Tout en image

Bouffée de nostalgie ce week-end lorsque je suis tombé sur les 21 volumes reliés de l’encyclopédie Tout l’univers, que je lisais enfant sous la forme de livraisons hebdomadaires. Les images me fascinaient et Dieu sait s’il y en avait : de pleines pages et en couleurs, puisque tel était le slogan de cette publication.

Sa parution a commencé en France le 25 octobre 1961. Elle reprenait une formule éditoriale lancée en 1958 par un éditeur milanais, Fratelli Fabbri Editori. J’ignore combien de temps a duré la publication hebdomadaire. Les volumes édités par Hachette sous une couverture rouge, qui évoque irrésistiblement les prix de fin d’année distribués par les écoles primaires, datent de  1973.

Aujourd’hui, ce qui me frappe en retrouvant ces pages, c’est le fait que les illustrations soient massivement des dessins coloriés. La publication sous forme de volumes ne permet pas de retrouver l’ordre chronologique de parution et donc de suivre l’apparition progressive des photographies. Les articles consacrés à l’art, aux lieux touristiques ou exotiques sont plus souvent illustrés de clichés que ceux qui traitent de sujets plus ordinaires comme les animaux, sauvages ou domestiques. Illustrer le texte sur la lune avec la célèbre photo d’Amstrong foulant le sol de notre satellite révèle qu’il a été écrit après l’été 1969.

On voit ainsi que la photographie s’est imposée comme la forme par excellence d’illustration sur la fin des années 1960 et au tournant de la décennie suivante. Ce qui rejoint le témoignage de plusieurs photographes professionnels qui ont vu arriver la photographie à cette période, par exemple dans la création publicitaire où, en quelques années, elle a détrôné définitivement l’illustration graphique. C’est somme tout très récent.

Autres aperçus de Tout l’univers.

Stéréotypes russes

Lorsque j’expose aux étudiants d’Info-Com, à qui je fais un cours sur la photographie de presse, le tournant récent vers un usage de plus en plus illustratif, symbolique, des images d’actualité, je leur présente en particulier comme jalon historique la nouvelle version que le quotidien Libération lança en 1994, caractérisée par un recours amplifié aux images et surtout à des clichés plus emblématiques qu’informatifs.

Un exemple de ce type d’image et de ce type d’usage des images est la Une que ce quotidien consacra le 20 décembre 1999 à des élections législatives en Russie. On y voit l’intérieur d’un bureau de vote qui ne nous apprend qu’une chose : les Russes votent dans des bureaux de vote ! Mais plusieurs détails de l’image sautent aux yeux : tout d’abord le rideau rouge des isoloirs. Nous sommes en 1999 et les clichés hérités de l’URSS ont la vie dure : le rouge continue d’être associé à l’idée que nous nous faisons des Russes. D’ailleurs, ce jour-là, Libération accorde le losange de son titre à la couleur des isoloirs. Et surtout, les Russes que nous voyons voter sont des soldats. Il peut y avoir une connotation politique à ce choix de montrer des militaires effectuant leur devoir civique : ils seraient le meilleur exemple que la démocratie est bien entrée dans les mœurs, huit ans après l’effondrement de l’URSS. Je crois néanmoins que les militaires présentent ici avant tout un intérêt visuel : ils arborent tous des grosses bottes et une chapka, offrant ainsi un autre stéréotype bien ancré, celui des Russes affrontant l’hiver avec ces vêtements « typiques » (nous sommes en décembre, effectivement). Au final, cette photo nous permet de comprendre, au premier coup d’œil, que nous sommes en présence d’électeurs russes puisqu’elle vérifie les a priori les plus communs que les Occidentaux continuent de véhiculer à leur propos.

(Captures d’écran des sites de RFI, La Croix, Le Parisien et RTBF)

Aujourd’hui, nouveau jour d’élection en Russie, j’ai voulu voir ce qu’il en était des clichés publiés par la presse. Premier constat : on ne nous fait plus le coup de la couleur rouge. Peut-être n’y a-t-il plus de rideaux rouges dans les bureaux de vote. Les couleurs de la Fédération de Russie semblent omniprésentes. Mais ô surprise ! les photos utilisées pour illustrer les premiers articles relatant le déroulement de ce scrutin présidentiel nous montrent de nouveau beaucoup de militaires faisant leur devoir de citoyen. Bottes et chapkas sont au rendez-vous. Certes, nous sommes encore en hiver1, mais je suis sûr que, dans quantité de bureaux de vote des grandes villes russes, on peut voir des citoyens habillés autrement.

Photo d'électeurs sibériens en décembre 2011, reprise du site http://rt.com

Si bien que l’impression qui se dégage de cette continuité est surtout celle de la permanence des stéréotypes et donc, à l’appui, d’un usage de plus en plus signalétique des photos de presse, de moins en moins destinées à informer, à donner à voir des faits, qu’à signaler aux lecteurs la thématique des articles grâce à l’emploi de codes de reconnaissance stéréotypés.

PS : Vous trouverez quantité d’autres billets consacrés à ces usages illustratifs de la photographie de presse sur Culture visuelle.

  1. Il faut dire, à la décharge des rédactions photos, que les premiers articles consacrés aujourd’hui à ces élections puisent forcément dans les premiers clichés disponibles, qui ont pour la plupart été pris dans l’Est de la Russie, là où le climat est le plus rude. Il n’empêche : la photo ci-contre montre qu’on peut y rencontrer des électeurs moins « typiques ». []

Spécimens ou individus ?

Je publie dans le numéro de la revue L’Homme qui paraît ces jours-ci un article consacré aux usages incertains du portrait photographique par les anthropologues tout d’abord, puis par les photographes documentaires, enfin par les spécialistes actuels de la communication.

Comme il arrive souvent, cet article paraît sans illustrations, alors même qu’il ne parle que d’images. Les délais et l’absence de moyens expliquent largement cette anomalie. Je me propose d’y remédier en partie en proposant ici une bonne partie de l’iconographie qui aurait avantageusement complété mon texte. Je me contenterai de résumer le propos de celui-ci car la revue L’Homme met son contenu en ligne sur un site payant, que je ne peux donc pas concurrencer par une publication gratuite.

Dans cet article, je suis remonté dans le temps jusqu’à l’utilisation de la photographie par les anthropologues du XIXe siècle, intéressés très tôt à fixer en images les différents « types » physiques humains à travers le monde. Entre leurs mains, le portrait photographique généra une contradiction entre leur intention catégorisante, généralisante, et l’inévitable personnalisation des clichés récoltés. Souvent, la légende était utilisée pour tenter de réduire ce « bruit » visuel, sans toutefois y parvenir complètement.

Roland Bonaparte, Portrait d'un Lapon, 1884

Gravures illustrant un article de Roland Bonaparte sur les Lapons, La Nature, juillet 1885. Au passage, Anders Larsen Tommar est devenu un "type lapon".

La mise au point d’un protocole strict de prise de vue tenta d’imposer la dimension scientifique de ces clichés qui n’en demeuraient pas moins des portraits individuels. Alphonse Bertillon, par exemple, l’initiateur de la photographie policière, conçut un studio destiné à l’anthropométrie1, ce qui n’enlève rien cependant aux flottements perceptibles dans les images produites.

Portrait normalisé d'un "indigène" nommé

Nudité anthropométrique (du même individu ?)

Pose folklorisante (le même que sur la précédente)

Portrait composite "dans le style" de Francis Galton

Face à l’irréductible personnalisation des portraits anthropologiques, certains comme Francis Galton (le cousin de Darwin) ou Arthur Batut en France cherchèrent à superposer plusieurs portraits pour élaborer une effigie « composite » qui, à la manière des statistiques, aurait éliminé l’anecdote individuelle pour faire ressortir les traits communs.

Finalement, la tentation photographique des anthropologues s’épuisa assez vite et la photographie se réduisit bientôt à un outil parmi d’autres dans leur panoplie de voyageurs.

Son usage signalétique fut repris à partir des années 1930 par certains photographes documentaires qui s’efforcèrent à leur tour d’utiliser le portrait pour composer des fresques sociales, grâce à des partis-pris formels apparemment impeccables (fond neutre, pose frontale, intitulé générique, mise en série), mais au prix d’ambigüités omniprésentes. Citons l’antécédent des Hommes du XXe siècle,

Irving Penn photographiant en Nouvelle Guinée (capture d'écran du site http://www.artknowledgenews.com)

imposante série sur la population allemande par August Sander2. Plus tard, les séries d’indigènes réalisées en Afrique par Irving Penn (Worlds in a Small Room, 1974), d’autres fresques fameuses comme In the American West par Richard Avedon (1985), ou encore plus récemment en France les Portraits de Français réalisés par Despatins et Gobeli pour la Mission photographique de la DATAR (1984) ou les séries d’uniformes de Charles Fréger.

Un leitmotiv revient dans la plupart de ces séries à vocation documentaire : l’usage de légendes qui catégorisent les personnes photographiées, comme l’ont fait longtemps les anthropologues :

Dorothea Lange, The Migrant Mother, 1936

Je détaille dans l’article les nombreuses ambigüités, ambivalences et contradictions qui apparaissent dans beaucoup de ces séries de portraits à visée documentaire.

Et je termine en pointant que, aujourd’hui, la presse et la communication ont largement repris cette veine signalétique du portrait pour donner corps cette fois à des représentations théoriques, fictionnelles, illustratives, de groupes sociaux ou professionnels, ou pour personnaliser des situations multiples. Voici quelques exemples de ces « portraits sans individus » :

2008

2011

2009

2007

2008

2010

  1. Cf. Alphonse Bertillon, Dr. A. Chervin, Anthropologie métrique. Conseils pratiques aux missionnaires scientifiques sur la manière de décrire des sujets vivants et des pièces anatomiques – Anthropométrie, photographie métrique, portrait descriptif, craniométrie, Paris, Imprimerie Nationale, 1909. []
  2. Cf. l’étude que je lui ai consacrée dans mon livre La photographie, un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1996, chapitre 1. []