Comme à la maison

Sous ses dehors éminemment domestiques, cette photo est destinée en fait à présenter la nouvelle médiathèque que vient d’inaugurer la commune dans laquelle j’habite. Le mobilier pourrait être celui d’un salon particulier, cette famille y est installée avec le naturel d’un intérieur privé. On ne perçoit aucune affluence, aucune pression du « public » autour. C’est familial, intime presque.

On imagine aisément que cette approche de la nouvelle médiathèque vise à renouveler le public en attirant les jeunes couples avec enfants, plutôt diplômés, qui s’installent dans les nouveaux quartiers récemment construits dans cette partie rurale de la commune. L’image de la famille, ici comme ailleurs, permet d’en appeler à toutes les générations, même si, dans le cas présent, il est clair que l’accent est mis sur la jeunesse, des adultes comme des enfants, dans l’espoir probablement de fidéliser une nouvelle participation. Au delà, on perçoit combien l’aménagement de ces nouvelles structures culturelles et la communication qui le valorise mettent l’accent sur l’individualisation des services, sur la réduction symbolique de la distance entre l’espace privé et l’espace public, comme si le signe le plus clair de la réussite d’une telle médiathèque était qu’on s’y sente comme chez soi.