Un rituel sans images

La participation à un enterrement vient de me donner l’occasion de réaliser qu’il s’agissait d’un rituel sans images, et en particulier sans photographies. Contrairement à la plupart des rituels qui scandent la vie depuis la naissance, tous copieusement photographiés, les obsèques se déroulent sans que personne ne sorte d’appareil photo. Du moins les obsèques des gens ordinaires. Car il en va tout autrement avec les enterrements de célébrités : dans ce cas, l’image est omniprésente pour montrer les célébrités venues rendre hommage à la célébrité défunte.

La seule présence photographique est celle, désormais, du portrait du défunt présenté sur son cercueil pendant la cérémonie religieuse, puis transporté au cimetière en même temps de son cercueil. Sinon, l’ensemble du rituel se déroule sans laisser aucune trace photographique ni filmique.

Est-ce lié à la signification symbolique de l’enterrement qui vise à opérer la séparation avec la réalité physique du défunt et donc à le verser dans le registre symbolique du souvenir ? Mais cela est contredit par la floraison des images, de plus en plus photographiques, sur les tombes, comme j’ai pu le constater dernièrement dans des cimetières vendéens. Contredit également par la profusion photographique qui caractérise les autels domestiques dédiés aux personnes décédées.

N’est-ce pas dû plutôt à nos conventions du deuil et du chagrin qui interdiraient d’en fixer des images (mais la peinture religieuse en est pleine), ou encore qui, dans de telles circonstances, font de chacun une anti-thèse du sujet photographiable ? Pourtant les larmes sont l’un des signes émotionnels les plus forts, au moins autant que le sourire.

Quelles qu’en soient les causes, voici donc un rituel important qui se déroule sans image et ne laisse pas de trace.

Complément du 22 novembre 2012 :

Par coïncidence, je suis tombé hier soir dans Télérama sur un petit article qui traitait d’un nouveau service proposé par le crématorium du Père Lachaise : les obsèques filmées à l’intention des personnes qui ne peuvent pas y participer du fait de leur éloignement géographique.