Les nouveaux périscopes

La compagnie Royal de Luxe est de retour ce week-end dans les rues de Nantes (son port d’attache) avec ses créatures-machines gigantesques : une déjà connue : le petite géante ; un métamorphosé : son grand géant d’oncle revenu en Campesino mexicain ; et, rapporté dans leurs malles du Mexique, un chien noir, El Xolo, qui court partout.

La foule attirée par ces trois jours de grand chambardement urbain est immense. La presse relate que de nombreux visiteurs sont venus d’un peu partout en France. Sans compter les étrangers.

Un tel succès pose un problème constant à tous ceux qui veulent suivre les déambulations des géants dans la ville : où se placer pour voir quelque chose, sachant que le spectacle est en mouvement. Les créatures de Royal de Luxe sont conçues pour surplomber la foule, particulièrement les plus grandes qui tutoient les dernières étages des immeubles. Mais le chien, lui, dépasse de peu la tête des spectateurs. Et puis, nombre de séquences (le réveil de la petite géante, par exemple) se déroulent à hauteur d’homme. Impossible de les voir derrière une foule compacte.

Vue ordinaire depuis la foule : la petite géante

Le chien El Xolo

Capture d'écran depuis le site du JDD.fr

A Londres, lors du mariage de William et Kate, j’avais été surpris de voir le grand nombre de Britanniques équipés de périscopes. Rien de tel chez nous, pour une raison que j’ignore (ce serait pourtant un bon business). Ici, les appareils photos et les caméras vidéos en tiennent lieu. Non seulement les spectateurs mitraillent, pris par une véritable frénésie photo-vidéo-graphique, comme désormais dans toute manifestation hors du commun, qu’elle soit culturelle ou politique. Mais encore, ils s’en remettent à leurs photos ou à leurs vidéos pour espérer voir après-coup, ce qu’ils n’auront pas réussi à apercevoir sur le champ. L’enregistrement visuel participe désormais du principe de précaution : il permettra d’obtenir une image de l’événement à défaut d’en avoir une vision. Certains Nantais préfèrent d’ailleurs rester délibérément chez eux pour regarder les reportages de la télévision plutôt que d’essayer d’arracher à la foule quelques aperçus personnels. L’image médiatique comme seule vision correcte de l’événement ? Qu’est-ce qui compte le plus désormais : avoir une bonne image de l’événement (sans forcément y avoir assisté) ou y avoir participé, plus ou moins à l’aveugle, mais porté par cette sorte de vague d’euphorie qui saisit tant de gens devant un spectacle aussi extra-ordinaire, au sens propre ?

Juchés sur les épaules de leurs parents, certains enfants sont chargés de voir et d'enregistrer pour eux

Au fond, El Campesino extrait de son container

Les journaux, qui voient dans la foule le signe manifeste du succès de l’événement, incorporent parfois à leurs reportages des photos montrant le nombre, proprement inépuisable, des spectateurs qui brandissent un appareil photo, une caméra ou un téléphone portable : autant de concurrents à leurs propres clichés ou bien, sur place, autant d’obstacles à leur travail de reportage ?

Portrait-écran

Dans un précédent billet, j’avais souligné l’omniprésence des médias dans les photos d’événements, à partir d’un cliché saturé par la concentration des appareils photos et des caméras au point de nous dérober la personnalité qui faisait l’événement.

En voici un nouvel exemple, pris dans l’actualité française :


On y reconnaît Jean-François Copé. Je devrais plutôt dire : on y entrevoit Jean-François Copé, tant la masse et l’écran de la caméra qui le filme empiètent sur son visage et occupent de place dans l’image. Nous sommes ici en présence de ce motif visuel récurrent : l’événement médiatique, résumé à la personnalité qui se trouve au cœur de l’actualité et au dispositif d’enregistrement des médias qui font à proprement parler ledit événement. De plus en plus, dans ce type de cliché, la personnalité tend à s’effacer devant le dispositif médiatique. Il suffit qu’il en reste assez pour la reconnaître : souvent une partie de son visage, voire seulement sa silhouette…  Le reste de la surface du cliché est accaparé par la représentation du dispositif médiatique, accentuant cette impression d’un véritable déferlement d’objectifs et de micros, comme il sied pour tout événement jugé important. Jugé important par qui ? Par les médias, précisément. Nous sommes ici à l’évidence dans une économie circulaire1 : les médias formalisent l’importance de l’événement en hypertrophiant la place qu’ils y occupent.

Si l’on se place du point du vue du photographe dépêché pour couvrir cette prise de parole de Jean-François Copé (ici Jacques Demarthon, de l’AFP, qui l’a déjà beaucoup photographié), la question est : comment réussir à faire de ce leader politique, qui intervient sans cesse dans l’actualité, un énième portrait qui ne soit pas la plate répétition des n-1 précédents ? Pour composer l’image, le visage de Jean-François Copé est utilisé comme une vignette mnémotechnique dont l’insertion, même partielle, suffira au lecteur pour le reconnaître. Une fois ce rappel inséré dans le cadre, le photographe a toute latitude de compléter son cliché par d’autres éléments jugés pertinents pour l’actualité concernée : d’un côté, la symbolique de l’événement dont il a déjà été question et, de l’autre, celle de l’écran – en l’occurrence celui d’une caméra qui renvoie à l’image télévisée et, par association d’idées, au dossier de la publicité sur France Télévision.

C’est ainsi que tout ce qui, dans cette image, fait écran au portrait classique – dégagé, frontal – devient le portrait même : juste ce qu’il faut pour identifier le personnage et tout le nécessaire, particulièrement envahissant, pour symboliser l’événement.

  1. Bien résumée par cette étudiante d’Info-Com : « La photo montre la caméra qui montre le réel », que je reformulerais plutôt ainsi : « La photo montre la caméra qui montre une situation réelle destinée aux caméras. » []

Quand les paroles ne suffisent pas

Avant-hier, Barack Obama s’est rendu pour la seconde fois sur les plages du littoral américain atteintes par la marée noire, « la pire de l’histoire des États-Unis », selon les termes qu’il a utilisés lui-même au cours d’une conférence de presse tenue la veille à Washington. Mais il semble que la fermeté du ton qu’il emploie ne suffit pas à convaincre l’opinion américaine. Pour reprendre le commentaire de la correspondante de France Inter dans le journal de 19 h du 28 mai : « Il a des choses à prouver. Il a besoin de prouver que c’est lui qui a la main, qu’il est bien le donneur d’ordres, pas B.P. »

 » Et d’ajouter : « Aujourd’hui, il vient mettre des images sur ce qu’il a dit hier. »

Ainsi, les mots ne suffiraient pas forcément. Pourtant, le magistère politique fonctionne largement à la parole. En politique, affirmait Pierre Bourdieu, « dire, c’est faire ». Est-ce encore sûr lorsque l’image est devenue la médiation incontournable de tout événement digne de ce nom1  ? Peut-on convaincre qu’on s’occupe réellement d’un dossier, serait-on le président des États-Unis, si aucune image ne vient le confirmer ? L’exercice officiel de la conférence de presse n’y suffit plus, il faut payer de sa personne pour montrer que l’on est physiquement investi.

C’est ainsi que Barack Obama est venu voir de ses propres yeux à quoi ressemblaient les galettes de pétrole qui se déposent sur les plages. Chemise blanche immaculée, étendues de sables blond, soleil éclatant : décidément, cette marée noire ne se prête guère à une médiatisation catastrophiste2. Obama a beau s’être accroupi pour examiner la pollution de plus près, il donne davantage d’impression de ramasser des coquillages au cours d’un week-end de villégiature que de prendre à bras le corps la lutte contre la marée noire.

Quand les images non plus ne suffisent pas…

Complément en date du 7 juin 2010 :

Enfin, pourrait-on dire, les photos sont là !

Selon l’article du Monde : « La photo a été publiée partout : un pélican, cloué au sol, dégoulinant de mazout, fixe l’objectif d’un regard éteint. Elle date du jeudi 3 juin, date à laquelle une boue de couleur chocolat a commencé à envahir la baie de Barataria, en Louisiane, l’un des principaux sanctuaires naturels des Etats-Unis. En quelques jours, elle est devenue le symbole de la marée noire du golfe du Mexique. »

  1. lire les autres billets sur ce thème : Prédire-pré-voir, La photo-événement, Evénement avec ou sans photo []
  2. Sur ce thème déjà, lire le billet Désolation []

Désolation

Dans la série « Pas d’évènement sans images »1 , voici l’introduction d’un reportage diffusé hier 4 mai dans le journal de 19 h de France Inter :

« Pour l’instant, c’est une marée noire sans images. Un seul oiseau mazouté, un Fou de Bassan, a été découvert vendredi au sud-ouest de la Louisiane. A part les photos de cet oiseau et les clichés pris par avion de la nappe de pétrole, les médias américains n’ont rien d’autre à montrer au public. »

On devine l’angoisse sous-jacente : « Quand est-ce que ça commence vraiment ? »

Le journaliste, heureux homme de radio, enchaîne rapidement : « Mais pour les pêcheurs de Louisiane, cette marée noire est déjà une catastrophe majeure. (…) »

En espérant que les images soient à la hauteur… Sinon, comment maintenir à la une une catastrophe aussi peu spectaculaire2.

  1. Episodes précédents : « La photo-événement » et « Evénement avec ou sans photo » []
  2. Lire à ce sujet le billet d’André Gunthert : « L’échelle de l’information » ? []

Evénement avec ou sans photo

Rencontre Obama dalai-lama

Considérons trois événements plus ou moins récents.

Tout d’abord cette rencontre entre le président américain et le dalaï-lama, le 18 février dernier à la Maison Blanche, malgré la colère prévisible du gouvernement chinois. Plusieurs précautions avaient pourtant été prises par le protocole présidentiel pour, sinon minimiser l’événement, du moins le rendre moins voyant : la rencontre n’aurait pas lieu dans le Bureau ovale, mais dans une autre pièce, la salle des Cartes ; le visiteur serait introduit discrètement dans la Maison Blanche, à l’abri des objectifs des médias ; cette rencontre serait présentée comme « privée ». L’enjeu était manifestement d’éviter toute image. Un événement jugé digne de ce nom par les médias ne saurait se concevoir sans traces visuelles diffusables à l’envi. Si bien que, à l’inverse, un événement sans image apparaît minimisé, relativisé, relégué pour ainsi dire dans le registre indistinct du « privé », du « off record ».

Introduisons ici un détour par un autre événement, plus ancien : la rencontre, 12 septembre 2006, également à la Maison Blanche, entre Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et surtout candidat à l’élection présidentielle, et le président George Bush. L’enjeu de cette rencontre était d’importance pour le futur président français. D’intenses tractations eurent lieu pour, non seulement permettre cette confrontation que ne prévoyait pas le protocole de la présidence américaine, mais encore en obtenir une photo diffusable. Aussitôt le cliché du photographe officiel de la Maison Blanche mis en ligne par les agences Reuters et AFP, « l’entretien, non officiel, a été officialisé ».

Rencontre Bush Sarkozy

Avant la rencontre entre Barack Obama et le dalaï-lama, la presse s’est largement fait l’écho de cette absence prévisible, calculée, diplomatique, d’images, comme si, cette fois, l’événement serait autant son invisibilité que la rencontre elle-même entre les deux hommes. « Entretien privé loin des caméras » (lci ft1.fr, 18 février) ; « Barack Obama prendra d’ailleurs soin de ne pas apparaître en public avec son invité » (L’express.fr, 18 février) ; « La photo d’une poignée de main dans le bureau ovale de la Maison Blanche aurait choqué les Chinois » (France Inter, journal de 7 h 30, 18 février) ; etc.

De fait, la rencontre a bien eu lieu – ce qui, après tout, constitue le point décisif dans cette affaire – et surtout, elle a été plus médiatisée que prévu :

– d’une part, la Maison Blanche a diffusé elle-même une photo de la conversation entre Barack Obama et le dalaï-lama ;

– mais encore – entorse, semble-t-il exceptionnelle, au protocole des visites -, le leader tibétain s’est exprimé devant les journalistes avant de quitter la résidence du président américain.

Dalai lama a la Maison blanche

Ainsi, après avoir tant annoncé, « pré-vu », que cette rencontre resterait invisible, c’est au contraire sa mise en images qui est apparue, au bout du compte, comme l’événement majeur et peut-être la provocation suprême pour les autorités chinoises qui, sinon, auraient sans doute réussi plus facilement à la passer sous silence.

Le « passage à l’image » semble donc décisif dans ce type d’événement : non pas qu’il suffise à lui seul à « faire l’événement » – après tout, image ou pas, la rencontre a bien eu lieu ; mais son redoublement en images, sur le moment, puis au delà, par la reproduction et la communication médiatique, achève d’en faire un événement impossible à ignorer et, s’agissant d’un affront diplomatique, impossible à pardonner.  » La Maison Blanche a réservé un accueil très calculé au leader tibétain. Pour irriter la Chine juste ce qu’il faut. » (Ouest-France, 19 février)

Cependant, et pour relativiser le caractère forcément trop affirmatif de la conclusion précédente, il ne suffit pas qu’une rencontre officielle ait été photographiée pour qu’elle constitue pour autant un événement important, décisif. Ainsi, le matin du dernier sommet franco-allemand, qui s’est tenu à l’Elysée le 4 février 2010, le chroniqueur économique de France Inter faisait part de son scepticisme sur la portée effective de cette rencontre et concluait sur cette formule : « Il y aura une belle photo… » – sous entendu : une image de pure forme, sans véritable signification politique.

Sommet franco-allemand-04-02-2010

France 2.fr, 4 février 2010

La photo-événement

Finale Superbowl-01-02-2010-Liberation.jpeg

Voici une photo d’actualité somme toute banale : à l’issue d’une compétition sportive, l’équipe gagnante ou, du moins, son capitaine ou son entraîneur sont assaillis par les photographes et cameramen de télévision pour fixer l’image qui fera la une des journaux et l’ouverture des reportages télévisés. Comme je l’ai détaillé ailleurs, tout événement digne de ce nom, c’est-à-dire jugé tel par les médias, c’est-à-dire encore « pré-vu » par ces mêmes médias, est nécessairement couvert en images1.

Dans le cas présent, il serait plus juste de dire que l’événement et ses acteurs sont « recouverts » par les médias, tant la présence de ces derniers encombre l’espace et sature l’image. C’est désormais le propre de ce type de clichés d’actualité : autant, sinon plus, que la personnalité qui fait l’événement, on y voit surtout l’encombrante présence des médias qui jouent des coudes pour en tirer peu ou prou le même cliché.

Cette photo n’échappe pas à la règle. Mais elle a ceci de particulier, pour moi tout du moins : ne connaissant pas la personnalité sportive qui suscite cette ferveur populaire et cette agitation médiatique, je suis incapable de la distinguer des photographes et cameramen, si bien que je ne retrouve pas l’agencement habituel de ce type de cliché (la figure connue d’une personnalité publique entourée des médias qui la photographient, la filment ou enregistrent ses propos). La photo se réduit pour moi à cette concentration médiatique qui « fait » l’événement.

  1. Cf. mon texte “Pré-voir l’actualité. La notion d’évènement redéfinie par la photographie de presse”, in Gianni Haver (sous la dir. de), Photo de presse, Lausanne, Antipodes, 2009, pp. 25-38. []

La bonne distance

Mardi 9 février, Nicolas Sarkozy a visité une usine de nettoyage industriel à Cormeron, dans le Loir et Cher. Le lendemain, Canal + en a présenté un résumé satirique dans son émission en clair, le Grand Journal.

On y aperçoit certains salariés de l’usine qui photographient ou filment le chef de l’État au moment où celui-ci traverse leur atelier, entouré de plusieurs ministres et autres officiels. Sarkozy, à qui la présence de ces photographes amateurs n’a pas échappé, les apostrophe d’un « Merci pour ceux qui ont pris des photos » et se rapproche d’eux pour échanger un bon mot. A-t-il reçu leurs prises de vue pour un hommage de plus, lui qui est habitué à la présence des objectifs des médias lors de chacune de ses apparitions publiques ? Y a-t-il vu un signe qu’au fond le petit peuple, celui des vrais travailleurs, le soutient et s’enorgueillit de pouvoir le photographier en vrai ?

L’adhésion politique n’a probablement pas grand-chose à voir avec le fait de sortir son appareil en pareille circonstance. La visite du président de la République est un événement exceptionnel qui, à ce titre, « mérite la photo », comme on dit. Ainsi pourront-ils montrer à leurs proches qu’ils y étaient avec cette preuve en image, mais également conserver un souvenir suggestif de cet instant hors du commun. On retrouve le même réflexe chez cette Niçoise interviewée sur France Inter, qui s’émerveille des extravagances de l’hiver : « Il neige, c’est magnifique ! Je suis descendue sur la Croisette juste pour faire des photos, tellement c’est beau. » (Journal de 7 h, 11 février 2010)

Mais, dans le cas de la visite de Sarkozy, il y a peut-être autre chose : photographier ou filmer nécessite de prendre du recul, de se mettre à distance. C’est bien ce qui frappe dans cette séquence : le président avance au milieu d’un petit groupe compact de responsables et de journalistes, tandis que les employés-photographes se tiennent à plusieurs mètres, en surplomb sur une coursive pour avoir un meilleur point de vue. Ils ne sont pas au contact du chef de l’État qui devra combler l’écart physique avec eux en se rapprochant délibérément.

Le fait de photographier les conduit à se retrancher de l’événement, auquel ils assistent en spectateurs plutôt qu’en acteurs. Quand on a les mains occupées à manier l’appareil dont, de surcroît, on surveille l’écran, on ne peut pas rencontrer le regard de l’homme politique, encore moins répondre à son offre de poignée de main.

Bien sûr, faute de connaître suffisamment la situation de cette usine et de ses salariés, je m’aventure ici dans la spéculation. Mais je me demande si la décision de photographier cette scène, plutôt que de s’y mêler comme les autres, n’a pas constitué pour certains une manière honorable, élégante, de faire passer pour l’hommage dû au président de la République ce qui n’était en réalité qu’une prudente prise de distance.

Prédire, pré-voir

Entendu ce matin, dans le journal de 9 heures sur France Inter :

« Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ravivant ensemble la flamme du tombeau du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, ce devrait être la nouvelle photo de la réconciliation franco-allemande. »

Ce geste a été prévu pour être « très symbolique » et il débouchera forcément sur un cliché qui le sera tout autant, tellement il est vrai désormais qu’un événement digne de ce nom ne saurait se concevoir sans l’accompagnement des médias (ajoutons-y la télévision, bien sûr). Mieux même : sans être conçu spécifiquement pour son rendu médiatique. Dans cet esprit-là, le geste politique est une photo à venir. On peut en prédire l’écho, on peut en pré-voir l’image1.

Cette formule radiophonique soulève en outre une question de vocabulaire. On y entend un « mot-image », comme il arrive de plus en plus souvent dans le langage actuel. Ne présente-t-on pas les sondages comme des « photographies instantanées » de l’opinion, n’assimile-t-on pas un beau paysage à une « carte postale », etc. ? Il serait intéressant de dresser un inventaire de ces expressions symboliques qui émaillent notre vocabulaire usuel et qui désignent le registre des images comme l’un des facteurs structurants de notre culture contemporaine. A vos exemples !

  1. J’ai développé ce thème dans ma contribution au livre dirigé par Gianni Haver sur La photo de presse, intitulée : « Pré-voir l’actualité. La notion d’évènement redéfinie par la photographie de presse » []