Narcisse business

"Un 'coeur de portraits' noir et blanc pour tête de lit, voilà une adorable façon de garder à l'esprit ceux qui nous sont chers." (création Sarah Heitz)

Je viens de tomber par hasard sur un numéro de la revue Marie-Claire Idées (n° 76, daté de janvier 2010) qui m’a attiré l’œil par cet assemblage de cadres en forme de cœur présenté sous le titre « Spécial cocooning » : chaque cadre présente une photo de famille.

En parcourant le dossier en question, on découvre diverses propositions pour mettre en valeur les photos des siens dans le cadre domestique : coussins imprimés ; pendules dont les heures sont figurées par les portraits de la même personne échelonnés sur une vingtaine d’années ; abat-jour composé de bandes de photomatons ; mur entièrement couvert de photocopies de clichés noir et blanc.

« Un air de famille. Les photos de nos proches, réunis sur un canapé, ont été imprimés sur des coussins. Personne ne manque, pas même le chien. » (Création Sarah Heitz)

« Le visage d’une même personne, de sa naissance à l’âge de 20 ans, a été découpé en rond pour simuler les chiffres. Une jolie manière de voir le temps qui passe. » (Création Laure Kindermans)

« Collées avec de la colle à papier peint, des photocopies noir et blanc témoignent des moments heureux. (Création Alice Puech)

Je suis frappé de voir ainsi formalisée l’omniprésence de la photographie de famille dans la vie de tous les jours. Comment peut-on vivre avec les siens et, en même temps, avec leur image (et la sienne) hypertrophiée, à ce point encombrante ? Je m’étais déjà posé la question (sans oser la leur poser) chez divers amis qui, justement, parsèment leur intérieur de multiples clichés, punaisés, encadrés, agrandis… Parfois, des murs entiers, des volées d’escalier en sont pleins.

Le même jour, grâce à une seconde intervention du hasard, j’ai aperçu cette brève publiée dans un magazine de micro-informatique. Cette fois, nous quittons l’enceinte du domicile pour gagner l’espace public, via internet et le site collaboratif d’un artiste désormais célèbre pour les grands portraits photographiques qu’il a collés en divers endroits très tendus de la planète. Il propose désormais aux volontaires d’éditer leur portrait en affiche pour qu’ils puissent le coller dans le lieu de leur choix : geste politique, comme lui-même a pu le faire par exemple au Moyen-Orient, ou simple excroissance du moi qui ne se suffit plus des murs protégés du domicile ?

Capture d'écran du site http://www.insideoutproject.net

PS : Étonnamment, ou ironiquement, JR, l’artiste en question, préserve jalousement son image et anonymat.

Second PS : L’invitation de l’article à « devenir un street-artiste », comme JR, renvoie à son tour à d’autres message publicitaires comme celui de la banque HSBC, déjà commenté ici, qui  lui aussi présumait la transition de « mon album photo » à « ma première expo photos », aussi simple à effectuer, semble-t-il, que le passage d’un jour à l’autre.