Croisière numérique

Il y a quelques jours, j’ai vu à la télévision un reportage sur le boom des croisières. Il s’attardait sur le dernier né des paquebots américains, le Quantum of the seas. Cette ville flottante peut transporter jusqu’à 7000 personnes et offre des services aussi divers que des terrains de sports, des aires de chute libre ou de surf, ou encore une nacelle qui monte les plaisanciers à plusieurs dizaines de mètres au dessus du pont pour leur permettre de contempler la mer à 360 °.

Ce bateau se targue en outre d’être le plus connecté au monde. Relié en permanence à plusieurs satellites, il offre une connexion téléphone et internet permanente. On peut donc y embarquer avec l’assurance d’y bénéficier du wi-fi jour et nuit.

Une croisière devant les écrans : télévision, ordinateur et la fenêtre virtuelle.

Ce qui m’a plus amusé dans cette présentation triomphaliste, c’est le détour par les cabines. Les plus luxueuses sont disposées en duplex ou sont de véritables suites princières. D’autres se contentent de proposer un balcon sur la mer. Quant aux cabines les plus ordinaires, elles n’ont pas d’ouverture sur l’extérieur. Mais cette restriction est compensée par un écran de la taille d’une fenêtre sur lequel est diffusée en permanence une vue vidéo du large ou de l’escale du moment. On peut donc parcourir les océans en restant dans sa cabine ou en jouant au basket sur un terrain couvert.

Je me suis même pris à imaginer un scénario farceur, du genre : les passagers montent à bord, ils prennent possession de leur cabine ; puis un léger vrombissement les informe que le paquebot vient de quitter le port. Ensuite de quoi, ils suivent la croisière depuis leur fauteuil, le bar ou la piscine, sans se douter un seul instant que le navire est resté à quai ou même qu’ils ne sont montés qu’à bord d’une maquette de bateau amarrée à un ponton dont elle ne se sépare jamais. Ce serait assurément beaucoup plus économique et rentable pour les armateurs et les voyagistes, non ?

Basculer dans le numérique

Je suis heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau livre, intitulé Basculer dans le numérique. Les mutation du métier de photographe.

C’est le fruit de l’enquête que j’ai menée, en partie avec Dominique Sagot-Duvauroux, sur les répercussions de la technologie numérique dans la profession numérique. Plusieurs aperçus de cette enquête ont fait l’objet de billets sur ce blog et ont suscité de nombreux commentaires, qui m’ont été particulièrement utiles. A l’occasion de cette publication, je tiens d’ailleurs à remercier tous ceux qui m’ont ainsi apporté leur concours.

L’ouvrage est publié par les Presses universitaires de Rennes.

Pour plus d’informations.

Un catalogue pour Apple

Le Musée des Arts et Métiers présente depuis le 3 juin dernier une exposition consacrée à la télévision depuis ses origines, intitulée Culture TV.

Pour l’occasion, un catalogue a été conçu, mais sous une forme exclusivement numérique. Il s’agit d’une application téléchargeable sur tablette. Mais pas n’importe laquelle : en effet, seuls les IPad peuvent en bénéficier puisque que ce catalogue numérique a été mis au point par le développeur SmartApps.

Je m’interroge sur cette restriction de l’accès au catalogue d’une exposition présentée dans un musée public aux seuls possesseurs d’une marque particulière de matériel multimédia, qui plus est gratuitement. S’en trouvent exclus ceux, et ils sont très nombreux, qui se sont équipés chez les concurrents d’Apple, sans compter tous ceux qui ne possèdent aucun matériel de ce type. Il faut croire que le Musée des Arts et Métiers a bénéficié avec Apple de conditions financières intéressantes pour réaliser ce catalogue à moindre coût, mais le résultat est décevant pour ceux que le sujet de cette exposition intéresse et qui auraient apprécié de pouvoir en explorer le catalogue à leur guise. J’y vois une logique de privatisation qui ne dit pas son nom – une logique déjà largement mise en œuvre à la télévision justement, dans le domaine du sport dont il est tellement question en ces jours de Coupe du monde. Le Musée des Arts et Métiers aurait mieux fait de s’inspirer d’un autre modèle.

Conférence : Travailler en numérique

Travailler en numérique. Les répercussions sociales d’une révolution technologique.

Dans le cadre de l’Université permanente, je présenterai vendredi 5 avril à 14 h 30 une conférence dont voici l’argument :

Depuis une vingtaine d’années, le numérique a profondément transformé les manières de faire dans des domaines aussi variés que la production de son ou d’images, fixes ou animées. Mais il a également affecté les relations de travail entre des acteurs professionnels autrefois partenaires, aujourd’hui concurrents.
Cette conférence présentera un aperçu concret de ces modifications de comportements à partir de l’exemple de la photographie professionnelle.

Elle aura lieu dans l’amphi 9 de la Faculté de médecine, 1 rue Gaston Veil à Nantes.

L’horloge parlante

Lorsque j’étais enfant et qu’on souhaitait connaître l’heure exacte, on téléphonait à l’horloge parlante : au bout du fil, on entendait une voix calme et posée qui déclamait l’heure dans la version chiffrée des horloges numériques. On apprenait ainsi qu’il était 11 h 35 ou 18 h 15 (je fais l’impasse sur les secondes) – ce qui ne laissait pas de me surprendre parce que ce n’était pas du tout notre manière de parler. Dans la vie courante, on disait qu’il était « midi moins 25 » ou « six heures un quart ».

Aujourd’hui, j’entends communément mes enfants se fixer des rendez-vous comme le feraient des agents de la SNCF : « On se retrouve à 13 h 45 ». On dirait qu’ils vont prendre le train. Pour eux, cette numérisation de l’heure semble tout à fait naturelle. Mais il est vrai qu’entre-temps se sont multipliés les appareillages qui donnent l’heure et qui le font toujours de manière chiffrée. Sur son écran d’ordinateur ou de téléphone portable, on doit pouvoir afficher une horloge avec des aiguilles, mais ce n’est pas le plus courant.

Cette emprise du tout numérique produit ses propres effets d’acculturation : autant mes deux aînés ont appris l’heure sur l’horloge ronde la cuisine, autant mon benjamin (10 ans) n’a jamais pu s’y faire. Pour lui, l’heure ce sont des chiffres, pas des aiguilles. Quand il voit ma montre design sans aiguilles, il me prend pour un fou !

PS : Bien sûr, ils n’ont plus de montre.

Conférence : Analyse de la transition numérique

Demain, jeudi 18 octobre à 17 h, je donnerai à Angers une conférence sur la transition numérique dans le monde de la photographie, dans le cadre de la Galerie 5- galerie Dityvon, en prélude au vernissage de l’exposition « Zanzibar ».

La galerie fait partie de la Bibliothèque Universitaire Saint-Serge
57, quai Félix Faure
40053 | 49055 Angers cedex 2

Echos de l'été 3 : Photos à tout-va

En flânant dans des villes ou villages que je ne connaissais pas, j’ai pu observer à plusieurs reprises des documents destinés à la communication, commerciale, municipale ou autre, illustrés par des visuels – je n’ose parler d’images – d’une qualité moins que médiocre. Visuels manifestement récupérés sur internet avec une résolution trop faible pour assurer une impression correcte en grand format, mais utilisés tout de même en fond de texte, malgré la grossièreté des pixels. Ici, c’est une agence immobilière qui en a fait l’arrière-plan de son affiche de présentation ; ailleurs, c’est un centre culturel qui en illustre l’une de ses annonces ; etc. Comme s’il fallait de l’image à toute force, peu importe comment. Mais certainement pas à tout prix puisque ces illustrations sont probablement récupérées sans frais. Bref, peu importe le pixel du moment qu’il est gratuit.

Au sortir d’une visite touristique effectuée sous une chaleur accablante, j’offre une glace à mes enfants. Ils choisissent des glaces Haribo, la nouveauté de cet été, paraît-il. Avant même de l’entamer, je vois ma fille s’affairer avec son téléphone portable. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, elle a photographié sa glace et en a envoyé la photo à ses copains pour qu’ils apprennent aussitôt qu’elle goûte une glace Haribo. Le scoop !

Je reste sidéré par l’immédiateté de ce type de réaction, par son efficacité et son naturel (elle était interloquée par ma surprise). Je comprends mieux maintenant certaines publicités montrant par exemple un jeune homme qui trouve le moyen de louer une voiture de standing pour épater sa belle dans les quelques secondes qui annoncent l’échange de leur premier baiser. C’est du vécu !

Académies

Images du congrès 2012 de la Fédération photographique de France. Capture d'écran du site de la FPF

Les propos d’un responsable de clubs photo rencontré récemment entrent étonnamment en résonance avec ceux que tiennent nombre d’enseignants d’écoles de photographie, particulièrement ceux qui défendent une approche créative.

Selon lui, la principale révolution provoquée par le numérique dans les clubs photo serait l’arrivée d’un nouveau public tout à fait différent : « Avant, arrivaient au club photo des gens qui venaient pour travailler leurs clichés, avec une vision personnelle. Pas d’auteur, encore, mais avec une vision personnelle », et surtout la « certitude qu’ils n’y connaissaient rien. Il fallait qu’ils apprennent tout. Souvent, toutefois, un minimum de culture photographique. » Depuis 4-5 ans, « arrivent dans les clubs des gens qui ont cassé un peu la tirelire pour acheter un appareil photo. Amateurs déjà, ils font des photos, voient des photos sur tout un tas de sites internet, trouvent leurs images absolument intéressantes et ont envie d’entrer dans un club photo pour, pourquoi pas, réussir de belles images, exposer, en faire quelque chose professionnellement, voire en vendre. Ils arrivent dans les clubs persuadés que ce qu’ils font est intéressant. Et là, c’est très difficile parce qu’on est avec des gens qui ont fait ça comme ils auraient fait ping-pong, football ou autre chose. Aucune culture photographique, aucune gestion de rien, même de la profondeur de champ, de flou, de luminosité… Toutes ces questions-là leur sont inconnues. Et ils peuvent se retrouver dans la première année d’un club un peu dépassés par les exigences qui sont celles de la production d’images. Ils confrontent là leurs images avec celles de copains qui eux bossent depuis un peu plus longtemps, et donc il y a pas mal d’abandons. Des démissions, on connaissait, il y a toujours eu des fluctuations dans les groupes, mais pas à ce rythme-là. »

Du côté des écoles de photographie, la déception, voire le découragement sont également pointés chez les étudiants qui se fieraient trop facilement aux performances techniques de leurs appareils censés garantir la qualité de leurs images. Leurs enseignants en viennent à regretter ce luxe technologique qui rend plus difficilement recevable leur pédagogie du temps long et besogneux de la finition. « Avec le numérique, on a un partenaire technologique auquel on fait trop confiance à mon avis », insiste l’un de ces enseignants, avant d’ajouter : « Eux, moi pas. Moi, je ne fais pas confiance, je vérifie. »

Le parti-pris des écoles comme Arles, les Arts déco, Louis Lumière ou encore les Gobelins de conserver un enseignement des techniques argentiques vise en particulier à lutter contre le risque de « se faire dépasser par l’outil » numérique qui permet d’opérer des transformations radicales en un laps de temps très court. « Le laboratoire analogique permet d’avoir du temps entre le moment où on décide d’un geste technique et le moment où on a le résultat correspondant à ce geste, et d’appréhender s’il a été pertinent ou pas. On peut lutter ainsi contre la vitesse intrinsèque de l’étudiant de base, qui est également celle de l’outil numérique. »

L’autre point de convergence entre les clubs photo et les écoles spécialisées, c’est la préservation des techniques propres à la photographie noir et blanc argentique. Il n’y a plus guère, en effet, que dans les uns et les autres que l’on puisse accéder à des laboratoires équipés et bénéficier de formateurs compétents. D’ailleurs – autre point commun significatif -, les clubs et les écoles renouent avec les procédés anciens ou alternatifs, en combinant le traitement numérique avec des techniques et supports traditionnels. Le fait que les clubs photo aient été orientés à 95 % vers le noir et blanc avant l’irruption du numérique en fait des sortes de conservatoires techniques, au même titre que les écoles.  Ils constituent souvent un premier lieu d’apprentissage pour des jeunes qui intègrent ensuite une formation spécialisée.

Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les responsables des clubs et les enseignants partagent souvent une même culture exigeante de la production photographique, cultivent chacun à leur manière une certaine forme d’élitisme, alimentée par une défiance vis-à-vis de l’emprise des écrans. Certains des nouveaux-venus dans les clubs ont déjà mis en ligne quelques-unes de leurs photos, souvent sur des sites dédiés à certaines marques de matériel où ils ont recueilli des avis bienveillants. Alors que, selon ce même responsable, « ça ne passerait jamais dans un club. Ce n’est pas parce que la petite fille a un joli sourire que ça va faire une image. »

Les écoles forment de futurs professionnels, tandis que les clubs photo s’adressent aux amateurs, mais des amateurs qui se veulent « éclairés », « cultivés », pas simplement des techniciens. En privilégiant ceux qui se posent des questions « de création », ils se situent à leur manière dans la même logique que les écoles patentées. Dans ces deux sphères, que tout oppose par ailleurs, règne le même mélange d’attirance et de répulsion pour le numérique, en même temps qu’un attachement fort, organisé, à la culture argentique de la photographie.

Chronologie – 2

Il y a un an (déjà !), j’avais proposé une chronologie provisoire du passage au numérique dans la profession photographique, établie d’après les témoignages recueillis lors d’entretiens avec divers photographes professionnels. Elle avait été utilement commentée et complétée.

Je propose aujourd’hui une seconde chronologie, tout aussi provisoire, établie cette fois à partir de sources documentaires multiples : revues professionnelles, mémoires de recherche, sites internet, etc.

Comme la précédente, cette chronologie encore incomplète est ouverte aux contributions, suggestions et corrections.

Merci d’avance.

Autres aperçus de cette enquête en cours.

1984 Aux JO de Los Angeles, première utilisation professionnelle de la photo électronique sur support magnétique (boîtier Canon Still Video System D 413). « Pour la première fois, des images couleurs sont réalisées et transmises par ligne téléphonique au quotidien japonais Yomiuri qui les imprime seulement quelques heures après l’arrivée des épreuves sportives. »
1985 Création du service international de l’AFP.En avril, l’ANPPM organise un séminaire sur « les applications de l’informatique et de l’électronique dans les professions de la photographie ».
1986 Sortie de Image Studio, le premier logiciel permettant la retouche de photographies.
1988 Un procédé Kodak permet de transmettre des photos des jeux olympiques de Séoul en 45 mn.
L’AFP transmet des images du Paris-Dakar par Dixel, une valise de transmission mise au point avec Hasselblad.

Création du service infographie de l’AFP.

1991 Présentation en Arles, lors des Journées de l’image professionnelle, du premier appareil numérique Kodak.

Certaines entreprises comment à utiliser Photoshop, « logiciel encore inédit en France ».

1992 Le CD d’images est l’attraction de la Photokina.
1993 Lancement de SIPA on line.
1994 Achat des premiers boîtiers numériques par l’AFP et Reuters.

Création du magazine Photo numérique.

1996 Une dizaine de photographes créent en mars Revue.com, magazine en images sur internet.
1997
1998 Les premiers acquéreurs d’appareils de prise de vues numériques sont des grosses structures, entreprises ou administrations. De leur côté, « les photographes indépendants restent en retrait, recourant, si besoin est, à la location pour des commandes ponctuelles de catalogue par exemple » (Le Photographe, juil.-août).

« La quasi-totalité des photographes de mode et de beauté (…) ne trouvent pas encore dans les matériels [numériques] disponibles sur le marché les qualités nécessaires. » (Le Photographe, nov.)

A l’occasion de la Coupe du monde de football, Reuters réussit à mettre sur le fil une photo seulement 7 minutes après sa prise de vue.

1999

« Chez les grands loueurs parisiens qui ont pris le risque d’investir dans un parc d’appareils numériques professionnels, l’ambiance est au beau fixe: les armoires sont vides et les reflex numériques à 100 000 F l’un sont réservés plusieurs semaines à l’avance par les grands reporters qui les uns après les autres, délaissent le Tri-X pour se lancer dans la photo sans film » (Chasseur d’images, juillet)

« Les laboratoires amateurs ou de façonnage utilisent déjà beaucoup la numérisation des clichés. (…) pour réaliser des travaux qui, en argentique, étaient devenus extrêmement chers et complexes ou pour créer de nouveaux produits qui étaient tout simplement infaisable en argentique. Il n’était pas possible de reproduire des images sur d’immenses échafaudages d’immeubles ou sur de la moquette etc. »
(Le Photographe, avril)

Années 2000 Beaucoup d’iconographes se retrouvent « externalisées » dans le mouvement de rachat des agences de photographie et d’essor d’internet.
2000 Le chiffre d’affaire du numérique représente 20 % du marché de la photo en France.
Le programme de formation du CAP comporte désormais une partie numérique.

Getty Images ouvre son premier portail de photos en ligne : gettyone.com.

2001 La totalité des photographes des agences filaires photographient en numérique ; seulement 40 % chez Gamma.
2003 Les photographes industriels utilisent encore fréquemment l’argentique en moyen format : « Le dos moyen format ne parvient pas à s’imposer chez les généralistes. Il est jugé unanimement trop cher et pas toujours pratique. Il est vrai que les prix n’ont guère subi d’évolution depuis leur apparition. » (Le Photographe, n°1613, décembre)
2003-2004 Le collectif Tendance Floue entreprend la numérisation de ses archives.
2004 Hasselblad est racheté par le fabricant de capteurs numériques Imacon.

Pour la première fois, le chiffre d’affaire du matériel numérique dépasse celui des travaux photo. Le C.A. global de la photographie recule.

2005 Fermeture du gros studio lyonnais Nomades.
2010 Arrêt de la production du film Kodachrome (décembre).

Durst arrête la fabrication des tireurs Lambda, misant sur l’arrêt définitif de l’argentique.

2011 Le laboratoire Picto (Paris) annonce l’arrêt du développement des films argentiques (juillet).

Famille rêvée

Voici un nouveau visuel publicitaire à intégrer dans ma série sur l’iconographie de la photo de famille exploitée par la communication.

Deux jeunes parents souriants, trois enfants, dont le petit dernier, physiquement différent des deux aînés, pourrait laisser croire à une famille recomposée. L’harmonie règle dans ce salon branché grâce aux écrans qui captent l’attention des uns et des autres : un téléviseur pour les adultes, une tablette numérique pour les enfants. Comme souvent, c’est le fils aîné qui l’a en main, sa sœur et son petit frère regardent par dessus son épaule, selon une mise en scène réaliste des relations de concurrence et de domination au sein d’une même fratrie.

Tout ce monde-là tire son bonheur commun d’avoir acquis la Neufbox Evolution de SFR, mais chacun pour ses raisons personnelles. C’est là où l’iconographie familiale trouve pleinement son efficacité médiatique : ce rassemblement de personnes d’âge et de sexe différent résume commodément la diversité entre les individus ; il permet de parcourir à bon compte des motivations diversifiées et de faire ainsi la démonstration que le produit présenté peut satisfaire tout le monde.

A l’intérieur du prospectus, chaque membre de la famille explique en quoi cette nouvelle box comble ses attentes.

La mère, est heureuse de pouvoir joindre ses trois enfants à tout moment, « sur un fixe ou sur leur mobile », sans surcoût. On comprend ainsi que ses enfants sont équipés de portables.

Le père, qui manifestement ne voit pas le jour « entre le boulot, les enfants et un minimum de vie sociale », ne rate désormais rien des matchs qu’il souhaite suivre, quand bien même il est constamment interrompu ou qu’il ne parvient pas à les regarder en direct.

Le benjamin, qui « adore quand on se fait une soirée TV en famille », apprécie l’offre de programmes proposée par les nombreuses chaînes et la vidéo à la demande, même s’il reconnaît que pour en adopter un qui plaise à tout le monde, il faut « quelques heures de négociation ».

Agée de 12 ans, la fille trouve facilement sa série préférée à partir de la grille des programmes pour s’offrir « une pause télé avant d’attaquer les devoirs ».

Quant à l’aîné, fier d’énumérer son équipement multimédia (musique sur son ordinateur, films sur un disque dur réseau, séries cultes sur le décodeur, photos de ses copains sur une carte mémoire), le téléviseur lui sert d’écran pour y retrouver toutes ses ressources numériques.

Belle famille sur-équipée, encore qu’il semble n’y avoir qu’un seul téléviseur, contrairement au multi-équipement qu’on enregistre fréquemment dans la réalité. L’adolescence s’affirme par l’auto-subsistance électronique. Hormis la mère et le plus jeune fils, tous raisonnent individuellement et satisfont leurs besoins d’écran indépendamment des autres. L’enrichissement des offres de services permet plus facilement leur coexistence qu’elle ne favorise la convivialité.

L’essor de la télévision, dans les années 1960, a marqué le début d’un processus de privatisation de la consommation des images, par opposition au cinéma, qui supposait encore la fréquentation de lieux publics. Cette tendance n’a fait que s’affirmer au cours du temps. La publicité de SFR valorise une harmonie familiale qui résulte avant tout de la satisfaction des besoins individuels de chacun de se membres, comme si le processus de privatisation avait désormais structuré le groupe familial lui-même pour en faire, dans ses consommations d’images, une somme d’individus plutôt qu’une entité collective.

En complément (8 janvier 2012) :

Capture d'écran du site turc Huzur Electrik Enerji

Une autre utilisation du même visuel, cette fois pour un site turc de vente de matériel électrique. Cherchez l’erreur !

Soutenance de thèse : "L'image numérisée du visage", par Franck Leblanc, 7/12

J’aurai le plaisir de prendre part au jury de la thèse que Franck Leblanc soutiendra à l’Université Paris 8 le 7 décembre prochain à 14 h, salle A070.

Son titre complet est : « L’image numérisée du visage. De la créature digitale à l’objet de reconnaissance, 1976-2010 ».

Le jury sera composé de :

François Soulages, directeur de thèse ;

Philippe Goudard ;

Françoise Parfait ;

Rodrigo Zuniga ;

et moi-même.

Résumé de la thèse :

L’image numérisée du visage inscrit-elle dans le fichier numérique le même rapport à l’Autre que ce que faisait la photographie argentique sur le film ? Le portrait comme construction de l’image donnée d’autrui, comme mode de représentation d’une identité, d’un statut social ou bien d’un imaginaire est une œuvre de création régie et structurée par la pose. Que devient l’image du visage, le regard porté sur l’Autre à l’aune de son enregistrement numérique ? La diffusion sur Internet de photographies de visages identifiés, pose comme enjeu la redéfinition des notions de consentement et d’anonymat. D’un portrait régi par le temps de la pose, un glissement semble s’opérer par le biais de la technologie informatique vers un positionnement de l’individu détecté et reconnu. La lecture biométrique du visage numérisé modifie nécessairement notre rapport à l’Autre, notre rapport à une société qui développe les moyens technologiques d’un contrôle, d’une identification à distance. Voici les enjeux de ce travail de recherche : tenter de penser l’image du visage à l’aune de sa numérisation.

"ça écrit"

Capture d'écran du site http://www.aixreproconseil.com/traceurnumerique.html

Je viens d’entendre pour la première fois cette expression dans la bouche du directeur d’un laboratoire photographique professionnel pour évoquer le fonctionnement des traceurs à jet d’encre qui impriment les photos. Les deux mots de cette formule laconique me paraissent aussi frappants l’un que l’autre.

Tout d’abord, le « ça » renvoie à l’impersonnel de la machine qui fonctionne toute seule. C’est un atout indéniable pour l’organisation du travail : « L’avantage du numérique, c’est qu’on peut faire plusieurs choses en même temps : on peut lancer des fichiers, ça écrit, on peut aller lancer un autre fichier pendant que ça écrit, on le récupère… Parce que quand ça écrit, ça écrit. On ne regarde pas l’image sortir. » Même écho et même vocabulaire chez le responsable de la production d’un autre laboratoire, à propos cette fois des imageurs Lambda1 : « Et puis, ça travaille tout seul : moi, le soir, si j’envoie par exemple des séries, j’ai un rouleau de 50 m sur le Lambda, vous l’envoyez le soir avant de partir et le lendemain matin vous le mettez à développer. Par rapport à l’agrandisseur, vous vous rendez compte le temps de gagné. »

Pour les adeptes du laboratoire argentique – siège protégé d’un processus de « révélation » littéralement magique -, le « ça » machinique ne saurait remplacer ni équivaloir la main guidée par l’œil du tireur.  « C’est important l’argentique, affirme ce technicien laboratoire dans une école d’art appliqué, parce qu’on manipule, on se rend compte, on le vit physiquement, on voit les évolutions, ça permet une compréhension, de différentes façons : par l’action, par la vision. Le numérique… on est sans cesse dépendant d’une machine. Quand ça ne va pas, on ne peut rien faire. L’argentique, si : tant qu’on a le matériel et la chimie, on peut toujours agir. On peut refaire la chimie, si elle est périmée. Là, réinstaller un logiciel, redemander une autorisation, c’est l’horreur. Le numérique est surtout un support pratique. » Ou la lutte entre le « on », par définition humain, et le « ça » de la machine.

Mais le recours au verbe « écrire » est tout aussi saisissant dans l’expression « ça écrit ». Car un traceur n’est jamais qu’une imprimante, à savoir une machine numérique capable d’imprimer n’importe quelle matrice point par point, texte ou image. Son travail relève donc de l’écriture et nullement du dessin. Il opère une extension du domaine de l’écriture en traitant les images comme des textes. Un traceur « écrit » l’image, il ne la dessine pas.

D’ailleurs, ce verbe m’évoque, d’une façon parfaitement anachronique, son usage à propos d’une forme d’images très ancienne : les icônes. On ne dessinait pas lesdites icônes, on les écrivait parce qu’elles étaient conçues comme la mise en forme visuelle du dogme chrétien et qu’elles étaient toujours assorties d’une citation de ce texte fondamental. Déjà du temps de Byzance, dans ce registre religieux, l’intégration était assumée entre le texte et l’image. Comme aujourd’hui, dans les traceurs numériques.

  1. Machines qui permettent de réaliser des agrandissements sur du papier photo argentique à partir de fichiers numériques. []

Obsolescence

La consultation d’une thèse acheminée par le service de prêt inter-bibliothèques vient de me donner l’occasion de mesurer à quelle rapidité certains matériels sont devenus obsolètes.

Je n’avais pas prévu que ce document me serait communiqué sous la forme de microfiches. J’ai donc dû m’installer devant l’appareil de lecture, me faire aider pour en apprivoiser le fonctionnement avant de voir apparaître sur l’écran le négatif de chaque page de cette thèse. Étrange sensation de retrouver une interface technologique d’un autre âge.

Or, pour établir la connexion avec les usages d’aujourd’hui, un scanner spécifique a été ajouté à cet appareil qui permet de scanner les documents visualisés sur l’écran, soit page par page, soit par lots entiers de pages. C’est long (plusieurs heures de scan pour un document de cette taille), mais ça marche.

Confrontation inattendue de technologies : la thèse date de 2000. Elle a donc été dactylographiée sur un ordinateur et imprimée par le biais de logiciels et de matériels informatiques. Puis, elle a été photographiée page par page pour être convertie en microfiches. Et aujourd’hui, nous reconvertissons ces documents argentiques en fichiers numériques pour les réintégrer à notre univers de travail entièrement numérique.

De 2000 à aujourd’hui, seulement 11 ans ont passé. Mais il faut parfois ce type de choc pratique (comment ça marche ? comment vais-je faire ? pourquoi ça prend autant de temps ?) pour réaliser le saut technologique opéré entre-temps.

PS : Il est heureux, toutefois, que les bibliothèques conservent ce type de lecteur de microfiches pour nous permettre d’accéder encore à des documents qui ne sont pas déjà numérisés ou en ligne. Sans parler des livres !

Débat sur la photographie 28/11

La photo est morte, vive la photo !

Avec Sylvain Maresca, professeur de sociologie à l’université de Nantes

En présence de :
Philippe Schlienger
, président de l’Union des Photographes Professionnels (UPP)
Jorge Alvarez
, responsable des affaires juridiques à l’UPP, administrateur de la Société des Auteurs des arts visuels et de l’Image Fixe (SAIF), administrateur de l’AGESSA

« Tout ce qui est rare est cher ». L’inverse serait-il devenu le propre de la photographie aujourd’hui ? Son extrême vulgarisation est-elle la cause de sa dépréciation, entraînant toute une profession dans une dégringolade qui semble sans fin ?

Photographes et Gens d’Image du Nord, en liaison avec l’UPP a invité le sociologue Sylvain Maresca à venir débattre du devenir de la photographie.

Maison de la Photographie

18, rue Frémy, à Lille

Vendredi 28 octobre 2011, à 19 heures


« La photographie est une profession mal connue », constate Sylvain Maresca, qui mène depuis un an une enquête sur les répercussions du numérique sur l’activité des photographes professionnels.

Il viendra nous en présenter quelques résultats provisoires qui révèlent la complexité des situations. Aussi diverses qu’il y a de spécialités photographiques, de trajectoires professionnelles, d’ancienneté dans la carrière, etc.

Comment le passage au numérique et son corollaire, la circulation généralisée des images sur internet ont-ils affecté les photographes professionnels ?

Enregistre-t-on objectivement une baisse des prix de vente, des revenus ?

Qu’en est-il de la concurrence avec les amateurs ?

Autant de questions soulevées pour lancer le débat.