La personnalisation de l’actualité-2

Fort des remarques et suggestions de mes lecteurs, j’ai repris l’examen des numéros de Libération de la semaine dernière pour inclure dans mes comptages la place occupée par les différents registres de photographie d’actualité. J’en ai profité pour me limiter plus strictement aux images illustrant des sujets d’actualité, en dehors donc des sujets culturels qui sont très souvent focalisés sur des personnalités et plus proches de la promotion que de l’information. Le nombre total de photographies prises en compte est donc moins important que dans mon premier tableau. Logiquement le nombre de portraits l’est également.

J’ai pris en compte la dimension des images en reprenant les normes professionnelles rappelées par Thierry Dehesdin. Toutefois, la mise en page de Libération est souvent traître dans la mesure où les photos à cheval sur deux pages sont fréquentes : ce ne sont pas des doubles pages, mais équivalent-elles alors à une page entière, ou à une demi-page lorsqu’elles sont plus petites ? Une photo verticale occupant les deux-tiers d’une page doit-elle être comptée pour une pleine page ? Il n’est pas toujours évident de trancher. J’ai assimilé à des vignettes les images plus petites qu’1/8° de page et, dans mes évaluations de la surface totale occupée par les différents registres de photographies, j’ai considéré que les vignettes et assimilées comptaient chacune pour 1/10° de page. Au final, l’exercice est intéressant parce que ses résultats, on va le voir, sont sensiblement différents d’un simple comptage numérique. Cependant, il fait surgir des difficultés multiples pour établir des statistiques fiables.

Nombre Surface
Portraits 59 32 % 8,19 16,9 %
Personnalités politiques en action 27 14,7 % 9,64 19,9 %
Reportages ou assimilés 71 38,6 % 20,8 43 %
Visuels d’illustration 27 14,7 % 9,73 20,1 %
TOTAL 184 100 % 48,36 99,9 %

Premier constat : les portraits sont massivement des images de très petite dimension, vignettes (43) ou 1/8° de page (8). Si bien que la place totale qu’ils occupent dans le journal est moitié moindre que leur nombre. Leur impact visuel est donc faible. Ce qui conduit à se demander pourquoi on les met.

Les photographies de personnalités politiques en action sont de taille plus importante : 16 font au moins 1/4° de page et 3 font une pleine page ou la couverture du journal. Elles occupent donc une place visuelle plus importante que leur nombre. Si l’on peut parler de personnalisation de l’actualité, c’est probablement avant tout à propos de cette mise en avant des acteurs de l’actualité politique. Mais il tout aussi probable que ce trait journalistique n’a rien de nouveau.

Les clichés de reportage sont ceux qui, le plus souvent, se voient attribuer par Libération une surface importante dans ses colonnes. 22 occupent au moins une demi-page, dont trois la pleine page ou la couverture. Donc, en termes visuels, le registre du reportage reste le plus présent.

La surprise ici est de constater que la dimension accordée aux visuels d’illustration, qu’il s’agisse de photographies, de dessins ou d’infographie, est sensiblement plus importante que leur nombre. La moitié (13 sur 27) occupent au moins une demi-page, dont 3 une page entière. En définitive, si le reportage, bien qu’encore important dans Libération, voit sa place limitée, c’est peut-être moins lié à la prolifération des portraits, souvent minuscules, qu’à la publication d’images purement illustratives qui viennent égayer des articles d’information, voire en tenir lieu.

La personnalisation de l’actualité

La semaine dernière, j’ai récupéré par hasard un numéro de Libération. Comme cela fait longtemps que je ne lis plus ce quotidien, j’ai eu la curiosité de regarder à quoi il ressemblait actuellement.

Ce qui m’a aussitôt surpris, c’est le grand nombre des portraits illustrant ce numéro : pas moins de 26 ce jour-là, sur un total de 42 photographies publiées. Le reste était composé de 10 clichés de reportage (ou assimilés), 3 photos représentant des personnalités politiques en action et 3 visuels d’illustration de thèmes divers.

Je n’aurais pas imaginé voir l’actualité réduite à ce point aux portraits de ceux ou celles qui font l’actualité. Certes, c’est une tendance clairement repérable dans les médias depuis quelques décennies. D’ailleurs, le registre du « people » ne s’est jamais aussi bien porté ; il assure de confortables gains aux agences de presse, d’autant moins disposées par conséquent à risquer de l’argent sur des reportages dont elles ne peuvent escompter aussi aisément la publication dans les journaux ou les magazines.

Pour ne pas extrapoler trop hâtivement à partir d’un cas particulier, j’ai pris la peine d’examiner tous les numéros de Libération parus la semaine dernière. Je n’ai pas pris en compte les rubriques culturelles ou télévision, dans lesquelles l’information est toujours très personnalisée. Voici ce qu’il ressort de mes comptages :

Portraits 82 40 %
Personnalités politiques en action 23 11,2 %
Photos de reportage (ou assimilées*) 81 39,5 %
Visuels illustratifs 14 6,8 %
Dessins 5 2,5 %
TOTAL 205 100 %

* Par exemple des paysages.

Le numéro que j’ai eu entre les mains se révèle donc atypique, mais pas tant que cela. De fait, la proportion des portraits avoisine les 50 %, si l’on considère que les clichés représentant des personnalités politiques en action ne sont jamais très loin du registre du portrait (cadrage serré évacuant le contexte, accent mis sur les visages et leurs expressions). Près de 10 % des illustrations sont de pures illustrations, qu’il s’agisse de photographies ou de dessins. Si bien qu’il ne reste plus guère que 40 % des clichés issus de reportages d’actualité ou, du moins, donnant à voir quelque chose plus ou moins en lien avec l’actualité dont il est question dans les articles. C’est bien peu.

Il est loin le temps où Libération faisait figure de référence en matière de photographie de presse, imposant dans le concert des quotidiens un regard à la fois décalé et créatif sur l’actualité. Le temps des photographes-auteurs et de l’agence Vu.

Pour une révision de ces données chiffrées, voir le billet suivant.

L'année photo

En décembre dernier, Libération a sorti, comme chaque année, un numéro hors-série qui résume l’année écoulée en images et permet dans le même temps au quotidien de faire valoir sa vision et son analyse de la photographie de presse. Comme j’avais déjà acheté semblable numéro en 2005, j’ai eu la curiosité de les comparer pour voir ce qui avait changé entre-temps.

Ma première surprise est venue du prix : 10 € en 2005 contre seulement 7 € en 2011. Certes le format a légèrement diminué ; quant au nombre de pages, il est passé de 194 à 162 ; enfin le papier est de moins bonne qualité. Ces différences expliquent-elles mécaniquement la baisse du coût de fabrication ? Dans ce cas, il faudrait supposer en outre que le contenu a conservé un coût constant, c’est-à-dire de fait qu’il a subi une dévalorisation compte tenu de l’inflation enregistrée entre-temps.

Le contenu, c’est-à-dire les photographies, puisqu’elles constituent l’essentiel de ce qui est proposé dans ce type de publication. Or, Images 2011 (titre du dernier hors-série) présente près du double de photographies que L’année photo de 2005. Comme les clichés imprimés en double page et ceux imprimés en pleine plage sont en nombre sensiblement égal, cela signifie qu’en 2011, un plus grand nombre de photos a été publié dans des formats plus petits. Donc, plus de photos en plus petit.

Et surtout, plus de photos d’agences.

Dans ce type de hors-série, Libération valorise largement la production de ses collaborateurs attitrés pour faire ressortir l' »oeil Libé« , selon l’expression employée en 2011 ; ou encore pour montrer « les reportages de Libération comme vous ne les avez jamais vus » (2005). Dans les deux numéros, quelque 130 « photos-maisons » sont ainsi proposées aux lecteurs. Mais, alors qu’elles occupaient 127 pages en 2005, elles n’en prennent plus que 78 pages en 2011.

Le numéro de décembre dernier consacre en outre 55 pages au « fil de l’actualité » – retour en images sur l’année écoulée, illustré par 102 photos d’agences. En 2005, ce récapitulatif, intitulé « Un an d’actualité de la photographie » n’occupait que 8 pages et présentait seulement 10 photos d’agences, le reste des illustrations étant réservé à la présentation de 43 Unes du journal parues lors de la même année.

2005

2011

Cette évolution sensible manifeste un phénomène repérable dans l’ensemble de la presse : l’emprise croissante des photos d’agences, qui contribue à réduire l’investissement des titres de la presse écrite dans des reportages originaux. Libération conserve une production photographique sur mesure, mais il est clair que son iconographie est en 2011 nettement plus dépendante de ses abonnements aux agences filaires qu’elle ne l’était en 2005. La réduction des coûts trouve probablement là sa principale origine1.

Ajoutons pour compléter ce comparatif, que la partie consacrée aux analyses de la situation du photoreportage (autre caractéristique de ces hors-série de Libération) passe de 36 pages en 2005 à 20 pages en 2001, et surtout de 21 pages de texte à seulement 6 – des pages beaucoup moins denses, conformément à l’évolution générale de la presse écrite, en particulier quotidienne, dont les textes sont de plus en plus allégés et « aérés », pour ne pas dire remplacés, par des vignettes visuelles.

Je terminerai par un nouveau signe qui confirme que Culture visuelle est entré dans l’univers de référence de la presse écrite, du moins de Libération : André Gunthert est cité dans la rubrique consacrée aux images qui ont fait débat en 2011, à propos de la photo de cette jeune femme debout dans les décombres du tremblement de terre et du tsunami au Japon, qu’il avait commenté dans son Atelier des icônes.

  1. Une seule photo – de la répression en Syrie – est une images d’amateur, reprise sur You Tube par l’AFP []

Rentabiliser ses voyages

Libération met en exergue sur son site consacré aux voyages l’extrait d’un livre consacré à la photographie de voyage qui donne explicitement des conseils pour vendre ses photos. Banques d’images, micro-stocks, prestataires de service en ligne, le panorama des possibilités offertes par internet est passé en revue pour « commencer à gagner de l’argent avec vos photos ».

Il est frappant de voir que, désormais, les conseils ne se limitent plus aux aspects techniques et culturels de la photographie de voyage, mais incluent sa valorisation, via diverses modalités de publication et donc de commercialisation.

En écho, ce billet conquérant, posté sur un site destiné aux « virtuoses du marketing », qui affiche clairement la couleur : « exploiter ces photos pour faire de l’argent« , en misant uniquement sur fotolia. Mais le voyageur-photographe en question n’en a cure : il mitraille par précaution (« En faisant 5 photos d’affilée, je suis donc plus ou moins sûr d’en avoir au moins une qui soit vendable. ») et mise sur la quantité (« On n’encaisse pas grand-chose sur la vente d’une photo. Il faut donc miser sur la quantité, et – surtout – sur la durée. Mais de la même façon dont les petites rivières font les grands ruisseaux, les petits gains finissent par faire des sommes importantes sur la durée. C’est mathématique. »).

Entre culture d’internet et culture  du marketing, la photo de voyage se voit donc propulsée ouvertement sur le marché.