Appareils devant caméras

Capture d'écran du site

http://www.pluzz.fr/france2

Dimanche soir, le journal télévisé de France 2 a consacré un reportage à l’incendie spectaculaire qui venait de détruire dans la nuit un entrepôt de garde meubles à Gagny. Après une série d’images et de commentaires sur l’ampleur du sinistre, l’intérêt des journalistes s’est tourné vers les riverains dont ils filmèrent rapidement les habitations. « A moins de 50 mètres, les premières maisons, elles, ont été préservées. » Il s’ensuivit une séquence d’interview au cours de laquelle on apprit que « les habitants ont pris des photos, réveillés par le bruit de l’incendie. » L’un deux montra à la caméra l’écran de son appareil photo sur lequel il faisait défiler deux clichés. « C’est ce que j’ai vu de chez moi, déclara-t-il, tenant toujours son appareil dans la main, et on sentait la chaleur de là-bas. C’était impressionnant. »

Depuis l’origine de la photographie, les incendies ont été très souvent photographiés parce qu’ils étaient particulièrement photogéniques et, de surcroît, qu’ils produisaient une intense lumière apte à impressionner même la plaque très peu sensible d’un daguerréotype de 1853. Aujourd’hui encore, l’effet spectaculaire est garanti, surtout s’il est exempt de danger.

George N. Barnard, Incendie des moulins d'Oswego, État de New-York, 1853 (daguerréotype colorié)

Dans ce reportage, le caméraman de France 2 et les voisins-photographes ont fait en quelque sorte assaut d’images, les seconds se sentant autorisés à témoigner parce qu’ils pouvaient exhiber les preuves visuelles de ce qu’ils avaient vu devant ces journalistes arrivés sur les lieux après-coup. Mais cette exhibition de photos fonctionne également comme un élément narratif au sein du reportage. Sur le même mode, certaines chaînes d’information en continu commentent à l’antenne les photos que, à leur demande, des téléspectateurs leur ont envoyées pour donner leur vision de tel ou tel sujet d’actualité (chutes de neige ou intempéries, par exemple).

Donc un conseil : si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour passer au JT, complétez votre témoignage par des photos prêtes à être montrées. Un minimum d’éditing préalable peut même être recommandé…

Le temps suspendu

Capture d'écran du site de France 2

Vendredi 3 décembre, le  journal de 13 h sur France 2 s’ouvre par un reportage sur les chutes de neige à Coutances, en Normandie. Récit classique : les habitants bloqués dans leur maison, les voitures qui ne parviennent pas à circuler, heureusement l’artisan providentiel qui met son tracteur à la disposition de ses voisins, les employés de la voirie heureux de pouvoir rendre service à la population…

Et puis, soudain, le commentaire devient rêveur. Tandis que la caméra s’élève vers le clocher de l’église, suggérant une supplique muette au ciel (Dieu ou météo, on ne sait pas), la voix off déclare : « En cette journée très spéciale, le temps semble suspendu. A chacun d’y trouver son compte. » (L’équipe de France 2 se trouve elle aussi bloquée sur place.)

On redescend sur terre en découvrant cette femme plantée devant la caméra, avec ses énormes lunettes noires qui nous annonce, guillerette : « On filme, on photographie, on est bien. »

C’est pas beau la neige ?