« Il manque toujours une personne dans les photos »

Entendu ce matin au cours du journal de 8 h sur France Inter, le témoignage de la mère de ce jeune homme dont un os vient d’être retrouvé au large d’Antibes, vingt ans après sa disparition :

« Quand quelqu’un est sur le point de mourir, on sait, on va l’enterrer, et puis on fait son deuil comme on peut. Mais là, ce n’est pas le cas. On ne sait pas s’il est vivant, s’il est mort. On ne sait rien. On vit parce qu’il faut vivre. On se marie, on fait des enfants, on continue. Mais quand on a des réunions de famille, il manque toujours une personne dans les photos. »

Expression douloureuse de la réalité humaine de la photographie de famille : réunir les membres, tous les membres de la famille pour les besoins de la photo. Ici, le rituel, qui se perpétue comme il se doit, réitère cruellement le constat de l’absence incompréhensible du disparu.

Figures de la disparition-2

La disparition de la jeune Laëtitia à Pornic donne lieu depuis plusieurs jours à de nombreux reportages à la télévision et dans la presse écrite, largement illustrés. On y retrouve une iconographie aujourd’hui largement répandue, centrée sur la diffusion et l’exploitation médiatique d’une ou plusieurs photos de la personne disparue.

Dans le cas présent, une première photo de la jeune fille a été rendue publique officiellement par la gendarmerie en charge de sa recherche – photo certainement demandée à la famille d’accueil pour permettre les investigations.

Cette photo a été largement reprise par la presse :

A noter que les droits de cette image sont attribués à la Gendarmerie nationale et à l’AFP, probablement en charge de sa diffusion. Dans d’autres publications, c’est la mention D.R. qui apparaît.

Tirée en grand à de nombreux exemplaires, ce cliché et un second apparu entre-temps ont également été exhibés lors d’une manifestation silencieuse ou affichés pour réclamer la vérité sur cette disparition et que justice soit faite, selon la reprise d’un rituel désormais obligé qui remonte aux manifestations des Mères de la place de Mai à Buenos Aires sous la dictature argentine, repris lors de chaque prise d’otages.

Capture d'écran du Progrès.fr

Ces photographies, d’origine privée, deviennent rapidement incontournables parce que ce sont les seules disponibles de la personne recherchée, invisible puisque disparue. Avide d’images, même lorsqu’il n’y en a pas, la presse se focalise sur ces portraits dont elle n’est pas l’auteur : les photo-reporters les photographient, les caméramans les filment ; ils filment les photographes qui les photographient…

Capture d'écran de TF1.fr, journal de 20 h, 20 janvier 2011

Enfin, cette image devient l’intermédiaire obligé pour les acteurs du drame dans leur confrontation avec les médias :

Photos du journal 19-45 de M6

23 janvier 2011

Personne n’est préparé à vivre un tel drame. Pourtant, on constate que le rituel photographique adéquat se met en place immédiatement parce que tout un chacun, spectateur du drame vécu par les autres dans les cas de disparitions, de prises d’otages ou de crash aériens, a vu comment construire le personnage attendu par les médias. Ainsi, les mêmes gestes se répètent, spontanés ou pilotés par les journalistes, aboutissant à ce langage visuel commun de la douleur et de l’indignation.

Télérama, n°3131, 13 janvier 2010

Figures de la disparition

Mardi dernier, dans plusieurs villes de France, ont eu lieu des manifestations en faveur de la libération des deux journalistes français détenus en otage en Afghanistan depuis deux mois. Pour cette occasion, Reporters sans frontières avait distribué des pancartes représentant leurs cartes de presse anonymisées et sans photo, le gouvernement ayant demandé à la presse depuis le début de cette affaire de ne pas révéler l’identité des deux journalistes afin de faciliter les démarches entreprises en vue de leur libération. Exhiber un document officiel censé attester l’identité professionnelle en gommant dessus tout ce qui permet précisément d’identifier et de reconnaître la personne concernée est une opération peu commune. Elle vise en fait à montrer en creux ce que l’on pourrait montrer si l’on était libre de le faire.

Or, que montre-t-on généralement en pareil cas ? Une photo. Depuis quelques années, en effet, s’est instauré un rituel public : sitôt qu’une personne est prise en otage, sa photo est affichée partout et le reste tant que l’otage n’a pas été libéré. On a pu le voir en particulier pendant la captivité d’Ingrid Bétancourt ou de Florence Aubenas.

Nantes, mars 2005

Nantes, mars 2005

Ouest-France, février 2005

Ouest-France, février 2005

Parce que le portrait photographique a la capacité de rendre présente, de re-présenter une personne absente, cette catégorie d’image s’est imposée pour symboliser la disparition. La disparition n’est pas la mort : c’est une absence, contrainte ou inexplicable, un mystère ou un scandale. La disparition ne saurait durer, personne ne s’y résout. Quoi de plus explicite pour signifier ce refus que l’exhibition la plus visible possible de la photo de la personne disparue, dont la présence en image vient contredire son absence pour en réclamer la fin ? Depuis les manifestations obstinées des « Folles de la place de Mai » contre le silence de la dictature argentine, brandir les portraits des disparus est devenu la forme rituelle d’interpellation pour ceux, celles qui réclament la vérité sur le sort de leurs proches. De même aujourd’hui, lors des prises d’otages, des manifestations sont régulièrement organisées avec ou devant leurs portraits géants. Et une fois obtenue leur libération, symboliquement ces grandes icônes sont retirées puisque la présence retrouvée des captifs n’a plus besoin d’être re-présentée.

Ouest-France, 13 juin 2005

Ouest-France, 13 juin 2005

Dans la foulée s’est constitué ainsi un nouveau cliché de presse : la photo de gens qui défilent en exhibant la photo de gens enlevés ou tués dans des circonstances obscures ou jugées inacceptables. Images dans l’image, nouveau motif iconographique.

Mais s’il n’y a pas d’image ou si l’on ne peut pas en montrer ? Les cartes de presse des deux journalistes enlevés en Afghanistan existent bel et bien – elles permettent d’ailleurs d’affirmer leur professionnalisme, contesté à plusieurs reprises depuis leur enlèvement. On sait donc qu’une photo figure sur chacune de ces cartes, photos que l’on verrait partout si la censure officielle ne s’y opposait. Le visuel de Reporters sans frontières, qui suggère ces photos par leur absence, adapte le motif visuel de la disparition à l’absence de motif disponible. Finalement, on est ici en présence d’une double protestation: contre la disparition des otages et contre la disparition de leur image.

Autre billet sur le même sujet (de nombreux mois après…) : Relooker les otages.