Cancritude

Léo est au lycée en classe de première. Ce jour-là, il s’ennuie ferme pendant le cours de français. Il s’occupe à refaire les tresses de ses cheveux pendant que son copain somnole, à moitié avachi sur la table de son voisin. Une fille assise devant eux les photographie avec son smartphone. Le cliché est aussitôt publié sur Facebook où en l’espace de quelques heures il récolte 105 « like ». « C’est grave beaucoup, j’avoue », jubile Léo le soir au cours du dîner familial lorsqu’il raconte son exploit médiatique. Sa sœur, qui a elle aussi vu passer l’image, s’est bien gardée de révéler à ses copines que le rasta photographié était son frère. Il n’est pas sûr qu’elle ait voulu se réclamer de cette manifestation de « cancritude » – pour reprendre le terme triomphant inventé par Léo pour l’occasion. Quant aux parents…

PS : On comprendra que je ne publie pas la photo en question : pour préserver l’anonymat des protagonistes et parce que je n’ai pas de compte Facebook.

Publicité Facebook

Une photo pour illustrer la publicité d’une chaîne de magasins spécialisés dans les loisirs créatifs et les produits culturels au sens large. Le client immortalise ses achats en se photographiant au moyen de son téléphone portable en compagnie du vendeur qui porte ses achats. Leur sourire forcé ressemble davantage à celui des championnes de natation synchronisée au bord de l’asphyxie qu’à celui de deux potes heureux de se retrouver.

Tout ça pour faire passer l’idée que la rentrée n’est pas le cauchemar redouté par beaucoup, mais peut se révéler un moment agréable de découvertes et de rencontres.

Le style de la photo est clairement celui des (auto-)portraits que l’on fait aujourd’hui à foison, en toute occasion, pour les publier immédiatement sur sa page Facebook. Rencontre de la photographie, du téléphone portable et des réseaux sociaux, cette imagerie devient à présent un motif publicitaire tous azimuts, repris ici au service d’un message assez banal (les avantages de la commande via internet, une sorte de « drive-in » à la mode culture). Mais peu importe puisqu’il fait jeune, dans le coup, et « fun et peps », comme on dirait sur Canal + en ces temps de rentrée.