L’anonymat par précaution

Gendarmes.Presse Océan-24-09-2015Deux photos trouvées ces jours derniers dans Presse Océan, quotidien régional de l’Ouest, ont attiré mon attention sur la façon dont certains journaux traitaient aujourd’hui la publication des photographies de policiers ou de gendarmes dans l’exercice de leur fonction sur la place publique.

Lire la suite

Privation de visage

Rue89 vient de remettre en évidence une nouvelle parue début juillet, que je n’avais pas vue sur le moment : il s’agit du dénouement juridique d’un conflit d’interprétation entre la production d’un film documentaire sur la prison et l’administration pénitentiaire. Alors même que les détenus qui apparaissent dans le film Le déménagement de Catherine Rechard avaient explicitement donné leur accord pour y laisser voir leur visage et témoigner en leur nom propre, les autorités pénitentiaires s’y étaient refusé au nom de la protection desdits détenus, qui ne doivent pas pouvoir pâtir, une fois sortis de prison, de l’image dévalorisante d’anciens tôlards. La diffusion du film s’est trouvée bloquée pendant deux ans. La décision du tribunal autorise enfin FR3 à le diffuser sur plusieurs de ses antennes régionales (le week-end prochain), mais la chaîne maintient certaines restrictions : en particulier, aucune diffusion ne sera faite sur internet.

C’est un cas intéressant de restriction du droit d’une personne sur sa propre image, justifiée officiellement par la protection de cette même personne contre les effets possibles de la diffusion de son image. L’article 41 de la loi de 2009, invoqué dans cette affaire, stipule d’une part que « les personnes détenues doivent consentir par écrit à la diffusion ou à l’utilisation de leur image ou de leur voix lorsque cette diffusion ou cette utilisation est de nature à permettre leur identification » – ce qui ouvre la possibilité de filmer des détenus avec leur accord. Mais le même article affirme que « l’administration pénitentiaire peut s’opposer à la diffusion ou à l’utilisation de l’image ou de la voix d’une personne condamnée, dès lors que cette diffusion ou cette utilisation est de nature à permettre son identification et que cette restriction s’avère nécessaire à la sauvegarde de l’ordre public, à la prévention des infractions, à la protection des droits des victimes ou de ceux des tiers ainsi qu’à la réinsertion de la personne concernée. » En clair, les autorités s’attribuent le droit d’invalider le droit des détenus à disposer de leur propre image, arguant du fait, pour reprendre les termes d’un haut responsable de l’administration pénitentiaire, que « la prison n’est pas un contexte où un détenu peut avoir son libre-arbitre ».

Nous sommes ici dans une situation inverse de celle qui soulève problème le plus souvent, à savoir la diffusion sans son accord de l’image d’une personne. En prison, la question serait plutôt de réussir à faire reconnaître son accord à diffuser cette image.

Au delà de la question, éminemment discutée, des degrés de liberté permis en détention, se pose spécifiquement une question d’image : quelle image, c’est-à-dire quelle représentation donne-t-on des détenus dans un reportage ou un documentaire sur la prison lorsqu’on les montre avec le visage flouté (ce qui était l’exigence des autorités pour ce film) ? Ce procédé est très fréquent ; il impose même une sorte de marque de fabrique qui signifie visuellement : vous êtes en train de regarder un film qui vous montre la réalité de la vie en prison, avec de vrais détenus, privés de leur image comme il se doit. Or, ce floutage du visage de personnes que l’on sait condamnées tend à accentuer notre perception de leur dangerosité ; il enferme ces personnes dans le stéréotype du condamné en nous laissant imaginer le pire à leur sujet1. Y a-t-il rien de plus fantasmatique que ce visage effacé, qui retranche l’individu singulier derrière son état du moment, qui l’assimile à cet état, sans laisser au spectateur la possibilité d’en voir autre chose ? Dans le temps court d’un reportage télévisé ou même d’un documentaire classique de 56 mn, les chances sont minces d’appréhender ces cas individuels autrement que comme la vérification d’une vérité générale.

C’est tout l’intérêt de cette querelle juridique, suscitée par la détermination de la réalisatrice du film à nouer un rapport personnel avec les détenus débouchant sur leur participation active au tournage. Elle me remet en mémoire l’échange que j’avais eu avec l’artiste Sylvain Gouraud lorsque nous discutions de la photographie des malades mentaux et que nous avions, assez logiquement, dérivé sur la prison :

  • Sylvain Gouraud :  L’image a un rôle à jouer, parmi d’autres, dans la requalification de ce qu’est un détenu dans la société. Je suis critique à l’égard des photojournalistes qui, à leur façon, accentuent l’effet de stigmatisation, en représentant les détenus avec un bandeau sur les yeux ou le visage flouté.
  • Sylvain Maresca : Il y a surtout l’administration pénitentiaire qui les empêche de procéder autrement. Ou alors il faut prendre une autre option : évacuer la personne en évoquant le détenu par le biais de son cadre de vie (la cellule) et des objets de son choix
  • SG : Je trouve hallucinant qu’on bute ainsi sur cette zone de non-droit à l’intérieur de laquelle il serait impossible de représenter une personne. Surtout aujourd’hui, dans le monde des médias, où tout est sur-représenté.  C’est le summun de l’impossibilité. Est-ce un bien ? Ce n’est pas une chose souhaitable.
  • SM : Il y a une logique à ça : pour les citoyens ordinaires, la prison est précisément l’endroit où on enferme ceux qu’on ne veut plus voir. On retrouve cette logique fondatrice dans l’impossibilité de représenter les détenus à l’intérieur de leur prison autrement que comme des non-personnes.
  • SG : Cette idée de la prison qui exclut de la société est une idée qui date. Elle renvoie à la logique du bagne. Aujourd’hui, la prison œuvre très peu à la réinsertion sociale des détenus. L’image est symptomatique de cet état de fait. A sa façon, elle est même encore plus violente.
  • SM : Les photographes sont ambivalents : d’un côté, ils cherchent à révéler les réalités de la vie en prison, avec son organisation, ses règles, le type particulier de société qui s’y développe, et donc à montrer les individus qui y mènent cette vie ; et de l’autre, le rappel à l’ordre de l’autorité vient redire qu’il ne s’agit aucunement d’une vie sociale normale et imprimer la marque de la sanction jusque sur les images réalisées, pour conjurer le risque d’une représentation banalisante de l’univers de la prison. Il est naïf d’imaginer la montrer autrement. Un tel projet est à son tour utopiste.
  • SG : La prison évolue, il pourrait en aller de même pour les images qu’on en donne. Il y a une marge pour se déplacer. Il y a de quoi faire. Mais quoi faire, je ne sais pas.
  • SM : Par exemple, comment pourrait-on photographier un atelier dans une prison qui fasse apparaître qu’on n’est pas dans une entreprise, mais bel et bien dans une prison ? Ce n’est pas évident du tout. Si rien sur l’image ne signale qu’il s’agit d’un atelier au sein d’une prison, alors, en définitive, le seul signe visible sera le bandeau apposé après-coup sur les yeux des détenus, comme la marque de l’institution pénitentiaire. Cette indistinction problématique explique probablement pourquoi le plus souvent les photos montrent les lieux ou les dispositifs les plus immédiatement assimilables à la prison : les parloirs, les barreaux, la cour de promenade… Des endroits qui n’existent que là.
  1. J’avais déjà pu noter cet effet troublant d’accentuation dans la revue la revue Le nouveau détective qui a toujours recouru abondamment au bandeau noir ou désormais au floutage des visages. Cf. Sylvain Maresca, “Le jour et la nuit. La photographie dans le Nouveau détective”, La Recherche photographique, n° 16, printemps 1994, p. 16-21. []

Echos de l'été 1 : L'information photographique

Avant de replonger pour de bon dans les sujets sérieux qui font tout l’intérêt de Culture visuelle, je voudrais restituer quelques aperçus visuels de cet été qui s’achève. Je commencerai par une histoire amusante qui met en jeu la question du droit à l’image.

Au cours de la seconde quinzaine d’août, mon plus jeune fils est parti dans un camp organisé par la mairie de notre commune. Le jour du départ, la directrice du camp me signale qu’il y a un problème : sur sa fiche d’inscription, j’ai indiqué que je ne donnais pas mon accord à l’utilisation de photos de mon fils pour illustrer le site internet de la mairie. La directrice, qui en semble particulièrement désolée, m’explique que, tout au long de la semaine que durera leur séjour, ils communiqueront des comptes-rendus et des photos que les parents pourront découvrir chaque jour en direct sur le site en question, sous la rubrique « En direct des camps et séjours ». Bien entendu, ces photos seront automatiquement enlevées à la fin de la semaine. Cet argument a décidé une mère, aussi réticente que moi, à revenir sur sa décision et à donner son accord. Pour ma part, je persiste à refuser car je n’ai aucune confiance dans le devenir de ces photos, sitôt qu’elles seront publiées sur le net. La directrice tente une dernière fois de me fléchir en me représentant que je me prive ainsi de « l’information photographique en direct » et que, de surcroît, lorsqu’ils prendront des photos, ils seront obligés d’exclure mon fils du groupe. Je lui réponds que je n’envoie pas mon fils dans un camp pour le voir en photo tous les jours ; quant aux clichés de groupe, ils peuvent très bien les prendre avec lui et retenir ensuite celles sur lesquelles il apparaîtra le moins ou pas du tout. Nous en restons là, mais je vois bien que mon attitude la choque.

Deux jours après, je reçois un coup de fil de la mairie m’indiquant qu’ils viennent de se rendre compte que mon fils apparaît clairement sur les premières photos qu’ils ont mises en ligne. En fait, ils n’avaient pas été informés de mon refus (tiens, tiens…). Mais ils s’engagent à réparer cette erreur au plus vite en masquant mon fils sur toutes les images où il figure. Cet épisode comique m’incite à aller voir sur le site, où je découvre en effet une suite de clichés retouchés pour faire disparaître la frimousse réjouie de mon garçon, voire parfois son corps tout entier. Lorsqu’il sera revenu de son camp, il s’amusera beaucoup de ces grossiers masquages, lui qui n’avait pas remarqué de toute la semaine qu’il y avait un quelconque problème avec ses photos.

Cela fait déjà plusieurs années que la mairie met en place une consultation téléphonique 24 h sur 24 h pour permettre aux parents de s’informer sur le déroulement des vacances de leur enfant. Nous ne l’avons jamais utilisé, car une des joies de ces départs en colonie est, pour nous, de bénéficier d’une semaine de tranquillité. Alors, appeler tous les jours (0,225 € la minute) pour en entendre parler, non merci. Mais c’est la première fois que la mairie passe à »l’information photographique » sur internet. Les encadrants de ces camps doivent donc non seulement assurer l’intendance et l’animation, mais encore produire et transmettre un reportage en continu afin de satisfaire… Satisfaire quoi, la curiosité des parents ? Qui le leur a demandé ? Et pourquoi des images à présent ? Parce que, avec la généralisation des smartphones et de Facebook, il devient impensable de vivre quoi que ce soit sans en prendre et en envoyer des photos ? Le tout, ici comme ailleurs, sans aucune garantie de confidentialité ni de respect du droit à l’image, comme le révèle cet épisode.

La foule des individus

Décembre 2001

Les multiples conflits portés devant la justice par des individus réclamant le respect de leur droit à l’image ont contribué à faire évoluer notre conception de l’espace public. Celui-ci ne peut plus être considéré mécaniquement comme une scène publique sur laquelle toutes les interactions entre les individus présents seraient de nature publique. Même les manifestations – qui rassemblent pourtant des participants décidés à afficher leurs convictions dans la rue – ne sont plus aussi facilement représentables qu’autrefois : les manifestants peuvent être dûment impliqués dans l’action revendicative qu’ils sont en train de mener sans pour autant être prêts à contribuer à l’image de la manifestation en acceptant de figurer sur les photos qui en seront publiées dans la presse. Entre la prise de vue et la publication, chacun peut faire valoir son refus d’apparaître en photo, c’est-à-dire d’apporter sa contribution à l’image de l’événement et, en retour, d’être assimilé à cette image.

Désormais, force est de considérer les lieux publics comme des scènes d’interaction privée. Même une foule n’est plus une entité collective indifférenciée. Elle est composée d’autant d’individus qui peuvent à tout moment faire valoir leurs prérogatives sur la façon dont on les représente en cette occasion. Ici comme ailleurs, l’individu s’affirme de plus en plus résistant à toutes les formes d’assimilation collective. Les photoreporters font l’amère expérience de cette affirmation récente qui entrave directement leur couverture de l’actualité publique.

Mais il y a un autre versant à cette individualisation de l’espace public : c’est la mise en place des dispositifs de télésurveillance qui n’ont d’autre objectif que d’extraire l’individu du contexte collectif dans lequel il évolue, quand bien même il s’agirait d’une foule nombreuse et compacte. Franck Leblanc a fait de ses dispositifs l’objet central de sa thèse. Il y insiste en particulier sur le rôle décisif des entreprises privées qui proposent aux consommateurs des applications attractives, ludiques, permettant de les convaincre de l’intérêt de ces dispositifs d’identification et surtout d’obtenir leur participation active.

Lors de la finale du championnat 2010, le site internet de la ligue américaine de baseball a proposé ainsi aux fans de ce sport de se repérer eux-mêmes sur une photographie panoramique prise de la foule des spectateurs de la finale :

Capture d'écran du site internet MLB Tagoramic, nov. 2010

Contrairement aux apparences, ce panoramique est d’une stupéfiante netteté et permet aux internautes de zoomer dans l’image pour repérer un à un les visages des personnes présentes. Cette technologie déconstruit donc l’effet visuel et massif de la foule pour la réduire à une collection momentanée d’individus, identifiables un à un. Notons que cette haute définition est précisément l’atout des caméras numériques de télésurveillance installées dans certains stades de football à risque pour repérer les supporters interdits de stade et les exclure des matchs.

Parmi les zooms présentés par Franck Leblanc, il en est un que je trouve particulièrement réjouissant et ironique :

On y voit certes la finesse des détails qui rendent ces images englobantes remarquablement aptes à cerner le moindre geste individuel. On remarque également le bandeau de Facebook qui, sous l’image, invite les internautes à identifier eux-mêmes les personnes photographiées – contribuant de la sorte à alimenter l’archive mondiale des identités photographiques en circulation, et consommant une sorte de collusion inconsciente, mais ô combien efficace, avec les objectifs de surveillance généralisée poursuivie par les services de police. Mais surtout, je remarque les deux femmes au premier plan dont le visage est masqué par l’appareil photo qu’elles sont en train d’utiliser. Ici, la photo dresse un obstacle à l’identification par la photographie. L’individu qui photographie l’événement s’abstrait du même coup de la photographie de l’événement auquel il participe. Il cesse d’être identifiable.

Il est heureux qu’une quantité inépuisable et proprement imprévisible de circonstances, de hasards de toute sorte limite la performance des dispositifs de télésurveillance – qui n’auront de cesse, soyons-en sûrs, de se perfectionner pour contourner ces obstacles. Que la réalisation de photographies entre dans le lot de ces limitations est rassurant car elle opère un retournement de l’outil, et une affirmation salutaire de l’arbitraire individuel contre l’arbitraire envahissant des « autorités » et leur propension à traiter chacun comme un suspect.

Sur ces questions, voir l’article d’Agnès Rousseaux sur Basta.

Les problèmes actuels du droit à l'image

"Le visage flou", image reprise sur le site de la Malette Interactive Artistique Multimédia (MIAM)

Mercredi prochain, 6 avril, je présenterai une conférence sur Les problèmes actuels du droit à l’image, plusieurs fois évoqués sur ce blog.

Elle aura lieu dans le cadre de l’Université permanente de Nantes, à partir de 14 h 30.

Plus d’informations.

Pouce !


Capture d’écran sur le site http://fr.euronews.net


Hier s’est déroulée une manifestation devant l’ambassade de France à Bucarest pour protester contre la politique d’expulsion intensifiée à grand bruit depuis cet été par le gouvernement français.

En dehors des habituelles banderoles porteuses de slogans indignés, on pouvait remarquer plusieurs manifestants arborant à hauteur du visage l’image agrandie d’une empreinte digitale. Ce motif iconographique évoque deux questions :

– Tout d’abord, celle du droit à l’image : il est de plus en plus fréquent, sur les photos de manifestations, de voir des personnes masquées par les panneaux ou banderoles qu’elles portent, soit qu’elles le fassent délibérément pour ne pas risquer d’être reconnues – on peut imaginer en particulier que certains des manifestants de Bucarest, dont on dit qu’il s’agissait de Roms, ne tenaient pas à pouvoir être identifiés pour se préserver la possibilité de venir prochainement en France sans être inquiétés d’entrée ; soit que les photographes ou rédacteurs photos des organes de presse préfèrent retenir précisément les clichés sur lesquels les visages des personnes échappent ainsi à la vue, afin d’éviter tout risque de procès pour violation du droit à l’image.

– Ensuite, le signe de l’identification : il est frappant de constater ici que l’empreinte digitale est brandie comme le signe qui identifie chaque individu. Nous sommes entrés dans l’ère du passeport biométrique, pour lequel la photographie d’identité ne revêt plus qu’une importance relative, complétée qu’elle est par des données directement prélevées sur le corps de la personne concernée. Dans le même temps, les manifestants de Bucarest arborent tous la même empreinte, qu’ils détournent donc pour en faire d’une part un symbole de la surveillance policière généralisée, mais encore un masque anonymisant, se jouant ainsi du signe censé les démasquer.

Le comble du droit

DirectNantes Plus (journal gratuit), 20 mai 2010

Deux visages masqués :

– celui de l’homme, probablement photographié à son insu, est flouté afin d’éviter tout risque de plainte en justice pour violation de son droit à l’image ;

– celui de la femme, dissimulé par le voile intégral qu’elle porte et qu’un projet de loi entend interdire dans l’espace public.

Mais alors demain, à supposer qu’elle se montre encore dans la rue, cette fois à visage découvert pour se mettre en conformité avec cette nouvelle loi, il deviendra impératif de flouter son visage pour prévenir tout risque que cette femme, rétablie dans ses droits de femme au sens où l’entend la législation de la République française, ne vienne s’opposer à la publication de son image au nom, précisément, de ses droits d’individu. Au voile religieux succèderait le voile médiatique. Un comble !

Problèmes actuels du droit à l’image

Les images dans la société – chapitre 19

Depuis plusieurs années, le monde du photoreportage est en ébullition car de plus en plus de photographes et d’agences sont attaqués en justice par des personnes privées qui leur contestent le droit de publier leur image. Elles réclament des dommages et intérêts en réparation du préjudice subi. Souvent, les tribunaux leur donnent raison et infligent des amendes aux professionnels de l’image. Une autre manifestation de ce problème se remarque sur les écrans de télévision : dans les reportages d’information, on voit se multiplier les halos destinés à masquer le visages de certaines personnes apparaissant dans le champ de la caméra. Ce sont manifestement des personnes présentes sur le lieu du tournage, mais qui n’ont pas donné leur accord pour que leur visage soit montré à l’antenne, ou encore des personnes devant être protégées (comme les mineurs par exemple). Ce procédé de masquage est employé pour éviter toute contestation en justice.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Des individus sous l'uniforme

A deux reprises au cours des derniers mois, la presse en ligne s’est fait l’écho d’incidents qui ont opposé aux forces de l’ordre des journalistes venus photographier des interventions policières sur la voie publique :

  • Le 16 décembre 2008, deux photographes de l’AFP ont été empêchés de photographier une manifestation de lycéens sur la place Bellecour de Lyon par des CRS qui ont même effacé les quelques clichés déjà enregistrés dans la mémoire de leurs appareils photos. Ce qui n’a pas empêché la diffusion des photos incriminées. Les policiers auraient affirmé vouloir préserver ainsi leur droit à l’image.
    http://www.rue89.com/2008/12/17/lyon-pas-de-photos-maintenant-cest-comme-ca?page=13

  • Lire la suite