Rentabiliser ses voyages

Libération met en exergue sur son site consacré aux voyages l’extrait d’un livre consacré à la photographie de voyage qui donne explicitement des conseils pour vendre ses photos. Banques d’images, micro-stocks, prestataires de service en ligne, le panorama des possibilités offertes par internet est passé en revue pour « commencer à gagner de l’argent avec vos photos ».

Il est frappant de voir que, désormais, les conseils ne se limitent plus aux aspects techniques et culturels de la photographie de voyage, mais incluent sa valorisation, via diverses modalités de publication et donc de commercialisation.

En écho, ce billet conquérant, posté sur un site destiné aux « virtuoses du marketing », qui affiche clairement la couleur : « exploiter ces photos pour faire de l’argent« , en misant uniquement sur fotolia. Mais le voyageur-photographe en question n’en a cure : il mitraille par précaution (« En faisant 5 photos d’affilée, je suis donc plus ou moins sûr d’en avoir au moins une qui soit vendable. ») et mise sur la quantité (« On n’encaisse pas grand-chose sur la vente d’une photo. Il faut donc miser sur la quantité, et – surtout – sur la durée. Mais de la même façon dont les petites rivières font les grands ruisseaux, les petits gains finissent par faire des sommes importantes sur la durée. C’est mathématique. »).

Entre culture d’internet et culture  du marketing, la photo de voyage se voit donc propulsée ouvertement sur le marché.