La valeur-limite de l'image

En devenant papier, la monnaie a définitivement perdu toute valeur en soi puisque le morceau de papier utilisé pour réaliser chaque billet représente une valeur quasiment nulle, absolument négligeable par rapport à la valeur nominale imprimée dessus. Pour conjurer ce gouffre menaçant entre l’utilisation à grande échelle d’un support aussi vil et la nécessité de préserver la valeur d’échange de la monnaie, il a fallu créer, renforcer, sur-protéger la confiance accordée au papier-monnaie. Depuis l’origine, cette confiance repose sur l’autorité légitime qui seule est en droit de le créer, manifestée par les multiples symboles officiels apposés sur le papier des billets. Au cours du temps, le souci obsessionnel de prévenir la contrefaçon a conduit les institutions monétaires à raffiner sans cesse le mode de composition graphique des billets afin d’en faire des objets impossibles à reproduire à l’identique. Autant dire que toutes les ressources de l’illustration graphique ont été mises à contribution pour élaborer des billets inviolables. L’image est devenue, en quelque sorte, la garante ultime de la valeur de la monnaie.

Jusqu’à aboutir à ce paradoxe d’un billet tellement sophistiqué qu’il devient impossible à reproduire correctement par les autorités émettrices ! C’est ce qui vient d’arriver à la Réserve fédérale américaine avec son dernier modèle de billet de 100 $ qui a connu un tel problème d’impression qu’il va falloir maintenant faire le tri (mais comment ?) parmi le milliard de coupures déjà imprimées. Vanté jusque-là  comme une concentration inégalée d’artifices visuels qui devaient en faire le billet le plus sûr de l’histoire américaine,  » fruit de dix années de recherche », au prix d’un coût de fabrication lui aussi inégalé (12 cents l’unité, contre 8,5 pour la version précédente), ce billet a tout bonnement dépassé les capacités d’impression des machines, provoquant « un problème de froissage sporadique du papier » qui a laissé ça et là d’inimitables marques blanches.

Ou quand l’image, qui garantit la valeur de la monnaie, en signe du même coup la fragilité.