Sexisme photographique

J’évoquais dernièrement l’association si fréquente entre femme et photographie amateur, dans un contexte il est vrai où l’image d’une femme revêtait une signification politique et culturelle pertinente.

Mais voilà que la FNAC nous replonge sans nuance dans ce lieu commun de la communication, depuis les antécédents centenaires de Kodak, qui veut que l’image d’une femme semble la plus appropriée pour montrer combien l’utilisation des nouveaux appareils photo est devenue simple et accessible à tous.

Surtout si l’on remarque que, dès qu’il s’agit de se perfectionner dans la pratique photographique, c’est un homme qui incarne le désir sous-jacent : « Je veux être photographe » (au lieu du slogan indistinct « Flashez quand vous voulez »).

Aussi simple que de prendre une photo ?

Cette image choisie par Ouest-France pour annoncer son prochain numéro spécial sur le « printemps arabe » me fait penser aux premières publicités de Kodak qui mettaient en scène des femmes ou des enfants (de préférence des petites filles) pour bien montrer que l’utilisation de leur nouveau modèle d’appareil destiné aux amateurs était un jeu d’enfant puisqu’une femme pouvait s’en servir sans difficulté.

Publicité Kodak

Vers 1910

Ici une femme portant un foulard (donc musulmane, selon nos raccourcis visuels les plus fréquents) photographie avec un téléphone portable. Quoi ? On ne le sait pas. Il y a du monde derrière elle, plutôt des hommes. Cet arrière-plan est-il suffisant pour évoquer le contexte d’une manifestation et laisser supposer que cette femme le photographie pour ensuite envoyer son cliché à ses correspondants proches ou lointains ? Est-ce le sens qu’il nous faut donner à cette image symbolique ?

Étonnant tout de même que la photographie, dans ce cas, fasse fonction de synonyme des révolutions arabes. Si je pousse la métaphore avec les publicités de Kodak, puis-je en déduire que faire la révolution dans les pays arabes serait devenu aussi simple que de prendre une photo ?