Précis de photographie à l’usage des sociologues

Tel est le titre du manuel que Michael Meyer, de l’Université de Lausanne, et moi-même venons de consacrer aux usages possibles de la photographie dans les enquêtes de sociologie.

Ce livre veut donner aux étudiants des outils pratiques pour utiliser les images avec à-propos et rigueur. Il montre ce que l’on peut faire concrètement avec un appareil photo dans le cadre d’enquêtes sociologiques. Il livre une batterie de conseils techniques, tant la maîtrise de l’outil photographique semble indispensable pour assurer la prise de vue sur le terrain et obtenir des images de qualité. Il n’oublie pas les questions de restitution et de publication qui se révèlent souvent difficiles. Il s’agit ici, plus qu’ailleurs, de faire preuve d’imagination et probablement de miser sur les possibilités ouvertes par les outils multimédias.

Davantage d’informations sur cet ouvrage édité par les Presses Universitaires de Rennes, avec le concours de l’Université de Nantes.

Compte rendu sur l’ouvrage : lectures.

Voir-Etre vu

Photo : Michaël Meyer

Vendredi dernier à l’Université de Lausanne,  Michaël Meyer a soutenu avec succès une thèse de sociologie visuelle que j’avais eu le plaisir de co-diriger avec Gianni Haver, professeur de cette même université.

Voici le résumé que son auteur donne de cette recherche intitulée
Pour une sociologie visuelle du monde policier. Regards, visibilité et médiatisation de la police lausannoise :

« Ma recherche propose l’étude sociologique de trois dimensions visuelles du travail policier en rue. Chaque dimension constitue une partie de la thèse :
l’observation comme ressource professionnelle des policiers (voir),
leur visibilité en rue (être vu)
et  la figuration médiatique de la police (vu dans les médias).

Cette thèse est construite comme un compte-rendu méthodologique quant à l’usage des images dans l’objectif d’étudier ces trois dimensions.
Dans ces trois parties, l’analyse s’élabore de manière croisée à partir des contextes intermédiatiques et de face-à-face sur lesquels l’expérience du policier se construit. Une « culture visuelle » de la police circule entre imaginaire médiatique et réalité du travail. Pour comprendre cette circulation, je recours à la « stimulation photographique », méthode de présentation des images aux enquêtés et de récolte de leurs commentaires.
Si ma recherche s’intéresse au travail de police et aux compétences visuelles, elle relie aussi l’étude des médias et l’analyse des interactions situées engendrées par la diffusion de représentations médiatiques de la police.

A la croisée de la sociologie de la police, de la sociologie de l’image et de la sociologie des médias, cette thèse montre que la sociologie visuelle peut constituer une ressource méthodologique pour renouveler l’étude des groupes professionnels dans la société médiatique. Les méthodes visuelles utilisées permettent d’ouvrir une analyse de la société comme système de regards et de constituer la visibilité en objet et en catégorie analytique pour les sciences sociales. »

Un article en ligne de Michaël Meyer : « Copwatching et et perception publique de la police. L’intervention policière comme performance sous surveillance ».