L'appât

Capture d'écran du site http://m.samsung.com

Le smartphone Samsung Galaxie Nexus propose la possibilité de le déverrouiller par reconnaissance faciale : « Un jeu d’enfant : il vous suffit d’allumer le téléphone et de regarder la caméra pour déverrouiller le téléphone. Plus besoin de retenir de mots de passe compliqués. Ne craignez plus que votre téléphone tombe entre de mauvaises mains. »

Soulignons tout d’abord qu’il est demandé de sourire pour réussir cette opération. Comme de fait l’appareil compare l’image du visage qui lui est proposée à celle que son propriétaire y a préalablement enregistrée, je suppose qu’un visage sévère ferait aussi bien l’affaire. Mais ce n’est pas sûr : le smartphone de Samsung est peut-être programmé pour ne photographier que des visages souriants (comme nombre d’appareils numériques actuels). J’imagine également que le plaisir est tellement grand de retrouver son smartphone chéri que le sourire vient naturellement aux lèvres.

Certains esprits chagrins ont déjà mis en évidence qu’il était facile de tromper la vigilance du Samsung Galaxie en lui présentant une photo plutôt que directement le visage de l’intéressé. « Il s’agit donc d’un verrouillage avec un faible niveau de sécurité pour Android 4.0. Il vaut donc mieux utiliser un pin ou un mot de passe si l’on ne veut pas que n’importe qui ait accès à ses données. » Il semble qu’Apple ait déjà déposé un brevet pour se réserver de développer sur ses propres appareils un système de reconnaissance faciale plus performant.

Ce qui me frappe surtout dans ce nouveau gadget, c’est qu’il joue sur un mécanisme d’accoutumance que Franck Leblanc identifie bien dans sa description de l’extension des systèmes de télésurveillance. Il montre en effet que nombre d’entreprises qui développent ces systèmes pour accroître l’efficacité de la sécurité publique proposent des applications commerciales ludiques destinées au grand public, sous forme de jeux, d’applications diverses ou encore d’outils complémentaires pour des sites préexistants comme Facebook ou Flickr. Le consommateur lambda qui s’amuse ainsi à reconnaître ses « amis » dans des photos qui circulent sur internet s’habitue sans forcément s’en rendre compte à un régime de surveillance généralisée qui passe par la traque visuelle et l’identification des visages. Comment dès lors pourrait-il s’étonner, voire s’insurger que son image soit utilisée par des services de polices, nationaux et internationaux, pour le ficher et le reconnaître en toute circonstance ?

Adresser un sourire à son smartphone pour le déverrouiller pourrait bien être un geste plus menaçant qu’il n’y paraît.

La foule des individus

Décembre 2001

Les multiples conflits portés devant la justice par des individus réclamant le respect de leur droit à l’image ont contribué à faire évoluer notre conception de l’espace public. Celui-ci ne peut plus être considéré mécaniquement comme une scène publique sur laquelle toutes les interactions entre les individus présents seraient de nature publique. Même les manifestations – qui rassemblent pourtant des participants décidés à afficher leurs convictions dans la rue – ne sont plus aussi facilement représentables qu’autrefois : les manifestants peuvent être dûment impliqués dans l’action revendicative qu’ils sont en train de mener sans pour autant être prêts à contribuer à l’image de la manifestation en acceptant de figurer sur les photos qui en seront publiées dans la presse. Entre la prise de vue et la publication, chacun peut faire valoir son refus d’apparaître en photo, c’est-à-dire d’apporter sa contribution à l’image de l’événement et, en retour, d’être assimilé à cette image.

Désormais, force est de considérer les lieux publics comme des scènes d’interaction privée. Même une foule n’est plus une entité collective indifférenciée. Elle est composée d’autant d’individus qui peuvent à tout moment faire valoir leurs prérogatives sur la façon dont on les représente en cette occasion. Ici comme ailleurs, l’individu s’affirme de plus en plus résistant à toutes les formes d’assimilation collective. Les photoreporters font l’amère expérience de cette affirmation récente qui entrave directement leur couverture de l’actualité publique.

Mais il y a un autre versant à cette individualisation de l’espace public : c’est la mise en place des dispositifs de télésurveillance qui n’ont d’autre objectif que d’extraire l’individu du contexte collectif dans lequel il évolue, quand bien même il s’agirait d’une foule nombreuse et compacte. Franck Leblanc a fait de ses dispositifs l’objet central de sa thèse. Il y insiste en particulier sur le rôle décisif des entreprises privées qui proposent aux consommateurs des applications attractives, ludiques, permettant de les convaincre de l’intérêt de ces dispositifs d’identification et surtout d’obtenir leur participation active.

Lors de la finale du championnat 2010, le site internet de la ligue américaine de baseball a proposé ainsi aux fans de ce sport de se repérer eux-mêmes sur une photographie panoramique prise de la foule des spectateurs de la finale :

Capture d'écran du site internet MLB Tagoramic, nov. 2010

Contrairement aux apparences, ce panoramique est d’une stupéfiante netteté et permet aux internautes de zoomer dans l’image pour repérer un à un les visages des personnes présentes. Cette technologie déconstruit donc l’effet visuel et massif de la foule pour la réduire à une collection momentanée d’individus, identifiables un à un. Notons que cette haute définition est précisément l’atout des caméras numériques de télésurveillance installées dans certains stades de football à risque pour repérer les supporters interdits de stade et les exclure des matchs.

Parmi les zooms présentés par Franck Leblanc, il en est un que je trouve particulièrement réjouissant et ironique :

On y voit certes la finesse des détails qui rendent ces images englobantes remarquablement aptes à cerner le moindre geste individuel. On remarque également le bandeau de Facebook qui, sous l’image, invite les internautes à identifier eux-mêmes les personnes photographiées – contribuant de la sorte à alimenter l’archive mondiale des identités photographiques en circulation, et consommant une sorte de collusion inconsciente, mais ô combien efficace, avec les objectifs de surveillance généralisée poursuivie par les services de police. Mais surtout, je remarque les deux femmes au premier plan dont le visage est masqué par l’appareil photo qu’elles sont en train d’utiliser. Ici, la photo dresse un obstacle à l’identification par la photographie. L’individu qui photographie l’événement s’abstrait du même coup de la photographie de l’événement auquel il participe. Il cesse d’être identifiable.

Il est heureux qu’une quantité inépuisable et proprement imprévisible de circonstances, de hasards de toute sorte limite la performance des dispositifs de télésurveillance – qui n’auront de cesse, soyons-en sûrs, de se perfectionner pour contourner ces obstacles. Que la réalisation de photographies entre dans le lot de ces limitations est rassurant car elle opère un retournement de l’outil, et une affirmation salutaire de l’arbitraire individuel contre l’arbitraire envahissant des « autorités » et leur propension à traiter chacun comme un suspect.

Sur ces questions, voir l’article d’Agnès Rousseaux sur Basta.