Bonne nuit les écrans

En ces premiers jours de rentrée, leur fille (bientôt 16 ans) va se coucher étonnamment tôt. Dès que le dîner est terminé et la vaisselle rangée, elle leur dit bonne nuit et monte dans sa chambre. Un peu surpris, ses parents se réjouissent cependant de la voir mettre en œuvre quelques bonnes résolutions pour cette nouvelle année et le second trimestre : travailler davantage et dormir plus.

Mais son sommeil est émaillé de rires et de cris divers qui les poussent à monter voir ce qui se passe. C’est ainsi qu’ils découvrent qu’elle passe en fait ses soirées devant une tablette numérique qu’une de ses copines du lycée lui a prêtée. Celle-ci a reçu un IPhone 5 à Noël ; elle possédait déjà un ordinateur Mac. Sa tablette ne lui sert plus à rien. Son père la lui avait achetée lors de leur séjour à Manhattan, l’été dernier. Dans ce lycée de centre ville, au public passablement bourgeois, les élèves regorgent d’appareils électroniques en tout genre.

La voilà donc scotchée tous les soirs à son écran sur lequel elle avale des séries à la chaîne, regarde des émissions de télévision comme la première, samedi soir, de The Voice sur TF1, et s’adonne à des jeux comme Candy Crush, qui l’hypnotise littéralement.

Ses parents sont bien ennuyés parce qu’ils avaient pris la ferme décision que leurs enfants n’auraient jamais d’ordinateur dans leur chambre, encore moins de téléviseur. Un ordinateur collectif est à leur disposition dans la salle de jeux commune. Mais voilà que leur projet se trouve contourné par des matériels et des usages qu’ils n’ont pas vu venir. Dans la foulée, ils réalisent que leur fils aîné, qui lui aussi passe ses soirées dans sa chambre, a accès à Internet grâce à son IPod Touch et qu’il ne s’en prive pas pour regarder des vidéos à foison. Quant à leur petit dernier, à qui ils ont offert récemment le dernier modèle de console Nintendo DS, il les tanne pour qu’ils retirent le contrôle parental qui l’empêche de s’en servir pour naviguer à son tour librement sur Internet. Bref, leur projet éducatif fuit de partout.

Ils avaient bien dans l’idée d’adapter progressivement les temps d’écran en fonction de l’âge de leurs enfants et ils cultivaient l’illusion que cette réglementation était acceptée par ces derniers puisqu’elle ne soulevait pas d’opposition majeure. Ils en tiraient même la conviction réconfortante qu’en adoptant une position ferme et argumentée, ils parvenaient à convaincre leur progéniture qu’il y avait autre chose d’intéressant dans la vie que les écrans.

Ils viennent de se réveiller brutalement et de découvrir que leurs enfants ont su, avec une totale discrétion, passer outre leur modèle pour satisfaire leur propre intérêt. La seule convention qui demeure respectée – jusqu’à quand ? -, c’est l’interdiction des téléphones portable pendant la durée des repas.

Contradictions

Le magazine des caisses d’allocations familiales de février propose un dossier sur le thème : « Bien gérer les écrans à tous les âges ». Il y consacre trois pages émaillées de citations de spécialistes de la psychologie infantile. L’écho général est qu’il importe de modérer l’usage des écrans parce qu’ils « font littéralement écran aux relations humaines, ils séparent, ils isolent et empêchent toute communication » (Michel Larrar, pédopsychiatre).

Or, soucieuse de montrer que les caisses d’allocations familiales évoluent, une double page de ce même numéro nous détaille les nouveaux supports sur lesquels sont déclinées désormais les informations périodiques des Caf : on y voit un jeune couple plongé dans la lecture du mensuel cependant que leurs enfants sont, chacun de leur côté (mais dans la même pièce) absorbés par leurs écrans.

Difficile décidément d’appliquer les conseils donnés aux parents pour réguler les relations au sein de la famille sous le régime omniprésent des écrans…

Ultra rapide concentration

Je viens de passer une semaine à la montagne avec mes enfants et un copain de mon fils aîné, soit trois adolescents et un garçon de 9 ans. Ce qui m’a surpris et m’a pris de court chaque jour, c’est la rapidité avec laquelle, à peine revenus des pistes, chacun d’eux s’isolait dans ce qui lui tenait lieu d’activité et d’interface de prédilection : l’un devant l’écran de son ordinateur pour reprendre le jeu de stratégie auquel il participe depuis des semaines ; l’autre sur son Ipod pour regarder des vidéos ou écouter de la musique, son casque sur les oreilles ; la troisième dans son livre, mais elle aussi en écoutant de la musique à travers son casque ; le dernier enfin sur la Nintendo DS qu’il venait de récupérer de son frère aîné à l’occasion de ces vacances.

Avantage certain : le calme intégral régnait dans l’appartement, je pouvais vaquer paisiblement à mes propres occupations ; même l’idée de goûter ne leur traversait pas l’esprit. Personnellement, j’étais plutôt effaré par ces quatre versions différentes, mais également obstinées à s’enfermer dans un vis-à-vis, un environnement isolant, qui rendait aussitôt toute forme de communication improbable, voire impossible. Leur parler dans ces circonstances était voué à l’échec : aucun ne m’entendait, aucun ne comprenait même que je veuille leur dire quelque chose. Obligés d’enlever leurs écouteurs pour percevoir mes paroles, ils tournaient alors vers moi le visage renfrogné de ceux qu’on dérange manifestement, comme si je n’avais pas vu le panonceau virtuel affiché devant eux, le même qu’on met sur les portes d’hôtel à l’intention des personnels de service : « Ne pas déranger ».

L'évidence du numérique

Fragment de l'image en question

Une étudiante entame un exercice d’analyse d’image par une description formelle élémentaire : il s’agit en l’occurrence d’une photographie noir et blanc, de format rectangulaire, et de taille « 640 x 420 ». Photo manifestement trouvée et récupérée sur internet.

Le seul hic est qu’il s’agit d’un cliché de presse de  1978, donc réalisé en argentique. Cette caractéristique technique de l’image d’origine ne vient pas à l’esprit de cette étudiante pour qui l’interface « naturelle » de consultation est son écran d’ordinateur et la source de ses informations, internet. Encore que ladite source ne soit pas non plus interrogée dans les informations qu’elle pourrait lui donner sur la nature du cliché en question. Dans le cas présent, un filigrane très visible signale que la photo appartient à la banque mondiale d’images de Corbis. Mais cet indicateur n’a pas été perçu par l’étudiante, qui n’a donc pas été regarder du côté de Corbis pour essayer d’en savoir plus sur ce cliché.

Je mesure ainsi l’emprise de l’évidence du  numérique pour les jeunes d’aujourd’hui, qui peuvent difficilement imaginer qu’une photo ne soit pas numérique et qui se satisfont aisément de la présentation instantanée offerte sur internet. C’est d’autant plus paradoxal qu’internet fournit justement une masse inégalée d’informations documentaires sur les images accessibles, dont pourtant peu de cas est fait par ces étudiants. D’autres vont soupçonner des trucages ou des retouches dans les clichés qu’ils ont sous les yeux, parce qu’ils les supposent forcément numériques, donc transformables à loisir, même lorsqu’il s’agit de photos argentiques prises d’un seul coup, d’un seul tenant, sans autre modification de forme.

Bref, le numérique règne en norme absolue dans leur esprit, synonyme de mise à disposition immédiate, mais pas forcément d’information conséquente, et de manipulation potentielle, même lorsqu’il n’y en a aucune. Que peut donner à la longue ce mélange de survol et de soupçon ?

Le mode macro

Elle – Pendant les vacances, on a vu une mante religieuse. Deux, même. (souvenir)

Lui – T’as pris une photo ? (automatisme)

Elle – Non. Enfin si, mais comme j’avais pas activé le mode macro, elle est ratée. (amateure)

Lui – C’est pourtant pas difficile de savoir comment faire des photos en macro. (professionnel)

Elle – Eh bien, t’avais qu’à être là ! (excédée par ce mec qui cherche à en lui  imposer avec sa technique)

Elle : 12 ans.

Lui : 14 ans.

(dialogue saisi à la volée dans la routine photographique des gamins d’aujourd’hui)

Quelle écriture ?

Les éditions Zédélé viennent de publier Moi le groupe 2, second tome sur le projet mené depuis 2005 par l’artiste Arnaud Théval dans dix lycées professionnels de la région des Pays de la Loire.

Ce volume fait suite à Moi le groupe, paru en 2008.

La démarche d’Arnaud Théval a consisté à questionner des groupes de lycéens sur leur double identité, leur relation au contexte de leur formation professionnelle, ainsi qu’à l’imaginaire de leur futur métier, et à se situer collectivement dans le contexte de leur lycée. Le tout dans l’objectif de produire une image qui les représente à la fois eux-mêmes et le groupe qu’ils constituent.

Ce projet artistique m’a offert l’opportunité d’explorer en situation certains enjeux des images chez des jeunes d’aujourd’hui. Je me suis efforcé d’en suivre le déroulement de bout en bout, dans chacun des établissements retenus. Dans la pratique, mes contraintes d’emploi du temps ont quelque peu réduit cette ambition. Il y a des lycées où je suis allé souvent, d’autres peu et même certains où je me suis rendu uniquement à l’occasion du vernissage de l’œuvre qu’Arnaud Théval y avait élaborée.

J’ai pris beaucoup de notes sur les gestes et les propos des élèves. Toutefois,  j’ai suffisamment pratiqué les enquêtes de longue haleine sur des sujets construits de bout en bout pour savoir que je ne pourrais rien faire de tel ici, que je n’engrangerais que des aperçus de ces lieux nouveaux pour moi, de ces individus inconnus, des structures dans lesquelles ils évoluent… J’étais condamné aux fragments.

Je n’ai pas voulu les restituer tels quels, comme autant de matériaux bruts pesant leur poids de réalité. D’autant que ces fragments vus et entendus étaient d’emblée pétris d’une dose de fiction : ce que les élèves disaient et faisaient était destiné à nous impressionner. Ils étaient en représentation vis-à-vis de nous, et pas seulement devant l’objectif de l’appareil photo. Les situations engendrées par la mise en œuvre du projet Moi le groupe les sortaient de l’ordinaire. Ils y ont réagi en se livrant à des jeux également extraordinaires. Tout le monde a joué dans cette histoire.

Dans ces conditions, il m’a semblé plus approprié d’essayer de re-traduire leurs propos et attitudes que de les restituer. C’est-à-dire d’en assumer la nécessaire transformation par le moyen de l’écriture. J’ai donc écrit des textes plus ou moins courts qui s’apparentent, pour la plupart, à des confessions d’élèves à la première personne. Ils condensent plusieurs histoires entrevues, divers motifs, contribuant ainsi à brouiller les pistes, par exemple d’un lycée à l’autre. Je voulais que ça soit crédible sans être forcément ressemblant, ni exact, ni encore moins représentatif. Et surtout, je tenais à formaliser d’emblée un écart entre les personnages évoqués (des jeunes gens en lycée professionnel) et le texte que je leur prêtais, puisque le « je » en question ne pouvait être que complètement fictif. De fait, la part de fiction s’est peu à peu accrue entre mes premiers textes, qui restituaient souvent des personnages réellement rencontrés, voire des propos entendus en situation, et les derniers, qui en sont venus à combiner diverses situations réelles pour en faire sortir des rapprochements imaginaires, des confrontations, voire des points de vue collectifs.

Pour autant, ces fictions restent à mes yeux intimement liées aux images créées dans ces différents lycées. Elles en constituent avant tout un contrepoint, s’efforçant de rendre perceptible un peu du bruit (parfois du vacarme !), extérieur comme intérieur, suscité par ce projet artistique.

Je présente ici une de ces fictions qui n’a pas été retenue dans le livre. Brouhaha propose un condensé imaginaire des propos échangés lors des vernissages des différentes œuvres produites par Arnaud Théval.


[issuu layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Fcolor%2Flayout.xml backgroundcolor=CCCCCC showflipbtn=true documentid=100611165513-4c74d4ef52f8476ab594a7409ef63327 docname=brouhaha username=maresca-s loadinginfotext=Brouhaha showhtmllink=true tag=jeunes width=420 height=297 unit=px]