Omniprésence de la publicité – suite

Nous venons d’acheter un baby-foot pour les enfants (pas que pour eux d’ailleurs…). Chaque fois que j’y joue avec eux, je ne puis m’empêcher de river mon regard sur cette bande de publicités collée de chaque côté du terrain, comme sur un vrai stade de foot. Comme si la présence des panneaux publicitaires authentifiait l’arène qui, pour en réduction, n’en serait pas moins ainsi conforme à la réalité.

Il semble que le même type d’affichage se trouve dans les jeux vidéos de foot :

Comme à la télé

Une “indiscrétion” de l’Express (3047, 26 novembre, p. 26) nous révèle que, lors du match de qualification entre la France et l’Eire, le 18 novembre dernier au Stade de France, le président de la République disposait devant son fauteuil d’un petit téléviseur sur lequel il a pu suivre la retransmission en direct. Autrement dit, il est allé au stade pour regarder le match à la télé !

L’article ne précise pas pourquoi son fauteuil est ainsi équipé, ni si d’autres le sont. S’il l’a été à la demande de Nicolas Sarkozy ou si c’est une prérogative de tout président de la République. Ce téléviseur offre en tout cas au chef de l’État le bénéfice politique d’être présent dans le stade sans devoir forcément suivre en continu le déroulement de la partie sur le terrain. 90 mn de jeu, c’est probablement long pour un haut responsable politique. Ou peut-être préfère-t-il tout bonnement regarder le foot à la télé.

Le comique de la situation vient de l’incident majeur qui a entaché la victoire de l’équipe de France. Car autant l’entraîneur, les différents responsables sportifs présents ont pu affirmer et répéter qu’ils n’avaient pas vu la main de Thierry Henry, en l’absence d’un dispositif autorisé d’enregistrement vidéo dans le stade, autant le président de la République a, quant lui, eu toute latitude de voir et revoir au ralenti la faute du capitaine français. La quasi-totalité des spectateurs voient le match dans sa réalité instantanée ; ils sont venus spécialement pour vivre cette expérience unique. Seuls les journalistes sportifs, et le chef de l’État, la doublent d’un récit télévisé qui structure en direct le déroulement de la partie à coups d’accents verbaux, de gros plans sur certaines actions… et de ralentis. Manifestement, tout le monde ne se prive pas de la vidéo dans un match de cette importance.