artistes contemporains ont été probablement parmi les premiers à s’intéresser à ces clichés d’amateurs et à leur iconographie, dont ils ont fait le matériau malléable d’une révision minimaliste de l’art. Je ne souhaite pas aborder ce thème, que j’ai déjà traité ailleurs1. Mais il revêt une grande importance parce que, en propulsant la photographie de famille dans le champ de l’art, les artistes ont contribué à en faire une catégorie d’images légitime, et non plus simplement usuelle, ouvrant ainsi la voie à la réutilisation de cette imagerie par toutes sortes de communicateurs. Ce sont ces usages publics que je voudrais détailler à présent.

« __ss_9042908 »>Lieu commun visuel-Famille-présentation Montréal

View more presentations from maresca-s.

I – Famille = photographie (DIA 1)

Les diapositives sont annoncées dans l’ordre du diaporama proposé ci-dessus.

Par un retournement somme toute prévisible et particulièrement commode, la photographie des familles est traitée désormais comme le substitut visuel de l’idée de famille. Elle en tient lieu dans de nombreuses publications, elle lui sert d’illustration.

J’ai réduit ici l’iconographie à un seul exemple par type d’image ou d’usage abordé. La totalité des images que j’ai rassemblées sur ces questions depuis quelques années (environ 200 images) est en ligne et en libre accès sur Flickr, où j’ai mis en place un groupe auquel chacun désormais peut apporter sa contribution.

DIA 2 : Sciences Humaines, Dossier : « Où va la famille ? », n° 156, janvier 2005 (autoportrait familial de Xavier Lambours).

DIA 3 : Michel Bertrand (éd.), Pouvoirs de la famille, familles de pouvoir, Toulouse, Framespa, 2005 (actes d’un colloque) / Flyer de l’exposition Familles. Tout reste, pourtant tout change, Musée national suisse de Zurich, 2008 : une photo de famille encadrée sur fond de papier peint.

Les deux premières images qui ressortent de l’interrogation de la base Images de Google sur le mot « Famille » (premier essai le 18 janvier 2008, second le 20 avril 2009, donnant les mêmes images) :

DIA 4 : MSA du Nord : une photo de famille (trois générations = protection sociale de tous) en introduction, composée avec des figurants rémunérés (on la retrouve sur le site de la MSA du Tarn et Garonne), mais selon un code de représentation traditionnel.

DIAS 5 : TPE PME.com (site pour les entrepreneurs) : image plus moderne de la famille réduite au couple avec enfant et une pose plus « affective » – visuel repris en 2009 pour illustrer le site du Collectif « Ensemble pour la famille »
+ Camionnette Savelys.

Ces deux visuels apparaissent toujours dans la première page de résultats sur Google Images le 5 juillet 2011, celui de Savelys arrivant en premier.

Incise sur les visuels qui servent à illustrer plusieurs messages :
Par exemple, ce dernier visuel est utilisé par 43 sites différents, en France comme à l’étranger (selon Tineye, interrogé le 5 juillet 2011).

Ces deux clichés, tout aussi composés l’un que l’autre, illustrent bien, dans le registre des images de communication, le passage repéré dans l’histoire récente de la photographie de famille entre la pose solennelle qui prévalait à l’occasion des temps forts de l’histoire familiale et les instantanés plus spontanés qui ponctueraient aujourd’hui la vie de tous les jours. Selon les publics auxquels ils s’adressent, les professionnels de la communication visuelle recourent à l’une ou l’autre de ces deux formes.

La famille ainsi résumée par une photo de famille est de préférence blanche, aisée, heureuse. Elle ne reflète guère la diversité culturelle et sociale de l’ensemble des familles d’un pays comme la France.

La notion extensible d’« esprit de famille » (DIA 6):

Au delà des familles proprement dites, on peut la figurer également dans une équipe ou une entreprise :

DIA 7 : Des photos de famille disposées sur le bureau :
Apicil Entreprises, gestionnaire de régimes de retraite complémentaire (2008) ;

DIA 8 : Ou sur le mode de la dynastie familiale : les dirigeants de l’entreprise NSI
(la pose permet d’opérer la distinction entre les trois membres de la famille et leur collaborateur extérieur).

Les divorces et ruptures familiales (DIA 9):

Illustrés par des photos déchirées, photos de mariage essentiellement :

DIA 10 : Site du Centre de médiation familiale de Montréal / « Pourquoi avons nous divorcé ? », site www.astrosurf.com.
= reprise d’un acte à l’origine privé :

DIA 11 : Clichés privés (vers 1946, publiés dans La recherche photographique, 1990).

Reconstitution de la chaîne visuelle et symbolique :

Temps 1 : Mariage = on photographie le mariage
(là encore, la photographie fait désormais partie intégrante du rituel) :

DIA 12 : En Une de Ouest France, 22 23 janvier 2005 : « Le marché du mariage est à la noce » (la photographie de la mariée (et non pas la mariée ou les mariés), prise par l’un des participants à la noce, et non par un photographe professionnel). /Les statistiques du mariage (www.horizon-mariage.com).

Temps 2 : Divorce (rupture du mariage)= on déchire la photo du mariage :

DIA 13 : Article de Ouest France (9 nov. 2006) sur les séparations ; image composée (photo de mariage déchirée sur fond de tribunal), Archives Vincent Mouchel. / « Consensus sur le divorce », Alternatives économiques, 222, fév. 2004 ; image composée, Pascal Sittler, Réa.

Autres extensions, incluant ou conjurant l’idée de menace sur la famille :

DIA 14 : Affiche gouvernementale pour la prévention des incendies : « Ne laissez pas la vie de ceux que vous aimez partir en fumée ».

A suivre…

  1. Cf. mon article : Le recyclage artistique de la photographie amateur, in Joëlle Deniot, Alain Pessin (sous la dir. de), Les Peuples de l’art, Paris, L’Harmattan, 2006, tome 1, pp. 261 277. []

Spécimens ou individus ?

Je publie dans le numéro de la revue L’Homme qui paraît ces jours-ci un article consacré aux usages incertains du portrait photographique par les anthropologues tout d’abord, puis par les photographes documentaires, enfin par les spécialistes actuels de la communication.

Comme il arrive souvent, cet article paraît sans illustrations, alors même qu’il ne parle que d’images. Les délais et l’absence de moyens expliquent largement cette anomalie. Je me propose d’y remédier en partie en proposant ici une bonne partie de l’iconographie qui aurait avantageusement complété mon texte. Je me contenterai de résumer le propos de celui-ci car la revue L’Homme met son contenu en ligne sur un site payant, que je ne peux donc pas concurrencer par une publication gratuite.

Dans cet article, je suis remonté dans le temps jusqu’à l’utilisation de la photographie par les anthropologues du XIXe siècle, intéressés très tôt à fixer en images les différents « types » physiques humains à travers le monde. Entre leurs mains, le portrait photographique généra une contradiction entre leur intention catégorisante, généralisante, et l’inévitable personnalisation des clichés récoltés. Souvent, la légende était utilisée pour tenter de réduire ce « bruit » visuel, sans toutefois y parvenir complètement.

Roland Bonaparte, Portrait d'un Lapon, 1884

Gravures illustrant un article de Roland Bonaparte sur les Lapons, La Nature, juillet 1885. Au passage, Anders Larsen Tommar est devenu un "type lapon".

La mise au point d’un protocole strict de prise de vue tenta d’imposer la dimension scientifique de ces clichés qui n’en demeuraient pas moins des portraits individuels. Alphonse Bertillon, par exemple, l’initiateur de la photographie policière, conçut un studio destiné à l’anthropométrie1, ce qui n’enlève rien cependant aux flottements perceptibles dans les images produites.

Portrait normalisé d'un "indigène" nommé

Nudité anthropométrique (du même individu ?)

Pose folklorisante (le même que sur la précédente)

Portrait composite "dans le style" de Francis Galton

Face à l’irréductible personnalisation des portraits anthropologiques, certains comme Francis Galton (le cousin de Darwin) ou Arthur Batut en France cherchèrent à superposer plusieurs portraits pour élaborer une effigie « composite » qui, à la manière des statistiques, aurait éliminé l’anecdote individuelle pour faire ressortir les traits communs.

Finalement, la tentation photographique des anthropologues s’épuisa assez vite et la photographie se réduisit bientôt à un outil parmi d’autres dans leur panoplie de voyageurs.

Son usage signalétique fut repris à partir des années 1930 par certains photographes documentaires qui s’efforcèrent à leur tour d’utiliser le portrait pour composer des fresques sociales, grâce à des partis-pris formels apparemment impeccables (fond neutre, pose frontale, intitulé générique, mise en série), mais au prix d’ambigüités omniprésentes. Citons l’antécédent des Hommes du XXe siècle,

Irving Penn photographiant en Nouvelle Guinée (capture d'écran du site http://www.artknowledgenews.com)

imposante série sur la population allemande par August Sander2. Plus tard, les séries d’indigènes réalisées en Afrique par Irving Penn (Worlds in a Small Room, 1974), d’autres fresques fameuses comme In the American West par Richard Avedon (1985), ou encore plus récemment en France les Portraits de Français réalisés par Despatins et Gobeli pour la Mission photographique de la DATAR (1984) ou les séries d’uniformes de Charles Fréger.

Un leitmotiv revient dans la plupart de ces séries à vocation documentaire : l’usage de légendes qui catégorisent les personnes photographiées, comme l’ont fait longtemps les anthropologues :

Dorothea Lange, The Migrant Mother, 1936

Je détaille dans l’article les nombreuses ambigüités, ambivalences et contradictions qui apparaissent dans beaucoup de ces séries de portraits à visée documentaire.

Et je termine en pointant que, aujourd’hui, la presse et la communication ont largement repris cette veine signalétique du portrait pour donner corps cette fois à des représentations théoriques, fictionnelles, illustratives, de groupes sociaux ou professionnels, ou pour personnaliser des situations multiples. Voici quelques exemples de ces « portraits sans individus » :

2008

2011

2009

2007

2008

2010

  1. Cf. Alphonse Bertillon, Dr. A. Chervin, Anthropologie métrique. Conseils pratiques aux missionnaires scientifiques sur la manière de décrire des sujets vivants et des pièces anatomiques – Anthropométrie, photographie métrique, portrait descriptif, craniométrie, Paris, Imprimerie Nationale, 1909. []
  2. Cf. l’étude que je lui ai consacrée dans mon livre La photographie, un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1996, chapitre 1. []

Sexisme photographique

J’évoquais dernièrement l’association si fréquente entre femme et photographie amateur, dans un contexte il est vrai où l’image d’une femme revêtait une signification politique et culturelle pertinente.

Mais voilà que la FNAC nous replonge sans nuance dans ce lieu commun de la communication, depuis les antécédents centenaires de Kodak, qui veut que l’image d’une femme semble la plus appropriée pour montrer combien l’utilisation des nouveaux appareils photo est devenue simple et accessible à tous.

Surtout si l’on remarque que, dès qu’il s’agit de se perfectionner dans la pratique photographique, c’est un homme qui incarne le désir sous-jacent : « Je veux être photographe » (au lieu du slogan indistinct « Flashez quand vous voulez »).

Personnalisation-2

La façade de la plus célèbre brasserie de Nantes, La Cigale, est en travaux depuis le mois de décembre dernier. Pour ne pas laisser croire qu’elle était fermée pendant la durée du chantier, son patron a décidé de faire masquer les échafaudages par une bâche sur laquelle ont été reproduits les portraits photographiques de tout le personnel. L’employeur y pose sans cravate à côté de ses employés, le cuisinier à côté du maître d’hôtel, dans une sympathique égalité que symbolise le recours aux simples prénoms.

Ou comment la personnalisation – dont on a déjà vu qu’elle était une figure de communication destinée à convaincre de la proximité avec l’usager – peut être utilisée pour dépoussiérer l’image d’une brasserie spectaculaire et vénérable.

Capture d'écran du site de La Cigale

Personnalisation

Capture d'écran du site de l'Université de Nantes

L’université de Nantes vient d’ouvrir ses portes au public. Pour cette occasion, qui se reproduit tous les ans, elle n’a pas reconduit la campagne de communication lancée en 2010, centrée sur quatre portraits d’enseignants-chercheurs.

L’idée était alors d’affirmer le lien entre les formations dispensées par l’université et la recherche – réalité que les lycéens méconnaissent et dont ils ne prennent pas forcément conscience lorsqu’ils entament un cursus universitaire. Les quatre collègues qui s’étaient prêtés au jeu se présentaient d’emblée comme des chercheurs, hautement spécialisés dans leur domaine. Trois scientifiques et une juriste ; une femme et trois hommes.

La question que je m’étais posée alors était : pourquoi personnaliser à ce point le message ? pourquoi « réduire » notre communauté universitaire à quatre de ses membres, surtout quand cette formule médiatique revenait à sur-représenter les sciences dures ? pourquoi affirmer à ce point des profils d’excellence et entrer ainsi en résonance avec les orientations actuelles de la politique gouvernementale, synonymes de concurrence et de sélection plutôt que de synergie et de soutien ? Mais je n’avais pas approfondi ces questions sur le moment ; elles étaient restées dans leur état fugitif.

Je les ai reprises cette année en constatant avec surprise que l’Université n’avait pas reconduit la formule, alors même que nous avions vu passer en interne, il y a quelques jours, un appel à candidatures pour de nouveaux portraits. Qu’est-ce qui s’était passé entre-temps ?

Il semble tout d’abord que la disproportion entre les  sciences dures et les autres disciplines enseignées dans notre université généraliste, nettement perceptible dans les quatre portraits de l’an passé, aurait été reproduite cette année puisque les collègues du pôle Sciences ont été nombreux à se porter candidats, contre seulement un dans le secteur des sciences sociales. Confrontés à des difficultés pour maintenir leurs effectifs étudiants, les scientifiques semblent plus ouverts à toutes les initiatives susceptibles de donner une image positive de leur activité et de leurs formation. Toutefois,  la même préoccupation devrait animer également les collègues des autres domaines de l’université. Or, ceux-ci restent à l’écart et refusent de s' »afficher » dans une telle campagne d’information. « Afficher » est le terme approprié puisque les affiches des Portes ouvertes de l’université se retrouvent pendant plusieurs jours collés sur des panneaux d’affichage, sous les abribus, voire sur des bus qui sillonnent la ville. Impossible de ne pas les voir, impossible de ne pas se voir ainsi placardé lorsqu’on a accepté d’y figurer.

C’est là que l’option personnalisante de cette campagne devient source de difficultés : qui va accepter de s’exposer de la sorte pour représenter l’université ? qui va se sentir assez « légitime » au regard de l’institution ? qui va assumer de sortir du lot d’une manière aussi marquée par le modèle pesant de la publicité et de la starification ? qui va accepter cette mise en exergue d’individus au lieu de la valorisation collective de l’institution ?

Pour tenter d’améliorer leur rapport au public, beaucoup d’institutions publiques lancent des campagnes de communication mettant en avant les personnes qui les composent, comme s’il était question de convaincre les citoyens ordinaires qu’ils y trouveront des relations inter-personnelles, « humaines », et non pas la froideur redoutée, impersonnelle, de toute structure administrative. On découvre ainsi comment s’appellent l’agent EDF ou les techniciens de Nantes Métropole, sans savoir si l’on aura affaire à eux, ou même si l’on pourra demander à leur parler en priorité au bénéfice de cette première connaissance par affiches interposées. Bref, la personnalisation du message est un effet de communication qui ne laisse pas forcément  présager une modification des relations effectives entre usagers et professionnels. Car les personnes ainsi distinguées ou mises en avant sont si peu nombreuses qu’elles ne sauraient à elles seules engager l’ensemble de leur institution.

C’est bien ce qui s’est passé à l’université de Nantes : le manque de candidats et leur trop inégale répartition invalidait par avance le message qu’ils étaient censés délivrer au public.

Mais il y a plus : des difficultés techniques se sont ajoutées à ces questions de gestion interne. C’est d’ailleurs un cas intéressant en ce qu’il fait apparaître les multiples composantes d’un problème et conduit à se méfier d’une sorte de théorie du complot à laquelle on serait aisément tenté de souscrire en première approximation. En même temps, lesdites difficultés techniques ne sont pas du tout anodines.

En 2010, l’université avait embauché une photographe professionnelle pour réaliser les quatre portraits, afin d’être assurée d’une qualité esthétique et technique suffisante pour une impression en grand format. Cette année, en revanche, les photos ont été réalisées en interne par des techniciens qui n’étaient pas spécialistes du portrait. Le résultat n’a pas été complètement satisfaisant, si bien que le projet de cette campagne a été abandonnée.

Nous touchons là à une autre question, qui renvoie aux évolutions récentes des pratiques photographiques depuis la généralisation du numérique , à savoir l' »amateurisation » de la production photographique qui prive une partie des professionnels de leurs marchés traditionnels et qui donne des résultats inégaux, pas toujours à la hauteur des exigences techniques de la communication1.

A travers ces différents aspects – institutionnels, techniques -, se pose la question de la personnalisation – d’une institution, du message – : tendance ô combien prégnante aujourd’hui, mais source de complications, voire d’impasses, comme dans le cas présent.

  1. Voir ici les billets consacrés aux amateurs et à la profession de photographe. []

Les petites images

Je roule en vélo et parfois je crève. Cette semaine, j’ai donc dû renouveler mon stock de rustines pour réparer une roue endommagée. Je me suis rendu dans l’un de ces nouveaux magasins qui se sont ouverts pour profiter de la vogue des déplacement écologiques en ville : vaste surface de vente, large éventail de modèles, présentoirs remplis d’ustensiles et de pièces sous emballage plastique. Le contraste est frappant avec l’atelier du réparateur traditionnel chez qui je me rendais auparavant, mais qui a fermé l’an passé : l’homme, en bleu sale, vous recevait entre son espace de réparation et le comptoir, également encombrés d’objets divers que lui seul savait retrouver dans un assortiment hétéroclite de boîtes en carton, de tas et d’unités dépareillées.

La vendeuse me sort une boîte plastifiée, de la marque Aim Accessories, filiale du groupe international d’origine japonaise Shimano. Elle contient l’habituel nécessaire : quelques rustines, un tube de colle et une vignette de papier abrasif. Je cherche combien de rustines il y a dans cette petite boîte.

– Regardez les petites images, m’indique la vendeuse.

En effet, sans le support d’aucun texte, les dessins imprimés détaillent le contenu de ce « repair kit ».

De retour à la maison, je compare avec la boîte qui me restait, achetée chez mon ancien réparateur : produit français destiné au marché intérieur, libellant en toutes lettres les informations nécessaires. Le contraste entre les deux boîtes me semble aussi fort que celui qui oppose les deux styles de magasins, avec cette nuance spécifique : le langage de la communication commerciale internationale est désormais celui de l’image, qui dispense de traduire les messages. A charge pour le client de comprendre par lui-même les indications symbolisées par ces « petites images » qui parlent d’elles-mêmes.

Image et publicité

Les images dans la société – chapitre 15

La publicité a sa place dans ce livre parce que, hormis à la radio, elle est devenue synonyme d’image. Aujourd’hui, le directeur artistique d’une agence saisi d’une commande de campagne publicitaire va réfléchir immédiatement à l’image, le plus souvent photographique, ou au film qu’il va faire réaliser. Même s’il doit également trouver un slogan, une « accroche » qui fasse à la fois sens et forte impression sur l’esprit du public, ce texte ne se conçoit plus sans le support d’une image. C’est d’ailleurs le sens de l’évolution historique, depuis les premières annonces ou « réclames » jusqu’aux publicités actuelles : au texte seul s’est substitué un alliage tout à fait spécifique de textes et d’images, particulièrement visible dans les affiches ou les encarts publiés dans la presse, mais tout aussi présent dans les spots télévisés puisque, là aussi, les images sont soutenues par un commentaire parlé et que, souvent, le nom du produit et le slogan apparaissent en toutes lettres à la fin.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Cherchez nous

Voici quelques lettres qui se dégagent en creux  d’une accumulation du même mot « moi ». La densité de ces « moi » déclinés dans plusieurs formats et polices de caractères crée une sorte de fond plus clair, surtout si on la regarde de loin. C’est d’ailleurs ainsi que nous sommes conviés à découvrir ce graphisme puisqu’il est imprimé sur une affiche. Appréhendés à plusieurs mètres de distance, les « moi » se confondent et deviennent illisibles ; seul ressort ce « nous » au bleu plus soutenu. Que signifie cette image intimement faite de textes, contrastant des « moi » innombrables qui saturent l’espace au point de s’effacer et ce « nous » qui surnage par défaut ?

Lire la suite

Les ellipses de la communication visuelle

De plus en plus nombreux dans les lieux publics et les supports de communication de toute sorte, les pictogrammes poursuivent le rêve d’un langage sans frontière qui serait immédiatement compréhensible de tous, sans besoin d’aucun apprentissage. La réalité est toute autre : chacun est resté au moins une fois sans réaction devant une image savamment construite qui demeure impénétrable ou qui ouvre tant de pistes d’interprétation possibles qu’elle en perd son utilité pratique.

En voici deux, trouvées lors de ces vacances. Je les offre à votre sagacité ou à votre imagination. N’hésitez pas à me faire part de vos interprétations, même les plus fantaisistes. Et surtout, ne devinez pas trop vite !

Pour un premier inventaire visuel des pictos les plus étranges.

Anniversaire : le gâteau et la suite

Invité à l’anniversaire d’un de ses copains, mon fils de 6 ans revient trois heures après avec un sachet de bonbons et une photo de l’ensemble des convives réunis autour du gâteau, chapeau pointu en carton jaune sur la tête et serpentin rouge à la bouche. Tous les visages se distribuent sur l’image, la pose est parfaite, mais une certaine dose d’agitation confère à la composition un air spontané.

Lire la suite