L’Histoire par la vidéo ?

Le magazine Historia consacre un numéro hors-série à la dernière déclinaison du jeu vidéo Assassin’s Creed : Unity, dont l’action se situe à Paris lors de la Révolution française à Paris. Nombre de commentaires ont salué la vérité historique de la reconstitution effectuée par les développeurs de ce jeu. L’un d’eux, français, est même issu d’une famille aristocratique dont l’ancêtre aurait été guillotiné. Continuer la lecture

La vaisselle dans la vraie vie

J’ai été encore plus satisfait de l’achat de mon nouveau lave-vaisselle lorsque, après l’avoir déballé, j’ai constaté qu’il appartenait à la gamme « Real Life XXL » d’Electrolux. Chic, j’allais enfin pouvoir laver ma vaisselle dans la vraie vie, comme si jusque là je m’en étais acquitté devant mon ordinateur face à un jeu vidéo.

La reprise de cette expression, qui sert habituellement de contrepoint à l’univers virtuel des video games, m’a tout de même intrigué et j’ai cherché des informations sur l’origine de son usage par ce fabricant mondial d’électroménager. J’ai ainsi découvert que, pour eux, en matière de vaisselle, la « vraie vie » consistait à fourrer sa machine autant avec des casseroles et autres gamelles qu’avec des assiettes, verres et couverts. C’est pourquoi les dispositifs de rangement y sont amovibles afin d’adapter la place disponible à la forme très variable des objets à laver.

Voilà comment j’ai failli tomber dans un contre-sens absolu : non, mon lave-vaisselle n’est pas une alternative aux jeux vidéos (et moi qui pensais m’en servir comme support pédagogique pour freiner la fringale de mes enfants…), mais simplement une machine adaptable aux contours multiformes de la « vraie vie ».

Omniprésence de la publicité – suite

Nous venons d’acheter un baby-foot pour les enfants (pas que pour eux d’ailleurs…). Chaque fois que j’y joue avec eux, je ne puis m’empêcher de river mon regard sur cette bande de publicités collée de chaque côté du terrain, comme sur un vrai stade de foot. Comme si la présence des panneaux publicitaires authentifiait l’arène qui, pour en réduction, n’en serait pas moins ainsi conforme à la réalité.

Il semble que le même type d’affichage se trouve dans les jeux vidéos de foot :

Objectif : images

Une compétition de gymnastique dans un club amateur. Les jeunes filles ont revêtu leur juste-au-corps aux couleurs de leur équipe ; leurs cheveux sont tirés, rassemblés en chignons et laqués. Rien ne doit dépasser. Les épreuves s’enchaînent, d’un agrès à l’autre.

Le public est composé de leurs familles respectives. Dès qu’une gymnaste démarre son exercice, ses parents la photographient ou la filment avec leur téléphone portable, leur appareil, voire, plus rarement, leur caméra. Les flashs crépitent, les bras se tendent, se gênent. Certains ont réussi à s’élever au dessus de la mêlée pour gagner un point de vue surplombant. Chacun est en reportage, moi le premier. Il ne faut rien rater du mouvement exécuté. De retour à la maison, les images seront transférées sur l’ordinateur et regardées avec intérêt. L’enregistrement a également capté la musique. On commente, on en rit (ou pas). A l’occasion, les responsables du club demanderont certains de ces films ou de ces photos pour les intégrer à la projection qui défile en continu sur l’écran numérique allumé à l’entrée du gymnase. Les installations en sont vétustes, le chauffage laisse à désirer, mais actualiser la geste imagée du club est considéré comme une priorité.

Les familles sont venues avec leurs autres enfants, surtout les plus jeunes qui, à la différence des adolescents, ne pouvaient guère refuser. Mais très vite, ces enfants s’ennuient. Jusqu’à ce que l’un d’eux, plus chanceux, sorte sa console de jeux. Aussitôt, il attire l’attention des autres qui, sans même se connaître, se regroupent autour de son écran. Un attroupement se forme, compact et murmurant, qui en vient même à déborder sur le terrain de la compétition. Mais les parents laissent faire : du moment que les petits restent calmes.

Les adultes transforment aussitôt l’événement en images, les petits eux s’évadent sans tarder dans les images. Entre les deux, il ne reste guère que les gymnastes à évoluer dans la réalité, la dure réalité de la compétition.

Complément du 6 juin 2010 :

ou les enfants photographes (eux aussi)