Images lumineuses

A 15 ans d’intervalle, un changement de machine à laver fournit un aperçu concret des modifications apportées par les fabricants à l’ergonomie et à l’apparence des appareils électroménagers.

Machine 1 :

Les commandes sont mécaniques et les repères textuels. Les différents programmes sont repérés par des lettres majuscules, explicitées sur le front de la machine.

Machine 2 : Les commandes sont devenues électriques. Les phases successives d’un même programme sont formalisées par des icônes éclairées, qui clignotent tant que la phase considérée n’est pas achevée. D’autres informations, comme le temps qui reste, sont affichées électroniquement. La molette de sélection des programmes est elle-même entièrement lumineuse (je passe sur le son harmonieux qui accompagne l’allumage de la machine). Bref, ces nouveaux appareils sont à la fois imagés et lumineux, comme s’il importait avant de tout de pouvoir lancer une nouvelle lessive ou de repérer sa machine dans le noir…

Le recours aux images ne répond pas au souci d’économiser la traduction d’une langue à l’autre, comme on pourrait s’y attendre de la part de multinationales vendant les mêmes modèles dans le monde entier. En effet, elles sont ici traduites en français pour être sûr qu’elles soient bien comprises. Elles semblent donc remplir une fonction plus décorative qu’utilitaire, leur registre esthétique étant probablement celui des écrans d’ordinateurs avec leur lot d’icônes faisant office de raccourcis.

Il est agréable de se sentir salué par sa machine au moyen d’une charmante mélodie et d’un éclairage de son tableau de bord qui, l’espace de quelques secondes, la fait ressembler à un arbre de Noël. Mais aussitôt après surgit la même question (dans mon esprit, tout du moins) : à quoi ça sert ? Étant donné la complexité de fonctionnement de ces nouveaux appareils, il est hors de question d’imaginer déconnecter les circuits électriques qui alimentent ces multiples diodes euphorisantes. Hors de question donc d’économiser l’énergie que le fabricant a décidé de nous faire dépenser en pure perte : notre ligne en sortira-t-il plus propre pour autant…?

Devant l’obstination attirante de ces nouvelles machines du quotidien à gaspiller une partie de l’énergie que leurs performances inégalées sont censées par ailleurs nous faire économiser, je repense à cet article lu récemment qui établissait un parallèle entre notre « société d’opulence énergétique » et la chute de l’empire romain, effondré faute d’avoir pu continuer à piller dans le reste du monde d’alors les ressources nécessaires pour entretenir son haut degré de complexité. Avons-nous réellement besoin de machines aussi complexes ?