Télé-observation

J’ai demandé à des étudiants de Licence 2, dans le cadre d’un TD consacré à la sociologie des cultures, de décrire en détail l’intérieur de l’habitation de leurs parents, du moins des pièces de réception (entrée, salon, salle à manger, voire cuisine) en vue d’appréhender concrètement des signes révélateurs des goûts et des pratiques culturelles. Je leur ai proposé de le faire dans leur famille pour que l’exercice leur paraisse plus simple à effectuer. Mais j’avais imposé comme condition qu’ils travaillent en binôme afin d’allier, sur chaque lieu d’observation, le regard familier de l’enfant de la maison et le regard extérieur du visiteur étranger.

C’est là que les choses se sont compliquées. Certains étudiants ne sont pas originaires de la région nantaise et, de surcroît, dans un binôme donné, les familles respectives ont pu se révéler être très éloignées géographiquement. Il n’a donc pas toujours été possible à ces étudiants de se déplacer les uns chez les autres.

Qu’à cela ne tienne : ils ont facilement trouvé une solution, technologique et visuelle. Chacun a photographié et filmé l’intérieur de ses parents et a transmis le tout à son partenaire. Ce dernier a ensuite procédé à l’observation et à la description demandées à partir de ces documents visuels. De la télé-observation en somme.

Je n’avais pas anticipé ce type d’obstacle et encore moins la facilité avec laquelle ils l’ont effacé. Cet exemple me semble montrer avec évidence combien ils appartiennent à une génération de l’image qui s’en sert en permanence, pour communiquer, se divertir, mais également, en cas de besoin, pour travailler.

Voici le bilan de cette opération par l’un de ces télé-observateurs : « Le principal avantage est que par le biais des photos et des vidéos, nous ne pouvions pas oublier d’observer tel ou tel objet. Grâce aux photos, le lieu d’enquête est figé et l’observation en est facilitée. Cependant, les limites sont que la qualité de certaines photos a pu poser des difficultés d’identification de certains objets. De plus, l’enquêteur n’est pas immergé dans son terrain d’enquête et ne peut pas s’imprégner de l’ambiance du lieu. »

Le recours à la photographie par souci d’exhaustivité a également animé certains étudiants inscrits dans un autre de mes cours, en Licence  3, consacré cette fois à la sociologie des images. Je leur avais demandé d’effectuer un relevé le plus complet possible des images qu’ils rencontraient dans l’environnement immédiat de leur lieu d’habitation. Un bon tiers d’entre eux a mentionné dès le début de leur compte rendu qu’ils avaient photographié systématiquement tout ce qu’ils voyaient, puis que, de retour chez eux, ils avaient travaillé d’après leurs clichés, afin de s’assurer de ne rien laisser passer. « J’ai choisi le recours à la photographie, explique cette étudiante, pour relever les images avec plus de précision. J’ai ensuite trié mes clichés dans des thèmes spécifiques. » Ils ont expérimenté ainsi un procédé régulièrement employé dans les opérations d’observation, lorsqu’il est question d’effectuer des relevés systématiques de configurations matérielles, comme des décors domestiques ou des environnements publics.

La facilité qu’il y a désormais à photographier et à filmer avec un téléphone portable explique certainement qu’autant d’étudiants aient adopté cette option méthodologique. La prise de notes photographiques est indéniablement en train d’entrer dans les mœurs de cette génération.

Trop longs les films ?

Cette affiche composée par des étudiants en Info-Com de l’Université de Nantes (réalisation et figuration) m’incite à revenir sur un cycle consacré au cinéma documentaire que j’ai organisé cette année, comme l’an passé, à destination des étudiants de notre université.

En novembre et décembre, à raison d’une séance par semaine, 8 films leur étaient proposés qui permettaient d’aborder des thèmes aussi variés que l’immigration, les conditions de travail, les restructurations économiques, les mouvements sociaux ou encore la photographie de presse. Le créneau horaire avait été choisi pour ne pas empiéter sur les cours, mais ne pas tomber non plus dans un temps-mort des emplois du temps qui l’aurait condamné d’emblée. L’information avait été largement diffusée, notamment par le biais d’un agenda électronique adressé à tous les étudiants et personnels de l’Université.

Pourtant, la fréquentation de ces séances s’est révélée très décevante : de la quarantaine de personnes présentes pour le premier film, on est passé rapidement à une poignée et même à zéro.

On peut explorer des hypothèses diverses pour essayer de comprendre cet échec. On en trouverait plusieurs également opérantes dans l’ensemble de nos activités pédagogiques. Pour dire vite, les étudiants nous reprochent souvent un manque d’information ou d’accompagnement des cours, mais ils ne se déplacent pas pour autant lorsque, pour y répondre, nous nous efforçons de leur organiser des réunions ou des manifestations diverses.

L’affiche de ces étudiants d’Info-Com retentit avec une autre question que je me suis posée : dans le cas du cinéma, ne sommes-nous pas en décalage manifeste avec la culture des étudiants ? Lorsque nous imaginons de leur projeter des films pour aborder autrement les questions sociales, nous opérons une ouverture qui nous semble novatrice, plus vivante que les formules canoniques du cours magistral ou de la lecture de textes. Mais n’est-ce pas là une option datée,  héritée de la tradition des ciné-clubs – auxquels nous avons participé nous-mêmes pendant nos études -, devenue totalement étrangère au mode de vie des étudiants actuels ? Avons-nous seulement devant nous des jeunes gens qui vont encore au cinéma ? comment consomment-ils les films et lesquels ? A l’heure où l’utilisation des ordinateurs et d’internet leur devient naturelle, voient-ils des films autrement que sur DVD, voire sous forme d’extraits, de bandes-annonces ? Il est arrivé lors d’une de nos séances cinéma, consacrée à un film plus long que les autres, que les étudiants présents donnent des signes de lassitude, comme s’ils n’avaient pas (plus) la patience de regarder aussi longtemps, en continu, une œuvre cinématographique d’une heure et demi. La culture du fragment et du mélange des genres est-elle encore compatible avec l’attention durable et la concentration requises par un long-métrage ? Surtout pour un type de cinéma qui ne procure pas immédiatement le plaisir du divertissement, mais requiert l’effort de la découverte et de la réflexion.

Bref, sommes-nous devant une simple difficulté d’organisation ou bien, plus profondément, face à une différence culturelle, source d’étrangeté et d’indifférence ?

Éléments d’explication et suggestions d’autres formules possibles sont les bienvenus.