Du discours recueilli au discours publié

Je livre ici le texte d’un étudiant en Master 2 de sociologie, Matéo Sorin, dans lequel il a dépassé largement les consignes que j’avais fixées en vue de la réalisation d’un dossier, pour proposer une analyse minutieuse, très fine de la forme et de l’enjeu des citations dans les produits journalistiques. Je suis heureux de donner de la sorte à son travail une visibilité plus grande.

°°°

Au même titre que les sociologues, les journalistes produisent des « objets » (textes, vidéos, audio, …) à partir d’un même terrain, la société. Pour ceux qui les reçoivent, ces objets sont sensés être une représentation de la réalité. Mais par définition, une représentation n’est pas la réalité. La subjectivité de l’auteur, journaliste ou sociologue, participe à la construction de son discours. Dans le choix d’un sujet plutôt qu’un autre, d’un interlocuteur, des questions posées, ceux qui produisent des discours sur la société dirigent leur regard en fonction de leur perception du monde et des contraintes dues à leur activité. La réception est également empreinte de subjectivité puisque deux personnes peuvent interpréter différemment le même article.

En sociologie, nous sommes amenés à réfléchir continuellement aux outils à mettre en place pour faire en sorte que les représentations que nous construisons de la société soient le moins possible éloignées de la réalité. Les débats opposant méthodes quantitatives et qualitatives, observations macro et micro, même s’ils sont souvent caricaturés, font état de querelles épistémologiques continues sur la manière d’étudier et de décrire la société.

Les sociologues et les journalistes partagent certains outils pour appréhender le monde qu’ils étudient. Bien qu’ils ne le conduisent pas de la même manière, ni avec les mêmes objectifs, les uns comme les autres utilisent souvent l’entretien pour recueillir la parole d’un individu. C’est sur la question de l’exploitation qui est faite des paroles recueillies que je vais me pencher maintenant en prenant pour matériaux quelques portraits réalisés dans le cadre du projet Une année en France initié en 2012 par le journal Le Monde. Les portraits réalisés pour ce projet permettent d’étudier cette question car, pour une même personne, il existe parfois trois portraits : un premier article publié sur un blog, un second portrait vidéo intégré au web-documentaire intitulé Une année en France et un troisième sous forme d’article publié dans le livre Une année formidable en France (Paris, Ed. Les Arènes, 2012).

La reconstruction des discours dans les vidéos

Capture d'écran du site Une année en France - Je n'ai pas trouvé le moyen d'intégrer directement les vidéos dans ce blog. Pour les visionner, se reporter au site en cliquant sur l'image ci-dessus.

En regardant attentivement, il est possible de voir les traces du montage dans plusieurs portraits vidéos. Dans le portrait de Jean-Yves Caullet, on observe qu’une phrase a été reconstruite ou au moins coupée (2′ 11 »). La phrase qu’on entend est la suivante :

« […] si l’on veut que les gens se répartissent à peu près naturellement pour mettre en valeur l’ensemble du territoire, il faut ### qu’ils trouvent à des distances à peu près correctes finalement l’accès aux différents réseaux, physiques ou virtuels, qui font qu’ils n’ont pas l’impression de vivre de manière déclassée. ».

Entre « il faut » et « qu’ils trouvent » il y a un fondu de l’image qui indique qu’entre ces deux morceaux le député-maire d’Avallon a dit autre chose. Le cadre n’ayant pas bougé, on ne perçoit pas forcément cet effet au premier visionnage. On peut penser qu’il s’agit d’un plan séquence et on a donc l’impression d’entendre une phrase originale alors qu’elle a été reconstruite.

Dans le portrait de Sophie Wintzer, apprentie charpentière, il y a également un phrase qui est reconstruite (1′ 54 ») :

« Quelque chose de plus manuel mais aussi quelque chose de, de manuel qui associe aussi à une dimension ### intellectuelle, enfin c’est pas un geste bête qu’on répéterait à l’infini […] ».

Ici, on remarque le raccord car la tête de l’interlocutrice change soudainement de position, mais également parce que, en arrière plan, un homme change de position subitement entre deux images.

Si le raccord est mal fait, d’autre indices peuvent également témoigner du montage, comme c’est le cas dans le portrait de Noëlle Herrenschmidt (1′ 00 »).

« […] c’est ce qui s’est passé en septembre dernier. ### C’est pour ça que dans mon idée, l’idée de se dire on va faire ça à la rentrée en septembre, les gens reviennent de vacance, c’est une bonne date […] »

Ici, la vidéo donne l’impression qu’entre deux phrases l’interviewée reprend sa respiration, puis continue son propos. Le plan est plus serré lors de la deuxième partie ce qui peut laisser penser qu’il y avait deux caméras sur place et que la même séquence sonore a été enregistrée sous deux angles. Il y aurait alors une scène continue dans la réalité, une bande sonore ininterrompue et deux plans issus de deux caméras ayant filmé en même temps. Pourtant, l’ensemble des vidéos du projet Une année en France laisse penser qu’elles ont été faites avec une seule caméra. Cela donne un premier indice qui va dans le sens d’une reconstruction du discours. Deuxièmement, en écoutant attentivement on entend deux respirations. La première vient du premier plan et termine la phrase « […] c’est ce qui s’est passé en septembre dernier », alors que la seconde respiration précède la phrase « C’est pour ça que dans mon idée […] ». En ne coupant pas le son de la respiration entre ces deux phrases, il est probable que le monteur ait voulu d’une part donner du rythme à la vidéo, mais également produire un effet de réel invitant le spectateur à penser que cette vidéo montre la réalité puisque qu’on respire généralement entre deux phrases. Si ces deux objectifs n’avaient pas été les siens, il aurait pu laisser un temps sans son entre ces deux phrases.

Une amie documentariste m’a récemment dévoilé quelques ficelles du montage vidéo. Une des difficultés de ceux qui montent des interviews filmées est de réaliser une vidéo qui ne transgresse pas l’esprit des propos tout en ayant pour matériaux des phrases parfois grammaticalement incorrectes, des mots inaudibles, des hésitations, des bruits parasites ainsi que des contraintes de format. Pour réussir cet exercice, il arrive qu’au montage, une syllabe d’un mot soit utilisée pour terminer un autre mot qui a été mal prononcé. Les hésitations et les « heuu » sont généralement supprimés. Il peut arriver que des phrases entières soient reconstruites lorsqu’elles ne sont pas correctes. L’ordre des mots est alors modifié et certains mots peuvent être ajoutés (par exemple « ne » et « pas » dans une phrase négative). Si l’interview est assez longue, le corpus de sons prononcés peut être suffisant pour aller jusqu’à construire un mot qui n’a pas été prononcé. Cependant, c’est une tâche qui demande beaucoup de travail étant donné que les intonations et les manières de prononcer une même syllabe sont nombreuses. Selon cette documentariste, les plans de coupe dans les documentaires masquent généralement une coupure dans la bande son. Elle affirme qu’il arrive fréquemment qu’une respiration soit ajoutée entre deux phrases qui dans la réalité ne se suivent pas. La respiration sert d’une part à effectuer la jonction entre les deux phrases pour reproduire au plus près la bande son qui aurait été captée si elles avaient été prononcées à suivre ; d’autre part, elle sert à donner du rythme à la vidéo.

Finalement, filmer un visage qui s’exprime induit un effet de réel, mais n’est pas la garantie que la scène se soit passée ainsi en réalité (par exemple à 2′ 40 » dans la vidéo de Jean-Yves Caullet). Les plans de coupe servent en partie à masquer les coupures dans la bande sonore en donnant l’illusion d’une continuité. Il ne faut pas en conclure que les interviews diffusées transgressent d’une manière générale les propos des interviewés en leur faisant dire des choses qu’ils n’ont pas dit, mais plutôt que, pour des raisons esthétiques, dans un souci de fluidité et de compréhension, il est très fréquent que ce qui est montré à travers du son et des images comme étant la réalité ait été non seulement coupé et monté, mais également parfois modifié.

Des citations modifiées

Il semble admis que pour le lecteur d’un article de journal ou de revue scientifique, la présence des guillemets encadrant une phrase en italiques indique qu’il s’agit d’une citation de propos émanant de quelqu’un de différent de l’auteur. Il peut s’agir d’extraits d’un texte ou bien d’un discours. Quand les propos de l’auteur original sont transformés, les règles de typologie en usage imposent d’adapter la citation en remplaçant la partie tronquée par trois points entourés de crochets1, et en signalant l’ajout ou le remplacement d’un mot par un autre en l’encadrant de crochets. Ainsi, le lecteur peut différencier le discours original et l’adaptation qui en est faite par la personne qui l’utilise dans sa production.

Dans les faits, il arrive fréquemment que les citations, pourtant entre guillemets, ne soient pas la transcription exacte des paroles de l’interviewé. Les portraits étudiés ici permettent d’illustrer cette affirmation. Plusieurs portraits ont d’abord été publiés sur le blog d’un journaliste avant d’être retravaillés pour paraître dans la version papier du documentaire. Voici quelques citations issues de ces deux sources :

Interviewé Blog « Avallon » http://avallon.blog.lemonde.fr/ Une année formidable en France (livre)
Jean-Yves Caullet « Nous, on est juste en train de se demander si on va mourir ou pas. Alors, tant qu’on est sur le ring, on prend des coups, mais on se bat. Si on descend du ring, c’est fini » « Nous ici, on est juste en train de se demander si on va mourir ou pas. Alors, tant qu’on est sur le ring, on prend des coups, mais on se bat. Si on descend du ring c’est fini […] »
« Si nous, on lâche, que restera -t-il entre Auxerre et Dijon? Dans un pays comme la France, ce serait tout de même dommage de perdre des morceaux du jardin » « Si on descend du ring c’est fini et il ne restera rien entre Auxerre et Dijon. Dans un pays comme la France, ce serait tout de même dommage de perdre des morceaux de jardin. »
Vincent Picq « Aujourd’hui, on nous reproche d’être loin, dans un désert vert. Eh bien! on l’assume et on le retourne: vous êtes en plein Morvan, vous n’avez ni nuisances sonores, ni olfactives, vous avez une belle vue, beaucoup de lumière. » « Aujourd’hui, on nous reproche d’être loin, dans un désert vert. Eh bien ! On l’assume et on le retourne : vous êtes en plein Morvan, sans nuisances sonores ou olfactives, vous avez une belle vue, beaucoup de lumière. »
« Le plus souvent, poursuit Vincent Picq, la décision de venir ou pas s’installer en province, bascule sur peu de chose. » « Le plus souvent, poursuit Vincent Picq, la décision de venir ou pas s’installer en province se joue à peu de choses. »

Chaque vidéo présentée dans le web-documentaire est accompagnée d’une phrase entre guillemets (sans doute censée illustrer le sujet de la vidéo). Là aussi, il y a des écarts entre les phrases enregistrées et celles entre guillemets.

Interviewés Bande sonore vidéo Citation entre guillemets
à côté de la vidéo
Amandine et Benoît
(2′ 04 »)
« On dit qu’on aide les gens, mais on les aide pas tellement que ça en fait. » « On dit qu’on aide les gens mais on ne les aide pas tant que ça »
Roch Fernandez et Claude Lestocard

(2’15 »)

« On le voit par rapport aux visites du site internet qui ne cesse de croître, au chiffre d’affaire du site internet qui ne cesse de croître, alors que la crise économique, quand on entend, quand on ouvre, enfin on ouvre les journaux ou on écoute la radio, tout le monde se plaint entre guillemets. » « Nous ne cessons de croître alors que tout le monde se plaint de la crise »

Il arrive aussi qu’il y ait un écart entre le discours enregistré et la citation entre guillemets présente dans le livre.

Interviewés Bande sonore vidéo Une année formidable en France
(livre)
Amandine et Benoît

(0’14 »)

Benoît : « On veut pas s’enrichir, on veut pas devenir milliardaire avec la friterie. Nous on veut juste vivre bien en fait .. »

Amandine : « tout en essayant de progresser… »

Benoît : « tout en essayant ouais de progresser quoi. J’veux dire nous notre objectif dans la vie c’est d’arriver à prendre un salaire tous les deux par rapport à la friterie, après ça serait avoir une maison, comme tout le monde quoi j’pense. »

« On ne veut pas s’enrichir, assume Benoît. On ne veut pas devenir milliardaire avec la friterie. On veut juste vivre bien tout en essayant de progresser. Notre objectif, c’est d’arriver à prendre un salaire et après ce serait une maison. Comme tout le monde, je pense. »

Dans le premier cas (différences entre les citations du blog et du livre), il est surprenant de constater des écarts puisque les discours ont été transcrits en mots une première fois pour apparaître sur le blog, puis parfois modifiés pour le second support de publication. Étant donné que les portraits du livre sont composés en grande partie d’extraits des blogs, il est évident que les portraits du livre ont été réécrits à partir de ceux des blogs. Les citations utilisées ne proviennent donc pas du carnet de notes du journaliste, ce qui aurait pu expliquer des petites différences. Les écarts entre les citations relèvent donc d’une action intentionnelle de la part des auteurs et non d’une erreur de transcription. Ces modifications ne transgressent pas vraiment le sens des phrases et elles ne les raccourcissent pas non plus. Quel est alors leur intérêt ? Peut être dans un souci de fluidité pour que le texte soit plus limpide à la lecture ? Et finalement, quelle est la phrase originale qui a été prononcée ? N’ayant pas accès aux rushs ni aux carnets de notes, il n’est pas possible de répondre à cette question. Sans savoir en vue de quoi ces citations ont été modifiées, elles témoignent du fait que la congruence entre la réalité (ce qui a été dit) et le produit journalistique n’est pas strictement ce vers quoi tendent les journalistes dans leurs productions pour rendre compte du monde.

Dans le second cas (différence entre la vidéo et la phrase qui la présente), on peut imaginer que le principal souci de l’auteur est de faire tenir une idée exprimée par l’interviewé en un minimum de mots sans la transgresser pour autant. L’écart entre les propos d’Amandine et la citation qui jouxte la vidéo témoigne également de la recherche d’esthétique. La phrase originale étant grammaticalement fausse, l’auteur a modifié celle-ci, sans s’éloigner de l’idée qu’Amandine voulait faire passer. Dans le second extrait par contre (Roch Fernandez et Claude Lestocard), le fait de résumer une phrase de 55 mots en 15 induit une perte de précision. La phrase entre guillemets ne s’éloigne pas beaucoup de l’idée que voulait faire passer l’interviewé, mais elle n’a pas été construite par lui.

Dans le troisième cas, il y a une différence entre le discours enregistré par la caméra et celui qui est publié dans le livre. Dans l’exemple d’Amandine et Benoît (0′ 14 »), les phrases sont peu modifiées, mais elles sont coupées pour faire disparaître quelques mots, expressions orales, ainsi que les contractions (« J’veux » « J’pense »). Le plus intéressant dans cet extrait, c’est le fait qu’une partie de la citation soit attribuée à Benoît (« tout en essayant de progresser »), alors que c’est Amandine qui a prononcé cette phrase, reprise ensuite par son compagnon.

En définitive, ces différents cas indiquent que ce qui semble important dans ce genre de production, ce n’est pas de transmettre le plus fidèlement possible les propos des interviewés, mais de ne pas trop s’en éloigner tout en s’autorisant des écarts par simplicité, pour des raisons esthétiques ou du fait de contraintes de format.

Le fond et la forme

Des différences de forme existent donc entre les discours originaux et leurs retranscriptions par les journalistes. Dans les exemples cités, les citations modifiées ne semblent pas s’éloigner beaucoup de l’esprit des propos originaux. On peut donc penser de prime abord que toute cette dernière partie n’a que peu d’intérêt. Mais est-ce que la modification d’une citation sur sa forme n’a pas systématiquement une incidence sur son fond ? Il me semble que oui, et je vais essayer d’expliquer pourquoi dans cette dernière partie.

Les manières de s’exprimer oralement sont des marqueurs sociaux. Le vocabulaire, les intonations, les structures de phrase, la prononciation ou encore l’utilisation des liaisons sont autant d’indices qui renseignent sur l’individu qui s’exprime. À ce titre, la suppression des contractions (transformation de « j’veux » en « je veux ») entraîne une perte d’information.

Quand le journaliste réduit en 15 mots une citation de 55 mots, tout en laissant les guillemets, cela signifie qu’il estime que la citation originale est réductible en moins de mots. Il prend également la liberté d’affirmer que ce sont ces 15 mots-là qui résument la pensée de l’interviewé. Ses choix sont forcément subjectifs puisqu’un autre journaliste n’aurait pas nécessairement fait les mêmes. Pourtant, il ne fait pas disparaître les guillemets autour de la nouvelle phrase qu’il a construite. Il attribue ainsi à l’interviewé la paternité d’une phrase qui n’est pas la sienne. Il lui fait donc dire quelque chose qu’il n’a pas prononcé, et par conséquent quelque chose qu’il n’a peut-être pas pensé.

Bien sûr, le passage de l’oral à l’écrit appauvrit déjà considérablement ce qui est retranscrit. Les intonations, la vitesse de la parole et la prononciation en sont absentes. Il ne reste que les mots qui, les uns à la suite des autres, forment des phrases construites par l’individu. Avant même la retranscription, une multitude de biais risquent de créer des décalages entre ce que pense l’interviewé et ce qu’en retransmet le journaliste ou le sociologue. Les questions posées sont interprétées par l’enquêté, il peut donc répondre à une autre question que celle qui lui a été posée2. Sa réponse est ensuite interprétée par celui qui l’écoute ou qui le lit. La sélection des passages étudiés ou publiés dépend de la personne qui le fait et relève donc de quelque chose de subjectif. Tous ces éléments peuvent entraîner des biais et finalement des écarts entre ce que pense l’enquêté et la manière dont est comprise sa pensée à l’autre bout de la chaîne. En sociologie, nous portons une attention particulière à utiliser de manière réflexive nos outils de recueil de données, d’analyse et d’écriture. Ainsi, nous essayons d’amoindrir les biais potentiels sans toutefois pouvoir les faire disparaître totalement.

À mon avis, le respect strict des propos des enquêtés, quand ils sont entourés de guillemets, est une démarche qui participe à cette tentative de rendre compte de la réalité en s’en éloignant le moins possible. Contrairement aux autres biais qu’il est plus difficile de réduire, faire preuve de rigueur dans les citations en s’en tenant à ce qui a été dit est une chose facile à faire. En plus d’éviter de s’éloigner encore plus de la réalité, respecter à la lettre les propos tenus par les enquêtés est une question de respect pour la parole qu’ils ont accepté de nous donner.

  1. Imprimerie nationale, Lexique des règles typographiques en usage à l’imprimerie nationale, 2002, Paris, Imprimerie nationale, p. 52. []
  2. Patrick Lehingue et Daniel Gaxie « Comportements électoraux. Quelques leçons des récents scrutins », Savoir/Agir, n°21, septembre 2012. []

Tendance : images

Le dernier numéro papier de La Tribune, paru ce lundi, présentait un cahier intérieur qui résumait l’histoire de ce journal, annoncée par la formule : « 27 ans, 4.903 numéros et puis s’en va ».

Quatre pages de unes échelonnées de 1987 à 2011 donnaient un aperçu des modifications de maquette subies par ce quotidien.

L’évolution est frappante : partie d’une formule dans laquelle le texte dominait sans partage, à l’instar des quotidiens « sérieux » comme Le Monde, qui continuait alors de refuser la photographie, elle est passé progressivement à une formule en partie illustrée et rehaussée de gros titres en gras, puis à une formule en couleurs (« Du coup, c’est toute l’économie et la finance qui prennent un coup de jeune. »), pour finir par une Une hyper-visuelle dans laquelle la photographie occupe la place principale.

On voit s’affirmer ainsi de plus en plus le modèle visuel de la télévision dont la couverture de l’actualité passe pour une large part par le dispositif de l’interview : un acteur ou un témoin privilégié de l’actualité parle de ce qui se passe ou de ce qu’il faut en comprendre.

Cet exemple n’apporte rien que nous ne sachions déjà. Simplement, il offre un raccourci saisissant d’une évolution effective dans toute la presse quotidienne, marquée par l’emprise croissante de l’image, sinon de la photographie. Entre-temps, même Le Monde s’y est mis.

Cliché

Le Monde, 27 sep. 2011. Photo : Fahad/Reuters

Pour illustrer un article relatant l’annonce par le roi d’Arabie saoudite d’une ouverture du droit de vote aux femmes de son pays, le journal Le Monde a publié dernièrement une photo qui de nouveau montre des femmes voilées en train de prendre des photos avec leur téléphone portable.

Je dis « de nouveau » parce que j’avais déjà eu l’occasion de pointer ce type d’iconographie dans un article de Ouest-France consacré aux révolutions arabes. Je me demandais alors en quoi le fait de montrer des femmes musulmanes voilées dans cette attitude, cette occupation, nous apprenait quelque chose sur le processus politique en cours dans certains pays arabes. Ici, le contraste me paraît plus frappant encore puisque cette photo est légendée par un texte qui n’a aucun rapport avec l’image et qui établit un lien hasardeux entre le fait de photographier et celui de déposer un bulletin de vote dans les urnes.

On peut alors se demander si ce type d’image très photographique – concentrant d’une manière particulièrement visuelle des signes à nos yeux opposés comme la burqa et le téléphone portable – n’est pas en passe de devenir tout bonnement un « cliché », destiné à illustrer mécaniquement les articles sur le même thème. De même que la crise financière est désormais illustrée presque partout par l’image d’un homme qui se prend la tête devant des écrans remplis de graphiques.

PS : Une recherche rapide sur Google Images révèle que cette photo (en réalité une image       d’archive) a été utilisée auparavant des dizaines et des dizaines de fois sur des sites en langue arabe, sans qu’il me soit possible d’en connaître le contenu. Les rares accessibles en anglais sont des sites féministes.

Capture d'écran du site http://somalianarab.blogspot.com