La loi des grands nombres

Sous le titre : « Spécial amateurs : le plus grand concours photo du monde », la revue Photo célèbre le trentième anniversaire de son concours annuel. Elle se félicite d’avoir reçu pour l’occasion 50 000 images en provenance du monde entier. Ce grand nombre est valorisé comme le signe indéniable du succès de ce concours photo et de sa large ouverture aux amateurs : « Nos amateurs sont formidables ! Le concours fête ses 30 ans ! 50 000 photos venues de plus de 70 pays ! »

L’intérêt de ce numéro est de nous livrer les portraits des lauréats de l’an passé, ceux que la revue a distingués, ainsi que les gagnants des nombreux concours sponsorisés par diverses marques de matériel photographique et quelques fondations. Au total, 27 heureux bénéficiaires.

14 sont des photographes professionnels, 12 sont des amateurs ou, du moins, des photographes non professionnels (l’information manque pour le 27 ème). Parmi ces derniers, on compte trois habitués des concours, des expositions de photographie ou d’art. Deux sortent d’écoles d’art ou assimilées, et exercent une profession liée aux images (par exemple : web designer). Un autre est en stage dans un gros studio après avoir fait une école de photo. Autant dire que seulement 6 lauréats peuvent passer pour de véritables amateurs, pratiquant la photo comme un simple passe-temps, même passionnel.

Il faudrait se garder de tirer des conclusions définitives de ce comptage, qui porte uniquement sur le concours 2010. Il révèle néanmoins une disproportion considérable, non seulement quantitative, mais également qualitative, entre les candidats et les lauréats. Il n’est pas étonnant que ces derniers ne soient qu’une poignée : telle est la loi des concours. Mais surtout, il est frappant qu’un concours qui se vante d’attirer des milliers d’amateurs consacre avant tout des professionnels ou quasi-professionnels. Les membres des jurys de ces concours exerçant leur jugement uniquement sur les photos qui leur sont soumises, on mesure ainsi combien sont dominants les critères esthétiques qui ont cours dans la photographie professionnelle et comment ils contribuent à retenir les candidats qui s’y conforment le mieux, des professionnels tout d’abord, puis des quasi-professionnels. « La qualité de vos images est bluffante ! », s’écrient les éditorialistes de Photo en hommage à cette foule de candidats. Et pour cause…

En complément, voir mes billets sur les amateurs et l’esthétique photographique.

L'esthétique involontaire

Pour rebondir sur mon billet précédent, je mets en ligne aujourd’hui un article que j’avais écrit en 1996 au sujet de la première exposition consacrée en France à la photographie de famille. Ce fut l’occasion pour moi d’explorer comment cette pratique et cette catégorie d’images devenues si communes étaient traitées par les spécialistes de la photographie. On verra que la question de l’esthétique y était absolument centrale.

C’est un texte daté au sujet d’une exposition elle-même datée. Il aurait été intéressant de pouvoir mener une nouvelle enquête sur une manifestation beaucoup plus récente qui s’est risquée à son tour, mais dans un tout autre contexte, dominé par internet et le numérique, à exposer dans un musée de photographie la production des amateurs : Tous photographes ! La mutation de la photographie amateur à l’heure numérique, présentée en 2007 au musée de l’Élysée de Lausanne.

Continuer la lecture

Esthétique garantie

Andrew Kuprenasin, étudiant à l’école d’art de Berlin, vient de proposer, comme projet en Digital Media Design  le prototype d’un appareil photo qui permet d’évaluer, avant d’appuyer sur le déclencheur, la qualité esthétique de la photographie prévue. Non plus, comme le font communément les appareils numériques, sa qualité technique, mais bel et bien sa capacité à satisfaire aux canons du jugement esthétique. Baptisé Nadia, ce nouvel appareil permet donc de travailler les conditions de la prise de vue afin d’essayer de maximiser la note esthétique de l’image, comme le montre la vidéo de démonstration :

Cet appareil fonctionne avec Acquine, le premier moteur d’inférence esthétique disponible sur le marché. En l’état actuel, on peut le tester sur un site dédié en lui soumettant les photos de son choix afin de connaître son évaluation esthétique. Des exemples des photos estimées les plus esthétiques sont proposés en continu.

A l’origine de ce dispositif d’expertise automatique se trouvent les travaux de plusieurs chercheurs indiens et chinois basés aux États-Unis. Ils sont partis du site photo.net sur lequel des centaines de milliers de photographies sont soumises au jugement des internautes. En analysant les clichés les plus appréciés, ils ont élaboré 56 critères d’analyse du contenu des images susceptibles d’être retraduits en algorithmes mathématiques. Ils ont ensuite combiné ces critères pour établir un indicateur statistique permettant de mesurer la qualité esthétique de chaque photographie1. Il s’agirait en quelque sorte d’une retraduction mathématisée de la sémiologie, mâtinée de psychologie des perceptions.

Il en ressort que les critères les plus décisifs (il semble bien que 15 le soient réellement sur les 56) sont les couleurs, leur degré de saturation, le respect du « nombre d’or » ou de la règle des 1/3 – 2/3 aussi bien dans le format que dans la composition de l’image, le jeu sur la profondeur de champ allié à la netteté du sujet, ainsi que la prédominance des objets aux formes convexes. Au bout du compte, la macrophoto d’un fruit très coloré, placé au bon endroit dans une image au format respectant lui-même le nombre d’or, servi par une profondeur de champ très faible et une netteté irréprochable, a toutes les chances d’obtenir une très bonne note esthétique. Aucune surprise n’est à attendre lorsque l’on regarde les photos les mieux cotées puisqu’elles ressemblent en tout point à celles que valorisent les magazines photos, les concours d’amateurs et les revues spécialisées dans l’imagerie spectaculaire, comme Géo. On se rassure même en vérifiant que La Joconde obtient une très bonne note (mais pas la meilleure). Mais on nous précise que Acquine n’est pas fait pour la peinture, sans nous expliquer pourquoi.

A-t-il fallu attendre ce pur produit de la normalisation informatique pour que les amateurs tentent de réaliser des clichés ressemblant aux cartes postales ou aux visuels publicitaires ? Pouvait-on attendre d’un outil construit sur la compilation des jugements les plus orthodoxes autre chose qu’une réification des canons les plus traditionnels de l’esthétique photographique ?

D’ailleurs, on peut se demander si Nadia, ce prototype d’appareil qui penserait à notre place, comme le dit le slogan, n’est pas plutôt une bonne blague de potaches, la plaisanterie lancée par des étudiants d’art pour montrer l’ampleur du décalage, pour ne pas dire le gouffre, entre ce que les amateurs ou les professionnels de la photographie entendent par esthétique et ce qu’en font ou en défont les futurs artistes ou designers pour qui les normes sont faites pour être détournées, ou à tout le moins constamment réélaborées. Comment les photos ratées ou délaissées2  dont se délectent nombre d’artistes et de critiques pourraient-elles obtenir une note convenable aux yeux Acquine alors qu’elles alimentent une création artistique inspirée précisément par la remise en cause de la notion même d’esthétique3 ?

P.S. : Je remercie Cécile Dehesdin d’avoir attiré mon attention sur cette nouveauté. Son article sur les photos « inratables », publié entre-temps, apporte des informations complémentaires sur l’esprit de ce projet.

  1. La méthode est expliquée dans l’article de Ritendra Datta, Dhiraj Joshi, Jia Li et James Z. Wang, « Studying Aesthetics in Photographic Images Using a Computational Approach« , 2006. []
  2. Voir les ouvrages de Clément Chéroux, Fautographie. Petite histoire de l’erreur photographique, Crisnée (Belgique), Yellow Snow, 2003 ; Michel Frizot et Cédric de Veigy, Photo trouvée, Paris, Phaïdon, 2006 ; Thomas Lélu, Manuel de la photo ratée, Paris, Editions Al Dante-Léo Scheer, 2007 ; et Fabien Breuvart, Voir au dos. Photographies trouvées, Paris, Images & Portraits, 2010 []
  3. Cf. mon article :  Le recyclage artistique de la photographie amateur, in Joëlle Deniot, Alain Pessin (sous la dir. de), Les Peuples de l’art, Paris L’Harmattan, tome 1, pp. 261-277. []