Un portrait en campagne

Capture d'écran du site algeriepatriotique.com du 9 mars 2014

La campagne officielle pour les élections présidentielles a commencé depuis quelques jours en Algérie. Six candidats sont en lice et se livrent à un rythme incessant de meetings, comme il se doit dans toute campagne électorale. Tous, sauf un : le président en titre, Abdelaziz Bouteflika, qui n’apparaît plus guère en public depuis son AVC d’avril 2013. Comment faire campagne sans payer de sa personne ? C’est simple, il suffit d’envoyer son portrait faire bonne figure à sa place. Les meetings ont donc commencé, animés par ses plus proches collaborateurs, qui parlent en son nom et sous le regard de son portrait, omniprésent.

Cet usage du portrait, comme substitut physique de la personne du leader, me suggère deux associations d’idées visuelles.

Insignes d'un préfet romain en Macédoine, vers 400-420. Au fond, le portrait de l'empereur.

La Véronique présentée aux foules, gravure sur bois, 1481

La première évoque à la fois l’immensité de l’empire romain et l’omniprésence du pouvoir impérial, matérialisée par le portrait de l’empereur qui accompagnait tous les détenteurs de charges publiques, dont l’autorité s’exerçait par délégation du pouvoir impérial. Le portrait de l’empereur faisait partie des insignes de leur dignité. On retrouve l’équivalent de cette couverture du territoire par l’ombre visuelle du leader dans les portraits du président de la République qui sont exposés dans toutes les mairies de France. A sa façon, Bouteflika délivre le même message : vous ne me voyez pas (pas plus que l’Empereur autrefois), mais je suis partout.

La seconde montre une image miraculeuse offerte à la dévotion du peuple. Il s’agit de l’empreinte du visage du Christ fixée sur un linge, le mandylion, qui montrerait donc la véritable image  (vera icona) du Sauveur, révélée sans aucun artifice humain. Elle ne pouvait qu’emporter la foi des fidèles, même si, dans la réalité, la « traçabilité » de cette véronique-là, comme celle de tant d’autres, était bien entendu plus que sujette à caution (voir les polémiques récurrentes sur l’authenticité du Suaire de Turin). Le portrait photographique – autre empreinte, autre « vera icona » selon le sens commun – du président algérien est censé exercer le même ascendant et raviver la même foi chez ses fidèles, quand bien même ce dernier n’est pas là pour défendre lui-même sa candidature. Envoyer son image à sa place revient presque à affirmer que son ascendant est au-dessus de la bataille, de même que le rayonnement du Christ n’a jamais dépendu d’un quelconque score électoral.

Présent en dépit de son absence physique et au-dessus de la mêlée, tels pourraient être les messages délivrés par cet usage du portrait présidentiel dans la campagne électorale.

Panneaux vides

Il n’y a pas que dans les campagnes que les panneaux électoraux restent vides. Là où j’habite, au cœur de la métropole nantaise, j’ai eu la surprise de constater hier que les panneaux électoraux prévus pour le seconde tour des élections présidentielles ne portaient toujours aucune affiche. J’ai lu dans la presse quelques articles qui font état de la lutte que se livrent les colleurs d’affiches du PS et de l’UMP, mais elle se déroule manifestement hors des espaces officiels. Est-ce à dire que les panneaux officiels sont boudés, ou du moins semblent aujourd’hui secondaires, de même que les temps d’antenne de la campagne officielle dans les médias ?

Dans l’immédiat, ces espaces vierges ne sont pas perdus pour tout le monde…

Vendredi 5 mai :

Il n’aura pas fallu deux jours pour que les affiches des deux candidats subissent les outrages des passants :

Campagne

Je rentre d’une semaine de vacances au bord du Lot, au cœur d’un paysage rural ponctué de superbes bâtisses anciennes. Quelques jours au calme, rythmés par le clocher de l’église, sans télévision, ni radio, ni internet. Une parenthèse de silence juste avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Dans ce petit village, trois panneaux en bois grossier ont été adossés à un muret, afin de satisfaire aux obligations de la loi électorale. Mais ils sont restés vierges de toute affiche. Il faut croire que les représentants des différents candidats n’ont pas jugé utile de venir y faire acte de présence ; les panneaux du bourg voisin suffisent. La campagne électorale n’a donc ici rien d’apparent – ce qui ne veut pas dire qu’elle n’occupe pas les esprit des habitants. En tout cas, elle ne se laisse pas aborder de l’extérieur, comme on pourrait s’y risquer dans un contexte plus urbain (voir la dernière note d’André Gunthert sur les panneaux électoraux de son quartier en 2007 et aujourd’hui).

En revanche, la politique est bien présente dans ce village, comme dans d’autres de la région, mais une politique locale, circonscrite aux enjeux de la commune. On trouve en effet sur certaines maisons de superbes écussons ornés de drapeaux tricolores,  portant la mention : Honneur à notre élu(e), à notre adjoint(e) ou à notre maire. Il s’agit là d’une manifestation de la tradition des arbres de mai encore vivace dans le monde occitan, qui rend ici hommage aux élus locaux.

Je me souviens avoir consacré mon premier article de sociologie à l’observation d’élections municipales dans un petit village agricole de Lorraine. J’y avais été frappé par le décalage entre le rituel électoral, imposé par la loi générale, et la réalité des enjeux locaux qui présidaient à la désignation du premier magistrat de la commune. Tous les six ans, l’élection venait mettre formellement en jeu un poste et une prééminence que rien pourtant ne menaçait. On votait, voire on re-votait pour un homme dont l’autorité n’avait rien d’électoral, un homme qui ne faisait d’ailleurs pas campagne puisqu’il devait son autorité et sa distinction à des atouts familiaux, économiques, historiques, etc. inscrits dans le lieu – loin par conséquent de toute logique partisane ou politique explicite. Ces élections se déroulaient pour ainsi dire sans politique, alors même que le rituel républicain les paraît de tous les attributs de la dispute démocratique.

Dans ce village du Lot, le mutisme des panneaux électoraux et le décorum de l’hommage rendu à ses élus locaux révèlent le contraste entre deux régimes de vie politique, l’un national, mis en scène par les partis et les médias, et l’autre local, vécu au quotidien par les habitants du lieu, souvent sans référence à des appartenances politiques, sans signes politiques extérieurs. Mais non sans enjeux d’importance.

Sur ces questions, voir mon article : Le territoire politique.

Stéréotypes russes

Lorsque j’expose aux étudiants d’Info-Com, à qui je fais un cours sur la photographie de presse, le tournant récent vers un usage de plus en plus illustratif, symbolique, des images d’actualité, je leur présente en particulier comme jalon historique la nouvelle version que le quotidien Libération lança en 1994, caractérisée par un recours amplifié aux images et surtout à des clichés plus emblématiques qu’informatifs.

Un exemple de ce type d’image et de ce type d’usage des images est la Une que ce quotidien consacra le 20 décembre 1999 à des élections législatives en Russie. On y voit l’intérieur d’un bureau de vote qui ne nous apprend qu’une chose : les Russes votent dans des bureaux de vote ! Mais plusieurs détails de l’image sautent aux yeux : tout d’abord le rideau rouge des isoloirs. Nous sommes en 1999 et les clichés hérités de l’URSS ont la vie dure : le rouge continue d’être associé à l’idée que nous nous faisons des Russes. D’ailleurs, ce jour-là, Libération accorde le losange de son titre à la couleur des isoloirs. Et surtout, les Russes que nous voyons voter sont des soldats. Il peut y avoir une connotation politique à ce choix de montrer des militaires effectuant leur devoir civique : ils seraient le meilleur exemple que la démocratie est bien entrée dans les mœurs, huit ans après l’effondrement de l’URSS. Je crois néanmoins que les militaires présentent ici avant tout un intérêt visuel : ils arborent tous des grosses bottes et une chapka, offrant ainsi un autre stéréotype bien ancré, celui des Russes affrontant l’hiver avec ces vêtements « typiques » (nous sommes en décembre, effectivement). Au final, cette photo nous permet de comprendre, au premier coup d’œil, que nous sommes en présence d’électeurs russes puisqu’elle vérifie les a priori les plus communs que les Occidentaux continuent de véhiculer à leur propos.

(Captures d’écran des sites de RFI, La Croix, Le Parisien et RTBF)

Aujourd’hui, nouveau jour d’élection en Russie, j’ai voulu voir ce qu’il en était des clichés publiés par la presse. Premier constat : on ne nous fait plus le coup de la couleur rouge. Peut-être n’y a-t-il plus de rideaux rouges dans les bureaux de vote. Les couleurs de la Fédération de Russie semblent omniprésentes. Mais ô surprise ! les photos utilisées pour illustrer les premiers articles relatant le déroulement de ce scrutin présidentiel nous montrent de nouveau beaucoup de militaires faisant leur devoir de citoyen. Bottes et chapkas sont au rendez-vous. Certes, nous sommes encore en hiver1, mais je suis sûr que, dans quantité de bureaux de vote des grandes villes russes, on peut voir des citoyens habillés autrement.

Photo d'électeurs sibériens en décembre 2011, reprise du site http://rt.com

Si bien que l’impression qui se dégage de cette continuité est surtout celle de la permanence des stéréotypes et donc, à l’appui, d’un usage de plus en plus signalétique des photos de presse, de moins en moins destinées à informer, à donner à voir des faits, qu’à signaler aux lecteurs la thématique des articles grâce à l’emploi de codes de reconnaissance stéréotypés.

PS : Vous trouverez quantité d’autres billets consacrés à ces usages illustratifs de la photographie de presse sur Culture visuelle.

  1. Il faut dire, à la décharge des rédactions photos, que les premiers articles consacrés aujourd’hui à ces élections puisent forcément dans les premiers clichés disponibles, qui ont pour la plupart été pris dans l’Est de la Russie, là où le climat est le plus rude. Il n’empêche : la photo ci-contre montre qu’on peut y rencontrer des électeurs moins « typiques ». []