Ancienneté de la retouche

Les tirages d’exposition en grand format donnent parfois la possibilité d’entrer dans le détail de certaines images photographiques et d’y déceler des traces discrètes, mais visibles d’un travail de retouche.

C’était le cas sur ce panneau présenté à La Gacilly dans le cadre d’une exposition sur la photo de mode allemande des années 1960. On y voit la reproduction d’une photo en noir et blanc de Lo Olschner montrant un mannequin qui porte une « robe de sommeil par Vollmöller ».

Constellé de fines gouttes de pluie, ce grand tirage permet de déceler les traces de grattage qui ont permis ici d’affiner le cou du personnage, là d’estomper les rides de ses doigts. Ce minutieux travail réalisé sur le négatif, nécessitant des outils empruntés au matériel des graveurs et des peintres de miniatures, faisait partie des opérations de finition normales pour ce type de photographie prestigieuse, comme pour le registre du portrait lorsque le client y mettait le prix.


Photoshop a repris les mêmes outils pour composer les fonctionnalités de son logiciel de retouche.

Derniers jours à La Gacilly

Depuis 10 ans, le petit bourg breton de La Gacilly organise chaque été un festival de photographies en plein air. Même si je ne goûte pas vraiment le style d’images exposées, le plus souvent inspirées de l’esthétique tapageuse des reportages publiés dans National Geographic ou Géo, voire dans Le chasseur d’images, l’une des revues qui parraine ce festival et organise un grand concours à cette occasion ; même si la thématique de la nature qui inspire cette manifestation depuis l’origine suscite plus d’images contemplatives ou catastrophistes que de reportages conséquents, je me laisse prendre chaque fois par la façon dont les photographies sont installées dans ce coquet village, au gré des murs de pierre, des rues pavées, largement fleuries, et des amas de verdure. Sous une pluie fine, comme hier, qui intensifie les couleurs, l’ensemble dégage une impression forte qui fait se demander à quoi ressemble La Gacilly pendant le reste de l’année, une fois que les photographies en ont été décrochées.