Les usages de la photo et du film en sciences sociales. Exemples de mobilisations et de dispositifs participatifs

C’est la prochaine séance du séminaire méthodologique transversal du laboratoire CITERES : « Écrire et réfléchir les sciences humaines et sociales ».

PROGRAMME :

La photographie et le film comme outils de connaissance dans les champs urbain et des mouvements sociaux
Cécile Cuny-Robert, Maître de conférences en aménagement et urbanisme, Lab’Urba, Université Marne la Vallée Paris Est,et Héloïse Nez, Maître de conférences en sociologie, CITERES,Université de Tours.
Filmer et utiliser des matériaux sonores et visuels pour décrire et analyser les rassemblements protestataires à Moscou
Perrine Poupin, Doctorante en histoire, Centre d’études des mondes russe, caucasien et
centre-européen (CERCEC), EHESS Paris.
Discutante : Hélène Bertheleu, CITERES, Université de Tours.
Faire entendre la parole citoyenne par le recours au film. Enjeux théoriques et méthodologiques
Laura Seguin, Doctorante en aménagement de l’espace, CITERES, Université de Tours.
Discutant : Patrice Melé, CITERES, Université de Tours.

Ce séminaire aura lieu le jeudi 16 janvier, de 14h à 17h Université François Rabelais 3, rue des Tanneurs, Tours, Salle 310.

Le temps suspendu

Capture d'écran du site de France 2

Vendredi 3 décembre, le  journal de 13 h sur France 2 s’ouvre par un reportage sur les chutes de neige à Coutances, en Normandie. Récit classique : les habitants bloqués dans leur maison, les voitures qui ne parviennent pas à circuler, heureusement l’artisan providentiel qui met son tracteur à la disposition de ses voisins, les employés de la voirie heureux de pouvoir rendre service à la population…

Et puis, soudain, le commentaire devient rêveur. Tandis que la caméra s’élève vers le clocher de l’église, suggérant une supplique muette au ciel (Dieu ou météo, on ne sait pas), la voix off déclare : « En cette journée très spéciale, le temps semble suspendu. A chacun d’y trouver son compte. » (L’équipe de France 2 se trouve elle aussi bloquée sur place.)

On redescend sur terre en découvrant cette femme plantée devant la caméra, avec ses énormes lunettes noires qui nous annonce, guillerette : « On filme, on photographie, on est bien. »

C’est pas beau la neige ?

Arrêt sur images : colloque international

Pour une combinaison de la photographie et du film.

Photo : Sylvain Conord

Photo : Sylvaine Conord

Ethnologues, sociologues, artistes et historiens de l’image sont invités à venir partager leurs expériences et leurs réflexions sur :

  • les manières de produire et d’articuler les images fixes et les images animées
  • les vertus respectives de ces images et de leur association

Vendredi 9 et samedi 10 avril au Musée du quai Branly, de 9 h 30 à 19 h, salle de cinéma.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Programme détaillé.

Sur les images d'amateurs

9783898901369

Les éditions Kliomedia annoncent la parution du livre :

Private Eyes and the Public Gaze : The Manipulation and Valorisation of Amateur Images

Amateur photographs and films are being increasingly used by television and documentary filmmakers to illustrate and authenticate their work. Artists pursue their own ways to enter into dialogue with personal images of memories. There is also an increasing interest in private images to be found among social scientists (cultural anthropologists, historians, media theorists) and also among psychotherapists.

To bring these different ways of dealing with amateur images together, the Centre national de l’audiovisuel and the University of Luxembourg organised in 2008 an international colloquium entitled The Manipulation and Valorisation of Amateur Images. Thirteen researchers, artists and media specialists, among them Patricia Zimmermann and Heather Norris Nicholson, were invited to give a paper and present their theoretical framework, empirical analyses, ethical reflections and concrete creative usages in this book.

Sonja Kmec/ Viviane Thill (Hgg.): Private Eyes and the Public Gaze. The Manipulation and Valorisation of Amateur Images, Trier 2009. ISBN 978-3-89890-136-9, 136 S., brosch., 380 g, 24,90 Eur[D]/25,60 Eur[A], 45 CHF

Sommaire :

07–08 Preface by Jean Back, director of the CNA and Rolf Tarrach, rector of the University of Luxembourg

09–14 Introduction by Sonja Kmec and Viviane Thill

15–26 Speculations on Home Movies: Thirty Axioms for Navigating

Historiography and Psychic Vectors by Patricia R. Zimmermann

27–34 The Valorisation of Amateur Photography with Regard to Intimate Photography. A Contemporary Reinterpretation of A Middle-Brow Art by Pierre Bourdieu by Danielle Leenaerts

Part I: Identifications

37–46 Narratives of the Private Photo Album by Petra Pierrette Berger

47–54 Home Movies: A New Technology, a New Duty, a New Cultural Practice by Susan Aasman

55–62 Is Cinema Child’s Play? The Family Films of Clotilde Muller-Libeski by Valérie Vignaux

63–68 Valorisation of Amateur Images in the Context of Migration by Saskia Klaassen Nägeli

Part II: (Re)locations

71–80 Moving Pictures, Moving Memories: Framing the Interpretative Gaze? by Heather Norris Nicholson

81–90 Papi Is Joking – SS Men as Amateur Photographers by Sandra Starke

91–98 Private Cinema in the GDR – Daily Life in the GDR on Amateur Film by Leska Krenz

99–102 Reminiscence: A Way to Use Amateur Films in Order to Work with Patients – Suffering from Memory Problems by Jean-Claude Leners

Part III: (Re)appropriations

105–110 Artist Project: Fotothek – Speciality Store for Forgotten Private Photographs by Anke Heelemann

111–118 Glimpses of Beauty Beyond Happiness: Amateur Images and Institutional Cinema by Viva Paci

119–130 Exhibiting, Editing and Commenting: Amateur Photography Going Public by Gilles Rouffineau

131–134 Amateur Aesthetics by Luc Debraine

135–138 List of Contributors

Sur le terrain d'une enquête

imgaccperif2

Un film de Ana-Milena Pabon, 2009. Coproduction Périphériques Productions- CEMIC, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3-Plan Large (52 ‘).

L’intérêt de ce film est de nous permettre de suivre une jeune chercheuse dans son enquête de terrain. Celle-ci s’intéresse aux incidences des médias dans la transmission de l’identité culturelle et sociale chez des jeunes de cités, dans plusieurs villes du Sud-Ouest.

L’approche de ces jeunes, méfiants vis-à-vis des journalistes, n’est pas facile. Malgré la forte empathie manifestée par l’enquêtrice, d’origine sud-américaine, les esquives sont nombreuses. Pour faciliter les contacts, mais aussi parce que les médias sont l’objet de l’étude, et tout particulièrement les problèmes d’images, la photographie est un outil central pour l’enquête : des appareils photos sont prêtés aux jeunes pour leur permettre de réaliser leurs propres images sur des thèmes imposés. Leurs clichés font ensuite l’objet d’une discussion afin d’essayer d’expliciter leurs partis-pris de représentation. Par ailleurs, un photographe réalise des portraits de chacun d’eux en vue d’une exposition à venir.

Le film suit de près l’enquêtrice dans les hauts et les bas de son investigation. Il restitue également les discussions et mises au point avec les chercheurs qui pilotent son travail. Cest à cet égard un documentaire utile pour amener des étudiants en sciences sociales à discuter concrètement de la posture à adopter en situation d’enquête. Il permet également de débattre des avantages et des inconvénients de l’utilisation des images dans un tel contexte.

Au final, un excellent support pédagogique.