Préfiguration

Le Voyage à Nantes a parsemé depuis la semaine dernière la ville d’œuvres d’art insolites, d’installations éphémères. Cette sorte inattendue de biennale durera jusqu’au 19 août. Avis aux estivants curieux.

Plusieurs des œuvres aujourd’hui installées ont été annoncées, préfigurées dans les divers documents de communication diffusés depuis des mois par les promoteurs de l’événement. Dans la plupart des cas, les images se présentaient comme des photographies de ces productions en situation. Elles avaient bien sûr été réalisées sur ordinateur en utilisant toutes les ressources de ce qu’il est convenu d’appeler « la réalité augmentée ».

Visuel de préfiguration de l'oeuvre "Superama"

L'oeuvre installée, telle que je l'ai photographiée

C’est le cas par exemple des visuels préfigurant la plateforme « Superama » conçue par trois enseignantes de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes : on pouvait y voir l’œuvre comme si elle était déjà à l’emplacement prévu, intégrée à un instantané photographique de la rue concernée. En la découvrant « pour de vrai » il y a quelques jours, j’avais la sensation étrange de l’avoir déjà vue, non seulement à l’état de projet, mais bel et bien en place. J’aurais été surpris de ne pas la trouver là pour de bon.

Or, je n’ai pu me détacher d’une évidente déception devant l’œuvre proprement dite. Elle devait figurer une sorte d’explosion de matière fusant d’un étroit passage, alors que je découvrais en fait un assemblage assez pesant de tubulures parsemées de plaques d’aluminium. Je ne retrouvais pas l’impression suscitée par l’image préalable.

J’en suis venu, du coup, à me demander pourquoi les artistes s’étaient mis si souvent à projeter leurs œuvres dans des représentations de type photographique qui deviennent une base incontournable de comparaison et d’évaluation : j’appréhende forcément cette œuvre dans sa conformité à l’image qui la préfigurait de manière aussi réaliste. Et si je trouve, comme ici, qu’elle ne lui ressemble pas assez, je suis déçu.

Le décalage vient précisément des artifices introduits dans l’image par les outils informatiques de traitement : lorsqu’on regarde de près le visuel de présentation, on se rend compte que les tubulures ont été grisées pour se fondre dans le fouillis lui-même gris des plaques d’aluminium. Le projet était peut-être de monter l’œuvre avec des tubulures peintes en gris, mais tel n’est pas le cas : les montants sont bel et bien couleur métal, sombre ; ils lestent l’installation de lignes horizontales peu compatibles avec l’impression de légèreté qui devait se dégager de l’ensemble. Mais je n’aurais peut-être pas ressenti cette déception si je n’avais pas déjà eu dans l’esprit l’image faussement réaliste de ce que cette réalisation devait être.

Comme quoi la réalité augmentée tend à nous faire considérer la réalité effective comme diminuée. Ce qui est particulièrement dommage pour des œuvres d’art qui devraient, au contraire, nous faire décoller du réel dans arrière-pensée. Artistes, retrouvez les vertus oniriques du dessin, du simple croquis, de la perspective cavalière et laissez Photoshop aux publicitaires !

Un simple point de départ

Ma fille de 12 ans a passé l’après-midi d’hier à un anniversaire avec quatre copines. Leur principale occupation aura été d’aller faire des photos dans le parc voisin. Deux d’entre elles avaient apporté leur appareil. Elles ont réalisé une multitude de portraits des unes et des autres, avec une recherche d’angles de vue surprenants pour faire apparaître, par exemple, le château du parc dans la paume de celle qui posait, ou sur sa tête, etc. Au total, près de 130 clichés !

Partie sur cette lancée boulimique, ma fille a mitraillé les fleurs de la roseraie où nous sommes allés nous promener aujourd’hui. A peine en apercevait-elle une qui lui plaisait, qu’elle la photographiait. Puis, aussitôt fait, elle partait vers une autre, sans plus aucun regard pour la rose précédente. Aucune pause, pas un seul moment d’arrêt pour contempler : elle photographiait et ne faisait que ça. 128 photos saisies en moins d’une heure !

En réalité, elle ne faisait pas que photographier. Elle a passé en effet beaucoup de temps à retravailler ses photos directement sur l’appareil, pour les recadrer, en modifier l’éclairage, les virer en bleu ou rouge, les inverser, etc. Une dizaine de ces recompositions ont été enregistrées à leur tour sur la carte mémoire de l’appareil. Dans la voiture, sur le chemin du retour, elle en était encore à bidouiller ses images.

Mettez donc un appareil numérique dans les mains de ces enfants : ils vont s’en servir non pas pour photographier ce qu’ils voient – ce qu’ils font, bien entendu, au détriment d’ailleurs de la simple observation ou contemplation des choses -, mais plutôt pour voir ce qu’ils photographient. Car, pour eux, l’image saisie à l’instant n’est que le point de départ de manipulations multiples qui concentrent leur intérêt, au détriment de tout le reste. Ils jouent avec l’appareil comme ils le feraient avec une console de jeu.

Mon plus jeune fils, qui n’a que 7 ans, est encore plus radical dans son utilisation de l’appareil photo : ce qu’il recherche, ce sont des images en soi, de purs effets visuels pour lesquels il recourt à des bougés, des surexpositions, des inversions de couleurs. C’est un photographe abstrait qui n’a cure de la réalité des choses. Pour lui, l’appareil est un outil de création visuelle, en aucun cas un instrument d’enregistrement. On est loin du reportage et de la trace photographique.

Les nouvelles formes d’images

Les images dans la société – chapitre 20

Depuis l’invention de la photographie, en 1839, sont apparues de nouvelles catégories d’images : le cinéma en 1895, la télévision en 1935, qui reposent fondamentalement sur le même principe initial : l’empreinte. Un support, chimique ou magnétique, est impressionné par la lumière que réfléchissent les objets ou sujets placés devant l’objectif de l’appareil photo ou de la caméra ; cette impression lumineuse est ensuite (voire immédiatement) fixée et il en ressort soit des images fixes, soit un film restituant le mouvement. En d’autres termes, toutes les images, depuis la photographie, procédaient d’une interaction directe avec le réel médiatisée par la lumière, même si elles pouvaient se prêter ensuite à toutes sortes de manipulations.

Aujourd’hui se répandent des images d’une toute autre nature puisqu’elles dérivent de matrices de chiffres abstraites stockées dans la mémoire des ordinateurs. Ce sont des images sans réalité, bien qu’elles puissent être très ressemblantes avec certaines manifestations visuelles du réel.


Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Ce texte a été traduit en espagnol dans l’ouvrage coordonné par Susana Sel, Silvia Pérez Fernandez et Sergio Armand, Recorridos. Del formato analogico al digital en el campo audiovisual, Buenos Aires, Promoteo libros, 2011, pp. 15-32.

Transparence des publicitaires

Pub-La-Redoute-2010-2

Alors que le recours systématique à la retouche numérique dans la photo de publicité et de mode fait débat aujourd’hui, certains publicitaires affichent la couleur d’une manière transparente.

C’est le cas de la dernière campagne pour le site internet de La Redoute : on y voit le corps ou les attributs des mannequins s’évaporer en un nuage de pixels exagérément grossis. Cet artifice graphique révèle que, sous le modelé, le drapé, la pose ou la lumière d’une photo de mode reproduite sur le site de La Redoute, chaque pixel a été retravaillé pour aboutir à cette perfection formelle. Libre à certains de prendre pour la réalité ces images de la beauté idéale : les ressorts de cette illusion leur sont pourtant bel et bien révélés.

Pub-La-Redoute-2010-1Pub-La-Redoute-2009-2

Pub-La-Redoute-2009-1

Complément  (9 mars) :

Suite aux suggestions des uns et des autres sur le possible message concret formalisé par cette pixélisation des visuels proposés par La Redoute dans sa dernière campagne publicitaire, voici deux aperçus de sa nouvelle collection printemps telle qu’elle est présentée dans un catalogue additionnel, dans lequel est clairement annoncé que d’autres modèles sont à découvrir sur le site internet, et uniquement là. L’envolée des pixels formaliserait donc plutôt une incitation à se reporter au site – qui constituera peut-être dans un avenir proche l’unique vitrine et interface commerciale de La Redoute.

Catalogue-La-Redoute-1 Catalogue-La-Redoute-2