Le règne de l'allégorie

Pour préparer un séminaire consacré à « la société à l’écran », c’est-à-dire à la représentation des phénomènes sociaux dans les reportages, les documentaires ou les films de fiction, je me suis plongé depuis peu, pour commencer, dans la lecture des travaux de recherche consacrés aux journaux télévisés. C’est ainsi que j’ai lu l’ouvrage de Jacques Siracusa, Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters de télévision (Bruxelles, De Boeck Université, 2001).

Fruit d’un long travail d’enquête et d’observation dans diverses chaînes de télévision, en particulier à l’occasion de stages multiples, cet ouvrage livre une description très détaillée des manières de travailler des différents contributeurs à la production de l’information télévisée : chefs de rédaction, journalistes, preneurs d’images et de sons, monteurs. C’est une plongée très révélatrice dans l’univers opaque de ce média omniprésent dans notre vie quotidienne et paradoxalement dérobé aux regards.

Jacques Siracusa souligne à quel point les journaux télévisés sélectionnent leurs sujets dans la presse écrite. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’image n’est pas le point de départ des reportages, mais bien plutôt la revue de presse, avec une attention particulière à quelques titres de référence. Le texte précède l’image et, très souvent, la conditionne : ainsi, la commande de reportages lancée par la rédaction ne se limite pas à en définir le sujet, elle en précise également « l’angle », c’est à-dire la manière de le traiter et, du même coup, de le mettre en images. Tous les sujets abordés dans les journaux ne deviennent pas des reportages télé, puisqu’il faut encore qu’ils présentent un certain potentiel visuel, mais, comme l’écrit Siracusa : « Rares sont les sujets ne reposant sur rien, c’est-à-dire absents de la littérature. »

Le rédacteur qui part en reportage a très présent à l’esprit l’angle fixé par la rédaction, qui constitue un véritable contrat moral passé avec ses supérieurs. Sur le terrain, il s’efforcera en permanence de récolter les images et les interviews cadrant avec cette ligne directrice, et délaissera les autres comme hors-sujet. « Il est donc très probable qu’un rédacteur revenant d’un reportage jugé important par ses chefs, n’ayant pas suivi la commande et leur annonçant que ‘l’important est ailleurs’, sera réprimandé. » Bref, le tournage d’un reportage ne s’apparente aucunement à une enquête avec son lot prévisible de découvertes et d’inattendus, mais à un parcours expéditif de récolte des éléments nécessaires (et juste ceux-là) à l’illustration du sujet tel qu’il a été pré-vu dans les bureaux de la chaîne.

C’est ici qu’intervient le motif de l’allégorie. Jacques Siracusa explique que, grâce à cette technique d’expression, les journalistes produisent « un ensemble d’abstractions personnifiées » qui remplissent leurs attentes. Ils parviennent ainsi à « montrer des images où un phénomène est incarné, se dispenser d’une connaissance spécialisée, généraliser en référence à des réalités analogues et fabriquer rapidement un compte rendu clair. » Il faudrait restituer ici le détail des procédures de tournage pour montrer concrètement comment opère ce rapport allégorique à la réalité, qui ne recherche pas à proprement parler d’informations (déjà présentes dans les articles de presse lus avant de partir en reportage), mais plutôt l’illustration d’une manière de représenter la réalité.

Je trouve que cette lecture fait écho d’une manière très suggestive aux nombreux billets publiés et discutés sur Culture visuelle qui ont souligné à quel point la photographie de presse remplissait désormais une fonction plus illustrative qu’informative. De multiples exemples en ont été donnés. Il resterait à essayer de mesurer cette tendance, mais il semble bien que les images à portée symbolique, « allégorique » dirait Siracusa, l’emportent désormais sur les photos destinées à documenter une situation ou un événement.

La lecture de l’ouvrage de Jacques Siracusa – riche d’observations de première main effectuées au cœur même du dispositif télévisuel – conduit à espérer qu’une enquête aussi approfondie soit menée dans les rédactions des titres de la presse écrite. Cela ne doit pas être plus facile qu’à la télévision, où la méfiance est de rigueur à l’égard des observateurs extérieurs. Mais une telle enquête serait particulièrement utile pour comprendre comment les journaux conçoivent et traitent les images dans le processus d’élaboration des articles, mais encore, et peut-être surtout, ce qui a changé dans l’organisation du travail en leur sein qui expliquerait cette modification de leurs attentes vis-à-vis des images. Les discours des acteurs ne suffisent pas, surtout que, dans la presse comme à la télévision, les responsables se dérobent le plus souvent aux questions. Il faut pouvoir observer en situation comment travaillent ces professionnels car, comme le dit Jacques Siracusa au début de son livre : « L’étude des coulisses du journal télévisé contribue à expliquer la nature des informations présentées au public. On développera donc dans ce premier chapitre une idée plus radicale selon laquelle les informations ne dépendent parfois que de cette seule organisation des coulisses. »

Image et publicité

Les images dans la société – chapitre 15

La publicité a sa place dans ce livre parce que, hormis à la radio, elle est devenue synonyme d’image. Aujourd’hui, le directeur artistique d’une agence saisi d’une commande de campagne publicitaire va réfléchir immédiatement à l’image, le plus souvent photographique, ou au film qu’il va faire réaliser. Même s’il doit également trouver un slogan, une « accroche » qui fasse à la fois sens et forte impression sur l’esprit du public, ce texte ne se conçoit plus sans le support d’une image. C’est d’ailleurs le sens de l’évolution historique, depuis les premières annonces ou « réclames » jusqu’aux publicités actuelles : au texte seul s’est substitué un alliage tout à fait spécifique de textes et d’images, particulièrement visible dans les affiches ou les encarts publiés dans la presse, mais tout aussi présent dans les spots télévisés puisque, là aussi, les images sont soutenues par un commentaire parlé et que, souvent, le nom du produit et le slogan apparaissent en toutes lettres à la fin.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Comme au cinéma

Voici trois aperçus tirés de l’actualité récente qui ont pour point commun la récente tempête et l’une des régions les plus touchées, la Charente :

  • Tout d’abord, au lendemain de la catastrophe, les propos de cette femme, victime des intempéries, qui,  pour exprimer son effroi devant le déchaînement des éléments, utilisa cette formule : « On se serait cru dans un film. » Un film-catastrophe, je suppose.

  • Ensuite, ce fait divers révélé il y a quelques jours : Philippe Berre a été interpellé dans une commune dévastée par la tempête où il s’était fait passer pour un fonctionnaire en mission. L’histoire de cet homme, auteur par le passé d’escroqueries beaucoup plus spectaculaires, venait d’être portée à l’écran dans le film A l’origine (2009). Or, dans le reportage télévisé consacré par France 3 à cette nouvelle affaire, c’est au metteur en scène du film, Xavier Giannoli, que l’on demandait des éclaircissements sur la personnalité de cet individu étonnant. C’est-à-dire à celui qui avait transformé les informations disponibles en un film de fiction.

  • Enfin, on peut voir ces jours-ci une campagne de publicité, probablement programmée de longue date, mais qui vient à point nommé pour redorer l’image de cette région : « La Charente présente : Mon grand week-end collector », avec en sous-titre : « Un film réalisé par vous-même toute l’année »1.

Ainsi, le cinéma permettrait de ressentir, de comprendre ou de nous rendre maîtres de notre vie.
La « vraie vie » serait-elle devenue du  cinéma ?

  1. Périodiquement des banques proposent elles aussi de fausses affiches de films pour vanter un nouveau produit ou service dont le client-bénéficiaire serait l’acteur principal. []

L'information présentée comme une fiction

« Une sorte d’épisode de Cold Case » : ainsi commençait une information diffusée dans Inter soir, le journal de 19h sur France Inter, vendredi 27 novembre, qui annonçait le début de fouilles dans le cimetière de Saubrigue, près de Dax. « 122 des 272 tombes vont être inspectées avec des caméras endoscopiques pour tenter de savoir si le corps d’une femme disparue il y a sept ans n’a pas été cachée dans l’une d’elles. »

J’ai été frappé qu’une information soit présentée comme le nouvel épisode d’une série télévisée à succès. Ce type d’analogie entre la « vraie vie » et le spectacle qu’en donne la télévision est devenue courante dans la vie ordinaire ; elle alimente les conversations d’images partagées par une fraction importante de la population, si l’on en croit les chiffres d’audience de ce type de programmes. Mais il est plus étonnant d’assister à leur irruption dans un journal d’information censé nous rapporter des faits réels. Association d’idée entre les caméras prévues pour l’enquête dans ce cimetière et l’imagerie télévisée ? Formule-choc pour relancer l’intérêt des auditeurs en cours d’émission ? Éclairage sur la tentation des spécialistes de l’information de nous distraire avec des « histoires » que ne dédaigneraient pas les scénaristes du petit écran ?  Indice significatif de l’emprise de la télévision dans notre vision du monde, y compris celle des journalistes ? Il y a probablement un peu de tout ça dans cet exemple.

Mais ma surprise est venue également du fait que j’ignorais tout de Cold Case. Je savais qu’il s’agissait d’une série télévisée, mais rien de plus, ne l’ayant jamais regardée et, plus généralement, regardant peu la télévision. Je me suis donc trouvé pris au dépourvu par cette référence culturelle qui semblait aller de soi pour le présentateur de France Inter, mais pas pour moi1.

Une des difficultés pour les intellectuels à prendre réellement la télévision comme objet d’étude provient de leur peu d’intérêt à passer du temps devant le petit écran. Autant beaucoup sont prompts à en discuter, à en débattre, autant peu semblent curieux de voir ce qu’il en est, ce qu’on y voit et ce que les gens en font. Ou alors sur le mode distant et un rien interloqué de l’ethnologue qui découvre des pratiques inconnues2. Il y a là pourtant un véritable chantier à ouvrir3.

Complément du 24 janvier 2010 :
Pour un autre exemple proche, présenté par Christian Salmon :
http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2010/01/24/salmon-on-ne-construit-pas-lidentite-dune-nation-135097
où l’on voit un juge de la Cour suprême américaine justifier l’usage de la torture « non pas en se fondant sur le droit, mais sur l’exemple de Jack Bauer qui l’utilise en cas d’urgence pour la nation. Si le héros de « 24 heures chrono » peut l’utiliser, les USA doivent s’y autoriser… Réalité et fiction ne cohabitent plus, elles copulent. »

  1. Pour ceux qui ne seraient pas plus au courant que moi, Cold Case – dont le sous-titre est Affaires classées dans la version française – présente des enquêtes policières sur des affaires classées sans suite depuis longtemps et dont le mystère n’a pas été élucidé []
  2. Cf. par exemple, le livre de Stéphane Breton, Télévision, Paris, Grasset, 2005 []
  3. Un essai intéressant d’ethnographie de la place occupée par la télévision dans la vie des gens est proposé dans l’ouvrage dirigé par Alexandre Delarge et Juliette Spire, La télé au logis, Paris, Créaphis, 2002 []