Un droit gratuit

J’ai été surpris par ces publicités pour le site internet de 20 minutes qui sont visibles actuellement sous les abribus parisiens, avec pour slogan : “L’information est un droit”. N’ayant pas tout de suite compris que ce n’était pas le quotidien gratuit qui était vanté ici, mais son site internet, je n’ai pas non plus réalisé aussitôt que cette publicité annonçait la possibilité de lire gratuitement ce journal aussi bien sur un téléphone portable que sur un Ipad.

Qu’ai-je vu alors ? Avec en tête la récente annonce que 20 minutes venait de résilier son abonnement au fil photographique de l’AFP, trop cher aux yeux de ses responsables, j’ai interprété cette publicité comme un appel à peine voilé aux amateurs, incités à alimenter le journal en images grâce à leur téléphone portable. Dans cette logique, le droit à l’information serait par nature gratuit puisque ce seraient les lecteurs eux-mêmes qui en composeraient la matière.

Ce n’est probablement pas le message qu’ont voulu faire passer les auteurs de cette campagne. Toutefois, les visuels retenus entretiennent une ambiguïté entre le téléphone portable comme émetteur ou récepteur des images qui n’est probablement pas faite pour rassurer les professionnels du photo-reportage, nombreux à dénoncer la concurrence, réelle ou chimérique, des amateurs.

Actualité de Platon

“Les observations au sol et en orbite nous envoient une profusion d’images astronomiques mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, elles entravent notre compréhension du ciel. Car elles ne sont que l’écume de l’astre, elles ne nous en dispensent qu’une vision superficielle, figée et partielle.” Ainsi commence l’interview de Michel Cassé, astrophysicien, dans le dernier numéro hors-série de la revue Sciences et avenir, consacré à 10 ans de sciences en images 2001-2010. Sur les 8 scientifiques interviewés, seulement 2 parlent des images en termes positifs, contre 6 qui émettent de sérieuses critiques ou au mieux dressent un bilan mitigé. Florilège :
– Les images “se substituent souvent à la réalité, toujours au détriment de la réflexion et du questionnement. Au fond, l’image est une économie de pensée [qui] provoque une réponse immédiate (…)” (Jean-Claude Ameisen, médecin immunologiste).
– “L’image ne peut être dissociée de son décryptage.” (José Achache, géophysicien).
– “La terre est transparente, mais le verre au travers duquel nous l’observons est encore dépoli !” (Barbara Romanovitch, sismologue).
– “La nouvelle imagerie ne peut pas remplacer les fouilles.” (Pascal Depaepe, préhistorien).

Nous trouvons exprimée là, dans un langage moderne, la défiance que Platon avait déjà théorisée contre les images, inaptes selon lui à restituer les Formes ou Idées divines, sources par conséquent de déformations, d’illusions et d’erreurs. Il est étonnant de lire une telle concentration d’opinions négatives de la part de scientifiques sollicités pour enrichir le contenu d’un numéro de revue entièrement consacré aux merveilles de l’imagerie scientifique. Certains reconnaissent à l’occasion les vertus opératoires des formes d’images utilisées dans leurs disciplines respectives : “révéler des détails toujours plus petits dans le corps humain” (Mathias Fink, physicien) ; “éclairer des zones de plus en plus complexes du manteau” terrestre (Barbara Romanovitch) ; “valider des hypothèses” (Robert Vergnieux, archéologue). Mais ces avantages semblent bien minces comparés au critiques, souvent radicales, qu’ils expriment sur le passage de la pureté conceptuelle du langage mathématique à sa mise en images : “Les équations mathématiques (…) décrivent les objets célestes, mais notre imaginaire a besoin d’images. L’astronomie a pris l’habitude de les rendre esthétiques et de les diffuser largement, prétendant dévoiler le réel. C’est sur cette fausse promesse qu’elle crée de l’émerveillement. La science s’apparente ainsi à de la magie, et les astronomes à des chamans qui dévoilent le ciel aux habitants de la Terre. Cette utilisation de l’image fait du tort à la science.” (Michel Cassé)

En clair, emportée par la séduction des images, la science se complairait dans l’obscurité trompeuse de la caverne décriée par Platon.

Mais alors, pourquoi cette luxuriance d’images à quoi nous ont habitués la science et la technologie ? Depuis la photographie, elles n’ont cessé d’inventer de nouvelles formes de figuration visuelle, mais également sonore, pour pousser toujours plus loin leur pertinence descriptive. Pourquoi ces inventeurs inlassables d’images seraient-ils aussi sceptiques sur les vertus de leurs outils ? Et d’abord, pourquoi en créent-ils toujours de nouveaux ?

Par commodité, nous répondent-ils : les ordinateurs “produisent des montagnes de résultats. La seule façon raisonnable de les appréhender est de les mettre en images, dans l’espoir de voir quelque chose d’inattendu. D’être surpris, notre système visuel étant ‘fait’ pour cela.” (Jean-François Colonna, mathématicien) Nous somme bien ici dans la dialectique platonicienne, adaptée aux dilemmes de la science moderne : le calcul mathématique dépasse de loin les facultés mentales des scientifiques qui les élaborent sur des ordinateurs hyper-puissants, de même que les prisonniers de la caverne grecque n’avaient que de lointaines réminiscences des Idées célestes. Les uns comme les autres sont donc obligés d’en passer par les formes de leur imagination, essentiellement visuelle, pour espérer y “voir” quelque chose. Ce n’est qu’un pis-aller, que les scientifiques cherchent sans cesse à améliorer, mais dont ils ne peuvent ignorer la tare originelle. Certains, toutefois, reconnaissent aux images une vertu heuristique : créer la surprise, valider des hypothèses grâce à des simulations graphiques, bref découvrir au delà du déjà connu.

Les critiques les plus sévères pointent surtout la dérive des images scientifiques : non plus leurs déficiences incontournables en tant qu’outils de recherche, mais leur potentiel d’illusion lorsqu’elles sont projetées dans le contexte social et politique. L’imagerie scientifique sert à profusion pour alimenter des débats de société, asséner des certitudes sur l’origine de tel ou tel comportement humain, convaincre de la supériorité de l’expertise scientifique, etc. Les images scientifiques alimentent ce virage idéologique en le parant de certaines vertus d’évidence ou d’autorité : “Les nombres n’ayant pas de couleur, la mise en image des résultats est souvent arbitraire. Il devient alors facile, en général involontairement, de cacher ce qui est, de montrer ce qui n’est pas ou de donner une image à ce qui n’en possède pas : les atomes, les particules élémentaires… Les images que l’on en présente ne correspondent pas à leur vraie nature, mathématique. Notre appréhension du réel peut s’en trouver pervertie, art et science ne devant point être confondus.” (Jean-François Colonna)

Car la beauté est l’une des “armes” des images scientifiques, qui contribue à les rendre plus convaincantes, ou pas : “Ces images [satellites] sont paradoxales. Elles sont toujours belles, même lorsqu’elles nous révèlent une dégradation de la planète. A cette échelle, les problèmes locaux et les pollutions régionales n’apparaissent qu’au regard exercé. Aussi, je doute leur capacité à faire prendre conscience au public des enjeux pour la Terre. ” (José Achache) Et Jean-Marc Lévy-Leblond (physicien et philosophe) d’enfoncer le clou : “Plus la technoscience contemporaine s’industrialise et se militarise, plus elle recourt à l’alibi artistique. Que cherche-t-on à justifier en multipliant les couleurs et les moyens ?”

C’est ainsi qu’un luxuriant numéro de revue, saturé d’images toutes plus spectaculaires les unes que les autres, panorama chatoyant de la science triomphante, tourne à la critique en règle contre le règne des images – accusées non seulement d’être des outils insuffisants, mais encore trompeurs, et cela d’autant plus que l’esthétique des images de la science a envahi notre imaginaire visuel. Ce numéro de Science et Avenir s’achève sur Avatar et les nouveaux films de science-fiction, qui nous font croire à l’existence de créatures imaginaires plus vraies que nature. Comment les scientifiques pourraient-ils s’en étonner et le déplorer, eux qui ont tout appris aux illusionnistes du grand écran ?

Sur le même thème :
– Historique des images de la science ;
– Les nouvelles formes d’images, produits de l’activité des scientifiques.

Commentaire en image de Uthagey (que je remercie) :

Quelle écriture ?

Les éditions Zédélé viennent de publier Moi le groupe 2, second tome sur le projet mené depuis 2005 par l’artiste Arnaud Théval dans dix lycées professionnels de la région des Pays de la Loire.

Ce volume fait suite à Moi le groupe, paru en 2008.

La démarche d’Arnaud Théval a consisté à questionner des groupes de lycéens sur leur double identité, leur relation au contexte de leur formation professionnelle, ainsi qu’à l’imaginaire de leur futur métier, et à se situer collectivement dans le contexte de leur lycée. Le tout dans l’objectif de produire une image qui les représente à la fois eux-mêmes et le groupe qu’ils constituent.

Ce projet artistique m’a offert l’opportunité d’explorer en situation certains enjeux des images chez des jeunes d’aujourd’hui. Je me suis efforcé d’en suivre le déroulement de bout en bout, dans chacun des établissements retenus. Dans la pratique, mes contraintes d’emploi du temps ont quelque peu réduit cette ambition. Il y a des lycées où je suis allé souvent, d’autres peu et même certains où je me suis rendu uniquement à l’occasion du vernissage de l’œuvre qu’Arnaud Théval y avait élaborée.

J’ai pris beaucoup de notes sur les gestes et les propos des élèves. Toutefois,  j’ai suffisamment pratiqué les enquêtes de longue haleine sur des sujets construits de bout en bout pour savoir que je ne pourrais rien faire de tel ici, que je n’engrangerais que des aperçus de ces lieux nouveaux pour moi, de ces individus inconnus, des structures dans lesquelles ils évoluent… J’étais condamné aux fragments.

Je n’ai pas voulu les restituer tels quels, comme autant de matériaux bruts pesant leur poids de réalité. D’autant que ces fragments vus et entendus étaient d’emblée pétris d’une dose de fiction : ce que les élèves disaient et faisaient était destiné à nous impressionner. Ils étaient en représentation vis-à-vis de nous, et pas seulement devant l’objectif de l’appareil photo. Les situations engendrées par la mise en œuvre du projet Moi le groupe les sortaient de l’ordinaire. Ils y ont réagi en se livrant à des jeux également extraordinaires. Tout le monde a joué dans cette histoire.

Dans ces conditions, il m’a semblé plus approprié d’essayer de re-traduire leurs propos et attitudes que de les restituer. C’est-à-dire d’en assumer la nécessaire transformation par le moyen de l’écriture. J’ai donc écrit des textes plus ou moins courts qui s’apparentent, pour la plupart, à des confessions d’élèves à la première personne. Ils condensent plusieurs histoires entrevues, divers motifs, contribuant ainsi à brouiller les pistes, par exemple d’un lycée à l’autre. Je voulais que ça soit crédible sans être forcément ressemblant, ni exact, ni encore moins représentatif. Et surtout, je tenais à formaliser d’emblée un écart entre les personnages évoqués (des jeunes gens en lycée professionnel) et le texte que je leur prêtais, puisque le « je » en question ne pouvait être que complètement fictif. De fait, la part de fiction s’est peu à peu accrue entre mes premiers textes, qui restituaient souvent des personnages réellement rencontrés, voire des propos entendus en situation, et les derniers, qui en sont venus à combiner diverses situations réelles pour en faire sortir des rapprochements imaginaires, des confrontations, voire des points de vue collectifs.

Pour autant, ces fictions restent à mes yeux intimement liées aux images créées dans ces différents lycées. Elles en constituent avant tout un contrepoint, s’efforçant de rendre perceptible un peu du bruit (parfois du vacarme !), extérieur comme intérieur, suscité par ce projet artistique.

Je présente ici une de ces fictions qui n’a pas été retenue dans le livre. Brouhaha propose un condensé imaginaire des propos échangés lors des vernissages des différentes œuvres produites par Arnaud Théval.


[issuu layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Fcolor%2Flayout.xml backgroundcolor=CCCCCC showflipbtn=true documentid=100611165513-4c74d4ef52f8476ab594a7409ef63327 docname=brouhaha username=maresca-s loadinginfotext=Brouhaha showhtmllink=true tag=jeunes width=420 height=297 unit=px]

Désolation

Dans la série “Pas d’évènement sans images”1 , voici l’introduction d’un reportage diffusé hier 4 mai dans le journal de 19 h de France Inter :

“Pour l’instant, c’est une marée noire sans images. Un seul oiseau mazouté, un Fou de Bassan, a été découvert vendredi au sud-ouest de la Louisiane. A part les photos de cet oiseau et les clichés pris par avion de la nappe de pétrole, les médias américains n’ont rien d’autre à montrer au public.”

On devine l’angoisse sous-jacente : “Quand est-ce que ça commence vraiment ?”

Le journaliste, heureux homme de radio, enchaîne rapidement : “Mais pour les pêcheurs de Louisiane, cette marée noire est déjà une catastrophe majeure. (…)”

En espérant que les images soient à la hauteur… Sinon, comment maintenir à la une une catastrophe aussi peu spectaculaire2.

  1. Episodes précédents : “La photo-événement” et “Evénement avec ou sans photo” []
  2. Lire à ce sujet le billet d’André Gunthert : “L’échelle de l’information” ? []

Petite chronique du Haut Atlas – 4

Gîte d'étape dans le village de Timit

Même gîte

Dans les gîtes destinés aux touristes, la décoration varie largement selon l’emplacement. S’agit-il d’une vallée peu fréquentée qu’explorent surtout des randonneurs, l’édifice est simple, confortable, mais dénudé : rien d’autre sur les murs intérieurs qu’un enduit monochrome. Mais sitôt qu’on pénètre dans une vallée plus réputée, attirante par ses vergers en fleur, ses parterres printaniers d’iris bleus et tel grenier collectif inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, on voit se multiplier les auberges. Les gîtes d’étape présentent des peintures traditionnelles, des affiches, des cartes topographiques et des photos, envoyées probablement par des touristes de passage, qui alimentent un récit heureux en forme d’album de famille. Chaque propriétaire des lieux apparaît sur ces images, à divers âges de sa vie d’hôte et en compagnie de personnes différentes. On peut déjeuner devant ces clichés sans le rencontrer, et donc sans savoir à quoi il ressemble aujourd’hui.

Même gîte

Photos de l'ancêtre (plus de 100 ans, dit-on) qui garde l'ancien grenier collectif de Sidi Moussa, aujourd'hui inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO

Curiosités d'hier (le grenier restauré, tout en haut) et d'aujourd'hui (le relais de communication moderne)

A cette disponibilité photographique des hôtes ou des guides divers, s’oppose la réticence générale des habitants ordinaires de ces vallées de montagne qui, le plus souvent, refusent de se laisser photographier. Sortez votre appareil et les enfants qui vous suivent disparaissent subitement. Sauf les plus effrontés, ou les plus intéressés qui vous saluent en rassemblant tout leur français : “Bonjour, la photo”. Photo qu’ils entendent monnayer, bien évidemment.

Petite chronique du Haut Atlas – 2

Le propriétaire du gîte qui nous héberge dans la vallée de Aït Bououli nous invite chez lui pour découvrir la technique traditionnelle du tissage des tapis de laine. Nous pénétrons dans la cuisine où se trouve le métier à tisser. Les murs en terre, gris-bruns, sont bruts, traversés par les saignées des circuits électriques qui ont été rebouchées avec du plâtre blanc. Rien ne les égaie. Au sol, des tapis : l’un, artisanal, en laine, blanc rayé de noir ; les autres en plastique made in China. Un rideau marron bigarré ferme les étagères situées sous la plaque de gaz. Hormis ces rares motifs décoratifs, on aperçoit seulement quelques images sur les boîtes de tisane, de thé vert ou d’allumettes, ou encore sur quelques vieux pots de confiture de la marque Baraka.

Rien d’autre ? Si : un téléviseur assorti d’un lecteur de DVD. D’ailleurs, l’antenne parabolique accueille le visiteur dès son arrivée dans la cour de la maison, près de la porte d’entrée.

Sachant que le propriétaire de ces lieux fait office de passeur entre la société traditionnelle de cette région et le tourisme occidental – sa femme s’active dans la cuisine en tenue traditionnelle berbère, large et longue blouse claire, fichu serré sur la tête, mais porte aux pieds des chaussettes de la marque Quéchua -, on peut en déduire que sa maison présente une version plutôt aisée de l’habitat paysan et que la plupart des maisons ordinaires de la montagne sont encore plus modestes et dépouillées.

A suivre…

Petite chronique du Haut Atlas

Dans un hameau du haut Atlas marocain, maisons en pisé couleur de montagne, sentiers de mules, les seules images visibles de l’extérieur sont deux dessins à la craie sur une porte métallique et les motifs qui décorent les boîtes de sardine martelées tapissant la porte d’entrée d’une maison proche.

Dans d’autres villages, on découvre parfois des portes métalliques parées de motifs en fer forgé, quelquefois peintes de couleurs vives.

Rien d’autre sinon, ici ou là sur le sol, dans les ruisseaux, quelques débris d’emballages qui ont apporté jusqu’à cette altitude (environ 2000 m) l’imagerie internationale de la grande consommation.

A suivre…

(photos prises dans les vallées d’Aït Bououli et d’Aït Bouguemez, entre le 16 et le 22 avril derniers).

La fabrique des images

Cette exposition aborde les images selon “4 grands modèles iconologiques créés par l’Homme, au-delà de tout classement géographique ou chronologique, que ce soit en Afrique, dans l’Europe des XVe- XVIe siècles, dans les Amériques des Indiens d’Amazonie ou des Inuit d’Alaska, jusque dans l’Australie des Aborigènes. L’exposition dévoile ces 4 modèles – traduisant 4 grandes visions du monde – que sont le totémisme, le naturalisme, l’animisme et l’analogisme.

Avec La Fabrique des images, le visiteur découvre les différents principes de déchiffrement selon lesquels les civilisations voient le monde et en rendent compte.”

Au musée du quai Branly à Paris, jusqu’au 17 juillet  2011.

Philippe Descola, qui a conçu et supervisé cette exposition, en fait lui-même une rapide présentation imagée.

Evénement avec ou sans photo

Rencontre Obama dalai-lama

Considérons trois événements plus ou moins récents.

Tout d’abord cette rencontre entre le président américain et le dalaï-lama, le 18 février dernier à la Maison Blanche, malgré la colère prévisible du gouvernement chinois. Plusieurs précautions avaient pourtant été prises par le protocole présidentiel pour, sinon minimiser l’événement, du moins le rendre moins voyant : la rencontre n’aurait pas lieu dans le Bureau ovale, mais dans une autre pièce, la salle des Cartes ; le visiteur serait introduit discrètement dans la Maison Blanche, à l’abri des objectifs des médias ; cette rencontre serait présentée comme “privée”. L’enjeu était manifestement d’éviter toute image. Un événement jugé digne de ce nom par les médias ne saurait se concevoir sans traces visuelles diffusables à l’envi. Si bien que, à l’inverse, un événement sans image apparaît minimisé, relativisé, relégué pour ainsi dire dans le registre indistinct du “privé”, du “off record”.

Introduisons ici un détour par un autre événement, plus ancien : la rencontre, 12 septembre 2006, également à la Maison Blanche, entre Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et surtout candidat à l’élection présidentielle, et le président George Bush. L’enjeu de cette rencontre était d’importance pour le futur président français. D’intenses tractations eurent lieu pour, non seulement permettre cette confrontation que ne prévoyait pas le protocole de la présidence américaine, mais encore en obtenir une photo diffusable. Aussitôt le cliché du photographe officiel de la Maison Blanche mis en ligne par les agences Reuters et AFP, “l’entretien, non officiel, a été officialisé”.

Rencontre Bush Sarkozy

Avant la rencontre entre Barack Obama et le dalaï-lama, la presse s’est largement fait l’écho de cette absence prévisible, calculée, diplomatique, d’images, comme si, cette fois, l’événement serait autant son invisibilité que la rencontre elle-même entre les deux hommes. “Entretien privé loin des caméras” (lci ft1.fr, 18 février) ; “Barack Obama prendra d’ailleurs soin de ne pas apparaître en public avec son invité” (L’express.fr, 18 février) ; “La photo d’une poignée de main dans le bureau ovale de la Maison Blanche aurait choqué les Chinois” (France Inter, journal de 7 h 30, 18 février) ; etc.

De fait, la rencontre a bien eu lieu – ce qui, après tout, constitue le point décisif dans cette affaire – et surtout, elle a été plus médiatisée que prévu :

– d’une part, la Maison Blanche a diffusé elle-même une photo de la conversation entre Barack Obama et le dalaï-lama ;

– mais encore – entorse, semble-t-il exceptionnelle, au protocole des visites -, le leader tibétain s’est exprimé devant les journalistes avant de quitter la résidence du président américain.

Dalai lama a la Maison blanche

Ainsi, après avoir tant annoncé, “pré-vu”, que cette rencontre resterait invisible, c’est au contraire sa mise en images qui est apparue, au bout du compte, comme l’événement majeur et peut-être la provocation suprême pour les autorités chinoises qui, sinon, auraient sans doute réussi plus facilement à la passer sous silence.

Le “passage à l’image” semble donc décisif dans ce type d’événement : non pas qu’il suffise à lui seul à “faire l’événement” – après tout, image ou pas, la rencontre a bien eu lieu ; mais son redoublement en images, sur le moment, puis au delà, par la reproduction et la communication médiatique, achève d’en faire un événement impossible à ignorer et, s’agissant d’un affront diplomatique, impossible à pardonner. ” La Maison Blanche a réservé un accueil très calculé au leader tibétain. Pour irriter la Chine juste ce qu’il faut.” (Ouest-France, 19 février)

Cependant, et pour relativiser le caractère forcément trop affirmatif de la conclusion précédente, il ne suffit pas qu’une rencontre officielle ait été photographiée pour qu’elle constitue pour autant un événement important, décisif. Ainsi, le matin du dernier sommet franco-allemand, qui s’est tenu à l’Elysée le 4 février 2010, le chroniqueur économique de France Inter faisait part de son scepticisme sur la portée effective de cette rencontre et concluait sur cette formule : “Il y aura une belle photo…” – sous entendu : une image de pure forme, sans véritable signification politique.

Sommet franco-allemand-04-02-2010

France 2.fr, 4 février 2010

L’intrusion des images dans la vie quotidienne. Eléments d’histoire récente

Publicités murales, Ariège, 2001

La vie sociale des images – chapitre 10

Historiquement, l’essor de l’image au quotidien est lié pour l’essentiel au développement des villes et même en priorité à celui des grandes villes. Nous en avons déjà eu un premier aperçu avec les cathédrales, toutes situées dans les cités les plus importantes. Les autres formes d’intégration de l’image dans la vie quotidienne furent tout autant liées au contexte citadin, cependant que les campagnes, les bourgs et les petites villes restèrent très longtemps en dehors de la circulation et surtout de l’implantation des images dans le cadre courant de la vie.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

En complément, lire le récit d’une première expérience du portrait photographique vécue en 1877 par une famille rurale dans le texte de Carl Havelange : Une entrée dans la modernité. Portrait photographique et expérience de soi au XIXe siècle.

Sens obligé

Panneau-sens-interditLa signalisation routière nous délivre des messages impératifs sous la forme d’images normalisées, codifiées. Dès lors que nous les avons intégrées, nous les appréhendons comme une autre forme de texte, même si elles n’en délivrent aucun. Devant un panneau de sens interdit, par exemple, il devient très difficile d’y voir encore un rond rouge barré en son milieu par un long rectangle blanc.

Et pourtant, il suffit parfois d’une légère modification pour que le sens obligé s’efface et que nos yeux retrouvent l’image sous-jacente.

Panneau-sourire

Et pour que le sourire l’emporte sur l’interdit.

Objectif : images

Une compétition de gymnastique dans un club amateur. Les jeunes filles ont revêtu leur juste-au-corps aux couleurs de leur équipe ; leurs cheveux sont tirés, rassemblés en chignons et laqués. Rien ne doit dépasser. Les épreuves s’enchaînent, d’un agrès à l’autre.

Le public est composé de leurs familles respectives. Dès qu’une gymnaste démarre son exercice, ses parents la photographient ou la filment avec leur téléphone portable, leur appareil, voire, plus rarement, leur caméra. Les flashs crépitent, les bras se tendent, se gênent. Certains ont réussi à s’élever au dessus de la mêlée pour gagner un point de vue surplombant. Chacun est en reportage, moi le premier. Il ne faut rien rater du mouvement exécuté. De retour à la maison, les images seront transférées sur l’ordinateur et regardées avec intérêt. L’enregistrement a également capté la musique. On commente, on en rit (ou pas). A l’occasion, les responsables du club demanderont certains de ces films ou de ces photos pour les intégrer à la projection qui défile en continu sur l’écran numérique allumé à l’entrée du gymnase. Les installations en sont vétustes, le chauffage laisse à désirer, mais actualiser la geste imagée du club est considéré comme une priorité.

Les familles sont venues avec leurs autres enfants, surtout les plus jeunes qui, à la différence des adolescents, ne pouvaient guère refuser. Mais très vite, ces enfants s’ennuient. Jusqu’à ce que l’un d’eux, plus chanceux, sorte sa console de jeux. Aussitôt, il attire l’attention des autres qui, sans même se connaître, se regroupent autour de son écran. Un attroupement se forme, compact et murmurant, qui en vient même à déborder sur le terrain de la compétition. Mais les parents laissent faire : du moment que les petits restent calmes.

Les adultes transforment aussitôt l’événement en images, les petits eux s’évadent sans tarder dans les images. Entre les deux, il ne reste guère que les gymnastes à évoluer dans la réalité, la dure réalité de la compétition.

Complément du 6 juin 2010 :

ou les enfants photographes (eux aussi)

Vers un registre autonome de l’image : l’art occidental

Autoportrait de Raphaël, 1506

Autoportrait de Raphaël

Les images dans la société – chapitre 6

La Renaissance fut marquée par diverses tendances qui allaient marquer durablement notre culture dans les domaines aussi bien du savoir que de ce que nous considérons désormais comme l’art. De fait, notre conception moderne et occidentale de l’art a commencé à s’affirmer dans les années 1400, d’abord en Italie, puis en France et dans tout le reste de l’Europe. Ce sont les grandes lignes de ce processus pluri-séculaire d’invention de l’artiste moderne que je voudrais restituer ici – processus qui contribua à modifier sensiblement le statut culturel des images. D’illustrations religieuses dont la fonction était avant tout rituelle, les images gagnèrent progressivement un marché d’amateurs à la recherche des plaisirs de la délectation esthétique. Il en découla une nouvelle forme de goût et un nouveau système d’appréciation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Papiers en tout genre

Les images dans la société – chapitre 5

Publicité pour le 1 % patronal, 1999

Publicité pour le 1 % patronal, 1999

Au nombre des préalables techniques nécessaires à l’essor de l’imprimerie, une innovation fut tout à fait capitale : la fabrication du papier. C’est avec l’extension de l’usage du linge, et tout particulièrement avec la généralisation du port de la chemise, que s’ouvrit la possibilité technique de fabriquer du papier en recyclant les tissus usés. En Europe, ce tournant s’opéra vers la fin du XIVe siècle. La transition entre le Moyen-Age et la Renaissance fut donc marquée par l’apparition de ce nouveau support que constitua le papier – support déterminant pour la reproduction et la diffusion des images comme des textes, support qui allait connaître une extension considérable et dont nous allons examiner trois utilisations de masse : le papier peint, le billet de banque et le timbre.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

En complément, voir le cas exemplaire du dernier modèle de billet américain de 100 $.

L’image et l’essor de l’imprimerie

 

Bois Protat, plus ancien moule conservé (fragment d’une Crucifixion), 1360.

La vie sociale des images – chapitre 4

 

L’imprimerie est une innovation technique qui dispensa de recopier les textes à la main. Pour ce faire, elle recourut à des caractères mobiles, d’abord en bois, puis en métal, qu’il suffisait d’agencer selon les nécessités du texte pour reproduire celui-ci en autant d’exemplaires que nécessaire. Cette invention apparut vers 1450. C’est du moins la date de parution des premiers livres imprimés, dont la célèbre Bible de Gutenberg (1456).

Mais l’imprimerie n’a pas tout inventé. Elle a surtout exploité les possibilités offertes par une technique qui existait depuis peu : la gravure. Or, le but premier de la gravure était d’offrir la possibilité de mutiplier les images, et tout particulièrement les images religieuses.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE