L’ère de la télévision

Camping sauvage en Ariège, 2001 (photo : Sylvain Maresca).

 

Les images dans la société – chapitre 18

Si l’on considère la télévision selon l’angle du rapport entretenu par les spectateurs à l’image, on doit considérer ce nouveau médium comme le vecteur d’une réappropriation privée des images animées. La télévision permet de les regarder à son domicile. Couplée au magnétoscope, elle a étendu cette possibilité puisque l’on peut désormais regarder des films non seulement chez soi, mais encore le jour et à l’heure de son choix, et même, pourquoi pas, en s’attardant uniquement sur une séquence en particulier. Le rapport aux images filmées n’en devient pas plus actif pour autant, il entre simplement dans l’ordre des comportements privés. La télévision affranchit la consommation des images animées de la fréquentation des lieux publics spécialisés que sont les cinémas. A cet égard, elle est un outil de privatisation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Le cinéma

 

Les images dans la société – chapitre 16

Les premières années du cinéma coïncidèrent avec le tournant du XXe siècle. Elles sont intéressantes à examiner parce qu’elles font apparaître que cette nouvelle catégorie d’images n’eut pas d’emblée sa place dans la société. Elle dut se la chercher et, plus précisément, se la faire.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Les images de la mode

William Notman, Mrs Stevenson as Photography, Montréal, 1865

William Notman (photographe canadien), Portrait de Miss Stevenson dans une tenue « photographique », 1865.

Les images dans la société – chapitre 14

Ce chapitre ne traitera pas à proprement parler de la photographie de mode. Il s’appliquera surtout à faire ressortir en quoi la conjonction de deux innovations du XIXe siècle, la haute-couture et la photographie, a été la source de problèmes sociaux tout à fait inattendus. On appréhendera ainsi les retombées effectives des images dans certains milieux particuliers ou sur certaines formes de comportements.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Complément du 20 février 2013 :

Voir l’exposition Le Corps de la mode, à la Cité de la mode et du design à Paris, qui traite précisément de la question des mannequins depuis l’origine de la haute couture.

Les grandes heures et figures du photoreportage-2

Michal Rovner, Decoy (Leurre), 1991 – images télévisées de la première guerre du Golfe.

Les images dans la société – chapitre 13 (suite et fin)

Nous allons passer en revue trois grandes versions du métier de photo-reportage, trois idéologies professionnelles qui ont fortement constitué cette profession et modelé ses formes dominantes d’identification. Elles renvoient également à trois époques du photo-journalisme. A chacune correspond la figure emblématique d’un photographe de presse de grand renom qui l’a incarnée par excellence ou qui l’a explicitement théorisée. Nous résumerons ainsi l’histoire du photo-reportage entre les années 1930 et la concurrence introduite par la télévision, à partir de 1960 aux États-Unis et des années 1970 en Europe.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

En complément : les derniers développement de la polémique soulevée par la photo du milicien espagnol par Robert Capa.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE


Les grandes heures et figures du photoreportage-1

Vu, n° 357, 16 janvier 1935

La vie sociale des images – Chapitre 13

Les années 1930 ont vu la photographie entrer à part entière dans la couverture de l’actualité par la presse. Coïncidence ou pas : cette période annonçait également certains des développements les plus effrayants ou les plus extraordinaires de l’actualité mondiale. La photographie sera là pour les répercuter auprès du grand public.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE


La carte postale

Publicité d’un important éditeur, Bergeret à Nancy.

La vie sociale des images – chapitre 12


L’apparition, puis le développement massif de la carte postale se situèrent entre les années 1870 et le début de la Première guerre mondiale, en plein dans la période d’expansion de ce que l’on a appelé l’« illustration », c’est-à-dire l’impression et la diffusion massive d’images associées au texte, que ce soit à travers les affiches, les almanachs, les calendriers et les supports de presse. L’engoûement extraordinaire suscité par la carte postale tient à de nombreux facteurs, parmi lesquels les retombées effectives de l’instruction publique, le renouveau de l’imagerie populaire et la fascination pour les capacités de la photographie à représenter le monde, le plus lointain comme le plus proche.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

L’image et la presse

Konstantin Soitzner, Un lecteur du Petit Journal, date ?

Un lecteur du Petit Journal, peint par Konstantin Stoitzner, date ?

La vie sociale des images – chapitre 11.


Longtemps, la fabrication artisanale des images, comme celle encore des fameuses images d’Epinal au début du XIXe siècle, demeura la seule production de masse à destination des classes populaires. L’arrivée de la presse allait modifier cette situation bipolaire – caractérisée d’un côté par la gravure et l’imprimerie au service d’une élite cultivée et, de l’autre, par un petit artisanat issu en droite ligne du Moyen-Age produisant au pochoir des vignettes pour le bas peuple. Les journaux et magazines illustrés devinrent les principaux diffuseurs d’images.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE


L’intrusion des images dans la vie quotidienne. Eléments d’histoire récente

Publicités murales, Ariège, 2001

La vie sociale des images – chapitre 10

Historiquement, l’essor de l’image au quotidien est lié pour l’essentiel au développement des villes et même en priorité à celui des grandes villes. Nous en avons déjà eu un premier aperçu avec les cathédrales, toutes situées dans les cités les plus importantes. Les autres formes d’intégration de l’image dans la vie quotidienne furent tout autant liées au contexte citadin, cependant que les campagnes, les bourgs et les petites villes restèrent très longtemps en dehors de la circulation et surtout de l’implantation des images dans le cadre courant de la vie.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

En complément, lire le récit d’une première expérience du portrait photographique vécue en 1877 par une famille rurale dans le texte de Carl Havelange : Une entrée dans la modernité. Portrait photographique et expérience de soi au XIXe siècle.

L’invention et l’essor de la photographie

La vie sociale des images – chapitre 9

La science va nous servir de transition avec le chapitre précédent. En effet, nous allons passer à une période de l’histoire, le XIXe siècle, où la science s’était déjà considérablement développée, particulièrement dans les domaines de la physique et de la chimie. Ce sont précisément les résultats qu’elle y avait déjà obtenus qui allaient rendre possible l’invention de la photographie, officiellement datée de 1839.

Dans les faits, la photographie n’a pas été inventée une seule fois. Le procédé a été maintes fois amélioré, voire radicalement transformé, comme lorsqu’on a trouvé le moyen de produire des négatifs. Au-delà de cette innovation majeure, la seconde moitié du XIXe siècle fut jalonnée d’un train continu de perfectionnements techniques du procédé ou des procédés photographiques. Aujourd’hui, il n’est quasiment pas d’histoire de la photographie qui ne commence par restituer la genèse et les méandres de l’invention du procédé.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

 

Les images de la science

Gilles Corrozet, Contre les astrologues, Hécatongraphie, 1540

La vie sociale des images – chapitre 8

 


La circulation des livres suscita entre les savants un intense mouvement de discussion, de polémiques, de révisions des connaissances pré-existantes. Cette accélération du processus de connaissance passa également par le développement, dès la seconde moitié du XVIIe siècle, d’une presse spécialisée vulgarisant les nouvelles découvertes. Quant à l’exactitude introduite par la gravure dans la reproduction des images, elle permit de fixer des descriptions d’objets ou de structures vivantes, et de les faire circuler sans déformation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Un complément, richement illustré (grâce en particulier au diaporama qui complète l’article) sur le blog de François Bon.

La représentation artistique de l’individu : bref aperçu sur l’histoire du portrait

Tablette du roi Narmer (Egypte), 2950 avant J-C

Tablette du roi Narmer (Egypte), 2950 avant J-C

Les images dans la société – chapitre 7

C’est la Renaissance qui a donné au portrait ses véritables lettres de noblesse, en concordance avec l’idéologie humaniste qu’elle a commencé à imposer. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Quelle est la question de principe posée par le portrait ? Il s’agit de savoir s’il est légitime ou non de représenter le visage d’un individu uniquement pour donner à voir à quoi il ressemble. En d’autres termes, la physionomie individuelle est-elle ou non un objet légitime de peinture ?

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Vers un registre autonome de l’image : l’art occidental

Autoportrait de Raphaël, 1506

Autoportrait de Raphaël

Les images dans la société – chapitre 6

La Renaissance fut marquée par diverses tendances qui allaient marquer durablement notre culture dans les domaines aussi bien du savoir que de ce que nous considérons désormais comme l’art. De fait, notre conception moderne et occidentale de l’art a commencé à s’affirmer dans les années 1400, d’abord en Italie, puis en France et dans tout le reste de l’Europe. Ce sont les grandes lignes de ce processus pluri-séculaire d’invention de l’artiste moderne que je voudrais restituer ici – processus qui contribua à modifier sensiblement le statut culturel des images. D’illustrations religieuses dont la fonction était avant tout rituelle, les images gagnèrent progressivement un marché d’amateurs à la recherche des plaisirs de la délectation esthétique. Il en découla une nouvelle forme de goût et un nouveau système d’appréciation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Papiers en tout genre

Les images dans la société – chapitre 5

Publicité pour le 1 % patronal, 1999

Publicité pour le 1 % patronal, 1999

Au nombre des préalables techniques nécessaires à l’essor de l’imprimerie, une innovation fut tout à fait capitale : la fabrication du papier. C’est avec l’extension de l’usage du linge, et tout particulièrement avec la généralisation du port de la chemise, que s’ouvrit la possibilité technique de fabriquer du papier en recyclant les tissus usés. En Europe, ce tournant s’opéra vers la fin du XIVe siècle. La transition entre le Moyen-Age et la Renaissance fut donc marquée par l’apparition de ce nouveau support que constitua le papier – support déterminant pour la reproduction et la diffusion des images comme des textes, support qui allait connaître une extension considérable et dont nous allons examiner trois utilisations de masse : le papier peint, le billet de banque et le timbre.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

En complément, voir le cas exemplaire du dernier modèle de billet américain de 100 $.

L’image et l’essor de l’imprimerie

 

Bois Protat, plus ancien moule conservé (fragment d’une Crucifixion), 1360.

La vie sociale des images – chapitre 4

 

L’imprimerie est une innovation technique qui dispensa de recopier les textes à la main. Pour ce faire, elle recourut à des caractères mobiles, d’abord en bois, puis en métal, qu’il suffisait d’agencer selon les nécessités du texte pour reproduire celui-ci en autant d’exemplaires que nécessaire. Cette invention apparut vers 1450. C’est du moins la date de parution des premiers livres imprimés, dont la célèbre Bible de Gutenberg (1456).

Mais l’imprimerie n’a pas tout inventé. Elle a surtout exploité les possibilités offertes par une technique qui existait depuis peu : la gravure. Or, le but premier de la gravure était d’offrir la possibilité de mutiplier les images, et tout particulièrement les images religieuses.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

L’essor des images à partir du Moyen-Age

Les images dans la société – chapitre 3

A partir du IXe siècle, la querelle des images était réglée dans l’Eglise, au moins pour quelques siècles. L’usage des images était légitimé et valorisé dans la représentation des mystères divins et pour la propagation de la foi. Il en résulta que l’image, au Moyen Age, fut essentiellement religieuse.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

En complément, sur le contraste entre fresques et vitraux : La lumière d’en-haut.

Et sur l’imagerie domestique : Des plafonds au mur (l’image domestique) par P.O. Dittmar.