Souvenirs au sec

Entendu ce matin dans un journal de France Inter le témoignage d’une femme dont la maison a été dévastée par les brutales inondations qui ont frappé dernièrement le département du Var. Elle s’employait à déblayer l’intérieur, souillé par la boue, à nettoyer ses meubles et à étendre sur la pelouse au soleil les quelques photos qu’elle avait pu récupérer. Elle y tenait pour leur valeur de souvenir, alors qu’elle reconnaissait que tout le reste, pour désastreux que ce fût, n’était que « matériel ». Elle ne parlait pas de lettres ou de papiers qu’elle aurait pu également récupérer, seulement des photos.

En l’écoutant, je me demandais : et si toutes ses photos étaient stockées sur le disque dur d’un ordinateur ? Qu’en resterait-il après le choc de l’inondation et plusieurs jours passés sous la boue ? Peut-on faire sécher un ordinateur au soleil avec l’espoir de le voir redémarrer ?

J’ai rencontré, il y a quelques jours, une femme de 68 ans qui réalise aujourd’hui ses photos avec un appareil numérique, mais qui s’applique scrupuleusement à les faire tirer sur papier, sauf celles qu’elle juge ratées, pour en garnir des albums soigneusement étiquetés et rangés sur des étagères, comme les volumes tangibles d’un récit qu’elle ne demande qu’à réactiver à la demande de ses visiteurs. Elle ne peut se passer de cette concrétisation-papier, héritée de sa déjà longue expérience de la photo argentique, surtout parce qu’elle ne parvient pas à considérer l’ordinateur ou les divers supports numériques comme des aboutissements de la photographie. A-t-elle déjà songé que ces albums représentent également une assurance contre les catastrophes ?

Anathème visuel

« Arrêtez l’argentique. Passez à la vidéo ! » a lancé le ministre du travail Eric Woerth aux députés socialistes lors des premiers échanges parlementaires sur le projet de réforme des retraites. Par cette formule, il pensait ridiculiser l’opposition et ses propositions comme ringardes, dépassées.

Malheureusement, la formule qu’il a adoptée ne fonctionne pas très bien puisque la vidéo a d’abord existé dans le registre analogique avant d’être gagnée elle aussi par la technologique numérique. « Arrêtez l’argentique. Passez au numérique ! » aurait été plus clair. Sauf à supposer que cette confusion dénote une autre forme de ringardise : celle d’un gouvernement et d’un président de la République demeurés absolument vidéos, c’est-à-dire rivés à l’image télévisée, quand le numérique faisait exploser l’image sur internet.

Ne joue pas les modernes qui veut.

Photographes : sociologie d'une profession mal connue

Badge-colloque-Louis-LumierJe donne ici le texte de la communication que j’ai présentée hier dans le cadre du colloque organisé par l’École nationale supérieure Louis-Lumière sur le thème :
« Nouvelles perspectives pour les photographes professionnels ».

L’enregistrement de l’intégralité du colloque est désormais disponible sur le site de l’école.

Continuer la lecture

L'écran vide

Pour alimenter la discussion entamée autour du billet qu’André Gunthert a consacré il y a quelques jours aux transformations dans l’affichage domestique des photos de famille, voici un cas concret qui laisse apparaître la complexité des situations réelles.

Il y a deux ans, ce couple de retraités a reçu un cadre photo numérique comme cadeau de Noël de la part de ses enfants.  Ces derniers sont adultes et vivent dispersés aux quatre coins de la France. Continuer la lecture