Pas de stylo, mais un appareil

Photo prise par mon fils aîné l'an passé, dans le même château

Extrait des consignes données aux élèves de troisième du collège de ma fille en vue de leur sortie culturelle de la semaine prochaine, dans un château dédié à l’art contemporain :

« Il sera interdit de toucher aux œuvres, de crier ou de chahuter dans le château. On demandera aux élèves de ne pas utiliser leur téléphone portable pendant cette sortie.

Les élèves devront obligatoirement apporter un petit carnet pour noter et dessiner, et un crayon à papier, le stylo étant interdit dans le château. Les élèves pourront apporter un appareil photographique numérique. »

Mais, madame, si je veux prendre des photos avec mon portable ?

Trop longs les films ?

Cette affiche composée par des étudiants en Info-Com de l’Université de Nantes (réalisation et figuration) m’incite à revenir sur un cycle consacré au cinéma documentaire que j’ai organisé cette année, comme l’an passé, à destination des étudiants de notre université.

En novembre et décembre, à raison d’une séance par semaine, 8 films leur étaient proposés qui permettaient d’aborder des thèmes aussi variés que l’immigration, les conditions de travail, les restructurations économiques, les mouvements sociaux ou encore la photographie de presse. Le créneau horaire avait été choisi pour ne pas empiéter sur les cours, mais ne pas tomber non plus dans un temps-mort des emplois du temps qui l’aurait condamné d’emblée. L’information avait été largement diffusée, notamment par le biais d’un agenda électronique adressé à tous les étudiants et personnels de l’Université.

Pourtant, la fréquentation de ces séances s’est révélée très décevante : de la quarantaine de personnes présentes pour le premier film, on est passé rapidement à une poignée et même à zéro.

On peut explorer des hypothèses diverses pour essayer de comprendre cet échec. On en trouverait plusieurs également opérantes dans l’ensemble de nos activités pédagogiques. Pour dire vite, les étudiants nous reprochent souvent un manque d’information ou d’accompagnement des cours, mais ils ne se déplacent pas pour autant lorsque, pour y répondre, nous nous efforçons de leur organiser des réunions ou des manifestations diverses.

L’affiche de ces étudiants d’Info-Com retentit avec une autre question que je me suis posée : dans le cas du cinéma, ne sommes-nous pas en décalage manifeste avec la culture des étudiants ? Lorsque nous imaginons de leur projeter des films pour aborder autrement les questions sociales, nous opérons une ouverture qui nous semble novatrice, plus vivante que les formules canoniques du cours magistral ou de la lecture de textes. Mais n’est-ce pas là une option datée,  héritée de la tradition des ciné-clubs – auxquels nous avons participé nous-mêmes pendant nos études -, devenue totalement étrangère au mode de vie des étudiants actuels ? Avons-nous seulement devant nous des jeunes gens qui vont encore au cinéma ? comment consomment-ils les films et lesquels ? A l’heure où l’utilisation des ordinateurs et d’internet leur devient naturelle, voient-ils des films autrement que sur DVD, voire sous forme d’extraits, de bandes-annonces ? Il est arrivé lors d’une de nos séances cinéma, consacrée à un film plus long que les autres, que les étudiants présents donnent des signes de lassitude, comme s’ils n’avaient pas (plus) la patience de regarder aussi longtemps, en continu, une œuvre cinématographique d’une heure et demi. La culture du fragment et du mélange des genres est-elle encore compatible avec l’attention durable et la concentration requises par un long-métrage ? Surtout pour un type de cinéma qui ne procure pas immédiatement le plaisir du divertissement, mais requiert l’effort de la découverte et de la réflexion.

Bref, sommes-nous devant une simple difficulté d’organisation ou bien, plus profondément, face à une différence culturelle, source d’étrangeté et d’indifférence ?

Éléments d’explication et suggestions d’autres formules possibles sont les bienvenus.