Une mémoire sans nom ni visage

L’affluence nous a dissuadés de vouloir découvrir dès aujourd’hui, jour de son inauguration, le mémorial que la ville de Nantes a décidé de consacrer à l’esclavage – activité très lucrative dont les grandes familles de cette cité marchande ont largement  profité par le passé.

L’intérêt de ce mémorial réside en particulier dans sa conception : à la différence des monuments aux morts, qui alignent dans la pierre la litanie des noms des soldats morts au combat ; des monuments érigés à la mémoire des victimes de la Shoah qui, comme celui de Paris, présentent des murs de noms restituant l’identité des morts en déportation ; ou encore de certains mémoriaux récents  qui substituent aux noms des portraits photographiques, comme le monument érigé à Washington en hommage aux soldats américains tués pendant la guerre de Corée, le mémorial de Nantes ne présente ni noms ni visages. Et pour cause : les images d’époque ne manquent pas, mais le temps n’a conservé aucun portrait de ces Noirs déportés en Amérique qui n’avaient pas droit à la reconnaissance de leur identité. Quant à avoir un nom propre, un nom à eux, il n’en était pas non plus question. Ils se nommaient selon  le bon vouloir de leurs maîtres.

Une seule litanie prend place pourtant dans le « parcours méditatif » proposé aux visiteurs : elle décline la liste des expéditions négrières, complétée par celle des comptoirs qui jalonnaient le commerce triangulaire.

Ce silence et cette absence sont probablement les symptômes les plus évidents de ce qu’a été l’esclavage, et de ce qu’il continue à être pour ceux qui en souffrent encore aujourd’hui : la négation de l’individu présent en tout être humain.

Site du mémorial de l’esclavage.