Comment délimiter ?

La revue Réponses Photo vient de consacrer son nouveau hors-série à la question : Où s’arrête la photographie ? « Pourquoi faire une différence de nature entre un ‘dessin’ et une ‘photo’ si tous les deux naissent de l’imagination d’un graphiste devant son ordinateur ? Et ‘récupérer’ (‘voler’, pourrait-on dire) des images sur Internet, les fusionner, les retoucher pour construire un ‘travail photographique’, est-ce encore de la photographie ? » (extrait de l’éditorial de Jean-Christophe Béchet).

L’interrogation est alimentée par les transformations récentes de l’activité photographique, sous l’effet combiné du passage au numérique et de la généralisation d’Internet. Dans ces conditions, ne vaudrait-il pas mieux abandonner l’appellation de « photographe » au profit d' »artiste de l’image numérique » ou encore de « DJ visuel » ; et le terme de photographie pour parler plutôt de « collages numériques », de « montages digitaux » ou de « peintures informatiques » ? L’essentiel des réponses, souvent contradictoires, données à ces questions est apportée par des photographes professionnels, ce qui constitue le principal intérêt de ce numéro.

La plupart sont des photographes « créateurs » qui exposent dans des galeries et vendent à des collectionneurs. Ils tutoient directement le monde de l’art contemporain, sans être pour autant des artistes plasticiens, c’est-à-dire des artistes formés dans des écoles de beaux-arts qui incluent la photographie dans leur palette créative. C’est d’ailleurs bien là l’inconfort de leur position : comment font-ils pour continuer à se réclamer du sérail photographique lorsque leur travail les conduit toujours davantage vers les cercles de l’art contemporain, où la photographie fait désormais partie du terreau multimédia dont se nourrissent quantité d’artistes ? « J’ai intensément voulu faire partie de la famille des photographes traditionnels, explique Cédric Delsaux, c’était très important pour moi d’être reconnu comme tel mais je dois admettre que je m’éloigne de cette photographie tout en continuant pourtant à me prétendre photographe. (…) Même si on m’enlève le statut de photographe, on ne peut pas m’enlever ma volonté de présenter une image qui soit réalisée dans toutes les règles de la photographie traditionnelle. Les questions de lumière, de mise au point, de densité, de couleur, de rendu, restent au cœur de ma démarche. »

Cédric Delsaux est passé par la publicité, d’abord comme concepteur-rédacteur, puis comme photographe free-lance, avant de développer une  production plus personnelle désormais largement exposée. Ancien reporter de l’agence Vu, confronté à la chute de ses ventes pour la presse, Guillaume Zuili s’est à son tour consacré à une œuvre personnelle, valorisée dans les galeries. D’abord photographe de plateau en Australie, Vee Speers est venue tenter sa chance à Paris ; elle y a trouvé du travail dans un grand studio de mode, où elle a appris à concevoir de « belles lumières », mais d’où elle est partie pour se lancer dans des séries d’auteur, vendues aujourd’hui dans le monde entier. Gilles Desrozier a occupé plusieurs emplois dans la photogravure, dans le groupe Hachette, où il a supervisé le passage au numérique, puis au journal L’Équipe, avant d’exposer ses propres créations et d’entrer dans la galerie Baudoin Lebon.

La question des limites de la photographie est donc posée en premier lieu par ces professionnels, venus de divers horizons de la photographie commerciale, qui, par contrainte ou par choix, s’en sont éloignés pour faire reconnaître un style personnel, une création originale et gagner ainsi l’intérêt des marchands d’art et des collectionneurs. Cette transition s’est effectuée largement grâce au numérique.

Pour autant, certains continuent à combiner le numérique et l’argentique, en particulier pour réaliser des tirages de collection. Et surtout, ils ne travaillent pas comme des artistes numériques réalisant leurs images entièrement sur ordinateur, mais bien plutôt, à la manière de photographes de publicité ou encore de cinéastes, spécialistes du studio, de ses effets de réel et de ses trucages : ils « réalisent » leurs images avec les techniques traditionnelles de la prise de vue, rehaussées, complétées, prolongées par une intense post-production. Il serait long d’énumérer les occurrences, tout au long de ce numéro, qui révèlent dans leurs propos ou leurs pratiques à quel point ils campent dans un entre-deux qui, d’un côté entend se libérer des contraintes et des dogmes de la photographie naturaliste, mais de l’autre, continue de se rattacher à quelque chose qui resterait quand même de la photographie. Ne serait-ce que certains effets de réalisme travaillés à l’extrême dans leurs images même les plus artificielles ; ou tout bonnement le fait que leurs compositions numériques conservent comme point de départ des clichés « classiques ». Même un jeune photographe, comme Thibault Brunet, qui expose des images tirées d’un jeu vidéo, affirme que son travail est « un travail de photographe. L’origine de mes photographies est moins conventionnelle, moins traditionnelle, mais mes gestes et mes intentions sont ceux d’un photographe. Dans un sens, mon travail est parfois plus proche encore du photo-reportage. »

Ce hors-série de Réponses photo réserve également une place à des artistes passés par les Beaux-Arts, comme Marc Chostakoff, un des tout premiers pionniers du numérique en France, et Thibault Brunet ; ou ayant toujours œuvré à une création personnelle, en marge de leur activité professionnelle principale, comme Jean-Michel Fauquet et Michaël Jasmin. Pourtant eux aussi, revendiquent une attache forte à l’univers de la photographie, ne serait-ce que par cette formule de Marc Chostakoff qui joue sur les contraires : « Mon travail se situe dans la proposition d’une illusion annoncée qui a valeur de vérité par son statut de photographie. » D’autres parlent de « fictions réalistes ».

Au fond, la question des limites de la photographie est nourrie ici par l’attrait ou la crainte de jusqu’où peut-on aller trop loin. Jusqu’où la photographie peut-elle s’étendre, se diversifier, sans se confondre avec le graphisme, sachant que le numérique a définitivement effacé les frontières visibles entre le dessin et l’empreinte photographique ?  C’est une question de professionnels, en ce sens qu’elle renvoie à des parcours de formation, à des itinéraires, à des carrières, et aux transformations globales d’un univers professionnel qui l’ont profondément remanié en l’espace de quelques décennies. Il aurait d’ailleurs été intéressant de solliciter l’avis de quelques artistes plasticiens qui, comme il y en a tant aujourd’hui, utilisent le médium photographique comme un outil de création parmi d’autres, afin de voir si la question des limites de la photographie les concerne ou leur paraît complètement dépassée ; s’ils se soucient de la nature et du mode de composition de leurs œuvres, comment ils les réfléchissent et les justifient, etc. Car il n’est pas sûr que le travail des créateurs interrogés par Réponses Photo, même celui des plus « plasticiens » d’entre eux, côtoie vraiment l’art contemporain dans ses déclinaisons les plus emblématiques.

Un dernier point mérite d’être souligné : d’un bout à l’autre de ce dossier, il n’est quasiment pas question de la prolifération des amateurs à la faveur du numérique et encore moins des nouvelles pratiques communicationnelles de la photographie, sur lesquelles se sont cristallisées certaines polémiques récentes. Ceci révèle, à mon sens : 1. que la production de ces professionnels qui ont réussi à s’implanter entre la photographie et l’art contemporain n’est en rien affectée par l’extension sans limite des pratiques amateurs de la photographie ; 2. qu’une part des incompréhensions actuelles provient de ce que les discours des professionnels et ceux des observateurs extérieurs à leur monde, plus soucieux quant à eux des nouveaux usages sociaux de la photographie, expriment des points de vue radicalement différents, c’est-à-dire non seulement des opinions, mais des positions sociales, culturelles très éloignées.