Les images de la science

Gilles Corrozet, Contre les astrologues, Hécatongraphie, 1540

La vie sociale des images – chapitre 8

 


La circulation des livres suscita entre les savants un intense mouvement de discussion, de polémiques, de révisions des connaissances pré-existantes. Cette accélération du processus de connaissance passa également par le développement, dès la seconde moitié du XVIIe siècle, d’une presse spécialisée vulgarisant les nouvelles découvertes. Quant à l’exactitude introduite par la gravure dans la reproduction des images, elle permit de fixer des descriptions d’objets ou de structures vivantes, et de les faire circuler sans déformation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Un complément, richement illustré (grâce en particulier au diaporama qui complète l’article) sur le blog de François Bon.

L’image et l’essor de l’imprimerie

 

Bois Protat, plus ancien moule conservé (fragment d’une Crucifixion), 1360.

La vie sociale des images – chapitre 4

 

L’imprimerie est une innovation technique qui dispensa de recopier les textes à la main. Pour ce faire, elle recourut à des caractères mobiles, d’abord en bois, puis en métal, qu’il suffisait d’agencer selon les nécessités du texte pour reproduire celui-ci en autant d’exemplaires que nécessaire. Cette invention apparut vers 1450. C’est du moins la date de parution des premiers livres imprimés, dont la célèbre Bible de Gutenberg (1456).

Mais l’imprimerie n’a pas tout inventé. Elle a surtout exploité les possibilités offertes par une technique qui existait depuis peu : la gravure. Or, le but premier de la gravure était d’offrir la possibilité de mutiplier les images, et tout particulièrement les images religieuses.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE