La représentation artistique de l’individu : bref aperçu sur l’histoire du portrait

Tablette du roi Narmer (Egypte), 2950 avant J-C

Tablette du roi Narmer (Egypte), 2950 avant J-C

Les images dans la société – chapitre 7

C’est la Renaissance qui a donné au portrait ses véritables lettres de noblesse, en concordance avec l’idéologie humaniste qu’elle a commencé à imposer. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Quelle est la question de principe posée par le portrait ? Il s’agit de savoir s’il est légitime ou non de représenter le visage d’un individu uniquement pour donner à voir à quoi il ressemble. En d’autres termes, la physionomie individuelle est-elle ou non un objet légitime de peinture ?

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Vers un registre autonome de l’image : l’art occidental

Autoportrait de Raphaël, 1506

Autoportrait de Raphaël

Les images dans la société – chapitre 6

La Renaissance fut marquée par diverses tendances qui allaient marquer durablement notre culture dans les domaines aussi bien du savoir que de ce que nous considérons désormais comme l’art. De fait, notre conception moderne et occidentale de l’art a commencé à s’affirmer dans les années 1400, d’abord en Italie, puis en France et dans tout le reste de l’Europe. Ce sont les grandes lignes de ce processus pluri-séculaire d’invention de l’artiste moderne que je voudrais restituer ici – processus qui contribua à modifier sensiblement le statut culturel des images. D’illustrations religieuses dont la fonction était avant tout rituelle, les images gagnèrent progressivement un marché d’amateurs à la recherche des plaisirs de la délectation esthétique. Il en découla une nouvelle forme de goût et un nouveau système d’appréciation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Papiers en tout genre

Les images dans la société – chapitre 5

Publicité pour le 1 % patronal, 1999

Publicité pour le 1 % patronal, 1999

Au nombre des préalables techniques nécessaires à l’essor de l’imprimerie, une innovation fut tout à fait capitale : la fabrication du papier. C’est avec l’extension de l’usage du linge, et tout particulièrement avec la généralisation du port de la chemise, que s’ouvrit la possibilité technique de fabriquer du papier en recyclant les tissus usés. En Europe, ce tournant s’opéra vers la fin du XIVe siècle. La transition entre le Moyen-Age et la Renaissance fut donc marquée par l’apparition de ce nouveau support que constitua le papier – support déterminant pour la reproduction et la diffusion des images comme des textes, support qui allait connaître une extension considérable et dont nous allons examiner trois utilisations de masse : le papier peint, le billet de banque et le timbre.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

En complément, voir le cas exemplaire du dernier modèle de billet américain de 100 $.

L’image et l’essor de l’imprimerie

 

Bois Protat, plus ancien moule conservé (fragment d’une Crucifixion), 1360.

La vie sociale des images – chapitre 4

 

L’imprimerie est une innovation technique qui dispensa de recopier les textes à la main. Pour ce faire, elle recourut à des caractères mobiles, d’abord en bois, puis en métal, qu’il suffisait d’agencer selon les nécessités du texte pour reproduire celui-ci en autant d’exemplaires que nécessaire. Cette invention apparut vers 1450. C’est du moins la date de parution des premiers livres imprimés, dont la célèbre Bible de Gutenberg (1456).

Mais l’imprimerie n’a pas tout inventé. Elle a surtout exploité les possibilités offertes par une technique qui existait depuis peu : la gravure. Or, le but premier de la gravure était d’offrir la possibilité de mutiplier les images, et tout particulièrement les images religieuses.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

L’essor des images à partir du Moyen-Age

Les images dans la société – chapitre 3

A partir du IXe siècle, la querelle des images était réglée dans l’Eglise, au moins pour quelques siècles. L’usage des images était légitimé et valorisé dans la représentation des mystères divins et pour la propagation de la foi. Il en résulta que l’image, au Moyen Age, fut essentiellement religieuse.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

En complément, sur le contraste entre fresques et vitraux : La lumière d’en-haut.

Et sur l’imagerie domestique : Des plafonds au mur (l’image domestique) par P.O. Dittmar.

La querelle des images dans l’Eglise chrétienne

 

Christ acheriopoietos (cest-à-dire non fait par la main de lhomme), Icône russe, vers 1100

Les images dans la société – chapitre 2

Le discrédit jeté par Platon sur les images est redondant avec une condamnation que l’on trouve dans la plupart des religions monothéistes : le judaïsme ou l’islam interdisent de représenter Dieu en image. L’idée est toujours la même : Dieu est proprement irreprésentable puisqu’il est le créateur de toutes les Formes ; il est au-delà de tout ce que l’homme peut s’en représenter. Non seulement l’image est incapable de s’approcher de l’idée de Dieu, mais encore elle risquerait de s’interposer entre l’homme et Dieu sous la forme d’une idole et de détourner sa foi. Il faut donc bannir les images pour conjurer ce risque majeur d’idolâtrie.

La religion chrétienne a hérité cette condamnation ferme du culte des images, qui est inscrite en toutes lettres dans la Bible : « Tu ne feras aucune image taillée des choses en haut dans les cieux ou ici-bas sur la terre. » (Exode 20. 4). Pourtant, elle est passée outre. C’est tout à fait étonnant et extraordinaire. Dans les faits, le christianisme a rencontré un problème particulier avec l’image, ce qui en fait un cas très intéressant à étudier. D’autant plus que cette religion est la matrice de notre culture.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE


Le discrédit originel : Platon et les images

Image trouvée sur blog.diamorphose.com

Les images dans la société – chapitre 1

Toutes les grandes civilisations du passé ont laissé des images et d’ailleurs cette production iconique est l’un des plus foisonnants registres de traces accessibles aux archéologues de l’époque moderne. Il reste des images même lorsqu’on ne trouve pas d’écriture. C’est probablement le plus ancien mode de transmission matérielle de la culture parmi les hommes.

Toutefois, cette ancienneté ne signifie pas que l’image jouisse d’un statut bien établi dans la culture occidentale. Au contraire, sa légitimité culturelle a toujours été contestée et même franchement combattue à plusieurs époques par des fractions importantes des élites cultivées de la société. Cette instabilité perdure depuis l’Antiquité grecque, qui a jeté pour longtemps les bases d’un discrédit philosophique à l’encontre des images.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Les images dans la société – Table des matières

Introduction

  1. Le discrédit originel: Platon et l’image
  2. La querelle des images dans l’Eglise chrétienne
  3. L’essor des images à partir du Moyen-Age
  4. L’image et l’essor de l’imprimerie
  5. Papiers en tout genre. Le papier peint, les billets de banque et les timbres
  6. Vers un registre autonome de l’image: l’art occidental
  7. La représentation artistique de l’individu, brève histoire sociale du portrait
  8. Les images de la science
  9. L’invention et l’essor de la photographie
  10. L’intrusion des images dans la vie quotidienne, élements d’histoire récente
  11. L’image et la presse
  12. La carte postale
  13. Les grandes heures et figures du photo-reportage – 1 et 2
  14. Les images de la mode
  15. Image et publicité
  16. Le cinéma
  17. La pratique amateur de la photographie
  18. L’ère de la télévision
  19. Problèmes actuels du droit à l’image
  20. Les nouvelles formes d’image

Pourquoi publier un livre en ligne ?

J’engage aujourd’hui une expérience nouvelle pour moi, avec la publication en ligne d’un livre consacré aux images dans la société :

LES IMAGES DANS LA SOCIÉTÉ. Chronique historique et sociale.

J’ai ouvert ce blog il y a quelques semaines, en particulier en prévision de cette publication.

Cet ouvrage à vocation pédagogique est le fruit de nombreux cours que j’ai donnés à l’Université de Nantes, à des étudiants en formation initiale de sociologie ou d’information-communication, mais également à des personnes inscrites dans des cours de l’Université permanente.

Initialement conçu et élaboré pour des cours, ce texte était d’emblée richement illustré. Or, cette ample iconographie est devenue l’obstacle Continuer la lecture