La ressemblance dans l’art du portrait

Sous le titre « La ressemblance dans l’art du portrait, condition impérative ou contrainte à dépasser ? », je présenterai une conférence

le lundi 4 janvier 2016 à 14 h 30,
dans l’amphi Kernéis
1 rue Bias, à Nantes
.

En voici l’argument :
Art social par excellence, le portrait a toujours eu pour fonction de restituer les traits de l’individu qui le commandait. La ressemblance fait donc partie du cahier des charges de ce genre pictural. Pour autant, entre les commanditaires qui souhaitaient être représentés sous leur meilleur jour et les peintres qui ambitionnaient de faire valoir leur excellence artistique, la ressemblance a toujours été relative, cédant souvent le pas à l’idéalisation. Comment le portrait pouvait-il être à la fois ressemblant et sublime ?

Enregistrement sonore de cette conférence.

Le portrait photographique, entre identité et image

Je livre ici le texte de la conférence que j’ai donnée hier soir au LIFE de Saint-Nazaire, autour de l’exposition-installation de Denis Rouvre.

Qu’est-ce qu’un portrait ? Comment le définit-on ? Dans son compte rendu du Salon de 1767, Diderot posait déjà cette question : « Mais comment juge-t-on que ce sont des portraits, et cela sans s’y méprendre ? Quelle différence y a-t-il entre une tête de fantaisie et une tête réelle ? »

Selon le grand historien du portrait, Pierre Francastel, pour que le portrait existe, il faut réunir deux éléments : des traits individualisés et la possibilité d’identifier le modèle1. Dit autrement : la ressemblance avec les traits de l’individu singulier qui a posé devant le peintre et la connaissance, l’affirmation de son identité.

Lire la suite

  1. Galienne et Pierre Francastel, Le portrait. 50 siècles d’humanisme en peinture, Paris, Hachette, 1969, p. 12. []

Des images pour la sociologie. Méthodes et questionnements

Jeudi prochain, 20 février à 14 h, je présenterai une conférence consacrée au Précis de photographie à l’usage des sociologues, que j’ai co-écrit avec Michaël Meyer.

Cette conférence s’inscrit dans le cycle « Chercheurs à la BU« , organisé par la Bibliothèque universitaire de Lettres, Sciences Humaines et Sociales, située sur le campus Tertre de l’Université de Nantes.

Elle débutera à 14 h dans la salle de formation du 1er étage.

Complément du 25 mars 2014 :

La vidéo de cette conférence est en ligne sur le site de Télénantes.

Conférence : Travailler en numérique

Travailler en numérique. Les répercussions sociales d’une révolution technologique.

Dans le cadre de l’Université permanente, je présenterai vendredi 5 avril à 14 h 30 une conférence dont voici l’argument :

Depuis une vingtaine d’années, le numérique a profondément transformé les manières de faire dans des domaines aussi variés que la production de son ou d’images, fixes ou animées. Mais il a également affecté les relations de travail entre des acteurs professionnels autrefois partenaires, aujourd’hui concurrents.
Cette conférence présentera un aperçu concret de ces modifications de comportements à partir de l’exemple de la photographie professionnelle.

Elle aura lieu dans l’amphi 9 de la Faculté de médecine, 1 rue Gaston Veil à Nantes.

Conférence : Analyse de la transition numérique

Demain, jeudi 18 octobre à 17 h, je donnerai à Angers une conférence sur la transition numérique dans le monde de la photographie, dans le cadre de la Galerie 5- galerie Dityvon, en prélude au vernissage de l’exposition « Zanzibar ».

La galerie fait partie de la Bibliothèque Universitaire Saint-Serge
57, quai Félix Faure
40053 | 49055 Angers cedex 2

Conférence : La photographie au quotidien. Eléments d'histoire orale

Samedi 13 octobre, je donnerai une conférence sur ce thème à 15 h dans le cadre des Archives départementales de l’Essonne.

En voici l’argument  :

Officiellement l’invention de la photographie date de 1839 ; les premiers appareils amateurs ont été lancés sur le marché américain en 1890, mais dans les faits, la photographie n’a pas pris place dans la vie quotidienne aussi rapidement. Cette présentation s’attachera à montrer comment la détention de photos, puis la pratique photographique se sont répandues au cours du XXe siècle, pour devenir massives seulement à partie des années 1960.