Le vélo de Madame Yvonne

Brochure de présentation par la Compagnie Papier Théâtre

Hier, dans le cadre des ateliers Les Echos du Terrain organisés par l’association Fil en Têtes, nous avons eu la chance de recevoir à l’Université de Nantes la visite de Pascale Laronze de la Compagnie Papier Théatre venue nous présenter Le vélo de Madame Yvonne.

Il s’agit d’un projet initié en 2005 par l’achat d’un fonds photographique composé de 13200 plaques de verre au gélatino-bromure, portant des photographies prises entre 1913 et 1952 par Yvonne Kerdudo, photographe professionnelle qui arpentait en vélo la région du Trégor (Côtes d’Armor). Grâce à un financement européen et l’implication de nombreux bénévoles, les plaques ont été nettoyées, les photos numérisées, répertoriées dans une base informatique et archivées. Des discussions sont actuellement en cours avec plusieurs institutions documentaires de Bretagne susceptibles de prendre en charge ce fonds entièrement restauré afin de lui assurer des conditions de conservation optimales.

Mais ce projet ne s’est pas limitée à un vaste chantier spontané de sauvegarde de photographies anciennes. Lancé par la fondatrice d’une compagnie de théâtre qui se consacre autant à l’animation culturelle du territoire local qu’à la production de spectacles, Le vélo de Madame Yvonne s’applique à faire vivre et revivre ces clichés photographiques en les portant à la connaissance des habitants du Trégor sous la forme de rencontres multiples, d’interventions dans les écoles, de projections dans les villages, d’échanges avec des personnes âges au sein de foyers-logements, maisons de retraite ou clubs du troisième âge, ou encore de publications dans la presse. Les récits suscités par ces images sont enregistrés pour alimenter une mémoire orale en complément de la mémoire visuelle fixée sur les plaques photographiques.

A l’occasion de ces nombreuses et incessantes présentations publiques, des informations sont recueillies qui permettent de documenter les photos, laissées par leur auteur sans indications de dates, de lieux, ni d’identité des personnes représentées. Une dizaine de bénévoles continuent en outre à rechercher toutes les informations utiles pour les contextualiser, accumulant du même coup un éventail large, et disparate, de connaissances sur l’histoire récente de cette région rurale de la Bretagne.

Je trouve cette initiative remarquable, autant par l’ampleur et la qualité du travail qu’elle a généré sur un fonds photographique oublié, qui se révèle d’une grande richesse documentaire, que par la manière particulièrement vivante dont elle en a fait un vecteur d’échanges et de liens avec la population locale, toutes générations confondues. Bel exemple s’il en est d’archives vivantes et collaboratives, qui mériteraient la curiosité et pourquoi pas l’investissement de spécialistes de l’histoire rurale, de l’histoire de la photographie, mais aussi d’ethnologues ou de sociologues pour déployer toute la richesse de ce fonds photographique.

Pour des éléments d’information complémentaires et des aperçus des photos : http://www.cg22.fr/fileadmin/pdf/Magazines/53/rencontre53.pdf.

Dans son numéro de janvier-février 2001, la revue ArMen vient de consacrer un dossier à ce projet.