« Il manque toujours une personne dans les photos »

Entendu ce matin au cours du journal de 8 h sur France Inter, le témoignage de la mère de ce jeune homme dont un os vient d’être retrouvé au large d’Antibes, vingt ans après sa disparition :

« Quand quelqu’un est sur le point de mourir, on sait, on va l’enterrer, et puis on fait son deuil comme on peut. Mais là, ce n’est pas le cas. On ne sait pas s’il est vivant, s’il est mort. On ne sait rien. On vit parce qu’il faut vivre. On se marie, on fait des enfants, on continue. Mais quand on a des réunions de famille, il manque toujours une personne dans les photos. »

Expression douloureuse de la réalité humaine de la photographie de famille : réunir les membres, tous les membres de la famille pour les besoins de la photo. Ici, le rituel, qui se perpétue comme il se doit, réitère cruellement le constat de l’absence incompréhensible du disparu.

L’écran de la discorde

Première page affichée par Google Images sur le thème "Famille devant la télévision"

Regarder la télévision demeure pour une large part une activité familiale, en dépit de la multiplication des écrans dans les intérieurs domestiques. Il y a toujours un téléviseur central, souvent de grande taille aujourd’hui, devant lequel se retrouvent les différents membres d’une même famille, ne serait-ce que pour regarder quelques programmes d’information ou de divertissement. Ces moments deviennent peut-être fugitifs, mais ils ne disparaissent pas complètement, tant la télévision  est marquée depuis son origine par son caractère de loisir familial.

C’est également pourquoi elle reste un enjeu important dans les stratégies éducatives, qui émergent, pas toujours facilement, d’un consensus entre les parents – consensus soumis à de nombreux et souvent insidieux ajustements, sources de discordes souvent, au point  de voler en éclats lorsque les parents se séparent.

« Nous, affirme la mère (professeur), on n’est pas très télé. Si, on aime la télévision. Mon mari (directeur financier) pourrait la regarder beaucoup, les enfants aussi. Mais en fait, on a une vieille télé pas bien grande et on en n’a aucune dans les chambres parce que l’on sait que, sinon, on serait avec la télécommande à la main. »
Son fils, âgé de  8 ans : « Papa, il a dit qu’au grenier, on va aménager et qu’on pourra mettre dedans un écran géant de cinéma ! »
La mère : « Voilà ! Il est question qu’on aménage le haut, et le père et le fils fantasment sur un home cinéma ! » Elle-même n’est pas trop d’accord : « Parce que je les connais : ils seront toujours devant la télé. On ne sortirait plus, plus de vie sociale.
»1

On trouve ici un trait fréquent : c’est la mère qui s’investit le plus dans la transmission de certaines valeurs culturelles à ses enfants, ce qui se traduit assez souvent par un contrôle du temps qu’ils peuvent passer devant la télévision et des programmes qu’ils y regardent. Du moins tant qu’ils sont encore petits. Ce trait est nettement plus marqué dans les familles à fort capital intellectuel, mais il est également présent dans des familles plus populaires où de nombreuses mères ne se soucient pas moins de « cultiver » leurs enfants.

Souvent, le père se montre plus passif dans cette entreprise, quand il ne constitue pas un contrepoids dont les enfants essaient de profiter.

Ce garçon de 11 ans n’a pas le droit de regarder la télévision après le dîner, sauf le dimanche soir, mais seulement jusqu’à la première pause de publicité. Toutefois, il regarde les matchs de foot, « jusqu’à la fin, même s’il y a prolongation », même en semaine. Il le fait en compagnie de son père. « Sans mon père, je ne pourrais pas regarder. » (Les deux parents ont des postes de responsabilité dans le commerce)

Il y a donc très souvent du jeu dans le contrôle parental et du même coup une marge de manœuvre que les enfants savent parfaitement investir. L’âge à partir duquel ils gagnent le droit de regarder ce qu’ils veulent quand ils le veulent dépend d’ailleurs pour une bonne part de la solidité de l’accord éducatif entre le père et la mère.

Cet équilibre souvent précaire et malmené en permanence par la pression des enfants est rompu si les parents se séparent. On constate alors que chacun met en place de son côté le régime de consommation de la télévision qu’il souhaite, si bien que l’écart se creuse entre les deux. En passant de chez l’un à chez l’autre, les enfants sont soumis à des discordances culturelles devenues nettes, qui se traduisent par des équipements multimédias différents et des pratiques disproportionnées.

Chez sa mère (cadre dans un service de l’emploi), ce garçon de 11 ans n’a droit qu’à 30 mn d’écran par jour, après les devoirs, télévision ou jeu vidéo. Il parvient peu à peu à étendre ce créneau à 40-45 mn. Pas de télévision ni le matin, ni le soir des jours d’école. Le week-end, en revanche, il la regarde entre 1 h et 1 h 30.
Chez son père (éducateur spécialisé), il dîne devant « Le grand journal » sur Canal +. Il peut regarder la télé jusqu’à 21 h.

Chez sa mère, il doit demander l’autorisation pour allumer la télévision et elle reste toujours à proximité pour surveiller ce qu’il regarde. Elle enregistre certains reportages ou films qu’elle estime appropriés et les regarde à petite dose avec lui le week-end. Elle est persuadée qu’il regarde beaucoup la télévision chez son père ; elle ne l’en restreint que davantage.

Dans ces contexte conflictuels, les enfants essaient de tirer profit au maximum de la ruine des normes communes à leurs deux parents, voire, s’ils en ont les moyens, de ne plus dépendre d’eux pour accéder aux programmes télévisés. L’acquisition d’un ordinateur portable peut être un moyen efficace d’y parvenir.

Chez sa mère (aide soignante dans un hôpital), depuis qu’il s’est acheté son propre ordinateur, cet adolescent de 17 ans ne descend quasiment plus regarder la télévision sur l’écran du salon. Sachant, en outre, que sa mère a désormais son propre écran dans sa chambre, ils ne partagent quasiment plus aucun moment devant la télévision. Il s’est payé son ordinateur contre l’avis de ses parents, et particulièrement de son père (enseignant dans un lycée), très hostile à « ces symboles de la société de consommation ». Mais depuis le divorce, cet homme n’a plus guère d’emprise sur son fils. « C’est mon argent : j’en fais ce que je veux », affirme ce dernier. Sa mère s’insurge devant le temps qu’il passe sur son ordinateur, elle lui demande régulièrement d’arrêter, mais il continue sans lui prêter attention. Elle ne contrôle pas davantage ce qu’il y fait. « De toute façon, dit-elle, je ne comprends rien à ses trucs. »

Car, à l’inverse de la télévision, l’ordinateur est un outil essentiellement individuel, dont l’usage échappe beaucoup plus facilement au contrôle et à l’entendement des personnes extérieures. La généralisation des ordinateurs portables parmi les jeunes pourrait porter un coup d’arrêt aux usages collectifs de la télévision parce qu’elle engage avec les programmes télévisés un rapport désormais personnel, loin le plus souvent du regard des autres.

  1. Cet échange, comme toutes les cas concrets évoqués dans ce billet proviennent d’enquêtes réalisées par des étudiants de Licence 3 de sociologie. []

Comme à la maison

Sous ses dehors éminemment domestiques, cette photo est destinée en fait à présenter la nouvelle médiathèque que vient d’inaugurer la commune dans laquelle j’habite. Le mobilier pourrait être celui d’un salon particulier, cette famille y est installée avec le naturel d’un intérieur privé. On ne perçoit aucune affluence, aucune pression du « public » autour. C’est familial, intime presque.

On imagine aisément que cette approche de la nouvelle médiathèque vise à renouveler le public en attirant les jeunes couples avec enfants, plutôt diplômés, qui s’installent dans les nouveaux quartiers récemment construits dans cette partie rurale de la commune. L’image de la famille, ici comme ailleurs, permet d’en appeler à toutes les générations, même si, dans le cas présent, il est clair que l’accent est mis sur la jeunesse, des adultes comme des enfants, dans l’espoir probablement de fidéliser une nouvelle participation. Au delà, on perçoit combien l’aménagement de ces nouvelles structures culturelles et la communication qui le valorise mettent l’accent sur l’individualisation des services, sur la réduction symbolique de la distance entre l’espace privé et l’espace public, comme si le signe le plus clair de la réussite d’une telle médiathèque était qu’on s’y sente comme chez soi.

Un air de famille

Agréable week-end au bord de l’océan sous un soleil généreux. Deux nuits passées dans un gîte confortable, décoré avec soin selon une combinaison savante d’objets anciens et de matériaux bruts. Et surtout exposant plusieurs vieux portraits photographiques dans la chambre et les espaces communs qui confèrent à cette demeure une touche dynastique, comme si elle nous offrait la possibilité de découvrir les visages de ses ancêtres.

En retournant ces cadres, on y trouve des signes d’époque qui permettraient peut-être d’en évaluer l’ancienneté : par exemple, ces fragments de papier journal qui ont servi à coller le carton de l’image au cadre. Mais on y remarque également des étiquettes beaucoup plus récentes qui révèlent que ces portraits ont été achetés probablement dans des brocantes, chez un antiquaire, voire dans un magasin spécialisé dans la décoration intérieure. L’air de famille, qui contribue au « cachet » de ce lieu, est donc d’abord un effet purement décoratif.

Pour un aperçu d’une galerie de portraits dans une vraie demeure familiale et de ses vicissitudes actuelles, voir le billet La galerie des ancêtres.

Contradictions

Le magazine des caisses d’allocations familiales de février propose un dossier sur le thème : « Bien gérer les écrans à tous les âges ». Il y consacre trois pages émaillées de citations de spécialistes de la psychologie infantile. L’écho général est qu’il importe de modérer l’usage des écrans parce qu’ils « font littéralement écran aux relations humaines, ils séparent, ils isolent et empêchent toute communication » (Michel Larrar, pédopsychiatre).

Or, soucieuse de montrer que les caisses d’allocations familiales évoluent, une double page de ce même numéro nous détaille les nouveaux supports sur lesquels sont déclinées désormais les informations périodiques des Caf : on y voit un jeune couple plongé dans la lecture du mensuel cependant que leurs enfants sont, chacun de leur côté (mais dans la même pièce) absorbés par leurs écrans.

Difficile décidément d’appliquer les conseils donnés aux parents pour réguler les relations au sein de la famille sous le régime omniprésent des écrans…

La famille c'est sacré

Charles Bocquillon, un de mes étudiants, vient d’attirer mon attention sur la dernière campagne publicitaire de la marque de chaussures Eram, qui défraie la chronique. Elle recourt à l’imagerie familiale, qui permet de valoriser une gamme de produits destinée à toutes les générations, comme l’explique le directeur de l’agence qui a conçu ces affiches : « Eram est l’un des rares marchands de chaussures qui proposent des produits à l’ensemble de la famille : les hommes, les femmes et les enfants. C’est simplement ce que nous voulions dire. » (voir Un nouveau lieu commun visuel-2).

Mais elle le fait sur un mode délibérément détonant par rapport à l’imagerie habituellement mobilisée pour donner corps à l’idée de famille : à savoir le plus souvent, un couple hétérosexuel blanc plutôt aisé avec un ou deux enfants, voire accompagné des grands-parents, eux-mêmes jeunes et dynamiques (voir Un nouveau lieu commun visuel-1). Ici, les familles sont soit homoparentales, soit monoparentales, soit recomposées. Avec même un enfant métis, pour compléter ce tableau décalé.

« Cette campagne est une signature de la marque, qui est  une entreprise familiale et une entreprise d’aujourd’hui, déclare le directeur général d’Eram. Avec ces trois couples  de ‘La famille, c’est sacré’, on a voulu représenter ce que peuvent être nos  clients et la société actuelle, sans prendre position ou donner des jugements de  valeurs. Ce n’est pas notre vocation. » Mais non sans jouer de la provocation, qui est une marque de fabrique des publicités de cette enseigne depuis longtemps.

Les réactions ne se sont pas fait attendre, comme le relate un article de Rue89. La requête « Publicité Eram la famille c’est sacré » récolte 87 100 réponses ! La page Facebook ouverte par Eram au sujet de cette campagne concentre également les commentaires les plus passionnés et contradictoires. Certains ouvertement homophobes ou racistes.

Ce faisant, cette publicité éclaire par la négative la force du consensus passif qui, le reste du temps, conforte les publicitaires et spécialistes de la communication dans une représentation traditionnelle de la famille, plus rêvée, fantasmée, que réaliste, loin souvent des réalités actuelles, mouvantes, de beaucoup d’unités familiales d’aujourd’hui.

Un nouveau lieu commun visuel-4

4 – Des photos pour l’Histoire (DIA1)

Le motif de la photographie personnelle est utilisé de plus en plus fréquemment par les historiens du temps présent, les archivistes et même les simples mémorialistes. Le mouvement est plus vivace et ancien aux États Unis où il a démarré dans les années 1970. Quantité de musées historiques américains ou de bibliothèques publiques lancent des campagnes de collecte de photographies privées pour documenter des expositions et des publications sur tel ou tel aspect de l’histoire récente.

DIA2 : Common Bonds Birmingham Snapshots 1900 1950, Birmingham Public Library, 2002.

DIA3 : Shades of California. The Hidden Beauty of Ordinary Life. California s Family Album, Berkeley, Heyday, 2001 (catalogue).

En France, la connaissance de périodes comme celles de l’Occupation ou de la guerre d’Algérie a été enrichie ces dernières années par l’accès à des photographies d’amateurs. Ou encore certaines phénomènes sociaux plus diffus, comme par exemple l’immigration :

DIA4 : Exposition Douce France. Mémoire retrouvée, mémoire partagée, Saint Denis, 2004 / Gens du Salto, L’histoire oubliée d’un exode brutal, double DVD (présentant six documentaires dont La photo déchirée), 2005.

Aujourd’hui, le recours aux archives personnelles, en particulier photographiques, procure une matière première de plus en plus valorisée par les documentaristes de toute nature qui entendent présenter au grand public l’histoire contemporaine d’une façon à la fois vivante et personnalisée. On n’y suit plus uniquement les évènements du passé récent à travers des archives inédites (bobines d’actualité, documents officiels sortis du secret…), mais également la manière dont ces évènements majeurs ont été vécus par des individus ordinaires, présentés grâce à des photos et des anecdotes privées. On découvre ainsi des héros inconnus ou de simples comparses, emportés comme tant d’autres dans la tourmente de l’Histoire.

DIA5 : Le « Museu da pessoa » de Sào Paulo, musée virtuel crée en 2003 : « O Museu da Pessoa é um museu virtual de histórias de vida aberto à participação gratuita de toda pessoa que queira compartilhar sua história a fim de democratizar e ampliar a participação dos indivíduos na construção da memória social. »1 / Dominique Loiseau, Marre d’être sages !, Nantes, Centre d’histoire du travail, 2008 : sur l’histoire des femmes et du mouvement ouvrier / Patrick Accolla, Yannick Geffroy, Claude de Vos, L’empreinte des jours. Histoires et photos de famille de deux villages du haut pays niçois : Utelle et Lantosque, Serre Éditeur, 2008.

DIA6 : Appels de Ouest France sur la guerre de 14 18 (« Si vous possédez le carnet d’un grand père, d’un grand oncle, le journal d’une personne demeurée à cette époque là à l’arrière, si vous avez la photo d’un régiment de l’Ouest, faites le nous savoir. » – appel illustré d’une photo et d’un carnet de dessins / et de Libération à propos de Mai 68 – où, cette fois, les photos sont demandées en premier.

C’est également la photographie de famille en elle même qui se trouve valorisée aujourd’hui par des expositions à vocation documentaire, souvent à l’initiative d’écomusées :

DIA7 : Photos de famille, toute une histoire ; Musée de la ville de Saint Quentin en Yvelines, 2008 / Histoires de photographies, de l’argentique au numérique, Écomusée de Saint Nazaire, 2007 + rappel de l’exposition Mariage, images, de la Mission écomusée du Conseil général du Val d’Oise, 1996.

Au delà, il devient courant de voir une commune ou un quartier initier un travail de mémoire auprès de ses habitants qui, désormais, passe immanquablement (mais pas uniquement) par la collecte de photographies privées.

DIA8 : Quartiers à vos Mémoires, Mairie et Archives de Nantes, 21 23 janvier 2005 (détail du programme, avec notamment :
L’album photos des quartiers: « Un décor conçu comme un album photos urbain rues, placettes, bancs publics, réverbères, terrasses de bistrot, plaques de rue… évoquent la ville tandis que des photographies accrochées ici et là rappellent le souvenir de ceux qui y ont vécu. »

Collecte de photos/Atelier numérique : « Vous possédez peut être dans vos tiroirs ou albums de famille des photographies anciennes de votre quartier. Sans crainte de vous voir dépossédé(e) de vos documents personnels, vous pouvez les apporter et les faire numériser pour enrichir le fonds d’histoire des quartiers. » /

« Nous collectons la mémoire des gens d’ici », mission ethnologique du Pays Grandlieu, Machecoul, Lognes (Ouest-France, 12 octobre 2007)

La photographie remplit ici une double fonction : pénétrer dans l’intimité de l’expérience personnelle vécue par les gens et impliquer les individus dans ces projets de restitution de la mémoire collective. De même que la vieille dame raconte à ses petits enfants l’histoire de sa vie en effleurant du doigt les photos de son album, de même cette histoire communicative se raconte publiquement en exposant une sorte de grand album photographique, dans lequel certains se reconnaissent et auquel tous sont appelés à s’identifier.

DIA9 : « Ils sont devenus historiens de leur quartier », Nantes Passion, janvier 2006 / « Claudine raconte l’histoire de son quartier », Nantes Passion, mai 2003 : chacun montre des photos.

La photographie de famille fait donc désormais le lien entre la petite et la grande histoire. Elle sert la mémoire individuelle autant que la mémoire collective.

Fin (pour l’instant…).

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

  1. « Le Musée de la personne est un musée virtuel d’histoires de vie ouvert à la participation gratuite de toute personne désireuse de partager son histoire dans le but de démocratiser et de développer la participation des individus à la construction de la mémoire sociale » – je traduis. []

Un nouveau lieu commun visuel-3

3 – Mémoire individuelle et photographie de famille (DIA1)

On a vu précédemment que très souvent l’idée, au demeurant extensive, de famille, était figurée par des photos de famille. De la même façon, la mémoire individuelle se voit évoquée par tel ou tel cliché extrait des archives photographiques de la famille. La presse regorge ainsi d’articles qui associent le témoignage d’une personne et la photo d’elle ou de parents fixée à l’époque dont elle restitue le souvenir, selon la même combinaison organique de paroles et d’images que fait immanquablement surgir la consultation de tout album de famille : on regarde des images et on se met à raconter des histoires.

DIA2 : Souvenirs de 1936, Ouest France, 3 juillet 2006.

Double intérêt de cette mise en page :

1. On y voit l’aïeule dans l’acte même du récit d’après ou à partir de son album (ou ici de ses carnets, illustrés de photographies) ;

2. Cette femme affirme avoir tout noté pour conserver le souvenir de ces premières vacances extraordinaires, conformément à une culture de l’écrit absolument dominante à l’époque où, de surcroît, les appareils photos étaient très rares dans les classes populaires. Mais le journal préfère donner aujourd’hui la plus grande place aux photographies, conformément à une culture de l’image de plus en plus envahissante, même dans les colonnes de la presse écrite.

(A noter en passant : intérêt de la presse régionale – presse qui joue sur la proximité et l’inter connaissance de ses lecteurs – pour constater l’ampleur de ce recours à la photographie de famille comme support premier de la mémoire individuelle.)

Sous des formes variables, la presse d’information réitère ce cliché sur lequel on voit une personne évoquer une période de sa vie, un lieu du passé ou un parent en exhibant une photographie qui atteste de sa réalité en même temps qu’il en propose une image :

DIA3 : « Toute sa famille a survécu aux camps de la mort », Ouest-France, 21 octobre 2009 / « Madame Jean », portrait de l’épouse d’un ancien directeur des Galeries Lafayette de Nantes, Ouest-France, 6 février 2004.

Lorsque ce raccourci visuel est utilisé pour remonter plus avant dans le temps, il fait appel à des photos plus officielles ou réalisées le plus souvent par des photographes professionnels à une époque où la photographie n’était pas encore communément une pratique d’amateur.

DIA4 : « Jacques et Madeleine Goldstein, le couple miraculé d’Auschwitz », Télérama, 13 avril 2005 (on voit à l’éclat qu’il s’agit d’un portrait sur plaque de verre) / Philippe Guionie, « Ousmane Kassé, Tirailleur sénégalais en Indochine (1954 1956) » – ce photographe « revendique une photographie sociale et documentaire autour des thèmes de la mémoire et des constructions identitaires ».

Ces photos devenues des archives familiales, en même temps que des traces visibles de l’histoire personnelle des individus qu’elles représentent, font l’objet aujourd’hui d’une attention soutenue et d’un désir de conservation que tentent d’exploiter divers opérateurs commerciaux :

DIA5 : Généalographiste, Ouest-France, 6 décembre 2007 / « Je voulais conjuguer le passé au présent » : Publicité pour OneNote, de Microsoft Office 2010, pour réaliser des livres de mémoires (2011).

DIA6 : Logiciel Photos de famille / Playbac Biographie : exemplaire de démonstration, 2007 : « Des livres pour découvrir et partager la vie de sa famille ».

Ainsi se trouve élargie et redéfinie la notion de patrimoine : là où les photographies (de famille) servaient, on l’a vu, à figurer l’idée de patrimoine familial, les voilà à présent élevées au statut de composante principale dudit patrimoine, parées d’une valeur inestimable puisque absolument affective. Les préserver de la perte serait donc devenu pour chacun d’entre nous une urgence et une impérieuse nécessité.

Les souvenirs personnels ont acquis une incontournable façade photographique. Si bien que les photos personnelles, de famille, sont devenues le synonyme visuel de l’idée de témoignage personnel sur le passé, d’histoire de vie et, au delà, de généalogie.

DIA7 : Couvertures de Sciences Humaines : « Les récits de vie », n° 102, février 2000 (reprise de la même photo que pour le catalogue de vacances Renouveau 1999) ; « Souvenir et mémoire », n° 107, juillet 2000.

Réciproquement, photographier les gens introduit souvent une démarche de collecte de témoignages sur leur vie :

DIA8 : « Le Havre raconte les habitants de ses HLM », Ouest-France, 10 avril 2009.

A suivre…

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

Un nouveau lieu commun visuel-2

2 – Visuels pour la publicité ou la communication (DIA1)

Les dernières images présentées dans le billet précédent appartiennent au registre, en forte expansion actuellement, des clichés composés de toute pièce pour illustrer les thématiques d’actualité de la presse écrite. Ceux-ci ne diffèrent en rien des images publicitaires sinon par leur destination : la presse d’information plutôt que le marketing.

Ils vont me servir de transition pour aborder cette production, devenue abondante, des clichés publicitaires qui puisent directement leur inspiration dans la photo de famille. Ils permettent de donner aux messages une tonalité plus directe, plus simple, plus quotidienne, plus ordinaire, et donc de faciliter l’identification aux modèles de consommation proposés. C’est du moins ce qu’espèrent leurs auteurs.

Principaux thèmes des visuels utilisés :

LA PROTECTION SOCIALE, LA POLITIQUE FAMILIALE (DIA2)

Famille conjugale :

DIA3 : Pose traditionnelle (CAF de Seine et Marne) ou plus « jeune » (MSA du Finistère) ;

Famille élargie :

DIA4 : Permanence retraite de la Caisse régionale d’assurance maladie de Bron. / « Bien vivre après 75 ans », Nantes Passion, n° 213, avril 2011.

La même iconographie multi générationnelle se retrouve dans de nombreux visuels utilisés par des compagnies d’assurance, des organismes d’assurance maladie, des structures ou activités destinées aux retraités, des messages de santé, etc.

Le pêle mêle – dispositif d’exposition des photos de famille qui permet d’en afficher beaucoup en même temps et d’en renouveler aisément la présentation – apparaît dans beaucoup de ces publicités, probablement parce qu’il permet d’évoquer visuellement la famille tout en donnant à cette référence une tonalité extensive1 et d’y rassembler pour les besoins de la cause des personnes qu’en fait peu de liens rapprochent : habitants d’une même ville ou clients d’une même entreprise, tous placés sous le signe de la convivialité.

DIA5 : CAF de Loire Atlantique, 2001.

DIA6 : Vœux EDF 2006. / Carte senior SNCF, 2006. / Vœux Nantes 2006.

Autre transfert de l’idée de la conjonction des générations, cette fois sur le terrain professionnel, avec ses connotations d’ancienneté et de savoir faire reconnu :

DIA7 : Breton traiteur (« 4 générations de savoir faire ») ; Ambulances Clariond (« 3 générations

L’UNIVERS DOMESTIQUE (DIA8)

Le confort :

DIA9 : Album de famille, Tout pour la maison.

DIA10 : Reprise d’un visuel déjà vu, cette fois pour la communication de l’entreprise de chauffage Savelys (Nantes, 2008) + autre visuel de famille pour une offre de prêt.

DIA11 : Catalogue IKEA Family 2008 : photo de famille dans le lit des parents, synonyme par excellence de l’intimité familiale et d’une photo de famille décomplexée.

DIA12 : Visuels d’une brochure de Gaz de France Dolce Vita, avril 2008 : photos « spontanées » de la vie de famille, intimité, quotidien. / Même ambiance sur la couverture du catalogue But 2010-2011 : « On s’y retrouve tous » – « tous » signifiant : toutes les générations.

Extensions de l’idée de maison :

DIA13 : Publicité Skoda : pour transporter toute la famille, animaux compris, 2011 ; Publicité Seat Alhambra, pour 7 personnes, 2010.

La sécurité :

DIA14 : « La famille Bongeste », Boulanger, 2009. / Castorama, Solutions sécurité habitation, 2011.

Les économies d’énergie :

DIA15 : EDF, « Pour la famille Hériot, changer l’énergie, c’est naturel », date ?

Mais aussi :

DIA16 : Outils de jardin (Honda, 1999) – solidité du matériel, capable de durer des années, voire des générations (retour à une pose plus traditionaliste). / Nouvelle version 2008.

et par extension :

LE PATRIMOINE (DIA17)

DIA18 : Publicité pour les notaires, 1998.

DIA19 : Annonce d’un projet immobilier, Nantes, 2009.

DIA20 : Bienvenue chez Gestion et Patrimoine : « Qui est concerné par la gestion du patrimoine ? », www.maison facile.com : visuels décontractés cherchant à suggérer que toutes les familles sont concernées, même les plus simples.

DIA21 : Banque populaire, 2007 : photo de famille « dynastique » – sur la pelouse, devant la maison, un fauteuil au centre, le gros chien, l’encadrement…

Intérêt de l’iconographie multiforme de la photographie de famille : elle permet d’élargir à l’envi la cible de ce type de messages publicitaires, d’un côté en démocratisant l’idée de patrimoine (réduit à des cartons pour les plus modestes), de l’autre, en le chargeant de connotations symboliques riches (pour la Banque dite « populaire »).

Par extension, au delà du patrimoine : l’assurance, la banque, les services financiers :

DIA22 : Assurance Vivaccio + 2 visuels pour Ag2R (Retraite, prévoyance, épargne, santé – « Vous

LES VACANCES, LES LOISIRS (DIA23)

DIA24 : Vacances à l’île d’Yeu, www.juratlantique.com / Publicité pour Vacances Bleues, 2006 / Catalogue Cap France 2008 (villages de vacances).

Et, par extension :

DIA25 : La saison des vacances (l’été) : Orange, « Un été à la carte » ; ou le lieu des vacances (les bords de mer) : Musée du bord de mer de Bénodet, 2003-2004.

DIA26 : Carte sénior de la SNCF : le visuel combine des cartes postales et des photos de famille. / Brochure des chemins de fer suisses : voyager (en famille), faire du vélo (en famille). / Décathlon, catalogue vélo, 2011.

DIA27 : Couverture du catalogue de vacances Renouveau, 1999 / Publicité pour les WF, 2005 : être en vacances signifie prendre des photos.

LES MATÉRIELS ET SERVICES PHOTOGRAPHIQUES

Registre prolifique étant donné l’importance économique du marché de la photographie amateur, relancé depuis quelques années par l’essor de la photographie numérique. Ces publicités mettent un accent appuyé sur la famille objet central de l’attention des photographes amateurs.

Accent plus marqué encore sur les enfants, qui sont devenus les personnages centraux des photos de famille :

DIA28 : Publicités pour le téléphone portable Nokia 7610, 2004 ; Photo Service, 2004 ; les imprimantes photos HP, 2005.

En même temps que les moins faciles à photographier dans la nouvelle veine, plus spontanée, voire débridée, qui s’affirme aujourd’hui. Les fabricants rivalisent d’innovations technologiques

DIA29 : Publicité pour l’appareil Coolpix 2100 de Nikon, 2003 ;
deux variantes d’une publicité pour l’appareil FinePix 10 de Fujifilm, 2005 (« Le premier appareil qui ne perd jamais quelqu’un de vue »).

Conventions obligées : les visages, le sourire.

DIA30 : « Smile ! », publicité pour l’appareil Canon Ixus, 2007 ; couverture du magazine de la FNAC, Contact, sur le thème : « Photographiez, Retouchez, Imprimez », juin 2005.

Ainsi, il apparaît que la technologie numérique vise en priorité la photographie de famille réalisée par les amateurs en levant un à un tous les risques de ratage encourus par ces photographes occasionnels, peu versés dans la technique photographique : cadrages aléatoires, images floues, manque de lumière, contrejours, yeux rouges, et sourire obligé.

De fait, si l’industrie photographique cible massivement ses produits et sa publicité sur les pratiques familiales de la photographie, on peut se demander si, en retour, ces dernières ne subissent pas de plus en plus l’emprise de la publicité et des modèles de communication. Cette hypothèse de la contamination de la photographie de famille par l’imagerie publicitaire, surtout depuis l’essor du numérique, mériterait d’être explorée pour en évaluer la réalité concrète et l’ampleur.

A suivre…

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

  1. Dans les usages ordinaires, le pêle-mêle permet la reconstitution matérielle de la totalité familiale, d’ordinaire couverte par des clichés parcellaires. Recomposition de l’unité familiale, réelle ou fictive, d’origine ou recomposée (car le pêle-mêle propose également un état éphémère, transitoire, de la famille, qui n’est pas forcément destiné à durer). []

Un nouveau lieu commun visuel-1

Je relance aujourd’hui mon blog en mettant en ligne le texte de la communication que je viens de faire à Montréal, dans le cadre du 9ème congrès de l’Association internationale pour l’étude des rapports entre texte et image (AIERTI). J’y étais invité par Vincent Lavoie, initiateur et animateur de l’atelier « Photographie amateur et pratiques populaires : Les nouvelles fictions collectives de l’image ».

°°°

Un nouveau lieu commun visuel
Photographie de famille et communication

Le fait que l’immense majorité des familles possèdent au moins un appareil photo et qu’elles s’en servent pour fixer en images les principaux rituels de leur vie privée a contribué à produire depuis des décennies une masse énorme de photos accumulées ou mises en valeur par leurs auteurs eux mêmes. II s’agit là d’une économie proliférante, mais circonscrite à ces unités de production privées que sont les familles. Aujourd’hui, cependant, on voit de plus en plus de ces images présentées, valorisées, reproduites, imitées sur la place publique. Si bien que la photographie de famille ne relève plus aujourd’hui exclusivement de la sphère privée.

Les artistes contemporains ont été probablement parmi les premiers à s’intéresser à ces clichés d’amateurs et à leur iconographie, dont ils ont fait le matériau malléable d’une révision minimaliste de l’art. Je ne souhaite pas aborder ce thème, que j’ai déjà traité ailleurs1. Mais il revêt une grande importance parce que, en propulsant la photographie de famille dans le champ de l’art, les artistes ont contribué à en faire une catégorie d’images légitime, et non plus simplement usuelle, ouvrant ainsi la voie à la réutilisation de cette imagerie par toutes sortes de communicateurs. Ce sont ces usages publics que je voudrais détailler à présent.

« __ss_9042908 »>Lieu commun visuel-Famille-présentation Montréal

View more presentations from maresca-s.

I – Famille = photographie (DIA 1)

Les diapositives sont annoncées dans l’ordre du diaporama proposé ci-dessus.

Par un retournement somme toute prévisible et particulièrement commode, la photographie des familles est traitée désormais comme le substitut visuel de l’idée de famille. Elle en tient lieu dans de nombreuses publications, elle lui sert d’illustration.

J’ai réduit ici l’iconographie à un seul exemple par type d’image ou d’usage abordé. La totalité des images que j’ai rassemblées sur ces questions depuis quelques années (environ 200 images) est en ligne et en libre accès sur Flickr, où j’ai mis en place un groupe auquel chacun désormais peut apporter sa contribution.

DIA 2 : Sciences Humaines, Dossier : « Où va la famille ? », n° 156, janvier 2005 (autoportrait familial de Xavier Lambours).

DIA 3 : Michel Bertrand (éd.), Pouvoirs de la famille, familles de pouvoir, Toulouse, Framespa, 2005 (actes d’un colloque) / Flyer de l’exposition Familles. Tout reste, pourtant tout change, Musée national suisse de Zurich, 2008 : une photo de famille encadrée sur fond de papier peint.

Les deux premières images qui ressortent de l’interrogation de la base Images de Google sur le mot « Famille » (premier essai le 18 janvier 2008, second le 20 avril 2009, donnant les mêmes images) :

DIA 4 : MSA du Nord : une photo de famille (trois générations = protection sociale de tous) en introduction, composée avec des figurants rémunérés (on la retrouve sur le site de la MSA du Tarn et Garonne), mais selon un code de représentation traditionnel.

DIAS 5 : TPE PME.com (site pour les entrepreneurs) : image plus moderne de la famille réduite au couple avec enfant et une pose plus « affective » – visuel repris en 2009 pour illustrer le site du Collectif « Ensemble pour la famille »
+ Camionnette Savelys.

Ces deux visuels apparaissent toujours dans la première page de résultats sur Google Images le 5 juillet 2011, celui de Savelys arrivant en premier.

Incise sur les visuels qui servent à illustrer plusieurs messages :
Par exemple, ce dernier visuel est utilisé par 43 sites différents, en France comme à l’étranger (selon Tineye, interrogé le 5 juillet 2011).

Ces deux clichés, tout aussi composés l’un que l’autre, illustrent bien, dans le registre des images de communication, le passage repéré dans l’histoire récente de la photographie de famille entre la pose solennelle qui prévalait à l’occasion des temps forts de l’histoire familiale et les instantanés plus spontanés qui ponctueraient aujourd’hui la vie de tous les jours. Selon les publics auxquels ils s’adressent, les professionnels de la communication visuelle recourent à l’une ou l’autre de ces deux formes.

La famille ainsi résumée par une photo de famille est de préférence blanche, aisée, heureuse. Elle ne reflète guère la diversité culturelle et sociale de l’ensemble des familles d’un pays comme la France.

La notion extensible d’« esprit de famille » (DIA 6):

Au delà des familles proprement dites, on peut la figurer également dans une équipe ou une entreprise :

DIA 7 : Des photos de famille disposées sur le bureau :
Apicil Entreprises, gestionnaire de régimes de retraite complémentaire (2008) ;

DIA 8 : Ou sur le mode de la dynastie familiale : les dirigeants de l’entreprise NSI
(la pose permet d’opérer la distinction entre les trois membres de la famille et leur collaborateur extérieur).

Les divorces et ruptures familiales (DIA 9):

Illustrés par des photos déchirées, photos de mariage essentiellement :

DIA 10 : Site du Centre de médiation familiale de Montréal / « Pourquoi avons nous divorcé ? », site www.astrosurf.com.
= reprise d’un acte à l’origine privé :

DIA 11 : Clichés privés (vers 1946, publiés dans La recherche photographique, 1990).

Reconstitution de la chaîne visuelle et symbolique :

Temps 1 : Mariage = on photographie le mariage
(là encore, la photographie fait désormais partie intégrante du rituel) :

DIA 12 : En Une de Ouest France, 22 23 janvier 2005 : « Le marché du mariage est à la noce » (la photographie de la mariée (et non pas la mariée ou les mariés), prise par l’un des participants à la noce, et non par un photographe professionnel). /Les statistiques du mariage (www.horizon-mariage.com).

Temps 2 : Divorce (rupture du mariage)= on déchire la photo du mariage :

DIA 13 : Article de Ouest France (9 nov. 2006) sur les séparations ; image composée (photo de mariage déchirée sur fond de tribunal), Archives Vincent Mouchel. / « Consensus sur le divorce », Alternatives économiques, 222, fév. 2004 ; image composée, Pascal Sittler, Réa.

Autres extensions, incluant ou conjurant l’idée de menace sur la famille :

DIA 14 : Affiche gouvernementale pour la prévention des incendies : « Ne laissez pas la vie de ceux que vous aimez partir en fumée ».

A suivre…

  1. Cf. mon article : Le recyclage artistique de la photographie amateur, in Joëlle Deniot, Alain Pessin (sous la dir. de), Les Peuples de l’art, Paris, L’Harmattan, 2006, tome 1, pp. 261 277. []

Les boîtes à chaussures

Une vie jalonnée par des appareils photo

« J’en ai un plein carton de photos. Mais bon, il faudrait que je prenne le temps… et l’envie. Si, parfois, j’en ai envie, mais je n’ai pas le temps. Je me dis : ‘Cela peut attendre. Les photos, ça peut attendre. Ce n’est pas urgent. »

A 78 ans, Claudine n’a jamais pris le temps de composer un album avec les photos qu’elle conserve entassées dans un carton. D’ailleurs, en y repensant, elle se rend compte que ses parents n’en avaient pas non plus. Sa mère, maîtresse femme qui dirigeait un hôtel-restaurant, avait acheté un appareil photo dès les années 1930, dont elle se servait très peu faute de temps. C’est également  parce qu’elle se consacrait entièrement à faire tourner son affaire, au point de mettre ses enfants en nourrice, puis en pension, qu’elle n’a jamais pris le temps de classer ses photos ni de composer ne serait-ce qu’un album. « C’était comme ça. Comme chez moi », dit aujourd’hui sa fille. J’ai suivi son exemple apparemment, sans le vouloir. »

Pour justifier un album, il faut une famille. Or, la guerre de 1914-1918 avait fauché les grands-pères des deux côtés. Le deuil, omniprésent, avait débouché sur des sépultures plutôt que sur des albums. Les femmes ont pris en main les affaires et délaissé la famille. Elle se souciaient de leur entreprise plus que de voir grandir leurs enfants. A quoi bon des photos, dans ces conditions ?

Puis, Claudine a beaucoup déménagé au cours de sa vie parce que son mari, inspecteur des impôts, changeait d’affectation très souvent. Cette vie itinérante a contribué à maintenir dans les cartons ce qui n’était pas nécessaire à la vie quotidienne. En particulier les photos.

A la mort de sa mère, Claudine s’est partagé avec sa sœur celles qu’elle a réussi à retrouver. Elle n’avait jamais demandé à sa mère de les lui commenter si bien qu’elle découvrait sur certaines des inconnus complets. Bien qu’elle soit consciente que le même sort guette ses propres photos si elle les laisse en vrac sans aucune information, elle n’en fait pas davantage.

Depuis cinq ans, elle possède un ordinateur. Elle y dépose les photos qu’elle fait à présent avec un petit appareil numérique. Elle reçoit également des clichés de sa fille, parfois de ses petits-enfants, mais également d’une nièce, férue de photographie, qui vient par exemple de lui communiquer 1 300 photos prises lors d’un mariage récent ! Les photos s’entassent dans son ordinateur. Elle pense qu’elle devrait en faire tirer certaines sur papier car c’est à ses yeux la seule forme aboutie d’une photographie. Mais elle ne le fait pas. Au fond, son ordinateur n’est jamais que la nouvelle boîte à chaussures dans laquelle s’accumulent ses photographies.

L'écran vide – suite

Je complète aujourd’hui un billet précédent sur les usages incertains des cadres photos numériques par une nouvelle observation réalisée dernièrement chez Denise, une femme de 59 ans.

Elle a abandonné il y a deux ans son emploi d’infirmière pour revenir vivre dans la maison familiale et s’occuper à plein temps de sa mère, âgée d’au moins 90 ans, qui ne bouge plus guère du canapé placé devant la télévision.

Le reste de la famille, petits-enfants et arrière-petits-enfants ne vit pas à proximité. C’est pourquoi, pour entretenir les liens familiaux que menace l’éloignement, Denise (qui, elle, n’a pas eu d’enfants) avait acheté un ordinateur connecté à internet et équipé d’une web-cam pour permettre à sa mère de voir ses descendants. « Je voyais son visage s’animer quand elle voyait la petite [sa dernière arrière-petite-fille]. C’était seulement deux secondes, mais ce n’était pas grave : elle l’avait vue. On pouvait même la suivre un peu dans l’appartement, la voir jouer, la voir évoluer dans son milieu. » Ils se connectaient environ une fois tous les 15 jours. L’ordinateur ne servait qu’à ça.

Malheureusement, la maison a été cambriolée : la télévision et l’ordinateur ont été volés, entre autres choses. « Le reste, je m’en fous, déclare Denise, mais la télé et l’ordinateur, ils n’auraient pas dû y toucher. » Elle a racheté aussitôt un téléviseur grand format car sa mère ne saurait s’en passer. Mais pas l’ordinateur, faute de moyens. « Cela ne me manque pas beaucoup de ne plus l’avoir. Il y a juste la web-cam qui me manque pour ma mère. »

Récemment, l’une de ses nièces leur a offert un cadre photo numérique. « Maman a plaisir à le regarder. » Mais les photos ne sont pas souvent renouvelées. « Les poupons, on commence un peu à en avoir marre. C’est depuis longtemps les mêmes. » Finalement, ils ne l’allument plus guère.

Dans le salon trône une grande photo dans un cadre en bois ovale. On y voit le portrait des quatre petits-enfants, photographiés il y a six ans dans un studio professionnel. Denise les avait emmenés spécialement chez un photographe du centre-ville pour réaliser ce portrait de groupe destiné à sa mère. Faute d’ordinateur et de nouvelles photos sur le cadre numérique, c’est encore ce cliché à l’ancienne que l’aïeule regarde le plus.

L'écran vide

Pour alimenter la discussion entamée autour du billet qu’André Gunthert a consacré il y a quelques jours aux transformations dans l’affichage domestique des photos de famille, voici un cas concret qui laisse apparaître la complexité des situations réelles.

Il y a deux ans, ce couple de retraités a reçu un cadre photo numérique comme cadeau de Noël de la part de ses enfants.  Ces derniers sont adultes et vivent dispersés aux quatre coins de la France. Lire la suite