L'évidence du numérique

Fragment de l'image en question

Une étudiante entame un exercice d’analyse d’image par une description formelle élémentaire : il s’agit en l’occurrence d’une photographie noir et blanc, de format rectangulaire, et de taille « 640 x 420 ». Photo manifestement trouvée et récupérée sur internet.

Le seul hic est qu’il s’agit d’un cliché de presse de  1978, donc réalisé en argentique. Cette caractéristique technique de l’image d’origine ne vient pas à l’esprit de cette étudiante pour qui l’interface « naturelle » de consultation est son écran d’ordinateur et la source de ses informations, internet. Encore que ladite source ne soit pas non plus interrogée dans les informations qu’elle pourrait lui donner sur la nature du cliché en question. Dans le cas présent, un filigrane très visible signale que la photo appartient à la banque mondiale d’images de Corbis. Mais cet indicateur n’a pas été perçu par l’étudiante, qui n’a donc pas été regarder du côté de Corbis pour essayer d’en savoir plus sur ce cliché.

Je mesure ainsi l’emprise de l’évidence du  numérique pour les jeunes d’aujourd’hui, qui peuvent difficilement imaginer qu’une photo ne soit pas numérique et qui se satisfont aisément de la présentation instantanée offerte sur internet. C’est d’autant plus paradoxal qu’internet fournit justement une masse inégalée d’informations documentaires sur les images accessibles, dont pourtant peu de cas est fait par ces étudiants. D’autres vont soupçonner des trucages ou des retouches dans les clichés qu’ils ont sous les yeux, parce qu’ils les supposent forcément numériques, donc transformables à loisir, même lorsqu’il s’agit de photos argentiques prises d’un seul coup, d’un seul tenant, sans autre modification de forme.

Bref, le numérique règne en norme absolue dans leur esprit, synonyme de mise à disposition immédiate, mais pas forcément d’information conséquente, et de manipulation potentielle, même lorsqu’il n’y en a aucune. Que peut donner à la longue ce mélange de survol et de soupçon ?