Une femme pour la banque

Je viens de tomber sur cette publicité qui m’a intrigué. Parce qu’il y était question de photographie, bien sûr, mais surtout parce que je ne comprenais pas ce qu’elle venait faire dans cette annonce de services bancaires.

En recherchant quelques informations sur cette campagne publicitaire qui vient de démarrer, je découvre rapidement que la nouvelle offre HSBC Advance est destinée aux  “patrimoines en devenir”, c’est-à-dire aux personnes financièrement à l’aise  (entre 35 000 et 75 000 € de revenus annuels) et plutôt jeunes (entre 25 et 45 ans) qui, si elles sont bien conseillées et accompagnées par leur banque, devraient devenir demain ses clients privilégiés, au double sens du terme.

Pour donner un visage à ces “emerging affluent”, la publicité est déclinée de plusieurs façons, avec des slogans diversifiés :

Captures d’écran du site www.hsbc.fr

Et la photographie dans cette histoire ?

Madame s’occupe depuis trois ans de ses deux charmants bambins pendant que son cadre supérieur de mari connaît une ascension professionnelle remarquable. Elle aimerait bien s’extraire du pavillon cossu qui est son quotidien, mais cela fait déjà plusieurs années qu’elle n’est plus dans le bain du travail. Son diplôme d’analyste financier se dévalue et surtout, elle a décroché du mainstream dans lequel il faut baigner du matin jusqu’au soir si l’on veut se maintenir dans le monde de la finance. Et puis, a-t-elle jamais vraiment aimé ce job ?

Depuis la naissance de ses enfants, elle les a énormément photographiés. Lorsqu’ils font la sieste, elle s’empresse de retravailler ses clichés, de les agencer en séries, d’en faire des albums. Récemment, elle a découvert sur internet une artiste américaine dont l’œuvre est composée exclusivement de photos de ses enfants. Elle s’est d’ailleurs rendue compte qu’il y en avait beaucoup d’autres, en Europe également. Cette découverte lui a donné des idées. Elle se dit que ses photos valent bien les leurs. Il faudrait qu’elle les montre à quelqu’un qui s’y connaît. L’entreprise de son mari investit dans le mécénat : il y a là une piste à creuser. Et puis, il faudrait qu’elle compose un book pour avoir un ensemble cohérent à montrer. Elle ne veut pas d’une simple collection d’images sur CD. Elle suppose que de véritables tirages sur papier feraient plus d’effet. Mais l’impression grand format coûte cher et puis elle ne veut pas devoir demander de l’argent à son mari pour financer ce qui ne sera peut-être qu’un coup d’épée dans l’eau. D’ailleurs, elle ne souhaite pas lui en parler tant que rien n’est vraiment amorcé. En revanche, il faut qu’elle en parle à son banquier…