Tendance : images

Le dernier numéro papier de La Tribune, paru ce lundi, présentait un cahier intérieur qui résumait l’histoire de ce journal, annoncée par la formule : « 27 ans, 4.903 numéros et puis s’en va ».

Quatre pages de unes échelonnées de 1987 à 2011 donnaient un aperçu des modifications de maquette subies par ce quotidien.

L’évolution est frappante : partie d’une formule dans laquelle le texte dominait sans partage, à l’instar des quotidiens « sérieux » comme Le Monde, qui continuait alors de refuser la photographie, elle est passé progressivement à une formule en partie illustrée et rehaussée de gros titres en gras, puis à une formule en couleurs (« Du coup, c’est toute l’économie et la finance qui prennent un coup de jeune. »), pour finir par une Une hyper-visuelle dans laquelle la photographie occupe la place principale.

On voit s’affirmer ainsi de plus en plus le modèle visuel de la télévision dont la couverture de l’actualité passe pour une large part par le dispositif de l’interview : un acteur ou un témoin privilégié de l’actualité parle de ce qui se passe ou de ce qu’il faut en comprendre.

Cet exemple n’apporte rien que nous ne sachions déjà. Simplement, il offre un raccourci saisissant d’une évolution effective dans toute la presse quotidienne, marquée par l’emprise croissante de l’image, sinon de la photographie. Entre-temps, même Le Monde s’y est mis.