Avatars

Lorsque Olivier Beuvelet a mis en ligne son billet à propos du film Intouchables, j’étais en train d’essayer d’en écrire un sur le lien affiché, dans ce film, avec une histoire vraie – de même que le film Polisse déclare s’inspirer de faits réels. J’ai préféré commenter le billet d’Olivier plutôt que de poursuivre dans cette voie, sur laquelle d’ailleurs les commentaires de Raphaëlle Berto et Pierre-Alexis fournissent des indications intéressantes.

Ce qui me frappe davantage dans le cas d’Intouchables, c’est la réalisation d’un film de fiction qui est non seulement tiré d’une histoire vraie, mais qui s’élabore avec la contribution des personnes à qui cette histoire est réellement arrivée. En fait, c’est la photo montrée par Olivier qui suscite ma réflexion.

Elle fait écho à une autre photo qui avait attiré mon attention il y a longtemps. C’était à propos de la sortie du premier film de Jane Campion, An angel at my table (1990), qui relatait la vie particulièrement difficile de l’écrivain australienne Janet Frame. Sur cette photo, on voyait Janet Frame, alors âgée de 66 ans, posant en présence des trois actrices qui, dans le film, incarnaient son personnage à divers âges de son enfance et de sa jeunesse.

Le personnage réel se voyait ici doublé, et même décuplé, par autant d’avatars qui s’employaient, dans le film, à représenter les différentes étapes de sa vie. On va ici plus loin que dans une biographie dite « autorisée », car l’original avalise non seulement la version qui est donnée de lui dans le film, mais encore l’image, les images physiques qui lui sont substituées. Ce curieux dédoublement se retrouve dans la manière dont Philippe Pozzo di Borgo et Abdel Sellou posent devant l’affiche du film qui relate leur histoire. Qui joue qui dans cette mise en scène visuelle ?

Au delà de ces deux exemples, qui donnent lieu à des images à double fond, je me demande si nous n’assistons pas à la multiplication de ces films qui mettent en scène des personnages réels vivants. De tout temps ont été réalisées des évocations de figures historiques, mais elles étaient mises en œuvre après leur mort, une fois scellé leur destin exceptionnel. Aujourd’hui, le cinéma s’empare au plus vite des individus au destin spectaculaire pour en faire à chaud des fictions appelés au succès. La reine d’Angleterre, le créateur de Facebook, Nicolas Sarkozy, bientôt Madoff, etc., la liste est longue de ces fictions qui traitent quasiment en temps réel des faits et gestes de personnages vivants, doublant leur action personnelle d’une geste cinématographique, et leur individualité physique d’une imitation souvent saisissante par un acteur professionnel.

Du temps des empereurs  et seigneurs de guerre japonais, des sosies prenaient leur place en tant que de besoin, en particulier à leur mort le temps de préparer leur succession. Kurosawa en a fait le sujet de son film Kagemusha (1980). Aujourd’hui, les sosies s’invitent sans que leurs modèles les aient réclamés ; parfois, ils se composent avec leur contribution directe. Que signifie cette façon de redoubler la réalité par de la fiction ? Quels en sont les effets, les répercussions ? Le spectacle est-il devenu à ce point le corollaire de toute notoriété qu’il fasse pour ainsi dire naturellement des personnalités publiques des personnages de cinéma ?

Dans le même temps où se multiplient les « docu-fictions », que faut-il attendre de ce brouillage spectaculaire entre la réalité et la fiction dans le temps même des événements en cours ? Le cinéma (ou encore les séries télévisées) serait-il en passe de devenir notre mode d’appréhension des faits réels ?

PS : Vendredi, à l’université, une étudiante regarde l’un de ses copains sortir sur une coursive pour aller fumer une cigarette. La porte se referme sur lui. Elle dit aussitôt : « Enfermé dehors. C’est un film ça1. J’adore. »

  1. Enfermés dehors, comédie d’Albert Dupontel, 2006. []