Devant la télé – 3

Une famille américaine regarde la télévision en 1958 | National Archives and Records Administration

Troisième moisson de comptes rendus d’observation réalisés par mes étudiants de Licence 3 sur le thème : comment regarde-t-on la télévision dans votre famille ou votre entourage immédiat ?

On retrouve certaines constantes constatées au cours des deux années précédentes (voir Devant la télé et Devant la télé – 2) :
– la présence incontournable de la télévision chez les classes moyennes et populaires, comme fond sonore souvent omniprésent, comme accompagnement des repas et surtout comme programme obligé des soirées ;
– l’organisation de l’espace domestique en fonction du téléviseur afin de lui accorder la meilleure visibilité ; en particulier le passage aux cuisines à l’américaine obéit souvent au désir de pouvoir voir la télévision depuis la table sur laquelle on mange le plus souvent ;
– la distribution des places, à table ou sur le canapé, qui intègre pour une large part l’ouverture qu’elles donnent sur le téléviseur : le privilège des meilleures places est le plus souvent masculin (père, fils aîné), y compris – et ce n’est pas le moins étonnant – dans certaines colocations étudiantes mixtes ;
– le caractère proprement organique du rapport à la télévision chez les jeunes qui ont disposé d’un téléviseur dans leur chambre dès l’adolescence, voire avant pour certains : ceux-là ne peuvent vivre sans la présence d’un téléviseur en marche, ils l’allument dès qu’ils rentrent dans leur appartement et certains ne peuvent tout bonnement pas s’endormir sans le ronronnement rassurant du petit écran (dans une famille, on laisse la télé allumée en permanence, y compris lorsqu’il n’y a personne à la maison, parce que ça rassure les chiens !).

Mais on constate également plusieurs nouveautés perceptibles.

Tout d’abord dans le registre des activités déployées devant la télévision ou, plus exactement, pendant que la télévision est allumée. Ces activités, on l’a déjà vu, sont multiples et changeantes. Les femmes en déploient plus que les hommes, plus concentrés sur l’écran et moins impliqués dans les tâches domestiques. La nouveauté est dans la nature de ces activités : on perçoit en effet un transfert depuis des passe-temps traditionnels comme la lecture (du journal, de magasines, plus rarement de livres), la réalisation de mots croisés ou de sudoku, le tricot ou le repassage pour les femmes, etc., à des activités sur des écrans : smartphone, ordinateur, voire tablette numérique. Ceci se constate même les adultes, qui consultent leurs mails ou jouent à Candy Crush tout en jetant un œil à une série télévisée. On continue donc à faire quantité de choses devant la télé, mais de plus en plus devant des écrans.

La multiplication des téléviseurs et des écrans dans les intérieurs domestique engendre une séparation de plus en plus nette des pratiques télévisuelles : pas seulement entre les parents et les enfants (phénomène qui s’est accentué depuis déjà des années), mais désormais au sein du couple parental. Dès lors qu’il y a un téléviseur dans la chambre conjugale, en plus de l’écran principal du salon, il n’est pas rare de voir l’homme ou la femme partir directement dans la chambre, sitôt le dîner terminé, pour aller voir son programme préféré, laissant l’autre à son désœuvrement dans le salon où il zappe pour voir ce qu’il y a à la télé ce soir-là. Ce sont plus souvent les hommes qui se retranchent ainsi dans leur propre consommation audiovisuelle (elle peut se faire tout aussi souvent sur leur ordinateur portable)1. Cette séparation des pratiques, rendue très facile par la multiplication des écrans, permet peut-être de soulager les dissensions qui se manifestent souvent entre les conjoints, pas toujours d’accord sur les programmes qu’ils souhaiteraient regarder ; de même que la multiplication des écrans offre aux enfants des possibilités beaucoup plus étendues pour contourner, voire ignorer le contrôle parental – lui aussi objet de fréquentes divergences entre le père et la mère. Cette « séparation de corps » audiovisuelle anticipe parfois le véritable divorce qui consacre alors, dans de multiples domaines, les divergences de goûts et de pratiques entre les anciens conjoints.

Il en résulte au quotidien une difficulté de plus en plus grande à s’accorder sur un programme qui agréerait à tous les membres de la famille, chacun sachant qu’il bénéficie toujours d’un écran de substitution sur lequel il pourra regarder ce qui lui plaît davantage. Le spectacle télévisé conserve sa dimension familiale et sa capacité à réunir à certains moments tous les membres de la famille, mais cette fonction de rassemblement devient de plus en plus fragile et limitée dans le temps.

Autre tendance perceptible, dans la suite de la précédente : le passage progressif de la télévision à l’ordinateur (ou à la tablette numérique). On le remarque désormais chez les adultes, dont beaucoup sont devenus adeptes du visionnage de certains programmes télévisés sur leur support informatique, où ils peuvent en particulier sauter les publicités. Cela vaut surtout pour les séries et pour les films, qui remplacent de plus en plus souvent les programmes proposés en direct par les différentes chaînes. Il en résulte que la télévision est délaissée (c’est très relatif…), mais au profit d’autres écrans qui permettent de la regarder autrement. Là encore, le spectateur exerce de plus en plus son arbitraire audiovisuel pour ne regarder que ce qu’il veut, voire pour en regarder plus comme ces passionnés de football qui vont combiner un match en direct à la télé et un autre en streaming sur leur ordinateur.

Sans surprise, c’est chez les étudiants que l’on trouve le plus souvent ces combinaisons d’écrans, redoublées par les échanges de messages en continu via leurs smartphones. La description détaillée, minute par minute, que certains ont donnée de leurs activités devant la télévision fait d’ailleurs apparaître non seulement un émiettement de leur attention d’un écran à l’autre, mais également un émiettement de leurs actions : allées et venues incessantes, tâches domestiques fragmentées, entamées, abandonnées, reprises, combinées, dispersées, etc. On les dit multi-tâches à partir de tout ce qu’ils sont capables de faire en même temps devant un écran ; mais ils le sont plus encore dans la manière éclatée dont ils déploient leur énergie entre des activités simultanées et discordantes.

  1. L’accroissement de cette consommation solitaire est confirmée par les dernières statistiques de l’INSEE. []

Tous devant l’écran

Capture d'écran du site de laDepeche.fr

C’est une publicité pour un opérateur de téléphonie mobile. Je l’ai aperçue une seule fois à la télévision et ne l’ai pas retrouvée sur Internet. Je vais donc la raconter brièvement.

On suit plusieurs personnes, jeunes, dans leurs occupations respectives. Chacune a bien sûr un écran, smartphone, tablette ou ordinateur portable, sur lequel il jette de temps en temps un coup d’œil à un match de foot en cours. Tout en faisant autre chose, grâce précisément aux potentialités et à la rapidité d’exécution offertes par la 4 G.

Puis l’action s’intensifie sur le terrain de foot. Une équipe est à l’offensive. Nos spectateurs se font plus attentifs, sensibles à la montée de la tension dramatique. En même temps, et sans se concerter, ils se déplacent dans l’appartement (on peut supposer qu’ils partagent une colocation) jusqu’à se retrouver tous assis dans le canapé du salon face à l’écran plat du téléviseur où ils assistent en direct au but qui les fait exploser de joie, ensemble, comme le feraient des supporters dans les tribunes du stade.

La pertinence sociologique de cette publicité vient de ce qu’elle met en scène la diversité actuelle de consommation des images télévisées et en même temps la fonction collective que continue de remplir le téléviseur (unique ou principal selon les situations), synonyme encore maintenant de programmes regardés ensemble. La fonction familiale ou fédératrice du spectacle télévisé n’a pas disparu, même si elle est devenue plus sélective et moins régulière. De même, à l’heure des écrans en surnombre, la télévision demeure synonyme de spectacle en direct, comme c’était le cas à son origine. Particulièrement pour le sport, comme actuellement pour les jeux olympiques d’hiver.

Bonne nuit les écrans

En ces premiers jours de rentrée, leur fille (bientôt 16 ans) va se coucher étonnamment tôt. Dès que le dîner est terminé et la vaisselle rangée, elle leur dit bonne nuit et monte dans sa chambre. Un peu surpris, ses parents se réjouissent cependant de la voir mettre en œuvre quelques bonnes résolutions pour cette nouvelle année et le second trimestre : travailler davantage et dormir plus.

Mais son sommeil est émaillé de rires et de cris divers qui les poussent à monter voir ce qui se passe. C’est ainsi qu’ils découvrent qu’elle passe en fait ses soirées devant une tablette numérique qu’une de ses copines du lycée lui a prêtée. Celle-ci a reçu un IPhone 5 à Noël ; elle possédait déjà un ordinateur Mac. Sa tablette ne lui sert plus à rien. Son père la lui avait achetée lors de leur séjour à Manhattan, l’été dernier. Dans ce lycée de centre ville, au public passablement bourgeois, les élèves regorgent d’appareils électroniques en tout genre.

La voilà donc scotchée tous les soirs à son écran sur lequel elle avale des séries à la chaîne, regarde des émissions de télévision comme la première, samedi soir, de The Voice sur TF1, et s’adonne à des jeux comme Candy Crush, qui l’hypnotise littéralement.

Ses parents sont bien ennuyés parce qu’ils avaient pris la ferme décision que leurs enfants n’auraient jamais d’ordinateur dans leur chambre, encore moins de téléviseur. Un ordinateur collectif est à leur disposition dans la salle de jeux commune. Mais voilà que leur projet se trouve contourné par des matériels et des usages qu’ils n’ont pas vu venir. Dans la foulée, ils réalisent que leur fils aîné, qui lui aussi passe ses soirées dans sa chambre, a accès à Internet grâce à son IPod Touch et qu’il ne s’en prive pas pour regarder des vidéos à foison. Quant à leur petit dernier, à qui ils ont offert récemment le dernier modèle de console Nintendo DS, il les tanne pour qu’ils retirent le contrôle parental qui l’empêche de s’en servir pour naviguer à son tour librement sur Internet. Bref, leur projet éducatif fuit de partout.

Ils avaient bien dans l’idée d’adapter progressivement les temps d’écran en fonction de l’âge de leurs enfants et ils cultivaient l’illusion que cette réglementation était acceptée par ces derniers puisqu’elle ne soulevait pas d’opposition majeure. Ils en tiraient même la conviction réconfortante qu’en adoptant une position ferme et argumentée, ils parvenaient à convaincre leur progéniture qu’il y avait autre chose d’intéressant dans la vie que les écrans.

Ils viennent de se réveiller brutalement et de découvrir que leurs enfants ont su, avec une totale discrétion, passer outre leur modèle pour satisfaire leur propre intérêt. La seule convention qui demeure respectée – jusqu’à quand ? -, c’est l’interdiction des téléphones portable pendant la durée des repas.

Devant la télé – 2

Capture d'écran du site du Nouvel Observateur du 2 juillet 2012

Une nouvelle fournée de comptes rendus d’observation sur les manières de regarder la télévision rédigés par mes étudiants de Licence 3 de cette année apporte des confirmations et des éléments nouveaux par rapport à la première synthèse présentée l’an dernier.

Tout d’abord, la présence incontournable de la télévision dans ces familles qui pour l’essentiel appartiennent aux classes populaires ou aux petites classes moyennes. On allume la télévision tous les jours, des heures durant, en particulier pendant les repas (20 cas sur 27). Ces repas sont d’ailleurs en partie conditionnés par ce qui se passe à la télé : une séquence plus intense, dans un journal télévisé ou une émission de jeu, suspend non seulement les conversations, mais aussi les fourchettes. D’autre part, l’intérêt pour les programmes diffusés perturbe parfois directement le déroulement des repas : l’un part manger son dessert devant la télévision ; un autre quitte la pièce pour aller regarder quelque chose en particulier dans sa chambre. A cet égard, l’attribution des places à table revêt une importance stratégique : il n’est pas rare que le père, et les fils, s’octroient celles qui font face au téléviseur, tandis que la mère, et les filles, lui tournent plus souvent le dos.

Généralement, la télévision reste allumée lorsque la famille reçoit des invités. Un étudiant va jusqu’à écrire : « Nous entourons la télévision », tellement elle lui apparaît comme un acteur actif de ce type de réunions au cours de laquelle la conversation connaît parfois des creux que le divertissement télévisé permet de combler habilement.

Parmi les comportements individualisés au sein de la famille, il faut citer également l’utilisation du casque qui permet de regarder, et d’écouter, une émission en solo sur le téléviseur commun. Certains adolescents font de même avec leur Play Station.

Environ la moitié des familles de cet échantillon spontané possèdent plusieurs téléviseurs. Celles qui n’en ont qu’un sont soit des personnes vivant seules (ce qui arrive assez fréquemment à la suite d’un divorce ou d’une séparation), soit des jeunes, célibataires ou en couple, soit, mais c’est beaucoup plus rare ici, des familles plutôt intellectuelles qui ne valorisent pas la télévision. Ce sont les seuls cas où la télévision est prohibée du repas, au motif de respecter la convivialité de ce moment passé ensemble. Notons cependant que, dans certaines familles populaires où la vie est devenue impensable sans la télévision, assimilée à un véritable « animal de compagnie », la regarder ensemble est considéré précisément comme ce qui rassemble les membres de la famille.

Avoir plusieurs téléviseurs permet de jalonner tous les instants de la journée : par exemple, cette grand-mère qui vit seule la regarde dans sa cuisine lorsqu’elle prépare le déjeuner (le matin, elle écoute la radio1), l’après-midi dans le salon au moment de sa sieste et le soir dans sa chambre avant de s’endormir. A l’opposé, dans certaines familles nombreuses, il a été décidé de multiplier les téléviseurs afin de réduire les conflits entre les enfants sur les programmes, forcément divergents, que les uns et les autres souhaitent regarder.

Ayant grandi avec la télévision, les jeunes de 20 ans d’aujourd’hui l’ont intégrée à leur vie quotidienne, particulièrement ceux qui en ont une dans leur chambre depuis des années. Certains ne peuvent pas s’endormir sans le petit écran. Même sans aller jusque là, très tôt les enfants mémorisent les musiques des publicités, intègrent ce qu’ils ne doivent pas regarder, etc. Encore que, dans les familles populaires, le contrôle parental semble peu soutenu.

C’est dans les familles plus aisées ou cultivées que l’on rencontre les préventions les plus explicites à l’égard de la télévision. Mais l’observation en situation révèle souvent des comportements contradictoires. Ainsi, cette mère diplômée, réfractaire au « tout télé », se laisse tenter tout de même par une émission de vidéo gags tout en se faisant reproche de la regarder. Lorsque le couple parental est composé d’individus au parcours social et culturel différent, les divergences sont fréquentes.

En fait, ces contradictions sont plus répandues qu’on pourrait le croire. Dans beaucoup de cas, en effet, on constate que les gens se laissent prendre par « ce qu’il y a à la télé » (sachant qu’ils n’ont pas choisi une émission en particulier) et en conçoivent une certaine mauvaise conscience : l’homme parce qu’il va s’endormir encore une fois devant le poste, la femme parce qu’elle sait bien qu’elle aurait mieux à faire, l’un ou l’autre parce que, immanquablement, ils se mettent à grignoter petits gâteaux, chocolat…, alors que c’est très mauvais pour leur ligne. On pourrait multiplier les exemples. L’autre manifestation de cette gêne est la fréquence des remarques sarcastiques, des propos ironiques sur telle ou telle émission « particulièrement nulle », mais que l’on regarde quand même. Ce dédoublement de personnalité s’observe très fréquemment. Il conduit à douter fortement des sondages relatifs à la télévision, qui font régulièrement apparaître le scepticisme des téléspectateurs, particulièrement à l’égard des émissions d’information ; alors qu’on sait par ailleurs que la télévision demeure la principale source d’information des Français.

Dernier point qui ressort des comptes rendus de cette année : le sur-équipement multimédia des jeunes générations. Ils regardent la télévision aussi souvent que la génération de leurs parents, reproduisant en particulier ce comportement des personnes seules qui l’allument dès qu’elles rentrent chez elles, pour avoir « une présence ». Mais, le plus souvent, le téléviseur diffuse ses programmes en arrière-plan tandis qu’ils regardent l’ordinateur portable posé sur leurs genoux, sans compter leur téléphone, leur tablette ou leur console de jeux. On peut observer alors ce comportement surprenant : allumer la télé, s’asseoir dans le canapé en face, ouvrir son ordinateur et y lancer des vidéos tout en prêtant une oreille, plutôt qu’un œil, à ce qui se passe dans la série diffusée sur le petit écran ; voire décider de démarrer un film en streaming sans interrompre pour autant le programme télévisé. Ainsi se compose un environnement multi-écrans dans lequel la télévision n’occupe pas souvent la place principale, mais où elle semble demeurer néanmoins indispensable. Les séries seraient peut-être plus souvent regardées à la télévision et les films en DVD ou streaming sur l’ordinateur. Mais l’inverse se produit, par exemple lorsque les fans d’une série ne peuvent attendre sa télédiffusion et en regardent la dernière saison en v.o. sur leur ordinateur.

On comprend que les fabricants de téléviseurs cherchent de plus en plus à en faire des interfaces multimédias afin que le téléviseur ne perde pas son importance face à la concurrence des autres écrans qui meublent désormais le quotidien des jeunes générations.

  1. Effet de génération ? Du temps où l’on déjeunait en écoutant Le jeu des 1000 Francs. []

L’horloge parlante

Lorsque j’étais enfant et qu’on souhaitait connaître l’heure exacte, on téléphonait à l’horloge parlante : au bout du fil, on entendait une voix calme et posée qui déclamait l’heure dans la version chiffrée des horloges numériques. On apprenait ainsi qu’il était 11 h 35 ou 18 h 15 (je fais l’impasse sur les secondes) – ce qui ne laissait pas de me surprendre parce que ce n’était pas du tout notre manière de parler. Dans la vie courante, on disait qu’il était « midi moins 25 » ou « six heures un quart ».

Aujourd’hui, j’entends communément mes enfants se fixer des rendez-vous comme le feraient des agents de la SNCF : « On se retrouve à 13 h 45 ». On dirait qu’ils vont prendre le train. Pour eux, cette numérisation de l’heure semble tout à fait naturelle. Mais il est vrai qu’entre-temps se sont multipliés les appareillages qui donnent l’heure et qui le font toujours de manière chiffrée. Sur son écran d’ordinateur ou de téléphone portable, on doit pouvoir afficher une horloge avec des aiguilles, mais ce n’est pas le plus courant.

Cette emprise du tout numérique produit ses propres effets d’acculturation : autant mes deux aînés ont appris l’heure sur l’horloge ronde la cuisine, autant mon benjamin (10 ans) n’a jamais pu s’y faire. Pour lui, l’heure ce sont des chiffres, pas des aiguilles. Quand il voit ma montre design sans aiguilles, il me prend pour un fou !

PS : Bien sûr, ils n’ont plus de montre.

Des écrans dans la boîte à outils

1. Un commercial vient me démarcher pour me vendre l’installation de panneaux photovoltaïques. Dès lors qu’il me sent intéressé, il sort ses outils pour constituer le dossier. Outre son bloc-notes sur lequel il esquisse des calculs convaincants, il fait glisser ses doigts sur sa tablette numérique pour me montrer le détail du matériel prévu. Puis, il prend son smartphone pour photographier les documents personnels qu’il faut joindre au dossier. La fonction calculatrice lui permet en outre de peaufiner ses estimations techniques et financières.

2. Quelques jours plus tard arrive un technicien pour effectuer une étude de faisabilité. Il inspecte la chaudière, plonge derrière pour examiner la tuyauterie, puis passe au garage pour évaluer où pourraient être installé les nouveaux compteurs, ondulateurs et autres boîtiers indispensables. A chaque étape de cette exploration, il prend des photos avec un petit appareil numérique. Une fois sa curiosité satisfaite, il s’installe avec sa tablette sur les genoux pour composer, grâce à un logiciel de création graphique, le croquis du toit avec l’emplacement prévu pour les panneaux, le tout coté de manière précise à même le dessin. Il se plaint d’ailleurs de n’avoir pas un logiciel plus performant, lui qui vient du monde l’architecture, mais son entreprise n’a pas voulu dépenser plus.

3. Lorsque les ouvriers arrivent le jour prévu pour l’installation des panneaux, ils apportent avec eux un dossier dans lequel figurent plusieurs photos de mon garage et de la buanderie qui, entre-temps, ont été complétées sur ordinateur par le croquis de l’emplacement précis des différents appareils prévus. Entre-temps, j’ai fait de la place si bien que mon garage ne ressemble plus à l’image qu’en donnent ces photos d’il y a quelques semaines.

Une fois leur travail fini, le chef d’équipe sort une petite tablette numérique sur laquelle il me fait défiler les différents formulaires que je dois signer pour conclure le chantier. Pour ce faire, il me tend un stylet qui me permet d’apposer mon paraphe directement sur l’écran.

Ces ouvriers sont les salariés d’une entreprise de la région parisienne. On leur a regroupé plusieurs chantiers dans la région de Nantes où ils séjournent une semaine entière. Je suppose que, le soir venu, ils transmettent par mail, via le wi-fi de leur hôtel, les documents de la journée afin qu’ils soient traités en temps réel par les personnels des bureaux.

Au final, les écrans numériques (je n’ai pas parlé de l’utilisation continuelle du téléphone portable) font ici partie intégrante de leur boîte à outil, étendant leur travail au delà de la réalisation pratique, de l’expertise technique ou de la vente de service, pour y adjoindre une continuelle tâche bureautique qui fait de ces professionnels de véritables bureaux ambulants et connectés.

Contradictions

Le magazine des caisses d’allocations familiales de février propose un dossier sur le thème : « Bien gérer les écrans à tous les âges ». Il y consacre trois pages émaillées de citations de spécialistes de la psychologie infantile. L’écho général est qu’il importe de modérer l’usage des écrans parce qu’ils « font littéralement écran aux relations humaines, ils séparent, ils isolent et empêchent toute communication » (Michel Larrar, pédopsychiatre).

Or, soucieuse de montrer que les caisses d’allocations familiales évoluent, une double page de ce même numéro nous détaille les nouveaux supports sur lesquels sont déclinées désormais les informations périodiques des Caf : on y voit un jeune couple plongé dans la lecture du mensuel cependant que leurs enfants sont, chacun de leur côté (mais dans la même pièce) absorbés par leurs écrans.

Difficile décidément d’appliquer les conseils donnés aux parents pour réguler les relations au sein de la famille sous le régime omniprésent des écrans…

Ultra rapide concentration

Je viens de passer une semaine à la montagne avec mes enfants et un copain de mon fils aîné, soit trois adolescents et un garçon de 9 ans. Ce qui m’a surpris et m’a pris de court chaque jour, c’est la rapidité avec laquelle, à peine revenus des pistes, chacun d’eux s’isolait dans ce qui lui tenait lieu d’activité et d’interface de prédilection : l’un devant l’écran de son ordinateur pour reprendre le jeu de stratégie auquel il participe depuis des semaines ; l’autre sur son Ipod pour regarder des vidéos ou écouter de la musique, son casque sur les oreilles ; la troisième dans son livre, mais elle aussi en écoutant de la musique à travers son casque ; le dernier enfin sur la Nintendo DS qu’il venait de récupérer de son frère aîné à l’occasion de ces vacances.

Avantage certain : le calme intégral régnait dans l’appartement, je pouvais vaquer paisiblement à mes propres occupations ; même l’idée de goûter ne leur traversait pas l’esprit. Personnellement, j’étais plutôt effaré par ces quatre versions différentes, mais également obstinées à s’enfermer dans un vis-à-vis, un environnement isolant, qui rendait aussitôt toute forme de communication improbable, voire impossible. Leur parler dans ces circonstances était voué à l’échec : aucun ne m’entendait, aucun ne comprenait même que je veuille leur dire quelque chose. Obligés d’enlever leurs écouteurs pour percevoir mes paroles, ils tournaient alors vers moi le visage renfrogné de ceux qu’on dérange manifestement, comme si je n’avais pas vu le panonceau virtuel affiché devant eux, le même qu’on met sur les portes d’hôtel à l’intention des personnels de service : « Ne pas déranger ».

L'invasion des écrans géants

Surprise en arrivant chez le marchand de journaux : désormais, un écran géant nous y accueille dès l’entrée. Installé par l’entreprise Insert, qui assure déjà la publicité des contenus de presse à l’extérieur du magasin, il fait dérouler des publicités, des annonces de films et des messages d’auto-promotion pour le petit commerce local.

La patronne m’explique qu’ils ont dû revoir l’agencement du magasin pour faire place à cet encombrant écran. Le tourniquet des journaux a été remisé derrière. Impossible pour les clients qui entrent de ne pas voir d’abord cette surface lumineuse qui diffuse en continu ses animations commerciales (muettes, il faut le préciser). De part et d’autre du comptoir, il y a également deux écrans plus petits qui présentent d’autres annonces, dont certaines sur le contenu des parutions de presse.

Quelle est l’efficacité de ces écrans ? Difficile de le dire après seulement quelques jours. Ces écrans ont été installés pour une période d’essai d’un mois. Ils rapportent au commerçant une petite redevance, dont il doit soustraire le coût de l’alimentation électrique. La patronne ne sait pas si elle les conservera ensuite. Mais « les clients en parlent. Alors, du moment que ça fait parler… »

Au moment où des quotidiens suppriment leur version papier au profit de leur site internet, il est frappant de voir les écrans numériques envahir ainsi les temples de la presse. A quand une maison de la presse qui afficherait en continu le contenu de journaux ou de magazines entièrement virtuels ? Il reste à en trouver le business plan.