La question des amateurs

Capture du site de Rue89

Tout commence avec le mail que m’adresse un photographe et lecteur avisé de Culture visuelle pour m’alerter sur un article publié sur le site de Rue89, qui se trouve illustré par une photographie trouvée sur Flickr. Cette image ayant retenu son attention, il en a cherché l’auteur qui, à son grand mécontentement, se trouve mentionné seulement tout à la fin du papier : « Victor Bezrukov, Flickr ». Il n’en faut pas plus pour qu’il y voie un symptôme de plus de la dévalorisation de la photographie dans la presse par le recours à des clichés d’amateurs.

Ce nouvel exemple de ce qu’il est convenu d’appeler la « concurrence des amateurs » fait écho à une discussion que Dominique Sagot-Duvauroux et moi-même avons eue dernièrement avec André Gunthert : de quels amateurs parlons-nous ? et tout d’abord : s’agit-il seulement d’amateurs ?

Dans le cas présent, quelques recherches sur internet permettent d’apprendre rapidement que Victor Bezrukov est tout sauf un amateur, même s’il ne semble pas non plus être un véritable professionnel de la photographie. D’origine ukrainienne, installé en Israël depuis 1993, il se présente comme un spécialiste des réseaux et de la sécurité informatiques, cultivant par ailleurs une création photographique qu’il met en valeur sur de nombreux sites, en particulier sur art limited, et à travers de multiples collaborations à travers le monde. Ses images, d’inspiration libre, affichent la maîtrise technique d’un vrai pro de la photographie. Bref, s’il ne vit pas de sa création photographique, il ne la cantonne pas à son seul plaisir personnel, mais s’applique à la faire connaître et à la valoriser. Son compte sur Flickr contribue à élargir sa surface médiatique et lui vaut donc à l’occasion des débouchés éditoriaux. La licence de ses photos est administrée par Getty Images.

A propos de Victor Bezrukov, il serait donc plus pertinent de parler de photographe non professionnel ou même de producteur non professionnel de photographies, plutôt que d’amateur, dans la mesure où seul l’exercice d’une profession non photographique le distingue d’un photographe professionnel. Rappelons d’ailleurs que nombre de noms connus dans le monde de la photographie ne vivent pas de leur art, pas plus d’ailleurs que quantité d’artistes pourtant reconnus comme tels.

Sur Flickr, l’image que vient de publier Rue89 fait partie d’un groupe intitulé : « Pictures published on Rue89 ». En recherchant dans les commentaires postés par les visiteurs du compte Flickr de Victor Bezrukov, on découvre ce message déposé quatre jours auparavant par la rédaction de Rue89 :

« Hi,

We’re a French news website called Rue89 (http://www.rue89.com) and are about to use this picture (with link and credit) to illustrate a story on our site, observing the Creative Commons conditions mentioned in this page.
If you do not want us to reproduce your work on our site, just email me us webmaster[at]rue89.com.

Congratulations for this photo. »

Il apparaît donc que Rue89 a repris cette image gratuitement, comme elle l’avait déjà fait pour les autres photographies qu’elle classe d’elle-même dans ce groupe sur Flickr (« Pictures published on Rue89 »), afin probablement de permettre aux photographes sollicités de prendre connaissance des choix esthétiques opérées par le site d’information français. Si l’on se place du point de vue des photographes professionnels qui sont à la recherche de débouchés commerciaux pour leurs propres images, il est clair qu’une telle politique d’illustration gratuite ne peut que leur apparaître, sinon comme de la concurrence déloyale (puisqu’ils n’accepteraient pas de céder leurs clichés gratuitement), du moins comme une perte de marché. Les nouveaux espaces ouverts sur internet par des sites d’information comme Rue89 ne leur offrent donc guère de possibilités nouvelles de commercialisation, puisque des producteurs non professionnels leur sont préférés au bénéfice de la gratuité de leurs images.

Au cours de notre enquête en cours sur les photographes professionnels, nous avons déjà enregistré plusieurs cas de pertes de marché dues à la production de photographies par des non professionnels. Par exemple lorsqu’une mairie, qui s’est équipé en appareils numériques pour assurer les photos d’identité nécessaires à l’établissement des passeports biométriques, trouve son intérêt à charger ses employés, notamment du service de la communication, de réaliser avec ce matériel des clichés qui iront illustrer gratuitement son site internet, voire la gazette municipale. Ou encore lorsque le conservateur d’un musée historique, parce qu’il est féru de photographie, se charge lui-même d’illustrer les divers documents nécessaires pour assurer la publicité des manifestations de son institution. Dans certaines entreprises, les cadres commerciaux se voient tenus de photographier eux-mêmes les nouvelles gammes de produits pour alimenter en continu la catalogue en ligne. Etc.

Dans tous ces cas, les photographes professionnels ne sont plus sollicités et les photos sont réalisées gratuitement par des non spécialistes qui, même s’ils le font dans le cadre de leur contrat de travail, ne sont pas rémunérés pour cette tâche spécifique. C’est pour eux un travail supplémentaire, qu’ils n’ont peut-être pas le choix de refuser. Tant mieux pour eux s’ils apprécient la photographie, tant mieux encore s’ils ont une bonne maîtrise technique, mais c’est loin d’être toujours le cas et l’économie financière semble décisive en pareil cas pour motiver la décision de se passer des services d’un photographe professionnel.

Quant à l’autre forme de détérioration du marché de la photographie dénoncée souvent par les professionnels, à savoir le recours des organes de presse à des clichés d’amateurs, il semble qu’elle ne procède pas, du moins pas souvent, d’une concurrence frontale et qu’il faille y regarder à deux fois avant de conclure que désormais tout possesseur d’un téléphone portable est un journaliste en puissance, susceptible et capable d’envoyer ses clichés sur le champ à qui de droit (agence, quotidien, télévision) pour être publié. Alors « Tous journalistes ? », pour reprendre l’interrogation d’André Gunthert.

Si l’on s’intéresse à présent aux banques d’images en ligne et tout particulièrement à celles qui proposent des clichés à bas prix, comme fotolia, sont-elles véritablement alimentées par de simples amateurs qui tenteraient leur chance en espérant, sans y compter vraiment, quelques gains financiers ? J’ai déjà cité le cas d’un photographe professionnel qui met ses photos sur fotolia pour la commodité et la modicité du service, acceptant du même coup de vendre ses images d’archive peu cher, mais misant sur l’espoir de les vendre souvent. Et, comme le faisait remarquer André Gunthert, l’examen des photos proposées sur fotolia ne donne pas l’impression d’être devant des clichés d’amateurs, mais plutôt de bons spécialistes de la technique photographique. La concurrence générée par ce type d’offre à bas prix ne serait donc pas forcément entre les professionnels et les amateurs, mais entre certains professionnels et d’autres ayant opté pour l’économie mondialisée des images d’illustration. Si elle était réalisable, une enquête approfondie sur l’origine des photos proposées sur fotolia serait la bienvenue pour éclaircir les ressorts de cette concurrence si souvent dénoncée.

Une situation particulière cadre bien – mais n’est-ce pas la seule ? – avec le sentiment, souvent exprimé par les professionnels, d’être directement concurrencés par des photographes amateurs : les mariages. Car à cette occasion, en effet, les professionnels, lorsqu’ils sont sollicités (ce n’est plus toujours le cas), se trouvent physiquement confrontés aux nombreux invités et convives qui eux aussi photographient et filment la noce. Au point parfois d’être obligés de jouer des coudes pour s’imposer. Ces photographes d’un jour sont clairement des amateurs, qui photographient pour leur plaisir, dans une logique privée. Ils méritent pour le coup pleinement le qualificatif d’amateurs.

Ce ne sont là, comme souvent, que quelques remarques provisoires. Elles pourront être complétées, voire contestées, infirmées par d’utiles compléments que je laisse à mes lecteurs le soin d’apporter.

Concurrences

"Direct, le magazine des communications", décembre 1993

Pour une image de biscuits, on a demandé récemment à ce photographe de photographier séparément le panier, les gâteaux et le pot de lait. Lui se proposait de photographier le tout en respectant à la lettre le calque du directeur artistique de l’agence, auteur du visuel publicitaire. Mais ça ne les intéressait pas parce qu’ils envisageaient de faire deux usages des mêmes images pour deux emballages différents. « Ils me demandaient de faire trois photos alors que, normalement, on n’en fait qu’une. Avant, on n’en faisait qu’une. Bon, moi j’ai fait comme ils voulaient. Pour les Créa [créatifs d’agences publicitaires], c’était une approche différente. Je sais pourquoi : c’est qu’ils vendaient 10 heures de retouche derrière, qu’ils n’auraient pas eu à faire autrement. » Aujourd’hui, les agences de pub sont très bien équipées pour ça. Certaines ont même monté un studio de photo.

Cet exemple m’a fait entrevoir que le passage au numérique avait intensifié, sinon déclenché, des phénomènes de concurrence directe entre les différents acteurs de la « chaîne graphique » qui, au bénéfice des facilités techniques offertes par le numérique, tentent de récupérer à leur profit les activités et marchés des autres. En voici quelques exemples :

Photographes versus Photograveurs :
Certains professionnels ont décidé de se ré-équiper entièrement en numérique – en dépit du coût important de cet investissement – avec l’espoir de facturer désormais, en plus du prix de leurs images, le coût de leur post-production. En clair, ils ambitionnaient de reprendre à leur compte le travail des photograveurs et les bénéfices qu’il générait. Malheureusement pour eux, leurs clients directs et/ou les agences de publicité par qui ceux-ci passaient ne l’ont pas entendu de cette oreille : les uns et les autres ont surtout vu là une chance inespérée de réduire leurs coûts en supprimant le recours à un intermédiaire de la chaîne. Ils ne l’ont pas laissée passer.

Commanditaires versus Agences de publicité :
Dans le même souci d’économie, certaines entreprises grosses consommatrices de photographies pour leur communication – dans la grande distribution principalement – ont vu leur intérêt à se passer, du moins en partie, des agences de publicité. Certaines ont débauché directement des chefs de publicité, des créatifs au sein de ces agences pour les intégrer directement à leurs services. Désormais, en pareil cas, les campagnes de publicité sont conçues au sein des entreprises et mises en œuvre en embauchant sans intermédiaires les divers professionnels requis, depuis le photographe jusqu’à l’imprimeur.

Commanditaires versus Photographes :
Pour produire des supports de communication souvent à destination interne (site internet, catalogues pour la force de vente, etc.), certaines entreprises ont intégré un studio photographique et produisent désormais leurs visuels elles-mêmes. Soit en rémunérant en tant que de besoin les services d’un photographe professionnel appelé à travailler sur place, soit, au grand dam des hommes de l’art, en confiant à un cadre de l’entreprise le soin de prendre lui-même les photos.

Infographistes versus Agences de publicité :
Certains infographistes indépendants ne se contentent plus de composer les visuels publicitaires à partir des éléments qu’on leur fournit, ils en viennent parfois à réaliser eux-mêmes les photographies, ce qui les rend aptes à doubler les agences en devenant l’interlocuteur unique des commanditaires.  Quand ils ne s’approvisionnent pas directement dans les banques d’images à bas prix disponibles sur internet.

Agences de publicité versus Photographes :
Certaines agences court-circuitent également les photographes en achetant des visuels sur ces mêmes banques d’images. Mais ce n’est pas réalisable dans tous les cas et leurs clients ne valident pas forcément le résultat final ni le prix…

Photographes versus Photographes :
Certains pionniers sont passés très tôt au numérique pour tenter de récupérer des marchés qui étaient en train de leur échapper. Mais à leur tour, ceux qui ont suivi un peu plus tard sont venus les concurrencer avec des prix moindres parce que, entre-temps, ils avaient pu s’équiper en numérique pour moins cher. Par ailleurs, selon qu’ils avaient ou non les moyens matériels et humains pour numériser leur fonds photographique et l’indexer de manière efficace, ils ont pu tirer profit du marché élargi offert par internet ou au contraire voir s’effondrer leurs espoirs de valoriser leurs archives.

Etc.

Selon un photographe de publicité qui s’en est plutôt bien sorti en agrandissant son studio avec le concours de plusieurs associés, du temps de la photographie argentique, « c’était très difficile de casser la chaîne graphique. Parce que l’agence de pub avait l’habitude de travailler avec tel imprimeur, tel photographe, tel graphiste, tel photograveur. La chaîne graphique qui existait était très stable. Ça a totalement explosé avec le numérique. »

Pour décrire cette évolution multiforme et très variable, il importe de bien spécifier les types de production et de marché. C’est une entreprise ardue car il y a énormément de cas de figure. A ce stade de notre enquête, nous commençons à peine à nous y retrouver. Nous sommes donc preneurs de tous les témoignages et éléments de description possibles, précis, datés et détaillés. Merci d’avance.

D’autres articles sur le même sujet.